1914-1918 : après la guerre, reconstruire et faire table rase du passé dans les départements occupés.

 |   |  1337  mots
Comment rapatrier les cloches des églises lorsque celles-ci ont été fondues pour être transformées en obus ?
Comment rapatrier les cloches des églises lorsque celles-ci ont été fondues pour être transformées en obus ? (Crédits : Reuters)
1914-1918 (1/4) Pendant la Première Guerre mondiale, dix départements français du nord et de l’est de la France ont été partiellement ou totalement occupés par les troupes allemandes. La Tribune revient sur cet épisode plutôt méconnu de l’histoire contemporaine, sur cette germanisation économique et sur ses conséquences pour une partie de la population française.

L'armistice signé, la France retrouve son intégrité territoriale. Outre l'Alsace et d'une partie de la Lorraine, la Moselle, soustraits au Reich allemand qui les occupait depuis 1870, elle reprend possession des dix départements occupés pendant le conflit, à savoir les Ardennes entièrement occupé par les troupes des Guillaume II, le Nord dont 70% environ de la surface avait été envahie, l'Aisne (55%), la Meuse (30%), le Pas-de-Calais (25%), la Meurthe-et-Moselle (25%), la Somme (16%), la Marne (12%), l'Oise (10%) et les Vosges (4,8%).

Les zones situées sur la ligne de front sont dévastées. Derrière les lignes, côté allemand, les villes et les villages sont meurtris par les pillages, les réquisitions et le démantèlement des industries. Dans les dix départements occupés, 11.000 édifices publics (mairies, écoles, églises...), 350.000 maisons, 2,5 millions d'hectares de terrains agricoles doivent être remis en état. Il faut également reconstruire 596.000 hectares de terrains bâtis, 62.000 kilomètres de routes, 1.858 kilomètres de canaux et plus de 5.000 kilomètres de chemins de fer.

Des zones dévastées

" Dans la France du nord, c'est un cataclysme qui a tout renversé ; on ne déplore pas seulement la dévastation des forêts, des usines, des maisons, volontairement accomplie par l'ennemi ; il faut encore revoir par la pensée cette zone, longue de 500 kilomètres, large de 10 à 25 qui suit le front de la bataille et que le manque de culture, joint à la destruction de la bonne terre, a transformé en désert, en une steppe sauvage, en un champ d'éruptions (...). Partout où le cyclone a passé, il faut restaurer les bâtiments agricoles, renouveler le matériel des fermes, refaire parfois la fertilité du sol, reconstruire et rééquiper les usines, en un mot, récréer toute la vie économique ", décrivait le géographe Albert Demangeon  en 1920 dans " Le déclin de l'Europe " cité par l'historien Philippe Nivet*. Dans l'Aisne, seules six communes sont intactes. Dans les Ardennes, en Meurthe-et-Moselle, dans l'Oise, la Somme et les Vosges, il n'y en a aucune ...

Selon les estimations de l'économiste Alfred Sauvy, le coût des biens perdus et de leur remise en état se serait élevé à 34 milliards de francs-or auxquels s'ajoutent 21 milliards liées à l'usure du patrimoine, les créances sur l'étranger et la réduction du stock d'or. " Il faut savoir que 55 milliards représentent environ quinze mois de revenu national de 1913. Si l'on estime à cinq milliards les investissements annuels d'avant-guerre, c'est cet enrichissement pendant onze ans qui a été perdu ", évaluait l'économiste.

Comment rapatrier les biens pillés ?

Dès la signature de l'Armistice, la question du rapatriement des biens français se pose. Il faut relancer la machine économique pour répondre aux besoins de la population mais également fournir du travail aux troupes retournées dans la vie civile. Très vite, les élus demandent la création d'une administration en charge de la récupération des biens volés par l'armée du Reich. Louis Loucheur, le ministre de la Reconstitution industrielle dans le gouvernement Clémenceau - un intitulé qui ressemble curieusement à celui du ministère du Redressement productif confié à Arnaud Montebourg - organise leur retour en s'appuyant sur deux services locaux de récupération et un service central " chargé de recueillir toutes les déclarations, plaintes, réclamations des sinistrés relatives au matériel qui leur avait été enlevé ".

Le rapatriement ne se fait pas en un claquement de doigts. Dans un premier temps, le matériel qui avait été transporté à l'abri en France est rendu aux anciens occupés. " Plusieurs milliers de tonnes d'outillage sont restituées à leur propriétaire ou prêtées à d'autres industriels pour leur permettre de redémarrer leur activité plus rapidement ", précise Philippe Nivet.

Un rapatriement progressif

Mais en raison des difficultés d'acheminement, liées aux destructions des réseaux ferrés, le retour des biens déplacés en Allemagne et dans une plus faible mesure en Belgique et au Luxembourg se fait au compte-gouttes. Selon les calculs de Louis Loucheur, 40.000 wagons étaient nécessaires pour effectuer ce rapatriement. " Entre mai et août 1919, 55.638 tonnes de matériel rentrent en France ainsi que 95 locomotives, 48 wagons vides, 7 péniches et une drague à vapeur. A cette même date, 15.370 tonnes de matériel industriel sont en cours de démontage en Allemagne et, pour 20.000 tonnes supplémentaires, on attendait l'avis des industriels français avant de les envoyer en France ", explique l'historien.

L'industrie n'est pas la seule à vouloir retrouver ses biens. Les monuments historiques partent à la recherche de leur patrimoine mobilier éparpillés dans le meilleur des cas dans les musées allemands, donc facilement retrouvables et dans le pire des cas, chez les particuliers. De leur côté, les communes situées dans les territoires occupés tentent de récupérer les cloches de leurs églises.

L'activité repart en quelques années

Soucieux de tourner la page du conflit, les industriels mettront les bouchées doubles pour refaire tourner les usines. En 1921, sur les 1.105 machines à vapeur en activité en 1914 dans 764 usines et développant une puissance de 46.200 kW, 540 fonctionnent à nouveau dans 294 établissements mais leur puissance est portée à 47.238 kW. En avril 1922, la reprise industrielle s'intensifie puisque 34.513 ouvriers sont employés dans les établissements sinistrés, soit 60% du personnel d'avant-guerre. Au 1er janvier 1924, 1.324 établissements industriels sont reconstitués sur 1.623 dossiers d'usines sinistrées, soit 82% d'entre elles.

L'agriculture, partagée entre le devoir de mémoire et les impératifs économiques

Le secteur agricole doit également se relever après plus de quatre années de conflit. " Dès janvier 1917, le gouvernement s'est préoccupé du statut à appliquer aux espaces agricoles où l'exploitation semblait ne pouvoir être reprise en raison de la destruction complète des sols ", précise Philippe Nivet, rappelant que sur une étroite bande de terrain qui s'étirait des Flandres aux Vosges, la remise en culture paraissait impossible en raison du bouleversement des sols, de leur pollution et de la destruction totale de la couche arable.

Initialement, le gouvernement désire racheter ces terres aux agriculteurs pour les reboiser, donnant ainsi naissance à " une forêt sacrée sur ce qui fut le tombeau de centaines de milliers de défenseurs du sol national ", comme l'exprimera l'économiste Edmond Michel dans son ouvrage " Les dommages de la guerre de la France et leur réparation " paru en 1932.

Mais c'était sans compter sur la volonté des exploitants de remettre leurs terres en culture, et notamment la « zone rouge » du front.  Résultat, dans la Somme, la zone rouge initialement fixée à 28.000 hectares est réduite à 4.000 hectares au 1er avril 1922. Finalement, seuls 16 hectares seront reboisés. Dans le Pas-de-Calais, la surface de la zone rouge passera de 26.440 à moins de 500 hectares. Dans les Ardennes, « à peu de choses près, tout le territoire est remis en culture », précise Philippe Nivet.

L'Allemagne a-t-elle payée ?

Selon l'article 231 du Traité de Versailles signé le 28 juin 1919, l'Allemagne est déclarée "responsable, pour les avoir causés, de tous les dommages subis par les gouvernements alliés, par suite de la guerre qui leur avait été imposée par son agression". En 1920, la France se voit attribuer 52% du montant des réparations fixé à 132 milliards de marks-or lors de la Conférence de Londres en 1921 quand la France estimait à 226 milliards de marks-or les dégâts subis par les Alliés.

En 1923, la crise de la dette allemande financière et l'hyperflation qu'elle a provoqué un an plus tôt  oblige l'Allemagne à cesser de payer les réparations. En 1929, le plan Young abaisse le montant des réparations à 38 milliards de reichsmarks payables en 59 annuités, soit jusqu'en 1988. Une somme abaissée à 3 milliards de marks lors de la conférence de Lausanne en 1932, un avant qu'Adolf Hitler interrompt le paiement des réparations. Au total, seuls 22,8 milliards ont été versés sur les 132 milliards prévus. La France n'a reçu que 9,5 milliards de marks sur les 68 milliards prévus.

Cet article a déjà été publié en novembre 2014.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/03/2016 à 10:56 :
Les Français seront sûrement reconnaissant à l'idéologie sioniste du sieur Benjamin Disraeli et portée par Théodore Herzl qui a poussé à la déclaration Balfour pour la création d'un état sioniste au début du XXème siècle et qui ne pouvait se faire qu'en déstabilisant l'empire Ottoman, et qui fut le prémisse de la première mondiale, ainsi que de la seconde...
a écrit le 11/11/2014 à 12:42 :
Nous avons interdit toute manifestation ce jour par respect et eviter un bain de sang en cas de debordement , le pouvoir avait donne des ordres de tirer a vue en cas de debordement
a écrit le 11/11/2014 à 11:40 :
Merci de corriger les fautes d'orthographe avant de publier.
a écrit le 11/11/2014 à 9:46 :
En 1914 la déclaration de guerre de la France était l´occasion de prendre une revanche après de débacle de 1871, de récupérer l Alsace-Moselle et de décimer l industrie lourde allemande devenue trop performante et concurentielle.
Pour la Grande Bretagne c´etait une bonne occasion de détruire la marine du Kaiser devenue trop puissante et mettant en danger la supprématie de l Empire et ses colonies.
La crise de Serbie/Bosnie n´a été qu´un prétexte pour mettre le feu aux poudres.
Réponse de le 11/11/2014 à 19:48 :
Ce n'est pas l'Allemagne du Kaiser qui a déclaré la guerre à la France? La Grande Bretagne déclarant à son tour la guerre à l'Allemagne quand celle-ci envahit la Belgique neutre.
a écrit le 11/11/2014 à 9:35 :
en 1871 il n y avait pas de reparations de guerre à payer a la Prusse. Par contre l armée Prussiene s est emparée du trésor Francais et s est emparé du stock d´or comme butin de guerre. Une autre retombée même pas prévue au programme: l Empire Allemand (declaré a Versailles en 1871) a rapatrié l Alsace-Moselle qui ne l oublions pas étaient depuis 1648 un territoire "allemand" annexé par Louis XIV.
Réponse de le 12/11/2014 à 9:17 :
La France a du payer 5 milliards de franc-or de réparations en 1871. Et les troupes prussiennes n'ont quitté le territoire français qu'en septembre 1873 lorsque l'indemnité a été totalement réglé. J'imagine que cette occupation a été une charge supplémentaire, une armée occupante étant rarement bienveillante...
a écrit le 15/07/2014 à 20:12 :
Comment agissent les "ricains depuis 1944 ?
Réponse de le 10/11/2014 à 11:32 :
On ne leur pardonnera jamais 'avoir gagné les guerres que nous avions perdues. (Winston Churchill en 1944).
Réponse de le 10/11/2014 à 13:23 :
Les américains n'ont gagné SEULS que la guerre contre le Japon en 45. Pour les autres "victoires" les forces américaines étaient accompagnées de celles des pays concernés, soit en Europe, au Proche-Orient ou en Asie. Quand les US ont fait la guerre tout seuls ils ont perdu (Viet Nam).
Réponse de le 10/11/2014 à 17:47 :
C'est surtout l'énorme machine industrielle américaine qui a permis de gagner cette guerre coté occident.
Réponse de le 11/11/2014 à 13:45 :
Les Americains ont agit comme ils agissent aujourd'hui:on fout la pagaille un peu partout et on appelle les Américains au secours pour nous dépétrer....pas gratuitement.PS:@orangutan a bien fait de rappeller les mots si justes et vrais de Churchill.
Réponse de le 11/11/2014 à 16:42 :
En 39 les Américains s'en foutaient un peu, il a fallu Pearl Harbor pour qu'ils s'impliquent vraiment !
Réponse de le 20/03/2016 à 10:23 :
En 39, les ricains laissaient Ford et consorts aider la mise en marche de la machine de guerre nazis. Ils sont donc partiellement responsables de ce qui s'est passé ensuite. Leur intervention n'a que compensé cela et n'a été faite que pour éviter la mainmise de l'URSS sur l'Europe, ce dont nous leur sommes gréé mais pas d'avoir laissé une partie de leur élite économique qui était pro-nazie d'avoir aidé Hitler avant et au début de la guerre. Cela a certainement été un des points cruciaux qui a fait basculé la guerre en faveur des nazis (avec aussi la trahison de certains industriels français et l'incompétence de certaines de nos élites) au début de la guerre.
Réponse de le 20/03/2016 à 10:23 :
En 39, les ricains laissaient Ford et consorts aider la mise en marche de la machine de guerre nazis. Ils sont donc partiellement responsables de ce qui s'est passé ensuite. Leur intervention n'a que compensé cela et n'a été faite que pour éviter la mainmise de l'URSS sur l'Europe, ce dont nous leur sommes gréé mais pas d'avoir laissé une partie de leur élite économique qui était pro-nazie d'avoir aidé Hitler avant et au début de la guerre. Cela a certainement été un des points cruciaux qui a fait basculé la guerre en faveur des nazis (avec aussi la trahison de certains industriels français et l'incompétence de certaines de nos élites) au début de la guerre.
a écrit le 15/07/2014 à 13:48 :
les Allemands se sont comportés comme des boches dans ces territoires occupés, pourquoi s'étonner qu'ils ont agi pareil en 1940.
a écrit le 15/07/2014 à 12:17 :
L’Allemagne s'est certainement proposée de payer à ce jour, sa dette à la France.
Réponse de le 15/07/2014 à 13:27 :
pas plus que la France n' a rembourser Haîti....
Réponse de le 20/07/2014 à 1:15 :
ou l'aventure de Napoléon. Ou l'intervention lors de la Guerre de Trente ans...
Réponse de le 10/11/2014 à 12:21 :
@héhé et cad: encore des historiens en herbe qui ménagent tout faute de savoir :-) 1) Haiti est une révolte contre l'esclavage et 2) la guerre de 30 ans est une guerre de religion. Rien à voir donc avec 14-18 qui est une invasion des Allemands :-)
Réponse de le 10/11/2014 à 20:50 :
Donc quand la France se mèle dans une guerre "de religion" (qui ne l'a pas été) pour afaiblir les Habsbourg et y cause beaucoup de dégât materiel et humain selon vous cela ne merite pas de dedomagement ? Comme on peut peindre l'histoire en rose au gré de ses désirs ...
Réponse de le 11/11/2014 à 9:25 :
question à Patrickb: qui en 1870, 1914 et 1939 a declaré la guerre a l´Allemagne ??
La réponse se trouve dans n importe quel livre d histoire.
Réponse de le 11/11/2014 à 17:05 :
@papa fox: les premiers à déclarer la guerre sont les Russes. @cad: à toutes les époques, les uns ont essayé de saborder les autres et quelques fois se sont faits avoir: exemple: la guerre d'indépendance américaine qui nous a coûté une fortune pour que 6 mois plus tard les Américains reprennent leur commerce normal avec l'Angleterre :-) on est d'ailleurs toujours dans le même scénario avec les Ricains tenant de casser les autres pour conserver leurs prérogatives :-)
Réponse de le 11/11/2014 à 17:53 :
@papa fox; je parlais de 14, mais en fait tout est dans la sémantique, car c'est le jeu des alliances qui a déclenché la guerre. Personnellement, je pense que l'agresseur est l'Allemagne qui soit dit en passant n'a payé qu'une partie infime des dommages. L'Allemagne de l'époque est un peu l'Amérique et les Anglosaxons d'aujourd'hui :-)
a écrit le 15/07/2014 à 10:42 :
l' allemagne aurait pu faire comme la france au lendemain de la défaite de 1870, simplement
Réponse de le 10/11/2014 à 10:57 :
les montants etaient pas comparable. POur payer, l allemagne aurait du innonder la france de produits allemands afin de gagner de l argent 8un peu comme les chinois actuellement). mais je doute que ca aurait ete une bonne chose pour la france de voir son industrie se faire laminer
Réponse de le 20/03/2016 à 10:18 :
A cdfff, donnes-nous les chiffres et compare les avant de conclure. Il faut aussi corriger avec une inflation pendant une durée de 45 ans. Avec cette correction, je ne suis pas sûr que tu ais raison.Tu donnes des phrases vagues mais c'est tout, pas de références ni de chiffres. Personne n'est obligé de te croire sur parole.
En plus ici, les allemands n'ont payé qu'une petite partie de la somme sur 15 ans, alors que la France avait payé toute la somme en moins de 2 ans et ce malgré les dégâts de la guerre, l'occupation du quart Nord-Nord est industrialisé et une niveau d'industrialisation beaucoup plus faible que l'Allemagne de 1919. Donc, tes arguments pour justifier le non-paiement sont un peu facile.
A force de révisionisme, des gens vont bientôt dire que la France était à l'origine du nazisme. D'ailleurs les raisons données par la Californie pour exclure la SNCF de l'appel à projet pour les TGV était une possible collaboration avec les nazis (alors qu'il y a des milleirs de cheminots morts dont un grand nombre pour acte de résistance) alors qu'ils ne disaient rien à Siemens qui a elle fait travaillé des juifs dans des camps et dont les dirigeants étaient nazis.
a écrit le 15/07/2014 à 10:41 :
Hélas, évidemment qu'après une guerre, il y a tout à reconstruire, il y a du boulot, l'économie redemarre! paix aux morts !! actuellement, nous devons faire face à une guerre, bien plus sournoise, économique et financière décrétée ^par les technocrates de haut vol! pour paupériser les peuples tout en leur permettant , à eux de plus s'enrichir !! HONTE à ces gens là !!!
Réponse de le 15/07/2014 à 13:26 :
on va revivre la boucherie à l' ancienne, faut pas penser que c' était la der des der.. la grosse main obscur qui nous dirige nous y ménera les doigts dans le nez..
a écrit le 15/07/2014 à 9:52 :
d un autre cote, comment l allemage aurait pu payer ? il aurait fallu qu elle puisse exporter massivement en france afin de pouvoir generer des rentrees. et evidement personne en france ne voulait autoriser des exportation massive des industriel (ou meme paysans) allemands

signalons en plus que l occupation de la rurh par la france pour cause de reparation non payee a fait pas mal pour remobiliser le nationalisme allemand et un certain Adolf
Réponse de le 15/07/2014 à 12:18 :
Voir le commentaire plus haut de eee : Après la défaite de 1870 la France a payée de suite en or aux allemands les mêmes réparations de guerre. Pourquoi les allemands n'ont pas pu le faire eux ? Ils avaient bien de l'argent pour faire la guerre !
Réponse de le 16/07/2014 à 9:47 :
eh! oui, mais ça continue! chacun pour soi et les vaches seront bien gardées" ....
Réponse de le 20/03/2016 à 10:10 :
Alors cdg, on ne cite qu'une partie des faits mis en exergue par les vainqueurs de la 2 GM pour tout mettre dur le dos de la France.
Pour information, l'Allemagne (surtout les prussiens) ont occupé le quart nord et nord-est de la France entre l'armistice de 1871 et la fin du paiement des réparations de guerres au profit du vainqueur, soit pendant plus d'un an.
C'est aussi pour cela qu'on a payé aussi vite les réparations de guerre. Donc, l'occupation de la Ruhr était un juste retour des choses qui en plus n'a servi à rien. C'est sûr qu'en voyant les américains les aider face aux français, les allemands n'allaient pas faire d'effort pour payer normalement. Après, il faut reconnaitre que la 1GM a quand même fait beaucoup plus sollicité l'économie de la puissance occuppante (l'Allemagne) que la guerre de 1870, laquelle avait aussi d'énormes dégats en France.
Les vainqueuers de la 2GM n'aiment pas non plus rappeler que plusieurs de leurs grands industriels et de leurs multinationales ont activement participé à l'effort d'armement de l'Allemagne nazi (cf les plus décorations nazies données à Ford et au fondateurs IBM par ex.).
Hé oui, l'histoire est reécrite par les vainqueurs mais ils n'arrivent pas toujours à faire disparaitre ce qui montre l'ambiguité de leur attitude pendant les jours sombres.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :