La France sévèrement mise en garde par S&P

 |   |  736  mots
Standard & Poors a descendu la note de la France au troisième cran, tandis que Fitch et Moody's ont maintenu le deuxième cran.
Standard & Poors a descendu la note de la France au troisième cran, tandis que Fitch et Moody's ont maintenu le deuxième cran. (Crédits : reuters.com)
L'agence de notation américaine s'inquiète de déficits publics "plus dégradés que prévus". La mauvaise santé de la zone euro pèse également sur les perspectives économiques de la France.

L'agence de notation Standard and Poor's a lancé un avertissement à la France, qui pourrait voir sa note baisser si elle n'entreprend pas des réformes vigoureuses ou se retrouve prise dans la nasse de la déflation, mais le gouvernement a relativisé la portée de cette mise en garde.

Si l'agence américaine a fait le choix vendredi de maintenir la note de solvabilité à long terme de la France à "AA", elle a modifié la perspective qui est attachée, la faisant passer à "négative" contre "stable".

S&P, la plus sévère des agences de notation

L'agence est traditionnellement plus sévère à l'égard de la France, qu'elle avait été la première à priver de son "triple A", en janvier 2012. Ses concurrentes Moody's et Fitch continuent d'accorder la deuxième meilleure note possible à la qualité de la dette française, alors que S&P est déjà descendue au troisième cran. La "perspective négative" de S&P signifie que le pays a au moins une chance sur trois de voir sa note baisser au cours des 24 prochains mois.

Déficit "plus dégradé que prévu"

Pour Marie-France Raynaud, analyste principale de l'agence de notation pour la France, cette décision s'explique d'abord par l'état des finances publiques du pays: le déficit budgétaire est "plus dégradé" que prévu et pourrait "se dégrader davantage", en raison de "marges de manoeuvre réduites sur les recettes". En outre, l'objectif de "stabilisation de la dette" a été "repoussé".

Enfin, il y a un "risque concernant la mise en oeuvre des réformes structurelles annoncées" par le gouvernement, censées relancer la croissance et assainir les finances publiques. "On manque d'antécédents solides" pour savoir si la France va vraiment mettre en place les réformes auxquelles elle s'est engagée, a-t-elle expliqué, évoquant aussi de possibles résistances sociales. Sans compter que la faible inflation, un phénomène qui concerne l'ensemble de la zone euro, a pesé dans la décision de l'agence, en raison de son rôle nocif pour les finances publiques.

Le gouvernement reste serein

Mais le ministre des Finances Michel Sapin a aussitôt relativisé la portée de cette décision, assurant dans un communiqué que la dette française restait "l'une des plus sûres du monde". Pour preuve, le taux à dix ans de la France évolue à de bas niveaux. Vendredi, il a fini à 1,252% contre 1,250% la veille.

"La situation économique pèse sur nos équilibres budgétaires, mais le gouvernement a fait le choix de maintenir le cap. (...) Nous poursuivrons les réformes nécessaires pour soutenir la croissance à moyen terme", a assuré M. Sapin, qui a toutefois aussi évoqué une dimension européenne.

"Dans une situation de reprise encore trop faible et d'inflation anormalement basse en zone euro, il convient que chaque pays prenne ses responsabilités et qu'une politique économique européenne coordonnée soit menée au service de la croissance", a-t-il estimé.

 La mauvaise santé de la zone euro pèse

Depuis plusieurs semaines, l'accumulation de mauvais indicateurs a fait de la zone euro le principal point noir de l'économie mondiale. Ses piètres performances économiques ont focalisé cette semaine l'attention des responsables économiques de la planète réunis à Washington pour les assemblées générales du FMI et de la Banque mondiale.

Et, parmi les Etats membres de la zone euro, c'est l'Allemagne qui suscite les plus vives inquiétudes. Le moteur économique de la zone euro a en effet connu plusieurs ratés ces derniers jours, donnant des arguments à tous ceux qui estiment que Berlin devrait "prendre ses responsabilités" pour reprendre les termes de M. Sapin, c'est-à-dire en faire plus pour la croissance en zone euro, y compris pour son propre bien.

Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble a dû monter au créneau pour défendre la ligne inflexible de Berlin: la croissance ne peut s'obtenir "en signant des chèques", a-t-il dit à Washington.

S&P pour sa part a aussi pointé du doigt le rôle de la Banque centrale européenne, en indiquant dans son communiqué sur la France que la note de cette dernière pourrait baisser si "les actions de politique monétaire au niveau de la zone euro échouaient à prévenir le risque d'une déflation".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/10/2014 à 7:16 :
En effet, on fait on fait dans l'autisme administratif... l'austérité est devant nous avec le déficit.
Il serait temps en Europe de calmer les politiciens bourreaux.
a écrit le 13/10/2014 à 6:13 :
Je suspecte S&P, d'etre anti-euro. Regardez la carte des pays qui ont garde leur AAA en Europe. Selon S&P, La suisse, le Danemark, la Suede, la norvege et....le Royaume uni.
Apres, c'est vrai qu'en France, on devrait faire nos reformes.
a écrit le 12/10/2014 à 17:37 :
s et p peuvent faire se qu'ils veulent , j'ai réduit mon chiffre d'affaire ( non imposable) . demain ,je vais au champignons , mardi au châtaignes (si il fait beau ) , après , j'ai du travail au jardin . ça fait quelques années que j'ai arrêté de me défoncer au travail , pour engraisser une caste de voyous payes a rien faire . ( je pense que la bête immonde , vas bientôt tomber .
Réponse de le 12/10/2014 à 20:18 :
très bien parlé! marre de se faire tondre la laine sur le dos!
Réponse de le 12/10/2014 à 22:58 :
Oui, tout à fait d’accord !
a écrit le 12/10/2014 à 16:56 :
Un sujet de la plus haute importance mais dont les médias n'en parlent pas, en préférant peut-être une approche sensationnaliste lors d'une éventuelle fermeture de ces aciéries, où sera aussi occasion pour diaboliser le président Vladimir Poutine et sa politique.

Allons aux faits. En 2010, le géant métallurgique russe Uralvagonzavod (23 sociétés et 75 000 employés) a racheté les aciéries françaises Sambre et Meuse qui venaient de subir l’échec de 15 plans de sauvetage successifs. C'était encore sous le gouvernement de Nicolas Sarkozy. Uralvagonzavod a remis l’usine sur pied en y investissant plus de 60 millions d’euros, mais en juillet dernier, le groupe s’est retrouvé sur la liste des entreprises russes visées par les sanctions occidentales et, dès le mois de septembre, a dû suspendre sa coopération avec les groupes Caterpillar et Bombardier. Situation ubuesque, UVZ pourrait ainsi être contraint de fermer le site français et licencier ses presque 300 employés alors que son carnet de commandes est plein !!!

Comme quelques analystes indépendants l'avaient prévu, les effets des sanctions contre la Russie dans son ensemble se retournent aussi contre les économies des pays qui les ont perpétrées. Avec ces aciéries la France pourra subir encore les conséquences (désastreuses) de la non-vente des BPC Mistral à la Russie ce qui va coûter cher à l'Etat français en argent, en chômeurs et en crédibilité.

Le président des aciéries Sambre et Meuse, Francis Pozas, tire la sonnette d'alarme mais est-ce que l'Etat français, de plus en plus soumis au diktat de Washington, va-t-il lui prêter l'oreille ?

L'image d'une France qui tire une balle dans le pied est ici plus que flagrante.
a écrit le 12/10/2014 à 15:17 :
C est pas non plus l intérêt des financiers de baisser trop vite la note de la France car c est une balle dans le pieds des investisseurs étrangers qui possèdent la majorité des actifs du CAC40 entre autre Les français ne possèdent pas d actions des boîtes du CAC 40 alors si ça tombe vite les répercussions seront surtout pour les non français ...
Réponse de le 12/10/2014 à 16:02 :
Je ne vois pas trop le rapport entre les dettes de l'Etat français et des boites étrangères qui, certes, lève des capitaux à la Bourse de Paris (c'est à dire Wall-Street, puisque la bourse de Paris ) été racheté), mais ne sont ne rien concernés par les problèmes des franchouilles. Le (futur) retraité Californiens, il s'en fou !
a écrit le 12/10/2014 à 11:00 :
Depuis son lancement LA TRIBUNE avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d'abonné à compter du 1er novembre 2014.
a écrit le 12/10/2014 à 7:59 :
Il sera impossible de rebondir sans de profondes réformes douloureuses. Ces réformes étant irréalisables en France, quel que soit le gouvernement, les finances publiques continueront de se dégrader. Les mesurettes n'y changeront rien et la France pourra continuer à s'endetter à bas prix pendant un moment tant que les allemands pèseront sur la BCE et surtout... en raison de l'énorme épargne disponible des français. Le patrimoine des français est en effet estimé à 15 000 milliards d'euros dont 1500 milliard sur l'assurance vie placée principalement... en obligations! Vous aurez compris: les marchés savent qu'en cas grosse remontée des taux et défaillance de l'état, celui-ci pourra puiser allègrement sur les épargnants qui possèdent en fait non pas des avoirs mais de la dette d'état. Une bonne décision parlementaire un dimanche matin (quand les banques sont fermées) et hop! Coup de rabot sur la dette! (Et sur les comptes des citoyens en passant). Cf Chypre, Pologne... Perso, je privilégie l'investissement immo, actions et or physique (difficilement spoliables) et ait réduit mon contrat assurance-vie au minimum (surtout ne pas le fermer s'il a plus de 8 ans pour la fiscalité).
Réponse de le 12/10/2014 à 10:01 :
Déjà di on fessait de la flexisecurite pour pouvoir licencier quand on a un problème réduire le code du travail à 150 pages comme dit Lemaire
Et un peu de ménage dans l'usine à gaz d etat ca pourrait bien repartir en donnant confiance
Et ça ferait même pas mal !!
Réponse de le 12/10/2014 à 16:04 :
Raboter la dette ne changera en réalité rien du tout à la situation française, il faudra toujours faire les réformes, et discréditera totalement l'Etat..
a écrit le 11/10/2014 à 22:12 :
agence de voyous si c était une agence française je comprendrais mais elle est anglo saxonne elle est la pour siphonner l argent en Europe , sont système de notation sert a faire peur nos dirigeant qui sont complétement déboussoler .l europe voulue par les gros sbires de la finance , avec la complaisance de nos cher dépensiers ex il tardent soit disant de faire certains efforts du coup bruxelles leurs met un procé sur le cu... moyen de détourner légalement de l argent
a écrit le 11/10/2014 à 21:28 :
Vous avez voulu la gauche, et bien voilà !
La gauche a menti sur sarkozy. Ses alliés de medias, de syndicats, de juges, d'artistes, de fonctionnaires et d'intellectuels ont fait circulé les plus beaux mensonges sur le bilan sarkozy. Si bien que les français manipulés l'ont cru. Regardez le résultats de mr hollande et ses amis. C'est pire que sarkozy.
La france est au bord de l'explosion : crise, immigration, chomage, morale assassinée, familles tuées, entreprises et armée et jeunesse fusillés.
Ça, c'est le résultat de 45 ans de gauchisme.
LA GAUCHE A ASSASSINE LA FRANCE ET LA DROITE A LAISSE FAIRE !
Voila la verité...
Réponse de le 11/10/2014 à 22:00 :
C'est TA vérité,moi je suis fier d'avoir voté Hollande,et je recommencerais demain autant de fois qu'il le faut pour ne plus voir Sarko!!!
Réponse de le 12/10/2014 à 9:28 :
Faudrait que tu pense à quitter ce pays quand cela va peter
Réponse de le 12/10/2014 à 11:01 :
Prout !
a écrit le 11/10/2014 à 19:43 :
Aujourd'hui il n'y a pas de crise en Europe, seule la France plonge. Le déficit a 4.4%, la dette a 2000 mds d'euro, 3.5 millions de chômeurs cat. A, 56 millions cat. A. B. C, chute drastique des consommation et pouvoir d'achat, explosion des défaillances d'entreprises, et des prélèvements sociaux, etc, etc...et CE SANS CRISE EXCEPTE EN FRANCE A CAUSE DES SOCIALOS EN 30 MOIS.Moralité ce sont ces gens ces incompétents quin nous ont ruiné, et ne parlez pas de l'Alleamgne, elle avec 1.4% de croissance, un taux faible de chômage, une dette publique qui diminue, un solde positif de son budget, etc.....
Réponse de le 12/10/2014 à 0:17 :
Vous avez raison : si on compare avec le bilan de Nicolas Sarkozy les socialistes sont KO
a écrit le 11/10/2014 à 18:06 :
Aujourd'hui à Londres un immense rassemblement pour dénoncer le TAFTA – à Londres ! le RU est en pleine croissance, son économie s'améliore nettement et en tant qu'anglo-saxons ces manifestants pourraient s'estimer en situation privilégiée avec ces accords atlantistes. Et pourtant ils sortent dans la rue pour manifester contre. En France, puisque notre économie (voire bien d'autres domaines) est devenue subordonnée aux agences de notation américaines, aux bourses de Wall Street et de London City, on ne se manifeste pas. Tout va bien chez nous, il n'y a pas de quoi se stresser. La France toujours à la traîne…. c'est pas nouveau.
Réponse de le 11/10/2014 à 19:10 :
En France on sort aussi dans la rue…. pour la Manif pour tous…. le mariage gay…. LOL
Réponse de le 11/10/2014 à 19:49 :
Les français sont individualistes. Difficile de se mobiliser pour des causes communes. Chacun compte sur les autres pour bouger.
Réponse de le 12/10/2014 à 10:38 :
Vous avez raison et c'est encore une preuve que notre société, malgré les contraintes, se sent à l'aise avec l'euro et d'être à l'UE. Autrement on verrait des mobilisations un peu partout en France. A quoi bon râler contre Bruxelles donc ?
a écrit le 11/10/2014 à 17:59 :
' plus degrades que prevus' par qui? tout le monde savait en debut d'annee ce que ca allait donner! moi c'est conforme a mes previsions! et pour l'an prochain je fais la meme prevision! meme le batiment ne va pas repartir vu que les boites, outre le pb de demande, vont voir comment gerer le compte penibilite... va y avoir des surprises ' inattendues dans les previsions des experts'
a écrit le 11/10/2014 à 17:29 :
Qui paye ses agences de notation?
Réponse de le 11/10/2014 à 18:51 :
Les banques, les assureurs, financiers...tous ceux qui élaborent des produits financiers et qui ont besoin de ces agences pour qu'elles notent leurs produits selon le niveau de risque qu'ils représentent. Seuls les états ne paient pas, ce qui n'empêchent pas les agences de noter les prêts lances par les états pour financer leurs déficits. Cela permet aux clients des agences de connaître le niveau de risque de ces produits d'état.
a écrit le 11/10/2014 à 17:21 :
Comme dit Sapin tout va très bien Madame la marquise, attendons le moment où les marchés financiers ne nous prêterons plus
Réponse de le 11/10/2014 à 18:08 :
On va continuer à râler comme d'hab, même sans un sous. En France on ne fait que râler…. et aller au cinéma.
a écrit le 11/10/2014 à 16:59 :
Plus nos brillants élus sont incompétents et plus ils sont fiers d'eux.
a écrit le 11/10/2014 à 16:00 :
Les agences de notation ne sont plus crédibles. Elles se sont ridiculisées pendant la crise de subprime en notant positivement les crédits titrisés.
Réponse de le 11/10/2014 à 16:09 :
@Toby: Si vous pensez vraiment ce que vous dites, alors pourquoi y faite vous attention? Pourquoi lire cet article? Pourquoi poster un commentaire? Hahaha.
Réponse de le 11/10/2014 à 18:48 :
+ 10000000000. C'est la réalité !
Réponse de le 11/10/2014 à 19:11 :
Les agences de notation ne seront crédibles que le jour où elles augmenteront la note de la France. Na.
Réponse de le 12/10/2014 à 16:06 :
"Les agences de notation ne sont plus crédibles. Elles se sont ridiculisées pendant la crise de subprime en notant positivement les crédits titrisés."

Oui, elles ne sont effectivement pas assez sévères.
a écrit le 11/10/2014 à 15:58 :
Pour diminuer la dette, une solution simple et élégante : payer les fonctionnaires avec des assignats, comme pendant la révolution. Un titre de payement qui serait garanti par l’état français : du béton !
Réponse de le 11/10/2014 à 16:11 :
Pas mal, mais moi je pensais plutôt payer les fonctionnaires en cacahuètes. C'est la véritable valeur de leur "travail".
Réponse de le 12/10/2014 à 0:19 :
pour un spéciasliste du travail .... qui doit surtout glander pour poster autant !
a écrit le 11/10/2014 à 15:21 :
S&P parle et cela devient critique. je rigole.. la situation est critique depuis longtemps. Pas besoin de S&P pour le savoir. je me demande même s ils ne sont pas payés pour être doux?
a écrit le 11/10/2014 à 14:05 :
Les agences de notation sont au service de la finance internationale. Point. Les intérêts, c'est le coeur des profits de la finance mondialisée. Pourquoi cette finance accepte de prêter à des Etats en faillite, même avec des taux actuels ridiculement bas? Parce qu'elle sait qu'elle sera remboursée. En dégradant la note d'Etats souverains, elles s'ingèrent dans la politique de ces Etats, c'est le parti de l'étranger, l'étranger anglo-saxon, capitaliste, ultra libéral, colonisateur, impérialiste...Américain? US GO HOME.
Réponse de le 11/10/2014 à 14:56 :
Les taux sont bas car on sait que la BCE offre sa garantie planche à billets. La France est financée par ceux qui craignent son effondrement comme la Banque Nationale Suisse gros acheteur de la dette française. Entre les USA et la France, no question about it ! Elle est cuite....
Réponse de le 11/10/2014 à 15:49 :
Quand la France arborait un AAA vos propos n'étaient pas les mêmes, j'en suis sûr. Bien au contraire, je m'en souviens, les médias vantait la "bonne santé" de notre économie et nos finances tout en sachant que n'étaient que de pacotille, bidonnées jusqu'à la moelle. Vous connaissez La Fontaine, la fable du renard et les raisins ?...
Réponse de le 12/10/2014 à 16:07 :
"Pourquoi cette finance accepte de prêter à des Etats en faillite, même avec des taux actuels ridiculement bas? "


Ce n'est pas "la finance" qui prête, c'est votre banque qui prête VOTRE argent, parce que c'est la LOI.
a écrit le 11/10/2014 à 12:45 :
Prochaine étape: emprunt obligatoire remboursé dans 20 ans avec une monnaie dévaluée. Ça permettra de payer les fonctionnaires 6 mois de plus et après..... Ce sera l'effondrement pour cause de socialisme.
a écrit le 11/10/2014 à 12:43 :
On veut faire croire que des augmentations d'impôts et des baisses de prestation sociales pour ceux qui ne votent pas à gauche sont des réformes. Ce gouvernement est malfaisant, lâche, et incompétent. Il est dépassé par les événements et se rend juste compte que distribuer l'argent des autres n'est plus possible pour se rendre populaire. La France va vers la cessation de paiement. C'est écrit depuis mai 2012.
Réponse de le 11/10/2014 à 14:10 :
@Polo
Les malfaisants, ce sont les anglo-saxons, les théories néo/ultra-libérales qui vont finir par conduire à la catastrophe. Mais n'est-ce pas ce qu'ils veulent? Ils veulent la guerre et vous l'aurez. Avec un peu de chance, je ne la verrai pas.
Réponse de le 11/10/2014 à 19:18 :
eh oui, ces anglo-saxons méchants dont on raffole tellement et qu'on fait des courbettes tout le temps, ah… les pays anglo-saxons qui sont devenu le terminus pour l'exode des jeunes français depuis quelques années… Royaume-Uni… States…. Australie… ah ces agences de notation si méchantes et qu'on adulait quand elles nous accordait un AAA…. la faute c'est toujours aux autres….
Réponse de le 12/10/2014 à 16:20 :
" les théories néo/ultra-libérales qui vont finir par conduire à la catastrophe"

Je ne vois pas comment des théories absolument pas appliqué ni pris en considération par notre système socialiste pourraient être responsable de quoi que ce soit.

Si on refuse les anti biotique est la faute des Labo si l'on crève ???
a écrit le 11/10/2014 à 12:39 :
La France est un régime autiste avec un Etat autonome sans assise démocratique... c'est un régime malthusien et décliniste. C'est ainsi que la bureaucratie écrase la société, c'est de la piraterie. On compte 85% de mécontents et n'on a manifestement "rien fé".
a écrit le 11/10/2014 à 12:25 :
Hollande et Sapin à bord du Titanic poursuivent sereinement leur route.
a écrit le 11/10/2014 à 12:20 :
On s'en fout on est AA+ chez Fitch,la seule agence sérieuse
Réponse de le 11/10/2014 à 13:02 :
Fitch est sérieuse car son actionnaire est français? Méfiance....ça sent mauvais....
a écrit le 11/10/2014 à 12:08 :
"Le gouvernement reste serein".... moi pas du-tout ! en 2 ans l'économie est grimpée ... faute de réformes .... et réduction des fonctionnaires ... élus et cie !
Réponse de le 12/10/2014 à 16:09 :
""Le gouvernement reste serein""


Comme tous ceux du Titanic qui ont finis noyés..
a écrit le 11/10/2014 à 12:05 :
Les conséquences des avis des agences de notation sont depuis quelques temps plus du tout les mêmes que par le passé, sauf pour les médias économiques qui trouvent du pain à se mettre sous la dent...
a écrit le 11/10/2014 à 11:41 :
Je n'arrive toujours pas à comprendre comment ces agences, non élue démocratiquement, peuvent avoir autant de poids sur les pays. C'est aux citoyens de décider si il y a trop de dettes ou pas, et ou couper si besoin est
Réponse de le 11/10/2014 à 12:07 :
Elles en ont de moins en moins, dans une situation économique catastrophique, le France emprunte pour presque rien !
Réponse de le 11/10/2014 à 13:01 :
Ce sont les états et leurs créditeurs qui payent ces agences pour faire les audits. Normal. Maintenant chacun est libre d'interpréter ces notes et de s'endetter s'il le souhaite à condition de trouver des prêteurs bien sûr....
Réponse de le 11/10/2014 à 14:14 :
@Polo
Les prêteurs se bousculent au portillon pour pas cher...et pour l'instant. Ce qui n'empêche pas la dette de croître, prétexte un jour a une demande de remboursement immédiat, source de conflit potentiel.
Réponse de le 12/10/2014 à 16:10 :
"Je n'arrive toujours pas à comprendre comment ces agences, non élue démocratiquement, peuvent avoir autant de poids sur les pays."

Et vous, vous êtes "élus démocratiquement" ?
a écrit le 11/10/2014 à 11:27 :
Il n'y a aucunes réformes structurelles. Le régime est détesté par la population! ça cocotte le chômage et l'économie de bas salaires! ça cocotte les réductions de social, l'austérité, le laxisme et les impôts qui font du raz le bol.
Il y aurait des fonctionnaires tapés c'est sur la tête ou dans la tête? Et des centres d'impôts qui flamberaient, c'est avec des bananes?
Réponse de le 11/10/2014 à 11:49 :
Cela dit à chaque fois qu'on lance une réforme "dite structurelle" en France et quelque soit le gouvernement, les français trouvent toujours l'arme fatale pour la faire avorter. Chacun veut des réformes...pour les autres
Réponse de le 11/10/2014 à 12:18 :
je dirais qu'ils ont du poids parce politiques et medias nous disent pas la verite

sur l'economie comme sur l'immigration avec inter on comence à évoluer
Réponse de le 11/10/2014 à 15:31 :
La réforme en France c'est comme le Yeti : tout le monde en parle mais personne ne l'a vu.
Réponse de le 11/10/2014 à 19:20 :
Vous pouvez dire aussi que la réforme en France c'est comme Dieu. ;-)
Réponse de le 12/10/2014 à 16:11 :
"Chacun veut des réformes...pour les autres"

Bof non : les rands de pensions c'était une réforme pour tous le monde.

Mais à force de retarder l'inéluctable, ce n'est pas vers des réformes qu'on va, mais vers des suppression pur et simple..
a écrit le 11/10/2014 à 11:13 :
Il restait que la lutte contre le racisme à la gauche. Et même cela, elle le fait très mal.
Je ne vois plus que la lutte contre les sacs plastiques qui soit le fer de lance de ce gouvernement.
Pour le reste, il faudra attendre 2017.
a écrit le 11/10/2014 à 11:06 :
Oui , il y a de fortes probabilités qu'un lundi matin on apprenne que l'épargne est réquisitionnée , ce qui ne règlera pas le problème de fond , ce vaste sabotage économique , identitaire et sécuritaire mis en place consciencieusement par l'UMPS . Il n'y a que les Français de plus en plus nombreux soutenant Marine qui l'ont compris , ou ceux qui ne votent plus , ou blanc , mais ça ne change rien . Si Marine l'emporte aux prochaines élections , ce que je souhaite , ça accélérera ce qui de toute façon nous attend : un déferlement de violences avec en particulier des centaines de milliers d'immigrés , comme ils le font régulièrement qui vont tout casser , brûler et piller , plus toutes les populations de l'Est , déjà présentes . Effrayant l'avenir , mais ça ne peut être que voulu .
a écrit le 11/10/2014 à 11:02 :
Notre économie est gravement démolie par les boomers loosers, à quand 6 millions de pré-retraites? C'est de la nullité économique!
Réponse de le 11/10/2014 à 11:32 :
Tu crois que tu es plus à envier que les générations que t'ont précédé? Réfléchis bien!
a écrit le 11/10/2014 à 10:51 :
Il faut appliquer au plus vite le modèle Allemand qui a été déjà mis en oeuvre en Gréce: Passer au 39h payée 35h
Faciliter les licenciements afin de pouvoir baisser la masse salariale au plus vite de 10% (le gain de 35h à 39h)
Réduire a 6 mois les prestations de chômage.
Créer un SMIC Chômeurs longue durée (après 6 mois de chômage) à 500 Euros.
Avec cela on aura 1,5 Millions de chômeurs en plus mais seuls 30% de la totalité des chômeurs seront indemnisés.
La consommation sera réduite a portion congrue.
Les chiffres d'affaires des entreprises baissera (celles qui n'exportent pas c'est à dire 90%)
Elle seront dans l'obligation de virer encore plus.
Et l'Europe sera en deflation ET recession.
Une bonne façon de faire de la décroissance comme les écolos le demandent depuis longtemps.
La droite nounouille d'Europe fait de l'écologie sans le savoir :-)
Réponse de le 11/10/2014 à 11:17 :
Et les 57% de dépenses publiques? Et le million de fonctionnaires en trop? Çà ne vous parle pas?
Réponse de le 12/10/2014 à 16:01 :
non, je suis fonctionnaire et je préfère que ce soit le privé qui fasse des sacrifices.
Mais ne touchez pas à mes privilèges sinon je fais grève.
a écrit le 11/10/2014 à 10:39 :
C'est la jobardise économique, nous avons un gouvernement de suicideurs de jeunes et ce à l'échelle européenne dans les pays du sud. C'est un système foireux! On a une industrie sans robots et un pib en carton: bureaucrateland ça ne marche pas! D'ailleurs on voit les programmes de candidats pour dynamiser l'activité et pas la dynamiter par du corporatisme dévoyé et la paresse instituée par l'administration. On y prône le vice avec le pib putes. On propose 140 milliards de baisse de dépenses et la fin de la dictature fonctionnaire avec la révision des statuts. On fait 10 euros de dette pour zéro de croissance... et on plombe la balance commerciale. On parle raz le bol pour les impôts on oublie la politique de chômage et de découragement des chômeurs, la destruction du bâtiment et la pénurie organisée de logements. On fait dans les pets de relance qui ne relancent rien! A quand la révolution contre les bas prévôts d'ancien régime, terroristes d'Etat anti sémites et anti chrétiens? On nous fait là une tuerie sociale!
a écrit le 11/10/2014 à 10:36 :
et en plus nous avons le MINISTRE MACRON QUI UNE SEMAINE APRES AVOIR ete nomme dit tout le contraire de ce qu'il pensait avant .un walls qui hier promet des sous aux regions sans dire où il va les prendre ;mais les mesures d'economies toujours pas EX possible a effet immediat . non cumul des remunerations elus ,suppression de la honte pour une république LA RESERVE PARLEMENTAIRE?LE NON CUMUL EMPLOI RETRAITE POUR LES ELUS ET GROS REVENU . SUPPRESSION DE TOUTES CES AGNCES D4etat, comite theodule, etc
a écrit le 11/10/2014 à 10:33 :
Pour les particuliers, la notion de surendettement existe et une commission de surendettement existe pour empêcher que l’inconsistance de l'emprunteur se pérennise, que le problème s'aggrave, que sa dette s'aggrave toujours un peu plus. Au plus haut sommet des instances internationales, une rigueur identique ne pourrait pas nuire en rappelant que la réalité de la vie ne se nourrit pas de virtualité; et que le concept de ressources va reposer, obligatoirement, un jour sur la réalité de ces ressources. Nous touchons tous les jours, un peu plus, les limites de la fuite en avant, dans laquelle la France excelle. Nous ne pouvons pas être mauvais partout.
a écrit le 11/10/2014 à 10:29 :
Hollande ne veut pas réformer, il y a des chances que nous nous trouvions dans la situation de la Grèce dans les deux ans à venir.
Réponse de le 11/10/2014 à 10:56 :
Si vous aviez un minimum de connaissance en économie et un minimum de connaisance du dossier grèque vous sauriez que votre commentaire est complétement à côté de la plaque. Mais bon j'ai bien compris que vous voulez juste taper sur les méchants socialistes. Bouh qu'il sont méchants
Réponse de le 11/10/2014 à 12:58 :
socialistes méchants?? non à votre image, rien que niais. A évitez d'alerter c'(est lâche, donc socialo.
Réponse de le 11/10/2014 à 13:18 :
mais arrêtez de vous la péter, vous ne donnez JAMAIS d'arguments intelligents, uniquement des niaiseries dignes d'un enfant de 10 ans. Quant aux socialistes, oui ils sont tout à fait bêtes et méchants; n'est ce pas?? vous le prouvez.
Réponse de le 11/10/2014 à 19:44 :
parce que vous avez des connaissances en éco., fiscalité?? vous les cachez bien. LOL
a écrit le 11/10/2014 à 10:22 :
Un non évènement. Ce qui disent ou font les agences de notation n'a plus aucune conséquence sur la gouvernance économique d'un pays comme la France. Depuis les 2 dernières dégradations, le taux du 10 ans français n'a cessé de baisser...
D'une part la politique de la BCE rassure et depuis grâce aux lois (Bruxelles et parlement français) il sera possible de saisir l'épargne privée française en cas de crise grave. Comme cette épargne est très supérieure aux 2000 mlrds de dette les prêteurs internationaux sont rassurés...
a écrit le 11/10/2014 à 10:22 :
J'espère que le message aura été compris et que les fonctionnaires, les fainéants, les bons à rien et autres assistés vont enfin morfler!
Réponse de le 11/10/2014 à 10:34 :
Vous avez compris?
Réponse de le 11/10/2014 à 11:24 :
Un peu dur votre message... Cependant il y a des chiffres et des exemples qui parlent. Cameron a supprimé 600.000 postes de fonctionnaires en 3 ans, dans le même temps le secteur privé a créé 1.200.000 emplois... cqfd
Réponse de le 12/10/2014 à 0:22 :
en l'occurrence il n'y a ni corrélation et donc pas causalité ! C'est compliqué de maitriser les bases de la statistique apparemment !
Réponse de le 12/10/2014 à 16:13 :
"en l'occurrence il n'y a ni corrélation et donc pas causalité !"

Le Libéralisme est la Vérité, le Socialiste n'est qu'une utopie..
Réponse de le 15/10/2014 à 9:46 :
Grossière erreur, le ratio: un fonctionnaire inutile en plus = deux chômeurs en plus est prouvé partout dans le monde depuis des décennies sauf en ex URSS et Corée du Nord. En France, avec 25% de fonctionnaires ou assimilés, quasiment toutes les familles ont des fonctionnaires donc on défend systématiquement le délire actuel qui nous mène au gouffre (un million de fonctionnaires en trop).
a écrit le 11/10/2014 à 10:12 :
Visiblement S&P est moins autiste que notre gouvernement.
a écrit le 11/10/2014 à 10:10 :
Il faut bien admettre que Valls a eu bien du mal a constituer un gouvernement digne de ce nom, les meilleurs socialistes n'étaient pas kamicaz et lui ont fait faux bon,
Vallsn'a jamais eu la moindre capacité à diriger un gouvernement, tout au plus serait il capable de diriger une association dans un quartier ou un arrondissement du 16ème arrondissment ou du sentier.
a écrit le 11/10/2014 à 10:00 :
Depuis belle lurette les finances publiques, les notes des agences et les amendes (sanctions) sont des affaires de nature politique, uniquement. Tout se règle et par forcément selon le préconisé, ce qu'on pourrait attendre. Les menaces de pacotille feront toujours les éditoriales de presse et les voyages à New York, mais elles resteront anodines car comme on sait, le "show must go on". Dommage pour les pays à faible influence politique (comme l'Argentine, par ex), ils payeront pour les autres du club G7.
Réponse de le 11/10/2014 à 10:41 :
Vous voulez dire que la France, petit pays sans influence politique, va morfler ? Evidement !
Réponse de le 11/10/2014 à 13:03 :
Non, mon grand, bien au contraire. La France jouit (encore) de son influence politique, c'est pour cela que j'avais dit que ce ton alarmiste n'est que du bruitage de presse et rien d'autre. Si il y avait effectivement une mise en garde sérieuse de cette agence là vis à vis de notre pays, les médias en parleraient d'un autre ton, tout en relativisant. Le ton alarmiste qu'on voit dans les titres des médias c'est toujours un signe de qu'il n'y a pas de quoi s'inquiéter.
Réponse de le 11/10/2014 à 14:42 :
Quand on touche le fond il n'y a pas de quoi s'inquiéter.
Réponse de le 12/10/2014 à 16:16 :
" Le ton alarmiste qu'on voit dans les titres des médias c'est toujours un signe de qu'il n'y a pas de quoi s'inquiéter."


Vous ignorez que la quasi totalité des journalistes sont d'une inculture crasse, et que leur tronche alarmées ou pas n'a aucuns rapport avec la Vérité.

La France est en train de faire faillite. Des millions de gens vont se retrouver pauvre -vraiment pauvre, pas pauvre à 1000 euros comme actuellement.. Ainsi sera apprise la leçon que les français ont toujours refuser d'apprendre sur le Socialisme..
Réponse de le 12/10/2014 à 16:17 :
" La France jouit (encore) de son influence politique, "


Très drôle. Va falloir vous mettre à jour, parce que les année 60/70, c'est finis depuis un bout de temps tout de même !
a écrit le 11/10/2014 à 9:54 :
Pouvait-il en être autrement quand on voit les résultats de la politique économique de ce gouvernement ? Son seul mot d'ordre semble être de pressurer fiscalement les français !
Réponse de le 11/10/2014 à 11:55 :
Je crains que les résultats économiques de la France ne soient plus maîtrisés depuis maintenant plusieurs décennies par les gouvernements. D'ailleurs ils en sont de moins en moins responsables...
a écrit le 11/10/2014 à 9:46 :
la reponse est deja prete ' tout va bien, il s'agit juste de french bashing, ce qui est injuste, car le reste de l'univers voit que le centre de l'univers reflechit a envisager d'avoir des idees de reformes'
a écrit le 11/10/2014 à 9:43 :
rien à cirer, ils ne sont pas crédibles

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :