Bandeau Présidentielle

Michel Sapin promet un compte pénibilité simplifié

 |   |  637  mots
Le compte pénibilité sera simplifié pour les plus petites entreprises
Le compte pénibilité sera simplifié pour les plus petites entreprises (Crédits : reuters.com)
En marge de la conférence de presse sur la stratégie économique budgétaire et fiscale de la France, le ministre des Finances a indiqué que le compte pénibilité sera simplifié pour les plus petites entreprises.

Invité par la CGPME à manifester leur mécontentement, les chefs d'entreprises ont battu le pavé à Paris et à Toulouse lundi dernier. D'autres manifestations sont prévues d'ici la fin de la semaine. Parmi leurs griefs majeurs, la mise en place prochaine - les premières mesures sont applicables au au 1er janvier 2015 - du compte pénibilité. Pour l'instant, ces "manifs"  n'ont pas fait plier le gouvernement. L' abrogation du compte pénibilité n'est en effet pas à l'ordre du jour. « C'est une avancée majeure et il n'est pas question d'y renoncer », a déclaré Marisol Touraine la ministre des Affaires sociales mercredi sur le plateau sur i>TELE, témoignant ainsi de la détermination de l'exécutif sur ce dossier.

Certes, abrogation, il n'y aura pas. Mais des aménagements sont possibles, comme l'avait déjà annoncé mardi le ministre de l'Economie Emmanuel Macron en annonçant la création d'un groupe de travail pour plancher sur le sujet. de son côté, Thierry Mandon, secrétaire d'État à la simplification a suggéré sur le site L'internaute.com de supprimer un ou deux critères de pénibilité. " Il y a 10 critères, est-ce que 8 ou 9 ne suffisent pas pour sortir de la situation de blocage ? ", s'est-il interrogé.

Ce qui a l'air de se confirmer. Ainsi, en marge de sa conférence de presse sur la stratégie économique budgétaire et fiscale de la France, Michel Sapin a indiqué que « le compte pénibilité sera simplifié pour les plus petites entreprises ».

Renouer le dialogue

Avec cette annonce, Michel Sapin compte renouer le dialogue avec les TPE et les PME, notamment celles appartenant au secteur artisanal, les plus touchées par la crise et l e ralentissement de la croissance. Il espère susciter une certaine bienveillance de la part des organisations patronales qui défendent leurs intérêts, notamment la CGPME et l'UPA.
Mesure phare de la réforme des retraites votée en 2010 modifiée par un arrêté de janvier 2012, le compte pénibilité donne la possibilité aux salariés subissant des conditions de travail difficiles de partir plus tôt à la retraite, de se former ou de changer d'affectation.

Dès le 1er janvier, les salariés exposés à quatre facteurs de pénibilité pourront obtenir des points qui leur permettront de se former, de travailler à temps partiel ou de partir plus tôt à la retraite. Ces facteurs sont le travail de nuit, le travail répétitif, en horaires alternants ou en milieu hyperbare (comme les travaux sous-marins). Il est dénoncé comme une "usine à gaz" par le patronat qui a obtenu de la part de l'exécutif que les six autres facteurs (postures pénibles, manutentions manuelles de charges, agents chimiques, vibrations mécaniques, températures extrêmes, bruit) n'entrent en vigueur que le 1er janvier 2016.

Le combat continue avec le MEDEF

En faisant cette distinction, Michel Sapin souffle également sur les braises - déjà bien rouges - pour attiser l'incendie qui est en train de carboniser les relations entre le gouvernement et le MEDEF. Depuis la semaine dernière, l'organisation patronale a multiplié les attaques contre le gouvernement qui lui rend coup pour coup, soutenu par le Parti socialiste. Emmanuel Macron, le ministre de l'Economie a notamment pointé le rôle du Medef dans l'échec de la mise en place du Pacte de responsabilité. Ce matin, Michel Sapin a rappelé les efforts du gouvernement en faveur des entreprises, « pour rappeler à tous qu'il n'y aurait pas de débat aujourd'hui sur le montant d'ajustement budgétaire si nous n'avions pas décidé de faire le Pacte et le CICE », rappelant que le montant des prélèvements nouveaux dépassait les 36 milliards d'euros en 2011 et 2012, contre 33, 4 milliards d'euros en 2012 et 2013 auxquels s'ajoutent 3,7 milliards d'euros en 2014.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/12/2014 à 11:35 :
C'est bien ce gouvernement à compris l'exaspération des contribuables en leurs installant un compte pénibilité, et oui trois ans que cela dure cela fait des dégâts .
a écrit le 04/12/2014 à 5:44 :
OK,le medef n'en veut pas:réservons le compte pénibilité a la fonction publique et aux collectivités,voyons comment ça se passe et après on décidera s'il faut l'appliquer au privé!
a écrit le 03/12/2014 à 20:42 :
Dieu que ce Sapin est pénible...prétentieux et incompétent
a écrit le 03/12/2014 à 17:46 :
C'est pénible devoir se lever le matin pour aller bosser......
a écrit le 03/12/2014 à 16:46 :
3 choses
Un. Pour appliquer plus facilement les lois : avant d'appliquer les taxes sur la masse salariale, les appliquer sur les bénéfices pour éviter d'affaiblier les entreprises qui sont à la peine.
Deux. Ensuite, toutes les contraintes de la loi pénibilité sont déjà subies par les entreprises (inspection, jugement de la pénibilité, accidents du travail, etc...), Il serait judicieux dans un premier temps de partir sur :
Trois. A envisager :
- un fonctionnement "As-Is" sans contrainte supplémentaire pour les entreprises, sauf à la limite sur les bénéfices (jusqu'à un plafond biensûr)
- Les sociétés tierces de jugement comptabilisent les points.
- Faire des regroupements et des exclusions par activité/branche pour simplifier le tout (notamment regrouper par dommaine d'activité et limiter aux "opérateurs de terrain")
- TRAVAILLER SUR UN BUREAU N'EST PAS PENIBLE (sinon, vivre en soit est pénible !)
Bref, le pb de vient pas de la loi mais de son application. Donc cela demande "juste" un peu de bonne volonté.
Réponse de le 06/12/2014 à 9:13 :
Tout à fait d'accord.
Travailler peut-être dur, vivre peut-être dure, mourir peut-être dur.Tout est relatif.
Mais travailler peut-être un vrai bonheur, vivre un vrai bonheur, mourir un soulagement.
Il faut avoir un peu de discernement et savoir si notre travail est pénible parce qu'il nous ennuie ou parce que qu'il nous use physiologiquement.
Sinon c'est nos entreprises et notre travail que nous verrons mourir.
a écrit le 03/12/2014 à 16:15 :
Dans ce pays la classe politique,issue presque exclusivement de l'ENA , fait de grandes lois générales tellement ineptes et contraignantes qu ils sont obligés de créer des niches et amendements pour la contourner ou la vider de son contenu
Comme les 35 heures, ISF et beaucoup d autres totem de gauche .C est ce qui va se passer pour le compte penibilité, un truc invraisemblable , unique au monde
a écrit le 03/12/2014 à 13:34 :
Putain encore 2 ans et demi avec cette équipe de bras cassés
Apres les régionales il y en aura déjà moins

Que de nullité alors qu'on a 9 millions de chômeur s et rmiste
Réponse de le 04/12/2014 à 11:38 :
si tout le monde était riche alors personne ne voterait pour eux , donc on peut comprendre leur politique jusqu'à l'horizon 2017 où ils auront un fort potentiel de votant jamais égalé.
a écrit le 03/12/2014 à 13:32 :
@sweech: Parce qu'un cadre qui dort peu à cause de sa charge de travail, qui a de lourdes responsabilités, chope de l'hypertension et des burnout en série ne connait pas la "pénibilité" lui ? Cette loi est ridicule, c'est populiste et destiné à s'attirer un retour en grâce de la classe ouvrière (qui n'existe presque plus et s'est tournée depuis quelques temps déjà vers le FN). Les gens qui bossent de nuit LE SAVENT et l'ACCEPTENT, tout comme les pompiers, les urgentistes, etc... ils touchent DEJA un dédommagement pour cela. Cette mesure ne sera de toutes façons jamais appliquée en l'état (ex: Si vous soulevez plus de 15 fois des objets de plus de 10 kilos en effectuant un mouvement des bras de plus de 60°, vous gagnez 10 points sur votre compte => QUI va aller appliquer ça ou vérifier les "angles" ou le "poids", c'est du blabla d'énarque impossible à gérer). Le choc de simplification, la boite à outils, c'est où tout ça ? Nul part, on en rajoute même une couche. Consternant...
Réponse de le 03/12/2014 à 13:49 :
@jeromeB : un cadre a 6 ans d'espérance de vie de plus qu'un ouvrier ! Si Quelqu'un accepte un travail penible, de quel droit tu l'empêcherait de bénéficier D'autant d'années de retraite que les autres ? mesurer les critères de penibilite : facilement abordable pour les entreprises ayant un hse/hsq, pour les plus petites elles font appel a un cabinet externe
Réponse de le 03/12/2014 à 14:27 :
Où ai-je dis que la pénibilité était l'apanage des ouvriers ?
a écrit le 03/12/2014 à 13:24 :
Ils sont forts en promesses, hein...
a écrit le 03/12/2014 à 13:19 :
Il faut arrêter de rajouter des contraintes sur les entreprises
a écrit le 03/12/2014 à 13:16 :
Le gouvernement devrait montrer l’exemple et mettre en place le compte pénibilité chez les fonctionnaires, aux prises avec des administrés grincheux et jamais contents. C’est usant.
a écrit le 03/12/2014 à 13:11 :
C'est pas la foire d'empoigne au village gauloise? On dit j'aime les entreprises, les voila dans la rue! C'est la faute à Merkel ou à Kerviel ou à la BCE?
Alors rendez-vous aux élections...
Réponse de le 03/12/2014 à 15:05 :
Plutôt aux grandes entreprises soutenues par le MEDEF, qui cachent leurs impôts a l'étranger et qui reversent en dividendes les primes que leur donne l'état. Vous êtes dans la caricature,pas moi !!
a écrit le 03/12/2014 à 13:10 :
La loi actuelle est complexe. D'un autre côté, nier que bosser une partie de sa vie à porter des charges lourdes ou en équipe de nuit à un impact sur la santé, c'est n'avoir jamais mis les pieds dans une usine. N'y a-t-il pas un juste milieu à trouver ?
Réponse de le 03/12/2014 à 13:28 :
Le probleme est que la parole de nos politiciens c'est du vent
Depuis 3 ans les charges ont beaucoup auguemente
Par contre les promesses de. Baisse !!
Le CICE c'est tres complique il faut faire du bénéfice et des tonne de paperasses
Le pacte a la c... Il est virtuel il sera en route en 2017 autant dire jamais
En plus on nous ajoute des contraintes à la con duflot apprentissage pénibilité

Y en a marre des énarques
a écrit le 03/12/2014 à 13:08 :
je propose la prise en compte de la "pénibilité" pour les cheminots, les fonctionnaires ..... Pour le reste du privé ... on s'en fout .... pour les chauffeurs routiers, les couvreurs idem etc .... !
a écrit le 03/12/2014 à 12:58 :
CEUX QUI NE CONPRENENT PAS CETTE FUTURE LOIE? NON JAMAIS CONNUE DE TRAVAUX PHISYQUE?NOTAMENT LES BIEN PENSANT C EST A DIRE LES ELITES . FORME A L ENA???
a écrit le 03/12/2014 à 12:52 :
Le medef ne représente pas les entreprises
Juste quelques grosses entreprises
a écrit le 03/12/2014 à 12:46 :
Le vrai problème est que le medef ne représente que le cac40 et que la parole d'un politicien ne vaut absolument rien

On aurait jamais du signer ces accords sur la pénibilité et l'apprentissage

Moi je fais la grève des apprentis

Y en a marre des énarques
a écrit le 03/12/2014 à 12:42 :
truc Français !.... il suffit de voir les dégâts depuis 2 ans !
a écrit le 03/12/2014 à 12:26 :
Choc de simplification ?? Oui, dans les mots. La réalité est un assassinat des entreprises !!!! Bientôt il faudra compter le nombre de pas des salariés !!
a écrit le 03/12/2014 à 12:21 :
Je ne comprends pas très bien le sujet de ce débat. 1) c'est quoi la pénibilité ? Si un quidam décide de faire le même travail toute sa vie, il ne peut blâmer les autres pour son choix. 2) D'autre part, le quidam en question touche des majorations qui, soit dit en passant, n'existent pas dans les pays anglosaxons par exemple.
Réponse de le 03/12/2014 à 12:29 :
Tout le monde ne peut pas être ingenieur, nous avons besoin de main d'œuvre qui travail dans le bâtiment par exemple, les conditions de travail étant plus difficiles dans ces métiers il est normal que ces difficultés soient prises en compte
Réponse de le 03/12/2014 à 12:36 :
Tout le monde ne peut pas finir ingenieur, il me semble normal que les "quidams" (pour reprendre votre terme dédaigneux), qui construisent vos logements par exemple, puisse partir plus vite à la retraite étant donner que son travail est plus pénible
a écrit le 03/12/2014 à 11:38 :
Encore un truc pour freiner l'emploi !
Réponse de le 03/12/2014 à 12:27 :
Socialisme = destruction des emplois.
Voici une équation simple
a écrit le 03/12/2014 à 11:32 :
Croyez-vous réellement que Bercy soit capable de faire simple?
Réponse de le 03/12/2014 à 11:33 :
Faire simple : supprimer la mesure.
a écrit le 03/12/2014 à 11:30 :
Qui fait quoi dans ce gouvernement certains jours c'est walls puis Macron et maintenant sapinin AVEC qui faut il negocier
Réponse de le 03/12/2014 à 11:39 :
c'est vrai Mhatteau, les interlocuteurs changent de noms

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :