La Tribune

L'euro en route vers 1,45 dollar

Infographie La Tribune/BHEDOUIN
Infographie La Tribune/BHEDOUIN
Christelle Fradin  |   -  491  mots
Au lendemain de la décision de la banque centrale européenne de relever ses taux, la monnaie unique a franchi ce matin le cap de 1,44 dollar. Elle progresse également face au yen.

 

Si l'euro avait marqué un temps d'arrêt à l'approche du verdict du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) hier, il est reparti à la hausse plus violemment encore ce matin. La monnaie unique s'est en effet hissée jusqu'à 1,4420 dollar - un niveau qui n'avait pas été observé depuis janvier 2010 - et progressait également face au yen, jusqu'à tutoyer les 123 yens.

Derrière cette dynamique haussière, qui ne sera pas pour plaire aux exportateurs européens mais aura au moins l'avantage d'alléger la facture pétrolière, se cache le thème classique du différentiel de taux. La Banque centrale européenne a repris l'initiative hier, première parmi les pays du G7. Son conseil a en effet annoncé le relèvement d'un quart de point de l'ensemble de ses taux, à commencer par le taux de refinancement. Coincé à 1% depuis le mois de mai 2009, celui-ci est désormais fixé à 1,25% Et le mouvement ne devrait pas s'arrêter là, même si Jean-Claude Trichet, le président de la BCE, a souligné il y a un mois qu'il ne s'agirait pas du premier geste d'une série.

Certes, le banquier central n'a pas exprimé à nouveau hier sa "forte vigilance" vis-à-vis de l'inflation, vocable permettant aux marchés d'intégrer l'idée d'une hausse des taux dès la réunion suivante. Autrement dit, la BCE ne devrait pas procéder à nouveau tour de vis au mois de mai. Mais il entend surveiller les éventuels effets de second tour, c'est-à-dire la propagation à l'ensemble de l'économie de la hausse des prix à la consommation et notamment aux salaires. Et de souligner que la politique monétaire en zone euro reste "très accommodante".

De quoi alimenter donc les anticipations de nouvelles hausses des taux. Pour certains, la prochaine pourrait intervenir dès le mois de juin. Les marchés ont dans l'idée que le taux de refinancement pointera à 1,75% en fin d'année et à 2,5% fin 2012. A peine de quoi ramener au niveau zéro les taux d'intérêt réels.

Dans le même temps, la Réserve fédérale, la Banque d'Angleterre et la Banque du Japon ne cillent pas. Si certains des membres de la Fed évoquent la possibilité d'interrompre les mesures d'assouplissement quantitatif, le conseil (le FOMC) souligne toujours dans ses communiqués que "les conditions économiques devraient vraisemblablement justifier des niveaux de taux exceptionnellement bas pour une période prolongée".

Alors qu'elle se réunissait hier, la Banque d'Angleterre, pourtant confrontée à une inflation désormais à 4,4%, a opté pour le statu quo, donnant encore la priorité à la croissance économique. Mais elle n'a jamais été aussi proche de sortir des taux voisins de zéro.

En attendant, tant que ces dernières n'auront pas à leur tour décidé de reprendre l'initiative vers une normalisation de la politique monétaire, la tendance pourrait bien rester haussière quelques temps encore pour l'euro.

Réagir

Commentaires

eurofederal  a écrit le 09/04/2011 à 15:29 :

Euro en hausse pa rapport au USD, certes.
1 euro valait entre 1.72 AUD et 2.05 AUD entre 2008 et 2010. Aujourdh'hui, il ne faut que 1.37 AUD pour acheter une euro.... vous avez dit euro en hausse.
1 euro valait entre 1.88 et 2.55 NZD entre 2008 et 2010. Aujourd"hui, un euro achète péniblement 1.85 NZD.
1 euro valait plus de 1.55 FS...... vous connaissez la suite.
La seule monnaie ayant une valeur inférieure est la Livre....mais à plus ou moins 85 pence par euro, elle est à mon sens à sa juste valeur de PPA. Alors il vaudrait mieux à mons sens dire que les autres devises montent par rapport au USD et euro....

Corso  a écrit le 09/04/2011 à 13:02 :

Oui, nous tentons ce que nous pouvons pour soutenir les USA. Quand je dis nous, ce sont les français acheteurs en derniers ressort : les consommateurs.

legal  a écrit le 08/04/2011 à 20:09 :

Encore une énième remake du retour de la momie (le monde selon JCT)

Le philanthrope  a écrit le 08/04/2011 à 18:19 :

Les grands décideurs mondiaux, me font malheureusement penser à une personne , qui prise dans sa faiblesse, se laisse aller à tous les excès. Le capitalisme a vu dans l'euro, l'outil idéal pour accroître ses gains. Ceci au détriment des nations qui y ont adhérées. Alors ce qui était une réelle avancée vers une unité européenne. Devient au fil des crises une véritable cause de son risque de dislocation. Nous pouvons nous ressaisir; le capitalisme devant trouver ses limites. Et le social se rééquilibrer.

eurofederal  a écrit le 08/04/2011 à 15:24 :

Quel titre racoleur! Rien ne peut arrêter l'euro....Je vous rappelle que hormis le dollar et la Livre sterling, l'euro est en baisse de presque 25% par rapport aux dollars antépodiens ( OZ et NZ), dollar canadien et franc suisse... alors, please, cessez de nous dire que l'euro monte, c'est le dollar US qui baisse par rapport à toutes les devises...

le journal de personne  a écrit le 08/04/2011 à 10:22 :

On nous ment !

On nous ment nous disent deux économistes de renom
On ne peut pas renoncer à l?Euro.
On n?a pas le moindre intérêt à le faire
Zéro pour tous les politiques qui prétendent le contraire.

On nous ment nous disent deux politiques qui ne cherchent pas à se faire un nom.
On peut renoncer à l?Euro.
Et on a tout intérêt à le faire
Encore faut-il avoir la volonté politique de changer les enjeux avant de faire l?état des lieux.

http://www.lejournaldepersonne.com/2011/04/on-nous-ment/

soxus lyon  a répondu le 08/04/2011 à 11:25:

J'ai écouté l'avis de deux économistes de renom qui disent qu'il vaut mieux sortir de l'euro si la politique actuelle est encore menée (le fameux fond) Autrement dit : la politique du chien crevé sur la rivière. Ils disent rester dans l'euro sous deux possibilités : protection économique de la zone euro (barrière) et possibilité de faire des bons d'état...
Sinon c'est la cata!! Portugal , Espagne , Italie , Belgique , France .......(les acteurs de la finance se frottent les mains)