La Tribune

La Chine pourrait changer de politique et prendre des mesures favorables à la croissance

Le Premier ministre chinois, Wen Jiabao, a déjà prévenu que certains réajustements macro-économiques seraient effectués durant le premier trimestre. Photo : Reuters
Le Premier ministre chinois, Wen Jiabao, a déjà prévenu que certains réajustements macro-économiques seraient effectués durant le premier trimestre. Photo : Reuters (Crédits : Reuters)
Robert Jules  |   -  693  mots
Le paquebot de l'économie chinoise reste difficile à manoeuvrer. La Banque centrale de Chine a relevé pour la deuxième fois en moins de trois mois le ratio des réserves obligatoires des banques commerciales afin de faciliter le crédit. Avec le ralentissement de l'activité du pays, Pékin est plus préoccupé par l'évolution de la croissance que par celle de l'inflation.

Les autorités chinoises sont en train d'opérer un changement de leur politique économique. Si l'année 2011 avait été dominée par la nécessité de maîtriser une inflation orientée à la hausse, notamment en raison de l'envol des prix alimentaires, 2012 pourrait être marquée par des mesures plus favorables à la croissance.

La Chine s'est fixé un objectif de croissance économique 2012 inférieur au taux de 8% des années précédentes, a déclaré le futur président chinois Xi Jinping, selon des commentaires publiés dimanche par l'agence Chine nouvelle. Toutefois, Xi Jinping a déclaré dans une interview à l'Irish Times que l'économie chinoise n'enregistrerait pas de ralentissement important cette année. Ces propos sont similaires à ceux qu'il a tenus avant son départ des Etats-Unis pour l'Irlande. "A partir de cette année, nous avons à juste titre abaissé notre objectif de croissance économique. Cela nous aidera à alléger la pression en terme d'inflation, d'énergie, de ressources et d'environnement", a déclaré Xi Jinping, actuellement vice-président de la Chine.

Une inflation supérieure à l'objectif des 4%

Le Premier ministre chinois Wen Jiabao avait déjà souligné en début de mois que le gouvernement surveillait attentivement l'évolution de la deuxième économie du monde en ce début d'année, précisant même que certains réajustements macro-économiques seraient effectués durant le premier trimestre.
Même si l'indice des prix à la consommation (IPC), principal indicateur de l'inflation, a rebondi à 4,5% en janvier et a pu être interprété comme un signal de l'appréciation de celle-ci après 4,1% en décembre - sa plus faible progression durant lesquinze derniers mois -, nombre danalystes y ont vu d'abord les conséquences des festivités du Nouvel an chinois, sous le signe du Dragon. Pékin semble donc considérer que malgré une inflation à + 5,4% en 2011, largement supérieur à l'objectif de + 4% fixé par le gouvernement, le danger est ailleurs.
Le risque d'un ralentissement de la croissance, en particulier lié à la crise de la zone euro, coeur de son principal marché pour ses exportations, et ses investissements demain, a donc poussé la Banque populaire de Chine (nom officiel de la Banque centrale) à annoncer une baisse - modeste, 0,5 point - du taux des réserves obligatoires des banques à partir du 24 février.

Un ratio de réserves obligatoires  20,5%

Avec cette baisse, la deuxième, aussi de 0,5 point, en trois mois, ce taux des réserves obligatoires pour les grandes banques commerciales du pays est désormais de 20,5%. La mesure vise à assouplir les conditions de crédit pour favoriser les investissements, et s'inscrit dans la politique gouvernementale d'assouplissement monétaire du gouvernement déjà amorcée en faveur des petites et moyennes entreprises et pour l'accès l'immobilier pour les particuliers.
Car malgré les objectifs définis dans le plan quinquennal, notamment par une croissance davantage fondée sur la consommation intérieure que les exportations, le développement de l'économie chinoise reste instable, déséquilibrée et mal coordonnée. Et le danger est qu'en dessous d'un certain seuil, « l'atelier du monde » pourrait avoir des ratés, notamment sous la forme d'une multiplication de problèmes sociaux.

Un ralentissement de la croissance qui inquiète Pékin

La Chine s'est fixé pour 2012 un objectif de croissance du produit intérieur brut (PIB) de 7,5%, ont indiqué des chercheurs à Reuters. L'objectif de croissance chinois, considéré plutôt comme une ligne directrice que comme un objectif sérieux, est rendu public par le Premier ministre lors de la réunion annuelle du parlement début mars.

Si l'économie chinoise a connu une croissance de 9,2% en 2011, ce taux a ralenti au quatrième trimestre à 8,9%, soit la plus faible progression en 10 trimestres, selon les données publiées par le Bureau d'Etat des statistiques chinois. Alors que 2012 devrait redistribuer les cartes au sein du bureau politique du Parti communiste chinois avec l'arrivée d'une nouvelle génération de leaders, le modèle de la croissance reste un enjeu majeur comme en attestent les luttes feutrées mais implacables entre les « néo-maoistes » et les « libéraux » pour le pouvoir.

Réagir

Commentaires

Le jour...  a écrit le 20/02/2012 à 10:18 :

....où la bulle chinoise éclatera...gare !

legal  a écrit le 20/02/2012 à 9:02 :

Et peut-être une dévaluation du RMB pour soutenir la croissance des exportations et contrer les mesures protectionnistes européennes.

Plus rien  a écrit le 19/02/2012 à 17:47 :

Les taux de croissance à 2 chiffres sont exceptionnels, la croissance de la chine ralentira un jour comme la croissance européenne. Ils devront eux aussi affronter les problèmes que nous connaissons actuellement, mais je ne m'en fais pas trop pour cette civilisation multi millénaires

Longcours  a écrit le 19/02/2012 à 15:58 :

Votre titre est erroné: la Chine a abaissé le ration, elle ne l'a pas relevé !!

Christophe D  a écrit le 19/02/2012 à 15:51 :

Méthode chinoise pour maintenir ou augmenter la croissance : construire des villes fantômes

AAubut  a répondu le 19/02/2012 à 20:25:

Version chinoise des subprimes américains? Ce n'est pas impossible...

letroll  a répondu le 27/02/2012 à 20:40:

et des centres commerciaux géants ... vide , et des millions de maisons et d'appartements vides .... et une bulle immobilière gigantesque ...

Christophe D  a écrit le 19/02/2012 à 15:50 :

Méthode chinoise pour favoriser la croissance : construire des mégapoles fantômes ....