La Tribune

La Chine réforme son système monétaire et veut faire flotter le Yuan

Copyright Reuters
Copyright Reuters
latribune.fr avec Reuters  |   -  419  mots
Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a déclaré mercredi que la Chine allait accélérer les réformes de son système monétaire et autoriser le yuan à flotter plus librement.

Le dirigeant chinois, qui s'exprimait devant la presse à l'issue d'une session annuelle du Parlement, a également estimé que le yuan, qui s'est apprécié de 4,7% sur 2011, était "peut-être proche du niveau d'équilibre", en voyant pour preuve le fait que "les NDF (contrats forward à un an) ont commencé à fluctuer dans les deux sens sur le marché de Hong Kong".

"Nous allons accélérer les réformes du système de change, en particulier en augmentant les fluctuations dans les deux sens", a-t-il assuré. Lors de l'ouverture de la session parlementaire la semaine dernière, Wen Jiabao a revu à la baisse l'objectif de croissance de l'économie chinoise, désormais de 7,5%, un taux qualifié par le Premier ministre de "nécessaire pour réussir la mutation de l'économie" chinoise. Le dirigeant chinois a notamment mis en garde contre la tendance à la décroissance de l'économie de Hong Kong, génératrice d'un risque accru d'inflation. "Une croissance équilibrée en Chine est bénéfique pour l'économie mondiale", a-t-il assuré.

S'opposer au protectionnsime

Des statistiques officielles publiées samedi montrent par ailleurs que la balance commerciale de la Chine, affectée par la crise de la dette en Europe et une baisse des dépenses des ménages aux Etats-Unis, a été déficitaire de 31,5 milliards de dollars en février, son déficit le plus important depuis dix ans. Wen Jiabao a précisé que la Chine allait "adhérer aux principes du cycle de Doha (de l'Organisation mondiale du commerce), promouvoir le libre échange et s'opposer au protectionnisme", et que Pékin allait encourager les investissements mutuels entre les banques chinoises et celles de Taïwan.

Une croissance moins rapide de l'économie chinoise devrait toutefois permettre à la Chine de réformer son système de contrôle des prix sans s'exposer à une flambée de l'inflation. Elle pourrait ainsi conserver une politique monétaire expansionniste indispensable pour assurer un flot de crédit constant pour les petites et moyennes entreprises dont le gouvernement entend encourager le développement. L'inflation, qui a atteint en juillet dernier un plus haut en trois ans à 6,5%, est particulièrement surveillée en Chine car elle impacte directement les conditions de vie des quelque 800 millions d'ouvriers sous-payés.

Autre source d'inquiétude pour les Chinois les moins favorisés, les prix du marché du logement que Wen Jiabao a jugé mercredi "toujours trop élevés" et exposés à un "risque de chaos" en cas de dérégulation.

 

Réagir