En réalité, la croissance chinoise serait tombée sous les 2%

 |   |  780  mots
Le président chinois Xi Jinping avec François Hollande
Le président chinois Xi Jinping avec François Hollande (Crédits : Reuters)
Alors que les prévisions officielles dépassent les 7%, la croissance réelle serait de 1 à 2%, selon l'économiste Patrick Artus, qui souligne la stagnation de l'industrie chinoise. Elle est victime de coûts de production trop élevés.

Evoquant le comptage du nombre de participations à une manifestation, Maurice Thorez distinguait la statistique arithmétique et la statistique politique. Le gouvernement chinois est, on le sait, plutôt partisan de la seconde. Et ce à grande échelle. Alors que les autorités évoquent pour la Chine une croissance du PIB de l'ordre de 7% cette année, celle-ci est en réalité tombée à un rythme de « 1 à 2% » l'an, selon Patrick Artus, directeur des études économiques de Natixis, et bon spécialiste de l'économie chinoise.

Une industrie désormais en stagnation

Comment parvient-il à ce chiffrage ? Selon les statistiques officielles, la croissance de l'industrie atteint 6,8% en rythme annuel, son niveau le plus depuis six ans.
Selon Patrick Artus, l'industrie chinoise est, en fait, sur un rythme de croissance zéro. On peut le voir à "l'évolution de la demande de charbon, qui est proche de zéro sur un an, tout comme celle de pétrole et d'électricité » explique-t-il. Cette évolution, surprenante, de la demande chinoise n'est pas étrangère à la chute des cours du pétrole, ces dernières semaines. Les cours pétroliers sont tombés autour des 90 dollars le baril.
Comment la Chine en est-elle arrivée là ? Tout simplement en raison de la forte hausse des coûts salariaux -qui ont augmenté de 15% par an ces dernières années- alors même que la productivité restait inférieure aux standards occidentaux.  D'où un ralentissement sensible des exportations.

Une forte croissance de la construction... jusqu'à ces derniers mois

Cette atonie de l'industrie avait été compensée jusqu'à récemment par une forte croissance de la construction, « de l'ordre de 20% l'an » selon Patrick Artus. Mais celle-ci est tombée autour de 10%. Le gouvernement chinois a décidé de mettre fin au laxisme qui prévalait dans la gestion des collectivités locales, qui se livraient à une débauche d'investissements et de prêts immobiliers, dopant leur endettement, en liaison avec une explosion du shadow banking.

Quand la bulle immobilière éclate


Conséquence de ces restrictions: un phénomène d'éclatement de la bulle immobilière. Selon l'économiste Jean-Luc Buchalet, « l'une des plus grandes bulles immobilières de l'histoire économique moderne est en voie de se dégonfler en Chine ». Et de citer « Li Ka-Shing, milliardaire et membre influent de l'une des familles chinoises les plus riches, qui a vendu pour plus de trois milliards de dollars d'immobilier commercial (représentant 10% de sa fortune) ». Ce milliardaire s'apprêterait « à poursuivre ses ventes au cours des prochains mois alors que les défauts sur l'obligataire et les emprunts accélèrent dangereusement ».

Un système bancaire sous perfusion

Certes, les autorités chinoises tentent de maintenir le système bancaire sous perfusion. La banque centrale chinoise devrait accorder un prêt d'un montant total de 500 milliards de yuans (62,8 milliards d'euros) aux cinq principales banques du pays. Mais il s'agit d'éviter un effondrement du système financier, et non d'un véritable plan de relance.

La consommation risque de s'effondrer

Devant le ralentissement des exportations, et la diminution de l'excédent extérieur chinois, désormais inférieur à 3% du PIB, le gouvernement chinois tablait sur un relais de la demande intérieure. Mais, comme le soulignait dans la Tribune l'économiste Mylène Gaulard, « de nombreux secteurs d'activités sont de plus en plus confrontés à des problèmes de surproduction, et surtout à des capacités de production oisives atteignant parfois 50% de l'ensemble des capacités ». Du coup, « on peut craindre que l'augmentation des salaires ne pèse encore plus sur la compétitivité internationale de l'appareil productif chinois ».

La consommation était soutenue par l'immobilier

En fait, la demande interne était largement soutenue jusqu'à maintenant par la bulle immobilière, synonyme d'enrichissement et donc de consommation. A Pékin, les prix de l'immobilier sont passés d'une moyenne de 600 euros par mètre carré en 2000 , à plus de 2000 euros en 2013. « D'où un essor spectaculaire des crédits bancaires (crédits accordés aussi bien par les banques officielles que par la finance informelle, le "shadow banking"), avec des prêts au secteur privé susceptibles d'être bien supérieurs à 200% du PIB », selon Mylène Gaulard.
Mais ce modèle craque, les promoteurs croulant sous les invendus. Déjà, certains bradent leur logement -on parle de baisse de prix de 40%.

De quoi précipiter la Chine dans la récession ? Sans même aller jusqu'à cette extrémité, l'absence de croissance risque de faire craquer tout le "modèle social" chinois, fondé sur l'exode rural vers des villes industrielles, où les paysans trouvaient de l'embauche. Si ce n'est plus le cas, le chômage, bien sûr officieux, risque d'exploser.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2014 à 21:35 :
Coût de production trop élevés en Chine? ah bon et pour qui ? Pour les banques? ou pour la mafia qui les exploitent? Pas pour les consommateurs en tout cas, ils n'ont de toutes façon plus les moyens de se payer même des produits chinois....
a écrit le 09/10/2014 à 18:53 :
Encore un pseudo economiste qui predit l'effondrement de l'economie chinoise.
C'set une ritournelle qui revient tout les ans.
a écrit le 09/10/2014 à 17:56 :
Finalement, vive la France. A bien regarder, notre système est plus stable, plus pérenne. Il coûte cher nous dit-on...sur le long terme, est-ce bien sûr?
a écrit le 09/10/2014 à 16:30 :
c'est le début de la fin, les étudiants HKG en grève, croissance et export en berne, immobilier au bord du gouffre, gouvernement sans aucun fondement démocratique...ça bouge en Chine!!
Réponse de le 09/10/2014 à 22:08 :
Et en Louisianne, ça bouge aussi ?
a écrit le 09/10/2014 à 11:20 :
Je travaille avec la Chine, à l'import et à l'export et j'y vais régulièrement. Je vous confirme qu'il y a un problème important là-bas. Aussi bien sur les prix qui augmentent que sur les ventes qui baissent. Évidemment, il y a encore de la croissance, principalement tirée par des grands travaux (aéroports, stades, barrages etc) que les pays occidentaux n'ont plus les moyens ou les besoins de faire. Mais si vous enlevez ça, hum.
a écrit le 09/10/2014 à 6:59 :
Avec une croissance a 2% on augmente le salaire de 15%. Lesquels sont les plus bidonnes, les stats chinoises ou les affirmations des economistes ?
a écrit le 09/10/2014 à 4:53 :
Il n'a que les economistes qui pensent qu'avec 2% de croissance on peut augmenter les salaires de 15%. Si c'est bien le cas, la Chine sera le paradis sur terre.
Réponse de le 09/10/2014 à 11:27 :
les salaires augmentent parce qu'il y a une crise aigüe du recrutement, la politique de l'enfant unique a des effets pervers. Pour garder leurs employés les entreprises sont obligées de les augmenter et de leur améliorer les conditions de travail.
Ensuite il y a une volonté politique étatique derrière. Depuis la crise les chinois veulent moins dépendre des exportations et plus d'un marché intérieur qui est potentiellement énorme, mais pour cela il faut des salariés solvables donc bien payés.
C'est une leçon que n'a pas encore comprise l’Allemagne qui ne vit que des exportations et donc vit de plus en plus mal. Les allemands n'ont eu aucune augmentation de pouvoir d'achat depuis 10 ans et ça plombe leur demande intérieure.
a écrit le 08/10/2014 à 23:18 :
on va finir par réaliser que la France est pas mal. comme quand un chef économiste allemand d'une grande banque US disait au plus fort de la crise, début 2009, que le modèle Français était le seul encore debout : pas trop de rigueur à l'allemande, pas de cumul de dettes privées/publiques à l'Anglos, pas trop de dépendance aux exportations, amortisseurs sociaux...
Réponse de le 09/10/2014 à 0:16 :
Oui, pas de dépendance aux exportations, forcément, l'économie Fr c'est en majorité de la consommation (de produits importés) payée par de la dette publique. Tant que des gens achètent la dite dette pas cher, le système est juste idéal !
Réponse de le 09/10/2014 à 7:51 :
bah oui mon grand. ailleurs, c'est payé avec de la dette privée (dette privée qui a causé la crise et a plombé les comptes publics). et ailleurs encore, c'est payé par dettes privées et publiques (pas chez nous).
Réponse de le 09/10/2014 à 11:30 :
Vous croyez que la Chine, ou les USA, ou le Japon n'ont pas de dette publique ? Vous en parlez comme d'une spécificité française.
Réponse de le 09/10/2014 à 11:33 :
a un modèle plutôt équilibré et des leviers sociaux qui sont (étaient) très puissants pour lisser les effets sociaux des crises économiques. On n'a pas eu de bulle immobilière et le secteur financier bien qu'important n'a pas fait basculer le pays.
Reste qu'on manque un peu beaucoup de dynamisme à l'export pour compenser nos importations. Ceci dit, l'autre moyen de compenser c'est de produire ce qu'on consomme, à commencer par l'énergie qui représente 100% du déficit de la balance commerciale.
a écrit le 08/10/2014 à 23:12 :
Ca fait quelques années maintenant qu'il devenait évident que les stats chinoises étaient bidonnées. Il est fait mention du charbon et du pétrole, mais d'autres vérifiaient l'activité des trains de marchandises et arrivaient au même résultat, à savoir que les stats officielles ne valaient pas grand chose. Voila un arrêt qui va faire du bruit, et si la bulle immobilière pète, forcément les collectivités locales vont tomber elles aussi. Les paris sont pris pour savoir si le PCC est encore là d'ici 2 ou 3 ans.
Réponse de le 09/10/2014 à 9:04 :
je le tiens ! cela fait effectivement un paquet de temps que quantités d' " analystes " à la mormoilenoeud avancent n' importe quoi... aucun pour ètre assez costaud ni couillu pour appliquer leurs bonnes analyses, auquel cas ils ne seraient plus commentateurs salariés mais tout bonnement fortunés.... aucun pour donner une seul prévision juste de cours de quoi que ce soit. ce sont des margoulins.
Réponse de le 09/10/2014 à 22:11 :
Les stats américaines sont bidonnées depuis des années et des années et pourtant le monde entier fait semblent de ne pas savoir, allez, arrêtez votre discours effiloché, diluez votre anti-communisme primaire en demie tasse de tisane à la menthe, prenez vos cachots et hop ! allez faire un beau dodo. Bonne nuit !
a écrit le 08/10/2014 à 23:09 :
Les salaires seraient trop élevés en Chine? La propagande franchouillarde dit le contraire depuis des années.
Réponse de le 10/10/2014 à 4:51 :
Vous ne savez pas lire? Il n'y a aucun jugement sur le fait que ce soit "trop" élevé. mais le salaire minimum prend +15%/an depuis environ 2010 (décision du gouvernement chinois pour doubler le salaire minimum sur 5 ans). L'article dit juste que ça a un gros impact, point barre. Pour info après réactualisation le salaire minimum ces jours-ci est de 1600RMB, soit 200€/mois, et oui la propagande franchouillarde a bien raison de trouvé que c'est toujours un bas salaire.
a écrit le 08/10/2014 à 22:48 :
Ils nous présentent de plus en plus de sujets ou l'économie de pays, d'entreprises, de personnes est au plus mal pour essayer de nous faire relativiser les échecs de l'incompétence de nos gouvernants et de notre administration française incapables de relancer l'économie française, incapables de gérer un budget, incapables de résorber une dette, mais capable de ne rien changer à leur statuts et avantages de fonctionnaires politisés
a écrit le 08/10/2014 à 22:32 :
de la France? Sur 6 ans la dette a augmenté de bientôt 30 % du PIB sur an.
C'est exactement 30 % de point de croissance théorique, selon Keynes, cela devrait être bien plus que cela car il croyait en ses fameux "multiplicateurs", donc 1 euro de dépense supplémentaires donnerait par exemple 2 euros de croissance. La réalité est bien triste en France: la croissance sur 6 ans ne dépasse pas les 1 à 2 % ! Donc divisons ces 30 % - 2 % = 28 / 6; c'est effectivement la décroissance - 4,666% par an
Réponse de le 11/03/2015 à 11:27 :
Il ne faut pas faire 28/6 mais racine sixieme de 28. Ca donne 1.47% et non 4.666%.
Réponse de le 11/03/2015 à 11:43 :
Ah non, autant pour moi, 1.28^(1/6)=1.042
a écrit le 08/10/2014 à 22:18 :
Pour l’occident , le problème c’est que la Chine c’est du lourd, et même du très lourd ! Effectivement, une civilisation multi-millénaire, qui avait déjà une administration structurée reposant sur la communication écrite alors que nous en étions encore à manger des glands dans le fond de nos grottes, comme dirait l’ami Voltaire, sinophile endurci. Le pire est que cette vieille civilisation a toutes les chances de survivre à la nôtre,, dans la mesure où elle saura faire sa place à son1,3 milliard de citoyens, quitte à bousculer un peu ceux qui avaient pris leurs aises sur une planète aux ressources mal partagées.

J’imagine mal que les méthodes bouffones de la diplomatie pachydermique puissent en quoi que ce soit avoir prise sur la capacité de résistance d’une nation qui sait exactement ce qu’elle vaut et ce qu’elle veut. Je ne comprends d’ailleurs pas que les USA, après tous leurs déboires, n’aient toujours pas compris qu’il n’était pas dans leur intérêt de trop se colleter avec les vieilles nations : on ne touche pas plus à la Chine, qu’à la Corée, au Viet Nam, à l’Irak-Syrie ou à l’Iran. Il y a de par le monde tant de proies plus faciles qui, incertaines de leur identité, ne demandent qu’à tomber dans leur giron. Quel étrange complexe les pousse immanquablement à défier des peuples dont ils auraient au contraire tout à apprendre?
Réponse de le 09/10/2014 à 9:07 :
Réaliste et concret.
+ 1.000
Réponse de le 09/10/2014 à 10:22 :
mais keskidi.
les chinois se sont laissés pourrir par l'américanisme. le fric, le bling-bling, les bulles, le court-termisme, la malbouffe, les gadgets...
Réponse de le 10/10/2014 à 4:54 :
sans parler des "5000 ans d'histoires", a mourir de rire. Et Mao est passé entre temps, je vous mets au défi de trouver une trace de culture ou d'histoire ici...
a écrit le 08/10/2014 à 21:21 :
ah bon?
Réponse de le 08/10/2014 à 21:44 :
En zone de pêche, les poissons doivent toujours rester sur leurs gardes. Et vous savez pourquoi ? Parce qu'il ne faut pas se fier aux appâts rances …

A bon entendeur, salut.
a écrit le 08/10/2014 à 20:34 :
A quand une reforme du marche du travail chinois et une moderation salariale?
Réponse de le 08/10/2014 à 21:31 :
35 heures et la retraite à 50 ans par exemple ? lol
Réponse de le 10/10/2014 à 4:56 :
Le gouvernement chinois avait comme objectif de doubler le salaire minimum en 5 ans (en 2010), d'ou les 15% d'augmentation. Donc la moderaton salariale c'est pas encore pour cette année.... En plus avec la politique de l'enfant unique ils vont manquer de bras, donc dure de modérer les salaires à la baisse en cette période.
a écrit le 08/10/2014 à 20:10 :
SI LES CHIFFRES SONT VRAIS? JE CROIS QUE L ON VA REVENIR A UNE REALITE ECONOMIQUE APPAISE? EST C EST UNE TRES BONNE NOUVELLES POUR LE MONDE ECONOMIQUE?LE TRAVAIL VAS REVENIR DANS TOUT LES PAYS??? EST LA CROISSANCE ZERO DEVIENDRAS NECESSAIRE? POUR LE BIEN DE TOUS LES PEUPLES ET DE LEUR AVENIR SUR CETTE TERRE OU LES MATIERES PREMIERE DOIVENT ETRE PARTAGE ET UTILISEZ INTELIGAMENT???
a écrit le 08/10/2014 à 19:33 :
Et si M. Artus faisait pareil avec les USA, il paraît qu'ils ont fait plus de 4% au 2ème trimestre ! Qui prend les paris que ce chiffre est aussi bidonné qu'en Chine ?
Réponse de le 08/10/2014 à 20:04 :
Tout à fait. Et quand on ajoute au bidonnage de la mauvaise foi, alors là ….
a écrit le 08/10/2014 à 19:18 :
Si la consommation intérieure chute , la relocalisation de certaines entreprises Françaises devraient être en bonne voie ....
Réponse de le 08/10/2014 à 19:30 :
Faut pas rêver ! Vous oubliez qu'il y a de la main d'oeuvre pas chère et en grande quantité ailleurs. Et puis, les Chinois restent quand même très mal payés par rapport aux pays occidentaux.
Réponse de le 08/10/2014 à 20:06 :
Et vous croyez que les salariés français peuvent autant faire du tourisme en Chine qu'ils font les salariés chinois en France ? révéillez vous, les grandes marques françaises passent désormais aux mains des Chinois, des Indiens….
Réponse de le 08/10/2014 à 21:37 :
@ TC
Tout compris.
Réponse de le 12/10/2014 à 14:32 :
même si la réalité, déjà mieux que les pauvres français ))) et personnellement je ne crois jamais les analyses françaises

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :