La Tribune

Nouvelle explosion du chômage en Espagne

Copyright Reuters
Copyright Reuters
latribune.fr  |   -  348  mots
Avec quelque 4,75 millions de travailleurs sans emploi en mars, le chômage atteint un nouveau record en Espagne. La dette publique devrait quant à elle augmenter de 10 points de PIB en 2012. De quoi conforter le gouvernement dans sa politique d'austérité.

Le nombre de chômeurs en Espagne a atteint fin mars un nouveau record, avec 4,750 millions de personnes, a annoncé mardi le ministère du Travail, estimant que ce chiffre souligne "l'importance" de la réforme du travail qui apporte un "cadre de confiance et de flexibilité". Ce chiffre de 4.750.867 demandeurs d'emplois marque le huitième mois consécutif de hausse du chômage et le situe à un niveau record depuis le début de la crise en 2008 et la première diffusion de ces statistiques mensuelles en 1996. Dans un pays rongé par un chômage des jeunes qui dépasse désormais les 50 %, le taux de chômage en Espagne atteint ainsi 23,6%, selon les chiffres publiés par eurostat lundi.

Et du côté de la dette publique, les nouvelles ne sont pas bonnes non plus : l'endettement devrait atteindre 78 % du PIB cette année, a confié le ministre de l'Économie Luis de Guindos au Wall street Journal. En 2011, la dette s'était portée à 68% du PIB. Ces ratios, qui ne sont cependant pas les plus élevés d'Europe, dépassent de loin le critère de Maastricht qui impose aux gouvernements de maintenir leur dette publique en dessous de 60 % du PIB. Et le pays en récession ne pourra que voir sa dette augmenter à grande vitesse tant qu'il ne renouera pas avec la croissance.

Ce nouveau record du nombre de chômeurs et les prévisions de hausse de la dette confortent le gouvernement dans sa politique d'austérité. Le Premier ministre Mariano Rajoy avait annoncé vendredi un budget d'une austérité sans précédent avec plus de 27 milliards d'euros d'économies visant à ramener à 5,3 % du PIB (produit intérieur brut) le déficit public. Mais si le gouvernement assume ses choix, il tient à rassurer les citoyens espagnols comme les marchés. "Si nous ne faisons pas les bons ajustements, les marchés nous pénaliseront. Mais si nous allons trop loin (ndlr, dans l'austérité), les marchés pourront également nous pénaliser", affirme le ministre de l'Économie espagnol au Wall Street Journal, clairvoyant.

Réagir

Commentaires

Totor  a écrit le 03/04/2012 à 20:31 :

Proposons à Sarko de devenir Président là bas pour les sauver. On en a déjà profité pendant 5 ans. C'est leur tour.

Espana  a répondu le 04/04/2012 à 2:27:

Non merci nous venons déjà de virer nos socialos (qui était malgré tout plus libéraux que votre droite conservatrice). Notre gouvernement fraichement élu de droite a pris les mesures courageuses et justes, c'est plutot votre pays qui a besoin de trouver des politiciens courageux et non bolchévisés.
KJe rapelle qu'en Espagne il n'y a que 1,4 million de fonctionnaires pour 44 million d'habitants, alors que chez vous il y en a 5,5 million pour 65 million d'habitants, cherchez l'erreur. Et tout va bien au niveau des services publiques et sociaux. Médecine quasi gratuite, assistances des anciens avec deux voyages en Espagne offerts par an, autoroute et prison moderne et dignes (pas comme chez vous, vous etes la honte de l'Europe coté prison), TVA à 18 %, pas de taxe d'habitation, pas de delit d'abus social pour les entreprises, charges plafonnées à 270 euro par mois pour un indépendant, sans limite de chiffre d'affaire, pas de greve (ou presque) des services publiques, ici on ne jalouse pas celui qui réussi par son travail, etc...

sean  a répondu le 02/05/2012 à 12:44:

Et bien sûr tout baigne du côté de votre royauté...

la bastille  a écrit le 03/04/2012 à 15:30 :

L'Euro est une prison de plus ils ont jeté la clef. Donc le seul moyen pour s'en sortir c'est de faire sauter la prison.

Roosevelt 2012  a écrit le 03/04/2012 à 14:38 :

Les solutions du collectif Roosevelt 2012 => 2 MILLIONS d'emplois CDI en 5 ans :

1 - arrêt de l'hémorragie en cours des plans de licenciements (1 millions de nouveaux chômeurs attendus d'ici 18 mois) par la mise en place immédiate d'un "KURZARBEIT" à l'allemande via décret (possible en 3 semaines) => en Allemagne 1.5 millions de salariés passés à 30h/semaine depuis 2008 au lieu d'être licenciés

2 - réorientation du fonds de réserve des retraites vers la construction massive de logements :
=> 200.000 emplois à la clé et une baisse attendue des loyers/mensualités de 300?/mois pour tout le monde
(méthode appliquée depuis 20 ans aux Pays Bas et en Allemagne)

3 - investissement massif dans l'isolation des logements anciens via la création d'une agence publique financée par la caisse des dépôts/BCE => 1000?/an en moins de charges de chauffage => 150.000 emplois

4 - réouverture du débat sur la RTT en partant de la mise en place de la semaine de 4 jours depuis 15 ans dans 400 PME, et en remettant tout à plat y compris l'âge de la retraite, la formation continue etc...

=> 2 MILLIONS d'emplois CDI à la clé au total sans ruiner l'état ni les entreprises (audits déjà réalisés par le Ministère du Travail, la Caisse des dépôts etc...)

http://www.roosevelt2012.fr/

(une initiative de Stéphane Hessel, Curtis Roosevelt, petit fils de l'ancien président américain Franklin Roosevelt, 40 personnalités et 16000 citoyens, pour l'instant)

Libre  a répondu le 03/04/2012 à 16:49:

Ce n'est pas à l'état de stimuler artificiellement l'économie en intervenant sans cesse, c'est au contraire à cause de ce même état que les entreprises, et les emplois disparaissent, à cause du niveau de coercition fiscale. Tout emploi créée par le gouvernement, dont ce n'est pas son role car il devrait juste s'occuper des taches régaliennes, est 2 emplois détruis. Seule une économie libre, et libérale, sans interventionnisme étatique dévastateur, et aussi à cause de ses mafias (syndicales, politiques, fonctionnaires, dockers, etc..) que l'économie souffre, et surtout les citoyens. Libérons nous de ce fascisme bolchévique !! vive la liberté, et le libéralisme humaniste, comme le célèbre penseur et écrivain français du 19 eme siècle l'a défini.

fancifair  a répondu le 07/04/2012 à 8:40:

Oui mais si l'état américain n'était pas intervenu c'est toute l'amérique qui finissait en subprimes et là les beaux libéraux finissaient eux-mémes au chomage puisque les agences de notation n'avaient rien vu venir!

Espana  a écrit le 03/04/2012 à 12:11 :

Oui c'est vrai il y a bcp de chomage en Espagne, en même temps il y a beaucoup moins de pression fiscal sur les citoyens et les entreprises, et le travail non déclaré est coutumier, l'argent en espèce circule beaucoup, et les gens s'en sortent comme cela mais aussi en cumulant plusieurs jobs, et puis enfin les familles s'entraident bcp aussi. Donc on ne peut en rien comparer avec la France, qui elle a aussi environ 20 % de chômeurs. Mais la France a inventé le RMI/RSA qui permet de subventionner plus d'1 million de personnes au courage, sans l'étre, plus les préretraités, les stagiaires, et les non inscrits ou désinscrits, alors je ne crois pas que la France et les français ont de leçon à donner au royaume d'Espagne.
De plus j'ajoute que l'Espagne a le courage de faire des réformes qui soulèveraient une révolution ultra bolchévique en France. L?Espagne a réduit de 15 % le salire des élus, de 5% ceux des fonctionnaires, et aucun blocage du pays, rien, le peuple en Espagne est courageux, volontaire et travailleur. L?Espagne entreprend des mesures drastiques pour libérer son économie des vieux concepts collectivistes pour relancer son économie, alors que la France, elle, sombre de plus en plus dans l'hystérie bolchévique, vous allez bientot de nouveau couper les tétes chez vous, et malheur a ceux qui ont l'arrogance de gagner de l'argent grace à leur courage d'entrepreneurs. Vous êtes dans votre pays, vous faites tout pour inciter vos chefs d'entreprises et vos retraités aisés, à partir de chez, et à venir s'installer chez nous..en Espagne. Merci beaucoup. J'ajoute qu'énormément d'immigrés clandestins ou non sont partis d'Espagne depuis 3 ans, et devinez ou ils sont partis ? Chez vous en France, vous êtes tellement généreux avec eux, et comme il n'y a plus de travail en Espagne pour eux, ils sont automatiquement venus se faire entretenir chez vous. Ah ces français et leurs leçons de morales, que vous êtes pathétiques pour certains d'entre vous, ou la plupart, c'est à vous de voir.

Escroc  a répondu le 03/04/2012 à 18:29:

Espana, votre commentaire n'est pas convainquant. N'est pas le Madof du Web qui veut. Mais bien tenté.

Espana  a répondu le 03/04/2012 à 19:36:

Je ne vois pas le rapport, et je ne comprend rien à votre allusion de "madof". Veuillez plutot argumenter et dire en quoi j'ai tords dans mes explications je vous prie.
Faute de pouvoir me contredire sur des faits avérés et vérifiables, il ne vous reste plus que la calomnie et l'insulte gratuite, pour faire oublier votre incurie et votre fanatisme sans doute bolchévique.

josé  a répondu le 05/04/2012 à 19:57:

Normal Catalonia is not Spain

fancifair  a répondu le 07/04/2012 à 8:43:

Comment vous ne savez pas qui est MADOF ,il faut vous informer ,c'est un pur produit du libéralisme que vous défendez et qui permet à des escrocs comme lui de ruiner des millions de gens et de prospérer!

Violette  a écrit le 03/04/2012 à 11:02 :

Le taux de chômage réel est sans doute 35 à 40 %. L'Espagne c'est la nouvelle Grèce. En France le taux de chômage réel doit approcher les 18 % peut être plus. Des mouvements sociaux de grande ampleur sont à prévoir. Et les banlieues pourraient bien exploser. "Quand des millions de personnes se rendront compte que l'on ne peut plus vivre comme par le passé, la révolution sera logique et inévitable". ("Les corps indécents") L'avenir fait peur. Et la descente aux enfer ne va pas tarder.

fatalitas  a écrit le 03/04/2012 à 9:48 :

23.6 %, c'est le taux officiel.
Qu'est-ce que cela serait si nous aviosn accès au taux réel ?
36, 40 % ?

cliquet  a écrit le 03/04/2012 à 8:49 :

Les mêmes causes dans le même contexte produisant les mêmes effets, voila un avant-gout de ce qui nous attend.
Il serait peut-être temps d'envisager la sortie de cette machine à détruire les économies
(et les nations) qu'est devenue l'euro?

@cliquet  a répondu le 03/04/2012 à 9:27:

Ils veulent pas car ils sont dans l'idéologie et non le bien être de leur pays respectif et ne veulent pas forcement les populations au calmes pour travailler et vivre paisiblement ..signe des temps c'est le temps des névrosés hystériques qui ne doivent pas beaucoup travailler je pense....la moitié doivent ne penser qu'a courir la gueuse ....(je pense en autres à l'autre qui s'est fait piquer en étant quasi proxénète..)

yvan  a répondu le 03/04/2012 à 12:29:

Une monnaie est en principe un outil. Sauf pour les "passionnés" qui stockent. Là, une sortie de l'Euro serait une erreur en pleine crise financière car il faudrait se raccrocher au dollar, comme la GB et faire chauffer la planche à billets. Auriez-vous oublié Soros, en 1993, qui a fait plonger la Livre..?? Au plus une monnaie a un gros volume, au moins elle est attaquable. Par contre, l'Europe, telle qu'elle est anti-démocratique, je vous l'accorde, est à changer d'urgence. Mais ... citez-moi un pays encore démocratique, qu'on rit 5 minutes.

Libre  a répondu le 03/04/2012 à 17:01:

à Yvan. Vous manquez singulièrement de culture économique. Depuis 1973 l'ensemble des pays ont abandonnés l'étalon Or, qui seul peut donner une réelle valeur à une monnaie puisque celle ci correspond à la seule monnaie valable depuis 6.000 ans : l'Or.
Toutes les monnaies papier imprimées, et sur-imprimées, n'ont aucune valeur réelle, et celles ci perdent régulièrement de leurs valeurs, et finissent toutes par disparaitre. En moyenne une monnaie papier disparait après 73 ans d'existence, et rinent au passage les épargnants, et les citoyens. C'est exactement ce qui se passera prochainement puisque l'Euro (comme les autres) valent encore moins que le papier sur lesquels elles sont imprimées. Seul l'Or, et ou une monnaie papier étalonnée à l'Or peut durer, mais les gouvernements et leurs copains mafieux banquiers préfèrent s'accaparer les richesses des citoyens en leur refourguant une fausse monnaie papier sans valeur. Rappelez l'union latine du début du 20 eme siècle, c'était une hérésie comme l'Euro actuel, disparue avec perte et fracas. Mais les assignats francais au 18 eme, et en Argentine il y a 10 ans, etc..
Seul l'or joue le role d'une vraie monnaie, mais celle ci échappe à l'état et l'empèche de revenir. Achetez de l'or vite !!

Bastiat  a répondu le 03/04/2012 à 17:37:

Oui c'est exact et un pays complétement démocratique, donc libéral, c'est en effet difficile à trouver mais par contre on peut comparer ceux ou la liberté individuelle réelle couplée à une économie la plus libérale, et donc celles qui créent plus de richesse que les pays collectiviste, voir frénétiquement bolchévique comme la France, est possible.

Pour les répérer plus facile il suffit de constater que les pays les plus producteur de richesse sont ceux ou la fiscalité est moins coercitive comme en France, encore une fois. Et la il y en a pletor :

1 Le Canada,
2.Singapour
3.Hong kong
4. l4australie
5.La Nouvelle Zelande
6.La Suisse
7.La Norvége
8.La Suede
9. Le Danemark
10. Les USA

Ce ne sont que quelques exemples...non exhaustif, mais qui à le mérite de mettre en lumière qu'aucun, ou presque, aucun de ces pays n'ont l'euro. aussi il n'y a qu'à Cuba, en Corée du Nord, en Chine et la plupart des pays arabes ou avec la France le délit d'opinion existe. Un sacré révélateur de démocratie qui démontre bien que les français et leurs leçons de morale envers les autres est mal placé, en effet il n'y a qu'en France ou il sévit une frénésie ultra bolchévique voulant tout voler aux contribuables et à ceux qui ont le tord de réussir par leur travail en ayant créé des emplois. Ah ces français n'ont toujours rien compris à l'économie et à la liberté économique et individuelle....