La vraie richesse de Manchester, ce sont ses minorités linguistiques

 |   |  747  mots
Manchester, la ville multiculturelle (c) Reuters
Manchester, la ville multiculturelle (c) Reuters (Crédits : Source: Wikipedia. Photographe: Simon Haigh)
La ville anglaise est la plus polyglotte du monde, du moins parmi celles de taille comparable, estime une étude universitaire. Ce multilinguisme est un vrai trésor pour l'économie et l'intégration sociale, dont la ville peut profiter gratuitement.

Avec plus de 150 langues parlées par une population de 480.000 habitants, Manchester serait la ville avec la plus dense diversité linguistique du Royaume-Uni voire du monde, du moins par rapport aux autres agglomérations de taille comparable. Une vraie Babel, où quatre résidents sur 10 parlent plusieurs langues dont certaines très rares, comme le nahuatl d'origine aztèque, ou le «eleme», un dialecte nigérian connu seulement par 3000 personnes au monde. En tête de liste (après l'anglais évidemment) l'ourdu, parlé par 10000 personnes originaires du subcontinent indien, mais aussi l'arabe, le chinois, le bengali, le polonais, le pendjabi, le somalien...

Ce portrait coloré ressort d'une recherche menée par une équipe de l'université de la ville, réunie autour du projet «Multilingual Manchester», assez unique dans son genre et sa portée. Le groupe, qui a analysé une multitude de données fournies par les autorités et les services locaux (écoles, bibliothèques, hôpitaux, recensements officiels etc.), a produit depuis 2010 plus de 100 rapports sur le multilinguisme et les minorités linguistiques, dont un résumé vient tout juste d'être publié.

Il en résulte, entre autres, que 3000 élèves des écoles de la ville ont choisi de passer leur «Certificat général de l'enseignement secondaire» en langues étrangères en 2012; que 20000 livres ou autres médias non anglais ont été prêtés plus de 70000 fois en un an par les librairies municipales; que plus de 12000 messages en 50 langues ont été twittés en deux mois...

Manchester Town Hall (old building)

Une ville traditionnellement métissée

Le caractère polyglotte de Manchester n'est pas une découverte en soi. L'immigration y est une affaire ancienne, commencée dès la deuxième moitié du 19e siècle, à l'époque où ce noyau de la révolution industrielle attirait des ouvriers d'origines disparates. Encore aujourd'hui la ville est celle d'Angleterre qui, après Londres, a vu sa population augmenter le plus rapidement en dix ans, avec un taux de croissance de 19% entre 2001 et 2011 (contre une moyenne nationale de 7%). 1500 nouveaux enfants en âge scolaire continuent d'y arriver chaque année.

Les estimations du «Multilingual Manchester» dépassent toutefois les chiffres officiels connus jusqu'à présent, probablement biaisés par la prédominance accordée à la notion de «langue principale», qui sous-estime la pluralité des langues parlées par chaque individu: ainsi, lors du recensement effectué en 2011 en Angleterre et Pays de Galles, «seulement» 20% des habitants de Manchester avaient déclaré parler principalement une langue différente de l'anglais.

Ce multilinguisme très important n'affecte toutefois pas l'intégration linguistique. 80% des résidents dont la première langue n'est pas l'anglais disent parler ce dernier bien voire très bien. Le ratio des habitants qui déclarent ne pas du tout maîtriser la langue nationale n'est que de 3%. Le 17% qui affirme ne pas se sentir tout à fait à l'aise en anglais est essentiellement constitué de personnes âgées.

Une ressource à prix zéro

Au contraire, selon la recherche, cette diversité serait une vraie richesse. L'interaction entre tous ces groupes linguistiques faciliterait le dialogue religieux et la cohésion sociale. La demande et l'offre d'interprètes, traducteurs, assistants scolaires etc. en tire profit. Le multilinguisme de la ville offre aux entreprises locales la possibilité d'élargir les contacts et les commerces internationaux. La capacité de parler plusieurs langues étant de plus en plus recherchée sur le marché du travail, la présence d'une population jeune, éduquée et polyglotte finirait même par attirer des sociétés multinationales...

>> Lire aussi : Le multiculturalisme, ça marche !

La ville bénéficie d'ailleurs de cette ressource sans grand besoin d'investissements publics, puisque la transmission des connaissances linguistiques repose essentiellement sur les familles et les communautés. 8000 élèves fréquentent ainsi des cours de langues entièrement organisés par une cinquantaine de ces groupes, alors que beaucoup de centres communautaires offrent d'autres types de services à leurs membres.

Les autorités publiques se limitent à adopter une stratégie réactive - plutôt que proactive -, pragmatique et décentralisée, adaptée à la demande au cas par cas: en proposant des documents en plusieurs langues, en offrant la possibilité de recourir à des interprètes, en certifiant les connaissances linguistiques acquises etc. La sagesse des institutions locales se manifeste néanmoins dans le choix de ne pas décourager les langues d'origines, ni dans l'espace public ni dans celui privé, tout en œuvrant pour faciliter l'apprentissage de l'anglais.

Manchester

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/08/2013 à 18:32 :
Cet article est vraiment de la pure propagande. En 40 ans, l'Europe sera musulmane
a écrit le 23/08/2013 à 9:19 :
le langage est une science chaque pays a la sienne; est pour mieux communique ce serais bien qu il y est une langue universel cela ameliorerais les raport humains est aussi le commerce mondial???
Réponse de le 23/08/2013 à 14:47 :
la langue universelle .... n'aura jamais lieu .... tour de babel ? ? ? deja l'esperanto , la langue europeenne, n'est pas utilisée... alors uen langue mondiaale ...
a écrit le 23/08/2013 à 9:18 :
... et comme tous les parents je regarde les statistiques des ecoles indiquant le pourcentage d'enfant dont l'anglais n'est pas la langue maternelle. Et comme tous les parents, je choisis en priorite pour mes enfants les ecoles ou se pourcentage est tres bas.

Mais s'il y a des parents bobos pour penser le contraire, a la limite ca m'arrange, ca fait moins de concurrence.
a écrit le 22/08/2013 à 20:11 :
Le multilinguisme marche toujours ailleurs.
a écrit le 22/08/2013 à 16:20 :
Il va sans dire mais cela vaut encore mieux en le disant que l'idéologie du multiculturalisme vise en fait à dépouiller l'autre de tous ses biens et des richesses des pays. Le multiculturalisme est donc bien un vol par le crime. Petite précision....les lecteurs de ce fil et de bien d'autres n'auront aucune chance d'en profiter, il leur est juste demandé d'accepter le principe même du crime pour en tirer un fondement juridique de légalité : La faute étant "partagée" elle n'existe plus. Le butin, lui n'est pas du tout partagé.
Réponse de le 22/08/2013 à 17:47 :
Il est mieux de passer le premier post dans lequel je marque mon opposition au multiculturalisme, celui-ci étant un complément.
a écrit le 22/08/2013 à 15:10 :
Plein de couleurs et de langues parlées , une richesse très importante basée sur le plomb et la poudre blanche.
a écrit le 22/08/2013 à 14:39 :
Volem rien foutre al Pais.
a écrit le 22/08/2013 à 14:27 :
Exactement comme à Marseille, Lille, Bordeaux, Lyon etc. une vraie richesse, mais qui bizarrement nous coute un max de blé, c'est d'ailleurs pour ça qu'on nous augmente nos impôts
Réponse de le 22/08/2013 à 14:46 :
Qui paie ses impôts s'enrichit ! J'ai bon ?
a écrit le 22/08/2013 à 14:16 :
hum...comme toujours, assaut de chiffres tous plus intéressants les uns que les autres, mais très peu pertinent en ce qui concerne ce que prétendent en tirer comme conclusion leurs auteurs. Car 40% parleraient au moins deux langues. OK. Combien parlent deux langues ou plus en dehors de l'anglais? Telle est la vraie mesure du multilinguisme si vanté. Additionner des gens qui parlent des langues différentes ne les font pas pour autant se lier ou échanger, ni créer de richesse particulière en dehors de la promotion du multiculturalisme.
Réponse de le 22/08/2013 à 14:42 :
Attends, tu ne serais pas en train de suggérer que ce serait un peu de la propagande ? Non, ca, je ne peux pas y croire...
a écrit le 22/08/2013 à 13:38 :
En patois , ça m'arrangerait.
a écrit le 22/08/2013 à 13:31 :
En Marocain , ce serait bien.
a écrit le 22/08/2013 à 13:15 :
On aimerait bien que les cours en France se fassent en Catalan.
a écrit le 22/08/2013 à 12:24 :
Imaginez seulement l'administration française proposant à ses administrés des documents dans la langue de leur choix... Inimaginable! La gauche comme la droite unies contre le multiculturalisme! Habitant à Londres, tous documents administratifs sur le déroulement des élections locales par exemple (auxquelles je peux voter) me sont proposés en Français.
Réponse de le 22/08/2013 à 12:37 :
Je suis français, j'habite à Londres, mais contrairement à toi, je ne trouve pas cela normal. Nous sommes les hôtes de ce pays et c'est à nous de nous conformer à ses coutumes. Pas l'inverse.
Réponse de le 22/08/2013 à 15:21 :
J'habite a Londres, je suis francais et ma femme est Taiwanaise, et je ne suis pas un bobo de gauche qui fantasme sur le melange des cultures car des fois c'est lourd la difference de culture quand une des culture est imposee... Cependant, je pense que les britaniques ont 20 ans d'avance sur les francais et le reste du monde en general sur ce sujet.Il depasse le nationaliste primaire et acceptent toutes les religions et cultures du monde sans se poser des questions metaphysique... du coup tout le monde a sa chance socialement et je pense c'est ce qui fait que ca marche... a CPM: il y a une culture british qu'on retrouve de partout et qu'il faut respecter et comprendre si on veut s integrer. Par exemple l'humour understatement: J'ai prix un taxi et le chauffeur etait musulman et du belgadesh mais il avait super humour bien brit et ca lie les gens, (cf pourquoi Boris est maire de Londres.) Autrement un autre exemple de la britishness ne jamais 'jump the queue': a la poste on faisait tous la queue quand un mec essaie de gruger... et c'est une femme avec sa burqua qui avec un accent bien brit et bien posh a rappeler le mec a l'ordre.. ca m a surpris, c'est ce qui fait le charme de ce pays, il n y a pas de grande ideologie mais plein de petites solutions pragmatiques pour que ca tourne et que ca soit gagnant gagnant. Je bosse dans la finance et les juifs porte leur quipa et les silks porte leur turban, au MS les vendeuse muslman garde leur voile, ca gene personne... franchement c'est agreable de vivre dans un pays tolerant. meme les gens de UKIP on du mal a etre rascite car ils ont toujours un idien ou un noir dans leur famille...
@CPM si ca ne te convient pas, rentre en France et reste y, on n a pas besoin de gens comme toi!
Réponse de le 22/08/2013 à 16:02 :
Personnellment si les minorités de france se comportaient comme les minorités en angleterre peut être que la tolérance serait plus présente. Cependant (je ne fait pas de généralité) une bonne partie de ces minorités culturelles et religieusses se servent de la France tout en ne se considérant pas comme Français. Ce que je veux dire c'est que le fait que telle ou telle personne porte un signe religieux ou fasse sa prière devant moi ne me dérange en aucun cas mais qu' elle ne fasse rien pour paticiper au développement du pays et se serve de ses ressources, ça ça me gène!!!
Réponse de le 22/08/2013 à 16:31 :
Instructifs, @CPMs vos petits témoignages. Ils font penser à ceux que l'on trouvait pour dire que l'euro c'est super parce qu'il n'y a pas à faire la queue pour changer quand on va en Italie. pas plus de réflexion de fond su ce qui se passait. Mais UK n'a pas été pratique sur le coup et a conservé sa monnaie... Je comprends votre raisonnement de prédateur : Il y a quelque inconvénients dont on s'arrange bien mais l'on côtoie aussi un autre monde, celui des gens aisées et l'on n'est pas fait pour rester tout le temps dans le pays. Au final vous justifierez : c'est ce que j'ai étudié et que je sais faire, il faut bien vivre. Mais tout cela n'est pas une réflexion de fond sur les crimes qui y sont commis déjà, encore moins sur le pillage auquel il correspond et le retraitement de l'argent sale du monde entier et les crimes qu'il recouvrent. Vous dites que "ça" marche, pourtant UK est dans un très triste état, non ?
Réponse de le 22/08/2013 à 17:08 :
Il y a le raisonnement et l'attitude que peut avoir quand on est étranger au pays et dans ce cas on admire la tolérance des britanniques.
Et puis, il y a le raisonnement et l'attitude de beaucoup de natifs de Grande Bretagne et qui se résume au White Flight. 600000 natifs de moins en 10 ans à Londres et 1 millions d'immigrés en plus. C'est probablement la même chose dans toutes les grandes villes. Les blancs préfèrent vivre majoritairement avec des personnes de même culture et fuient leur ville dès qu'un seuil d'étrangers est franchi.
à @ttt, vous remarquerez que je ne tutoie pas et que je reste courtois.
Réponse de le 22/08/2013 à 17:17 :
Je te remercie, mais si qqn doit me renvoyer chez moi, je pense que ce sera aux anglais d'en décider et non à toi.
Quant à ta tolérance, je crois que chacun peut voir qu'elle est à géométrie variable.
a écrit le 22/08/2013 à 12:19 :
On ne sait quoi dire à la lecture d'un tel article... :)
Réponse de le 22/08/2013 à 13:16 :
L'article est débile. Je suis plurilingue et considère que il y a langues et langues... On n'a que faire du ourdou en europe. Tant mieux pour eux ailleurs. La langue n'est qu'un outil & rien d'autre... RIEN D'AUTRE. C'est le MENTAL des gens qui fait la richesse d'une nation... C'est plus difficile à cerner que la connaissance d'une langue... D'où les blablas habituels sur les plurilinguismes, parfois inutiles d'ailleurs... Je pense aux "écoles bilingues" bretonnes ! Mort de rire... Mais si c'est çà leur bonheur, pourquoi pas ? Pas pour moi, merci. La cacophonie n'est pas une richesse, c'est une anarchie... C'est bien dans l'air du temps!
Réponse de le 22/08/2013 à 14:53 :
La langue n'est pas qu'un simple outil. Une langue structure la pensée, et donc la vision du monde.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :