Une "patrouille de trolls" sur les réseaux sociaux pour lutter contre l'euroscepticisme

 |   |  656  mots
Des fonctionnaires européens vont-ils devenir une "patrouille de trolls" qui "influencent la conversation" sur les réseaux sociaux ? (DR)
Des fonctionnaires européens vont-ils devenir une "patrouille de trolls" qui "influencent la conversation" sur les réseaux sociaux ? (DR) (Crédits : Reuters/DR)
A l'approche des élections européennes, l'UE veut combattre l'euroscepticisme, notamment sur les réseaux sociaux. Selon The Telegraph, elle a demandé à ses communicants de se livrer à du "trolling" sur Twitter, pour "influencer la conversation".

Le Parlement européen s'attaque aux trolls. Selon le quotidien britannique Daily Telegraph, l'Union européenne a prévu un programme de communication sans précédent avant et pendant les élections européennes, qui auront lieu en mai prochain.

Risque d'eurosepticisme

Ces élections, qui peinent à mobiliser les électeurs en France par exemple, pourraient être le théâtre d'une flambée d'euroscepticisme. Pour anticiper le phénomène, le Parlement aurait donc anticipé en dispensant à certains de ses représentants des cours de... "trolling".

Cette pratique consiste à promouvoir une idée, défendre une personnalité ou une cause, sur Internet, par exemple sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter...) ou dans les commentaires d'articles. Pour ce faire, une personne endossera le rôle de troll (un mot dont les origines sémantiques sont soumises à discussion, indique sa page Wikipédia).

Votre mission, apprentis trolls

Selon l'article du Daily Telegraph, daté de février 2013, l'UE a distribué à ses troupes d'apprentis trolls cet ordre de mission :

Les communicants institutionnels du Parlement doivent être en mesure de surveiller les conversations publiques et leur sentiment sur le terrain, en temps réel, afin de comprendre les sujets chauds (trending topic en anglais, du nom de la rubrique recensant les sujets les plus discutés sur Twitter, ndlr) et avoir la capacité de réagir rapidement, de façon précise et appropriée.

Le document confidentiel, que le quotidien britannique a consulté, poursuit. Le troll devra être en mesure :

De se joindre et d'influencer les conversation, par exemple en diffusant des faits ou graphiques qui déconstruisent des mythes.

"Troll patrol"

Un député du parti nationaliste britannique UKIP Paul Nuttall, a dénoncé une proposition qui, selon lui, met à mal neutralité des fonctionnaires européens, en les poussant à devenir une "troll patrol", une patrouille de trolls. Cité par le Daily Telegraph, il explique :

Il me semble bizarre que l'administration joue un rôle aussi explicitement politique, en visant les eurosceptique - c'est un code pour des partis comme Ukip, et ce n'est pas vraiment neutre.

"L'image de l'UE souffre"

Un document interne, également cité par le Daily Telegraph, souligne un "contraste frappant" entre la perception en pleine croissance "d'un bien-être compromis, d'une insécurité croissante et de l'instabilité financière" d'un côté, et les engagements de l'UE à garantir la "liberté, la sécurité et la justice sociale avec un marché intérieur prospère".

"Il est évident que l'image de l'UE souffre", poursuit le document. "Afin d'inverser la perception selon laquelle "l'Europe est le problème", nous devons communiquer que la réponse aux défis actuels est "plus d'Europe", pas "moins d'Europe"".

2 millions d'euros supplémentaires

Selon le quotidien britannique, cette proposition fait partie d'un plan d'une nouvelle stratégie pour laquelle l'UE va dépenser plus de 2 millions d'euros supplémentaires.

Si la majorité de cette somme sera reportée depuis d'autres postes de dépense, 955.000 euros devront être levés l'an prochain, en dépit, note-t-il, des appels à ce que les dépenses européennes reflètent les programmes d'austérité en vigueur dans certains pays.

[Edité le 27 février avec précisions du Parlement européen]

Le Parlement européen a précisé à La Tribune que ce budget supplémentaire, "attribué pour le suivi des médias nouvelle formule", doit couvrir les années 2013 et 2014 et 28 Etats membres. Il conteste par ailleurs le terme de "troll" et la "surveillance" d'internet :

Etant donné l'importance croissante de ces sources en ligne, des plateformes de média sociaux comme source d'information, le Parlement a étudié la possibilité d'avoir un meilleur aperçu de ce qui s'y écrit : quels sont les débats qui intéressent les citoyens, comment les utiliser pour entrer en dialogue avec les citoyens sur certains dossiers législatifs clés ?

"Il n'existe absolument pas de directive pour lutter contre l'euroscepticisme de la part des autorités du Parlement", indique encore ce dernier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/12/2015 à 12:28 :
Mes frères trolls indépendants ! Controns cette infâmie !

Notre organisation permettra d'unir les trolls libres !

http://uiti.wordpress.com/

Rejoignez l'UITI.
a écrit le 24/02/2014 à 17:34 :
Si l'euro disparait vous serez tous changeaient en crapaud et la terre s'ouvrira sous vos pieds
a écrit le 24/02/2014 à 15:37 :
L'Europe des nations ça n'existe pas,sinon cela se saurait.Ce que l'on appelle l'Europe est une zone économique de libre échange sans frontières en expansion permanente ,il n'y a pas de politique globale européenne,ni de politique sociale,de défense etc...il n'y en aura jamais car c'est pas le but recherché.Au bout de 12 ans on a eu le temps de comprendre le système.
a écrit le 23/02/2014 à 23:19 :
Ces gens sont nuls et malheureusement typiques de l'inversion des valeurs de nos élites. Pour exemple cette réflexion que c'est l'image de l'UE qui en soufre de la part du parlement censé nous représenter est inique. Non, ce n'est pas l'image de l'UE qui soufre, ce sont les peuples de l'UE. Le reste on s'en moque et le devraient aussi ces parlementaires.
a écrit le 22/02/2014 à 20:17 :
Je sais pas comment ils vont nous les envoyer,à la truelle ou en tirelienne .Moi (le Troll des administrations) je les attend pour les talocher.Ils vont savoir ce que c'est un vrai troll.La question cependant est :Qu'elle va etre la position de FB ? censure global ?
a écrit le 22/02/2014 à 19:03 :
Le pire est qu'ils ne sont toujours pas rendu compte qu'ils étaient des trolls eux-mêmes. Donc cela ne changera pas grand chose, et ils seront assez vite débunkés. L'effet risque fort d'être aux antipodes du lavage de cerveau qu'ils pensent réussir avec de tels procédés :-)
a écrit le 22/02/2014 à 16:35 :
Malheureusement, il n'y a pas que des trolls ! Il y a des fonctionnaires européens motivés pour une Europe qui positionne ses valeurs sur le grand échiquer mondial.
a écrit le 22/02/2014 à 13:01 :
Les peuples ne sont pas si bêtes. Ils ont bien compris qu'on leur fera avaler l’Europe quoiqu'il en coûte.
Réponse de le 23/02/2014 à 23:24 :
Le premier travail de ces trolls ne sera pas de défendre l'UE, c'est peine perdue. Ils feront au contraire comme vous, et comme le conseillait Sun Tsu, ils feront accroire que le combat est perdu d'avance pour leurs opposants.
a écrit le 21/02/2014 à 23:34 :
On les voit arriver d'assez loin et ce n'est pas nouveau, bravo à cette Europe qui finance avec nos sous l'opposition à un vrai débat ouvert pour expliquer le pourquoi de l'euroscepticisme montant, quand je pense que LT me traitait de complotiste, il y a peu...!!! En tout cas merci à François ASSELINEAU et à l'UPR d'exister pour contrebalancer courageusement malgré une quasi absence de visibilité médiatique hors les réseaux sociaux, la presse internet et les conférences de FH car sans cet activisme salutaire, personne ne connaitrait l'UPR, le seul parti qui combat la propagande européiste, tous les jours, pied à pied.
a écrit le 21/02/2014 à 14:55 :
Comme je disais à mon ami françois ASSELINEAU, grand amateur d'UE sur son facebook, il est bien normal que le contribuable européen, éventuellement eurosceptique ( et surtout des 5 ou 6 pays qui sont plus donateurs que receveurs de budgets) de payer des gens qui lutteraient contre cet eurosceptiscimes. Il faut bien un peu de propagande comme dans les années folles 39 /45, sinon nous risquerions de nous lasser ! Merci à la tribune de communiquer sur ce sujet, c'est plutôt honnête.
a écrit le 21/02/2014 à 14:31 :
Juste une chose : puisque vous vous referez à un article vieux d'il y a 1 an (!!!) autant le mentionner sans faire comme si c'était un scoop ... et sinon, joli exemple de "non-argumentaire" ;-)
a écrit le 21/02/2014 à 12:16 :
L'Europe n'a jamais été aussi difficile à défendre qu'aujourd'hui. L'Europe devait protéger les états membres, défendre notre indépendance culturelle et nous enrichir mutuellement. C'est tout l'inverse qui s'est produit : dépendance des économies nationales aux abus de la finance, appauvrissement de toutes les populations, dumping social, baisse de la qualité des soins médicaux, fracture sociale...
Réponse de le 22/02/2014 à 19:06 :
Le problème de l'Europe (enfin celle de la commission) est qu'ils pensent réellement qu'ils sont les seigneurs d'une supra-nation au dessus des lois et qu'ils parquent un empire de laquais. Le concept initial de l'Europe (CECA) était de mettre en commun des moyens transfrontaliers quand ils étaient pertinents. Depuis, c'est vraiment parti en sucette. Plus violente sera leur chute... En espérant une Europe 2.0 vraiment au service des citoyens, et non pas l'inverse.
Réponse de le 24/02/2014 à 6:24 :
@Pa Troll : Vous voulez dire "saigneurs"...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :