Cette statistique allemande si inquiétante pour la zone euro

 |   |  884  mots
L'Allemagne continue d'améliorer sa compétitivité
L'Allemagne continue d'améliorer sa compétitivité (Crédits : reuters.com)
Les salaires réels allemands ont reculé de 0,2 % en 2013. Une très mauvaise nouvelle pour l'avenir de la zone euro.

Il est certaines statistiques qui sont plus parlantes que bien des discours. Ainsi en est-il celle publiée ce jeudi matin par Destatis, l'Office fédéral allemand des Statistiques. Le recul de 0,2 % des salaires bruts réels en Allemagne en 2013 est la preuve qu'il n'y a pas outre-Rhin de réel rééquilibrage du modèle économique.

Le modèle exportateur repart de plus belle

Comme à son habitude, l'économie allemande a donc compensé le ralentissement de l'activité (+0,4 % en 2013) par une réduction des salaires. Ceci a évidemment permis de maintenir la compétitivité des produits allemands et explique en grande partie la reprise vigoureuse des exportations et le fait que, pour les années à venir, l'Allemagne va à nouveau dépendre du moteur extérieur pour sa croissance.

Malgré les discours du gouvernement allemand et de ses partenaires européens, l'Allemagne n'a jamais réellement modifié son modèle de croissance. En 2012, les salaires réels avaient progressé de 0,5 % seulement avec une croissance de 0,7 %. En 2011, la hausse de 1,2 % des salaires réels avait été bien en deçà de la croissance de 3,3 %. Plus que jamais donc, l'Allemagne comprime les salaires pour améliorer sa compétitivité.

Pas de rééquilibrage de la croissance allemande

Il faut donc abandonner une fois pour toute l'idée que l'Allemagne va « rééquilibrer » sa croissance en favorisant plus la consommation et l'investissement. La consommation des ménages a certes soutenu la croissance en 2013, mais sa contribution à la croissance a été inférieure à celle de 2012. On comprend à présent pourquoi. De même, l'investissement n'est pas une priorité pour les entreprises allemandes qui ont considérablement réduit leurs dépenses en ce domaine au cours des deux dernières idées et qui, selon une étude récente de la chambre de commerce et d'industrie, la DIHK, n'envisagent guère d'investir davantage en 2014.

Pas de « moteur allemand »

Les conséquences de ce modèle sont considérables et inquiétantes. L'Allemagne ne sera pas le « moteur » de la croissance de la zone euro. Sa demande restera toujours inférieure à sa croissance, la transmission de la croissance allemande au reste de l'Europe va demeurer faible. Les exportations des pays du Sud vont, certes, parce qu'ils ont désormais un avantage prix important, profiter dans un premier temps de la demande allemande, mais il convient de noter deux éléments. D'abord, cette demande restera limitée et sans doute peu à même de relancer la demande intérieure de ces pays de façon durable. Ensuite, la demande allemande étant faible, il y aura sans doute un élément de substitution des importations allemandes des pays les plus « chers » vers les pays les plus « pauvres. » Autrement dit, les gains de part de marché des entreprises espagnoles ou portugaises se feront au détriment d'entreprises françaises ou italiennes. Il n'y a pas de place pour tout le monde…

L'impossible concurrence face à l'Allemagne

Car, malgré leurs efforts, les pays « périphériques » et certains pays comme la France ou l'Italie ne vont pas pouvoir s'imposer sur les marchés extérieurs. L'Allemagne, en augmentant encore sa compétitivité relative déjà considérablement plus élevée, condamne ses concurrents de la zone euro à une baisse considérable des prix pour tenter de maintenir ses parts de marché. Autrement dit, puisque l'arme monétaire n'existe pas pour eux, à une compression majeure des salaires ou des taxes. Dans les deux cas, cela signifie la poursuite de la politique d'austérité ainsi qu'une longue déflation et, au final, un appauvrissement des pays de la zone euro relativement à l'Allemagne.

Il y aurait certes bien une alternative : l'innovation et la qualité. Mais pour concurrencer les Allemands dans ce domaine, il faut des moyens dont les marges des entreprises de la zone euro hors Allemagne ne disposent pas. Sans parler des investissements publics dans ce domaine, condamnés à être comprimés également, pacte budgétaire européen oblige.

Avenir sombre pour la zone euro

Certes, cette situation est idéale pour l'Allemagne qui, ainsi, se découple de plus en plus du reste de la zone euro, comme le prouve les prévisions de croissance du pays. Mais cette simple statistique dresse donc un tableau bien sombre de l'avenir de la zone euro. Elle permet également de douter de l'effet du salaire minimum unique outre-Rhin. Dépendants des exportations, les entreprises allemandes n'accepteront certainement pas de voir leur compétitivité réduite. Elles réagiront sur l'emploi et par la modération salariale.

Responsabilité allemande

Enfin, ce chiffre permet de relativiser le discours moralisateur constant de l'Allemagne - notamment vis-à-vis de la France. L'Allemagne a bel et bien sa part de responsabilité dans les difficultés de la zone euro. Et elle en a d'autant plus qu'elle entraîne la région dans une stratégie qui semble faire fi des erreurs du passé. Cette stratégie désormais soutenue ouvertement par le gouvernement français est celle d'une « course à l'échalote » de la compétitivité qui semble perdue d'avance. Chaque pays va tenter de baisser ses coûts pour se partager la faible demande allemande. Et tout le monde s'appauvrira. La sortie de la zone euro apparaîtra alors comme la seule solution. Dans ce cas, l'Allemagne aura une responsabilité considérable face à l'histoire.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/03/2014 à 14:44 :
L'Allemagne a bien su mener ses affaires et maintenant c'est elle qui est maître à bord en Europe
a écrit le 05/03/2014 à 7:08 :
La compétitivité de l'Allemagne ne réside pas dans les prix, mais dans la qualité : vous croyez vraiment qu'on achète des BMW et même des Volkswagen parce qu'elles sont moins chères ?
Et d'abord, lors d'un achat le prix est-il le seul critère ?
Réponse de le 10/03/2014 à 15:38 :
une étude récente montre que la "qualité allemande" dans le secteur automobile est très surfaite depuis quelque temps, mais elle continue de jouir de l'image ...
a écrit le 04/03/2014 à 10:17 :
baisse les gouts ? exellente idee pour mieux vendre? a trop vouloir s enrichir ont finie par tout perdre? C EST L HISTOIRE DU GEANT AUX PIEDS D ARGILE? ? ??
a écrit le 03/03/2014 à 13:58 :
Pourquoi oublier de mentionner que la baisse arithmetique des salaires de 0,2 % en 2013 est du a une simple raison : les succulentes primes de fin d´années ou prime de succés versées aux employés ont ete un peu plus modestes que l´année précédente. Ces primes qui parfois font jusqu à 2 salaires mensuels dans certains secteurs (chimie, automobile opar exemple) sont calculés sur les résultats d´entreprises et peuvent fortement varier d´une année à l autre Ces primes n ont rien a voir avec les salaires de base.
a écrit le 02/03/2014 à 19:28 :
La dette Française est le fait de la loi Giscard du 2 janvier 1973 aggravée par la loi Delors de 1984. La première à interdit à l'état d'émettre des crédits l'obligeant à se tourner vers les sinistres "marchés" et la seconde a réuni les banques de dépôt et les banques spéculatives, lesquelles spéculent avec l'argent des déposants ! L'état est obligé de les renflouer si une faillite menace afin de protéger les déposants !
a écrit le 01/03/2014 à 23:05 :
l'Allemagne ne respecte pas les lois économiques (lois-economiques.fr).
Tôt ou tard le non respect des lois économiques se retournera contre celui qui les a violé.
Réponse de le 10/03/2014 à 15:41 :
Peu probable étant donné que bientôt l'allemagne occupera tous les grand poste européen...
a écrit le 25/02/2014 à 10:04 :
L'Allemagne a finalement dégagé en 2013 un petit excédent budgétaire et des importants excédents concernant les systèmes de sécurité sociaux (retraite, assurance chômage).
Déjà uniquement les cotisations retraite ont baissé, dégageant un gain de pouvoir d'achat, même à salaire très peu réduit. Les employés fédéraux allmeands on pu être payer grâce aux recettes de l'état. En France, les salaires publiques sont financés par la dette croissante et mal maîtrisée.
a écrit le 24/02/2014 à 17:42 :
l'allemagne est la grande gagnante de l'euro et les autres pays les grands perdants. sortons du mark avant de devenir comme les grecs.
a écrit le 24/02/2014 à 15:45 :
Ils continuent dans cette voie parce quelle leur a réussi,on peut les comprendre, relâcher la pression alors que les pays du sud sont tous entrain de clamecer et qu'il y aura plus bientôt qu'à ce servir c'est tentant.
a écrit le 24/02/2014 à 13:45 :
Les statistiques se lisent très finement, sinon, c'est un non sens. Les salaires baissent ils en Allemagne? Je n'en suis pas si sur, car la population active allemande tend à décroître... Keynes insistait sur le fait qu'il faut raisonner en "unité de salaire", mais je ne suis pas sur que ce type de statistiques soit calculée ici avec assez de rigueur. Ces "0,2 % de baisse des salaires réels" constituent ils en définitive une donnée sérieuse sur l'évolution des salaires ou au contraire un simple agrégat financier?
a écrit le 23/02/2014 à 20:17 :
L'Allemagne se sert de l'Union Européenne pour ses profits uniquement, et sur notre dos. L'Italie, la France, le Royaume Unis, les états du sud souffrent alors que l'Allemagne s'en met plein les poches.
Et les allemands n'achètent que allemand. Ils ne jouent pas le jeu de l'Europe mais de l'égoisme !
Réponse de le 24/02/2014 à 17:40 :
très bien résumé. nous ne faisons que constater
Réponse de le 24/02/2014 à 18:20 :
Lors de mes derniers voyages, j'ai vu de plus en plus d'allemands acheter français, dans l'automobile par exemple. Signe des temps et de la tragédie interne allemande, ou simple contradiction de votre commentaire, à vous de choisir...
Réponse de le 25/02/2014 à 19:41 :
je traverse tous les jours la frontière pour allez travailler en Allemagne, et je constate que la plupart des allemands roulent dans des voitures allemandes,
normal, dans le top 30 des ventes en 2013, la première étrangère, une fiat 500 arrive à la 29 ème position...
C'est pareil au boulot, vous demandez des stylos bics car ils écrivent bien, 3 semaines après ils sont remplacés par des stylos made in Germany.
Pour eux, acheter allemand, c'est une obsession, d'ailleurs ils ne se sentent pas tout européen.
Réponse de le 26/02/2014 à 10:40 :
Les allemands n'achètent pas que allemand, ils achètent aussi Japonais et chinois et coréen, mais uniquement la meilleure qualité. Les allemands sont beaucoup moins nationalistes que les français ! La preuve chez eux l'extreme droite fait 3% ici c'est 20%, une honte. Eux ils veulent la qualité, uniquement la qualité.
Réponse de le 26/02/2014 à 12:27 :
c´est vraiment étrange, dans le top 30 des ventes pour le marché allemand, la première voiture étrangère vendue est à la 29 ème place. C´est la Fiat 500.
Etes-vous sûr d´avoir été en Allemagne?
Réponse de le 03/03/2014 à 19:56 :
non c'est vrai que les allemands essayent d'acheter allemand.
Réponse de le 05/03/2014 à 18:08 :
sauf que le FN ça équivaut à la CSU-CDU allemande et non au NPD (parti néo-nazi)
a écrit le 23/02/2014 à 19:59 :
La France est dans un corner d'où elle ne sortira pas. La croissance financée pas l'endettement n'est plus possible et la pression fiscale est devenu insupportable à tel point qu'on a créé le statut d'exilé fiscal ! Cet endettement a profité aux classes populaires qui bénéficient de subventions comme nulle part ailleurs, Le logiciel du Président est périmé.
Réponse de le 26/02/2014 à 17:01 :
Certes, mais faut-il le rappeler, ce sont le logiciel et le référentiel du neo libéralisme et ceux de l'Europe.
a écrit le 23/02/2014 à 19:50 :
Solutuon ? Boycotter l'Allemagne ! a écrit le 22/02/2014 à 11:23 :

Si les français pouvaient boycotter Volkswagen, Stabilo Boss, Karcher, Milka, Braun, Lidl, Aldi, Oral B etc ... ils seront obligés de changer leur mentalité !
Réponse de le 25/02/2014 à 8:35 :
Réaction trés puérile. PS: Milka est Suisse.
Réponse de le 25/02/2014 à 19:43 :
le chocolat milka est principalement fabriqué en Allemagne, près de Lorrach, proche de la frontière Suisse.
Il a raison, il faut boycotter le Made in Germany
Réponse de le 26/02/2014 à 15:09 :
regardez sur le paquet ou c'est fabrique bb king
Réponse de le 05/03/2014 à 22:51 :
@ BB king : "Milka est Suisse"

Non, elle est mercière. Et ça, ils n'ont pas fini de le payer ("Mamie Nova : il y a encore des enfants de Mamie qui ne lui disent pas merci")
a écrit le 23/02/2014 à 16:59 :
Walter Hallstein, éminent juriste du 3ème Reich, ancien officier de la Wehrmacht, co-signataire du Traité de Rome... etc... personnage intéressant pour comprendre sur quelle base a été fondé l'Union Européenne.
Réponse de le 23/02/2014 à 18:08 :
L'UE c'est pour éviter une nouvelle guerre France Allemagne, retourne à l'école au CP si tu sais pas ça...Meme les enfants le savent.
Mais bon les nationalistes détestent l'UE et voudrait qu'on recommence les memes erreurs avec l'Allemagne !
Réponse de le 24/02/2014 à 17:18 :
Pour votre info en 1950 en Allemagne les hauts fonctionnaire était tous des anciens du 3 Reich. Pourquoi? Car Il n' y avait personne d'autre pour faire le travail.
Réponse de le 10/03/2014 à 15:50 :
oui et non. La CECA a été crée et renforcé petit a petit pour éviter que des pays en crise ce repli sur sois ou tourne vers les extrêmes, empêchant certes de facto les guerres franco\allemande.

Toutefois au vus de l'article et de la situation actuelle, du résultat des extrême dans beaucoup de pays, il semblerait que ce qui fut autrefois une grande réussite semble en partie s’effondrer.

La question des fonctionnaire du 3 eme reich est en réalité inutile, la pensé social des allemands à toujours été celle qu'avait déjà l'odre teutonique, même si il est vrai que les nazis l'ont poussez vers des extrême inimaginable.
a écrit le 23/02/2014 à 16:56 :
Vous me faîtes tous rire ! Qui a aidé les allemands pour leur réunification et leur passage à vide durant quelques années ? Personne ! Si eux. Et maintenant on les critique. C'est bien français quand tout va bien on se goinfre quand tout va mal c'est la faute à l'état ou aux autres. Soyons réalistes et moins arrogants !
a écrit le 23/02/2014 à 12:09 :
une des clés du modèle allemand et que les allemands achètent allemand. les françasi n'achètent pas assez français.
Réponse de le 23/02/2014 à 12:21 :
Tu as des chiffres, des statistiques sur le sujet?
Ca pourrait être intéressant...
Mais dans tous les cas je ne crois pas que ce soi le problème.
On a besoin aussi de marques étrangères qui produisent en France.
Ne penses tu pas?
Et puis j'aime bien certaines marques allemandes, comment fait on alors?
Réponse de le 23/02/2014 à 14:44 :
promène toi en Allemagne compte le nombre de voitures allemandes, majorité de voitures allemandes
promène toi au Japon compte le nombre de voiture japonaises, majorité de voitures japonaises
promène toi en Corée compte le nombre de voitures coréennes, majorité de voitures coréennes
promène toi en France compte le nombre de voiture française
je te parie que tu trouveras une proportion de voitures nationales plus faibles
Réponse de le 23/02/2014 à 15:42 :
C'est normal les français n'achètent pas de voitures françaises, car leurs qualité est pourrie .
J'achète étranger si c'est mieux, c'est pas une question de nationalité mais de qualité.
Et c'est partout comme ça.
Réponse de le 23/02/2014 à 19:18 :
@French touch:
Je vis justement en Allemagne.
Oui tu as raison, les allemands roulent allemand pour une bonne partie.
Mais c'est normal, c'est de la qualité et j'en trouve personnellement beaucoup qui me séduisent. Les gouts et les couleurs n'ont pas de frontière, peut être demain les voitures françaises me plairont. Je ne suis pas sectaire mais pas stupide :-))
Réponse de le 23/02/2014 à 20:55 :
non justement ce n'est pas partout comme ça. Dans ceratins pays les gens préfèrent acheter les produits nationaux même s'ils sont moins bons.
Réponse de le 26/02/2014 à 10:43 :
Quels pays preferent acheter les produits nationaux moins bons ? Les dictatures ?? Tu voudrais forcer les français à acheter français ? C'est une dictature nationaliste et personne n'en veut. Personne , à part les fous et certains producteurs français complices de cette dictature. Non merci.
Réponse de le 03/03/2014 à 19:57 :
coréens, allemands, et japonais
Réponse de le 05/03/2014 à 23:06 :
Un peu tardif, comme revirement, non ? Dans un pays ou toute velléité de patriotisme est considéré comme un crime contre la Normalité…
Avoir l'attitude que vous recommandez (et qui est pourtant extrêmement répandue dans pas mal de pays), en France, c'est non seulement être facho, mais aussi être ridicule…
Réponse de le 11/03/2014 à 13:22 :
c'est le comble francais d'hurler contre peugeot et renault quand ces derniers ferment des usines, alors que ces gens achète audi.

en effet yuropp chez nous le patriotisme est un vu comme un signe d'extreme droite et c'est vraiment dommage
a écrit le 23/02/2014 à 10:58 :
Cela me conforte dans l'idée que les lecteurs de la tribune sont en grande majorité germanophobe...!
Cherchez d'autres arguments un peu moins ras les pâquerettes.
Comme quoi même voisin, on connait très peu nos voisins, et le peu que l'on connaisse c'est pas les médias généralistes germanophobes, jaloux, irréalistes, et binaires, soit les allemands sont la source de tous les problèmes soit c'est le modèle formidable...!
Ouvrez les yeux et arrêtez le lavage de cerveau.
On est pas le meilleur juste en parlant et en le déclarant...généralement on ne le sait pas.
Réponse de le 23/02/2014 à 11:53 :
Il suffit d'écouter Schröder qui dit que l'euro a rendu l'allemage maitre de l'europe bien que ce ne soit pas le but initial de l'euro. Il n' y a que les germanophiles de l'ump qui n'ont pas compris comme Sarkozy qui aura été un bon pion pour Merkel
Réponse de le 23/02/2014 à 12:41 :
Je suis d'accord pour Sarkozy. Encore de la jalousie. Nous sommes en Europe. Nous avons signé le même traité n'est ce pas?
L'Allemagne a fait ses réformes point final. Ces réformes sont compatibles avec les directives européennes et ils sont plus libéral que nous en France. Ils suivent la règle, point barre. Aujourd'hui ce cadre ne convient pas à notre économie de s'exprimer et ainsi s'est créé un fossé économique en Europe. Soit on change les règles en Europe soit on fait des réformes au niveau national.
Si hollande fait passé son pacte, il y'aura un effet mécanique qui permettra plus d'embauche, mais je ne crois pas à un changement miraculeux, il faudra du temps, c'est certain mais nous pouvons réussir a condition d'être un peu plus unis qu'aujourd'hui.
Réponse de le 23/02/2014 à 14:35 :
vous voudriez que nous fassions les réformes Hartz dont une partie grandissante des allemands se plaignent ? les grecs sont en train de les faire et ça ne marche pas
Réponse de le 23/02/2014 à 15:54 :
Arretez de parler des grecs, il y a 40 ans c'était un pays du tiers monde, il a remonté grace aux crédits accordés par la france et l'allemagne, mais sans se développer, ils ont tout mis dans des bateaux de luxe et autres maisons...aucun dévelopement rien.
Réponse de le 23/02/2014 à 16:47 :
Pourquoi racontes tu n'importe quoi? La Grèce pendant la Seconde Guerre Mondiale a été attaqué par l'Italie Fasciste et son allié fasciste Allemand Nazi, et occupée jusqu'en Octobre 1944, le pays a été ruiné et mis à sac. L’Allemagne n'a toujours pas remboursé sa dette de guerre à la Grèce.
Réponse de le 23/02/2014 à 17:59 :
La guerre, la guerre, la guerre. Quand la Grece remboursera ses dettes de guerres de l'antiquité qu'elle a menée ? La Grece a reçu d'enormes sommes de la part de l.UE mais elle n'en a rien fait. C'est bien elle qui s'est mise dans cette situation toute seule. La guerre il y 70 ans n'y est pour rien. D'autres pays qui ont soufert beaucoup plus que la Grece se portent nettement mieux et cela même sans aides de l'UE.
Réponse de le 24/02/2014 à 10:36 :
Et de 1944 à 2014, qu'a fait la Grèce ??? Tous les pays s'en sont relevé, mais pas la Grèce, malgré son entrée dans l'UE et les "paquets Delors I, II et III" (là nous parlons de milliards !) pour l'aider, mais non, rien n'a été investi pour l'avenir ou même les infrastructures, l'argent à peine arrivé à Athènes servait à payer les augmentations des fonctionnaires et affidés politiques, la "fiscalité électoraliste" battait son plein et les dirigeants, élus par les Grecs qui se plaignent aujourd'hui, (corrompus jusqu'à la moelle pour la plupart) se goinfraient allègrement ! Dans 2 siècles vous accuserez encore les "étrangers" de votre propre incurie !
Réponse de le 24/02/2014 à 17:20 :
Car il n y'a pas de dette de guerre. La question à été résolu au lendemain de la guerre.
a écrit le 23/02/2014 à 9:47 :
M.Gaudin, allez au bout de l'analyse et concluez! Si les Allemands refusent de faire de l'euro une monnaie commune à toute la zone (en acceptant un peu d'inflation et une monnaie moins forte), nous devons en tirer les conséquence et abandonner cette monnaie. C'est comme dans un couple, si l'un des partenaires s'enferme dans l’égoïsme, alors la séparation devient inévitable!
a écrit le 23/02/2014 à 9:38 :
Une analyse qui me fait comprendre pourquoi les socialistes ne s'en sortent jamais avec l'économie et l'entreprise....
Réponse de le 23/02/2014 à 11:47 :
un commentaire qui me fait comprendre que l'ump ne comprends rien à la situation en Europe et à l'hégéomonie allemande.
Réponse de le 25/02/2014 à 8:40 :
un commentaire qui me fait comprendre que la souris a peur du chat.
Réponse de le 05/03/2014 à 14:54 :
Des commentaires qui me font comprendre que rien ne changera tans qu'on ne moralisera pas réellement et très durement la politique .. on se fera toujours avoir à devoir choisir entre la peste et choléra
a écrit le 23/02/2014 à 8:02 :
Est-ce qu'il existe des personnes qui comprennent comment fonctionne les Allemands et l'Allemagne !!?? Evidement qu'ils s'en tapent de votre solidarité ridicule, de la grande famille Européenne, du projet commun ... mais franchement les leaders Français sont d'une débilité totale, l'Allemagne est en guerre, ils sont conquérents, forts ... en face il y a quoi ?
Réponse de le 23/02/2014 à 11:59 :
en face il ya les français qui roulent en vw, audi et bm pour frimer pendant que leur industrie disparait
Réponse de le 23/02/2014 à 14:00 :
Les français ont le droit d'acheter la marque qu'ils veulent , on n'est pas en dictature pour nous imposer des produits français.
Si tu n'aimes pas la liberté de choisir qu'on a en France, vas t'en , va vivre en dictature ou en corée du nord.
Ras le bol de ces donneurs de leçon qui veulent nous forcer à acheter français !
Réponse de le 23/02/2014 à 14:25 :
Que les Français vont comsommer uniquement français cela ne va pas sauver la France tout court.
Réponse de le 23/02/2014 à 14:38 :
réaction très française se plaindre qu'il y a du chomage et ne pas vouloir acheter français. ne parler pas de dictature. je vous laisse votre liberté de ne pas acheter français et de faire monter le chomage
a écrit le 22/02/2014 à 21:53 :
baisse des salaires? et alors, il y en a qui s en moquent en allemagne: les députés qui viennent de se voter une sacrée augmentation et les riches qui deviennent plus rapidement riche. la grêce en faillite n aura pas fait éclater l europe mais l allemagne qui a tiré tous les draps de son côté? intéressant. On peut le voir de la manière suivante: encore un signe comme quoi faire du fric sur le dos des autres ne fait pas avancer la société.
a écrit le 22/02/2014 à 19:38 :
Voyez la vente par correspondance où les Allemands nous battent sur tout le secteur du prêt à porter où nous faisons cocorico. Les Français ne maitrisent pas leur système internet où les réductions annoncées par courrier ne correspondent pas à celles d'Internet, et c'est galère si vous essayez de les joindre. Moi, j'ai renoncé. Au téléphone, (La Redoute, entre autre) ils vous font payer l'appel, comme s'il fallait payer pour entrer dans une boutique! Chez les Allemands, le téléphone est gratuit, et la dame aimable qui vous répond, vous dit, si vous êtes déjà clients chez eux: "On vous connaît, Madame, vous paierez quand vous aurez la facture au courrier". On croit rêver. Les Allemands ont encore de beaux jours commerciaux devant eux. Tant pis pour nous. Nous sommes trop bêtes.
a écrit le 22/02/2014 à 19:18 :
Eh oui, plus le bon élève s'améliore, plus les cancres paraissent mauvais…blague à part, cela signifie que, quelles que soient les politiques en vigueur dans les pays du Sud et chez nous, l'euro va éclater.
Réponse de le 22/02/2014 à 21:55 :
ça signifie qu'on doit enseigner aux autres l'égoisme, le tout-pour-soi, rien pour les autres, et la traite de certains pour faire du fric ? Bel exemple que ce bon élève !
Réponse de le 23/02/2014 à 12:07 :
l'allemagne est surtout la terreur de la classe
a écrit le 22/02/2014 à 18:04 :
les commentaires de cet article sont comme souvent intéressants.
a écrit le 22/02/2014 à 17:48 :
les français n'ont qu'a baisser leurs salaires comme les allemands pour faire disparaitre l'industrie des autres pays qui ont l'euro. les français sont toujours jaloux.
Réponse de le 23/02/2014 à 9:54 :
Tout a fait et après tout le monde baissera les nationaux et comme ça il n'y aura plus d'industrie nul par mais des simili-esclaves partout! beau projet!
a écrit le 22/02/2014 à 12:48 :
M. Roth, un social-démocrate vient de dire que L’Allemagne s’est créé un «avantage déloyal» avec ses bas salaires. même les allemands le disent.
Réponse de le 22/02/2014 à 15:28 :
Et alors, pourquoi les français ne baissent pas leurs salaires comme les allemands ? Ils veulent le beurre, l'argent du beurre et le ..
Réponse de le 22/02/2014 à 17:43 :
baissez le votre de 30 % et on en reparle
Réponse de le 22/02/2014 à 18:55 :
je suis au chomage duc..
Réponse de le 22/02/2014 à 20:12 :
chiche ! si ça permet de faire baisser le chomage ? Vous feriez pas ça vous ???
Réponse de le 05/03/2014 à 15:02 :
Il est dur à comprendre que l'Allemagne à des salaires aux raz des pâquerettes pour la petite main d'oeuvre .. et que c'est beaucoup grâce à "ceux" des pays des L Est fraîchement débarqués via L'EUROPE ? Pour faire pareil notre patronat à recours à l'immigration .. c'est pas suffisant apparemment .. on fait quoi on baisse encore et encore ?
Réponse de le 05/03/2014 à 15:06 :
Simple d'esprit de penser que la baisse des salaires sera utilisée pour créer des emplois et non pour augmenter les marges déjà si durement mises sous pressions
a écrit le 22/02/2014 à 11:37 :
On avance dans le bon sens. L'Islande va retirer sa candidature à l'Europe sans référendum. Le Titanic prend l'eau de tous les côtés. L'euro pourrait bien disparaitre et l'Europe avec !
Réponse de le 22/02/2014 à 12:46 :
l'Europe a connu des guerres et la peste. des épisodes bien plus graves que ceux ci.
Il faut juste sortir de cette monnaie absurde
Réponse de le 05/03/2014 à 23:24 :
Au début de l'Euro, mon espoir était que comme toute connerie d'un politicien Français allait désormais se payer cash, faute d'accès à la planche à billets, ça aller les empêcher de faire des conneries, ou du moins les calmer un peu.

Las, je n'avais raison que sur le premier point :-(

Mimolette-moi-président n'aura certes pas été aussi dépensier que Mitterand-président mais les conséquences ont été plus rapide (il aura quand même fallu 3 ou 4 dévaluation au vieux schnock pour qu'il se calme ; parce qu'il pouvait le faire). Normalement, avec le cadeau de bienvenue que lui avait concocté Sarko, il n'aurait pas du pouvoir nous endetter davantage. Le hic, c'est que les prêteurs ont parié sur son éviction, suivie d'une droite qui paye les pots cassés… Avec nos sous, bien entendu
a écrit le 22/02/2014 à 11:23 :
Si les français pouvaient boycotter Volkswagen, Stabilo Boss, Karcher, Milka, Braun, Lidl, Aldi, Oral B etc ... ils seront obligés de changer leur mentalité !
Réponse de le 22/02/2014 à 12:44 :
les français doivent acheter français pour faire baisser le chomage
Réponse de le 22/02/2014 à 13:58 :
J'ai déjà comparé plein de magasains et la qualité des produits français est moyenne. J'achète allemand quand je peux, car la qualité est meilleure.
Je boycotte surtout les produits bretons, car ils polluent la mer, les terres, les rivières, ne respectent rien. En plus ils ont jetté dans la rue, des tonnes de lait et d'oeufs, pour faire grimper les prix, au lieu de les donner aux pauvres. Eux n'auront jamais un centime de ma poche. Jamais.
Réponse de le 22/02/2014 à 17:44 :
pepito c'est à cause de gens comme vous qu'il y a du chomage en France
Réponse de le 22/02/2014 à 18:12 :
heureusement que tout le monde ne fait pas comme pepito. Par contre vous pouvez acheter des biscuits du même nom ils sont faits en France
a écrit le 22/02/2014 à 9:26 :
UNE des solutions est la baisse de l euros???
Réponse de le 22/02/2014 à 14:03 :
Si un journal qui se veut un journal serieux sème la mal-information comme cela, il faut pas s'etonner que les lecteurs comme vous en tirent des mauvais conclusions. L'auteur parle du salaire réel, donc en term de pouvoir d'achat des salariés. Si il y a un recul dans le salaire réel de seulement 0,2% on peut bien comprendre que ce recul est lié à l'inflation qui est bien supérieur à 0.2%. Donc les chiffres donnés par cet article ne disent que l'inflation a été de 0.2% supérieur à l'augmentation des salaires allemands. Ce qui ne devrait étonné personne se souvenant que la BCE injecte massivement de l'argent au marché (même si c'est moin que les pratiques americains). Et faire baisser l'euro ne va faire qu'augmenter l'inflation qui revient à faire baisser encore le salaire réel allemand.
Réponse de le 22/02/2014 à 15:37 :
sur une revue de cette semaine,l'Allemagne est comparée à la France sur 3 Thèmes
Salaire :Aucun minima en Allemagne!!!
Santé: Caisse privée payée par l'assuré,,,alors que nous,on paye pour tout ceux qui en ont le besoin,même quand ils sont dans l'incivilité!!!
Etat, 2 fois moins de fonctionnaires qu'en France,mais vous me direz qu’allons nous faire de ces gens respectifs au stress!!!
a écrit le 22/02/2014 à 8:06 :
La vraie réussite de l'Allemagne c'est de n'avoir pas méprisé la technique et la production (les ouvriers qualifiés, les techniciens, les ingénieurs). Nous nous avons considéré depuis 30 ans que ce qui était important c'était la finance, la com, le marketing moquette...Le reste pouvant se sous-traiter et ainsi nous avons torpillé tout notre savoir faire hérité des 30 glorieuses. Le redressement sera donc long...
Réponse de le 22/02/2014 à 17:58 :
l Allemagne ne fait pas de finance, de com, et marketing moquette. Par contre elle a pas mal sous traité en Europe de de l'est
a écrit le 21/02/2014 à 23:39 :
C'est toujours la faute des allemands. Finalement en un siècle rien n'a vraiment changé dans le discours des français...
Réponse de le 22/02/2014 à 2:36 :
faut être réaliste...
Réponse de le 22/02/2014 à 11:07 :
les français ont plutot tendance à dire c'est la faute aux présidents (sarko Hollande, chirac, mitterrand...)
a écrit le 21/02/2014 à 22:59 :
Quel billet lamentable , faire porter le fardeau de notre incompétence et notre fainéantise sur le dos de l'Allemagne , je rêve .
Au lieu d'aller leur chercher des poux , libérons le marché du travail , déchargeons les entreprises des taxes en tous genres , dégraissons notre mammouth administratif et nous redeviendrons compétitifs ... mais pour cela il faut du courage , de la volonté et ça nous en manquons (enfin nos énarques ponctionnaires) singulièrement .
Réponse de le 22/02/2014 à 11:04 :
appliquez vous ces réformes. Vous qui voulez libérez le marché du travail n'acceptez que des contrats précaires et malpayés comme ça vous serez compétitifs
Réponse de le 22/02/2014 à 14:07 :
@what else: soit vous êtes egoiste parce que vous voulez que le monde entier s'adapte pour que vous pouvez garder vos acquis même si cela veut dire qu'il y a plus des chomeurs en France, soit vous êtes un rêveur qui pense qu'il faut simplement attendre que les autres bougent et coulent pendant que vous restez aflot sans rien faire ...
Réponse de le 22/02/2014 à 18:01 :
cad a vous aussi il faut vous appliquer les réformes de toute urgence et aller travailler dans une usine pour fabriquer des baskets comme en chine avec le même salaire.
Réponse de le 22/02/2014 à 19:57 :
@enjoy L'Allemagne est le passager clandestin de l'Europe, je sais que ça choque les germanophiles ultra, mais c'est la terrible réalité.
Réponse de le 23/02/2014 à 14:22 :
@what else. Au cas où je serai au chomage je le ferai parce que c'est toujours mieux sans hesitations. C'est toujours mieux que de ne rien faire et de se sentir inutile comme c'est le cas avec bcp des chomeurs. Le système social de la France condamne becoup des gens au chomage avec sa force destructive que le chomage a pour ces gens-là. Vous pensez aussi à eux quand vous defendez des salaires elevés pour tous ceux qui ont un boulot ?
Réponse de le 23/02/2014 à 16:39 :
Expatrier les chômeurs, c'est cela votre solution?
Pour info, l'indemnité chômage est corrélée au salaire, alors qui dit salaire faible dit indemnité chômage faible. La solution pour vous c'est la pauvreté généralisée? Vous trouverez toujours travailleur meilleur marché que vous.
Réponse de le 23/02/2014 à 18:04 :
Vous faites du calcul simple. La masse salariale - on peut s'en plaindre mais cela ne changera rien donc c'est inutile - est quand même plutôt une quantité fixe. La question est comment la distribuer. Vous apparement preconisez de la distribuer à un nombre reduit pour permettre un salaire plus elevé pour ceux qui ont du travail. Moi, je pense qu'il faudrait la distribuer de préférence plus largement pour permettre aux chomeurs d'avoir un boulot. Cela reduira les depenses dans les caisses sociales ce qui laisse un peu plus d'argent dans les poches des contributeurs aux système social, parmi eux les travailleurs ...
Réponse de le 25/02/2014 à 8:45 :
Godrev, vous manquez de compétence économique pour venir prétendre commenter ici. Retournez donc sur les articles auto.
a écrit le 21/02/2014 à 19:47 :
Analyse 2013 qui me semble bonne ; mais pour 2014 l'auteur oubli d'inclure dans son raisonnement l'incidence du nouveau salaire minimum qui entre en vigueur et qui vas impacter nombre de secteurs employant par l'intermediaire de sous traitants Polonais ou Roumain des ouvriers des pays de l'est sous payés (4 à 5 €/h)
Réponse de le 24/02/2014 à 18:18 :
Non le salaire minimum n'entre en considération qu'en 2017, et il est encore bien en deçà des standards européens qui devraient être appliqués.
a écrit le 21/02/2014 à 16:26 :
Dans le contexte actuel il est peu probable que les allemands soient disposés à se lancer dans une entreprise visant à sauver l’euro à tout prix, ni par la méthode des transferts financiers en faveur des pays en difficulté de la zone euro, ni même en se lançant dans une politique audacieuse de hausse des salaires et de l’inflation pour que les allemands consomment plus de produits importés espagnols, italiens, français, etc. Ils savent très bien ce qui se passe dans ce cas avec le système en vigueur puisque jusqu’à présent ce sont eux qui en ont profité : Les usines fermeraient en Allemagne et seraient ré-ouvertes dans des pays à faible coût de main d’œuvre.

On peut me répondre que si l’euro éclate les banques allemandes vont se trouver avec une masse énorme de créances à déprécier et qu’elles auront besoin d’être recapitalisées. Dans ce cas les allemands feront comme les américains : Le Quantitative Easing. Il vaut mieux ça, pour eux, que de voir les usines quitter leur pays. Donc la stratégie allemande sera de maintenir et renforcer la compétitivité et de continuer accroître la part d’exportation hors zone euro et non de se lancer dans une politique dangereuse et hasardeuse visant à sauver l’euro à tout prix.
a écrit le 21/02/2014 à 16:22 :
Arrêtons de considérer l'Europe comme une entité homogène. L'Allemagne, la France et le Royaume-Uni possèdent des systèmes qui diffèrent radicalement sur de nombreux points. Et comme l'Allemagne domine assez largement l'UE, il est normal qu'elle cherche à imposer son modèle, mais est-ce que c'est réellement celui qui est le plus souhaitable pour les population européenne aujourd'hui, dans 10 ans, dans 50 ans ? Sortons un peu de l'instantanéité et réfléchissons dans quelle société nous voulons vivre
a écrit le 21/02/2014 à 15:22 :
Il y a quand même bientôt 40 ans qu'on leur achète les mêmes VW Golf. Ils sont quand même très fort ou nous très c...
Réponse de le 21/02/2014 à 20:39 :
je pense que ce n'est nous qui sommes très c...
a écrit le 21/02/2014 à 15:16 :
Facile de designer un coupable et d'ignorer les complices pour un crime qui en a besoin d'un grand nombre.
a écrit le 21/02/2014 à 13:53 :
Le ou les rédacteurs de cet article ne comprennent vraiment pas le monde tel qu'il est aujourd'hui.
a écrit le 21/02/2014 à 12:31 :
Les allemands au lieu de faire blabla bossent et ont une stratégie long terme ... Les employés n'hésitent pas à accepter des sacrifices pour que leur entreprise mène à bien sa stratégie. J'ai pu voir cela dans une entreprise qui n'avait pas dégagé assez de marge et dont les salariés ont renoncé à leur prime de fin d'année pour mener à bien les investissements de l'entreprise, et recevoir en échange un doublement du bonus l'année suivante. Impensable en France ... et pas que du fait des syndicats ...
Réponse de le 21/02/2014 à 12:48 :
les francais sont surtout des faineants concernant le travail
Réponse de le 21/02/2014 à 12:48 :
Oui, mais si tout le monde était aussi docile, dans quel monde serions nous, puisqu'il faudra alors en faire plus pour se démarquer, non?
Un cercle vicieux, ou à chaque rotation, le travailleur morfle de plus en plus....
Absurde, vous en conviendrez!
Réponse de le 22/02/2014 à 7:56 :
Le temps de travail hebdomadaire français est proche de celui de l'Allemagne (un peu plus de 38h). Les allemands par contre ont moins d'heures sup, plus de temps partiel et une moins bonne insertion des femmes. Le salaire net hoaire est sensiblement inférieur en France. Après ce qu'il faut dire et qui est commun à tous les pays développés, c'est que l'homme est remplacé progressivement par la machine et qu'il y a donc une baisse tendantielle du salaire de marché. Il faudra donc dans l'avenir consommer avec autre chose que du salaire, avec une redistribution universelle par exemple...
Réponse de le 22/02/2014 à 18:03 :
les francais ne sont pas des faineants concernant le travail. il faut arrêter de dire n'importe quoi.
Réponse de le 23/02/2014 à 16:56 :
va demander ça aux millions de fonctionnaires payés à rien faire.
Réponse de le 23/02/2014 à 20:57 :
c'est un cliché aussi
a écrit le 21/02/2014 à 12:28 :
Article simpliste car dans le commentaire de Destatis figure la reponse, a savoir que les salaires reels ont augmentes de 1,7% soit 0,2> inflation mais que la hausse de 1,3 soit 0,2<inflation vient des primes sur resultats inferieures en 2013 versus 2012: Pas de panique. travaillant en Allemagne, je constate que IG Metal a negocie 4% en 2013 et les entreprises on toutes augmenté les salaires env +3%. Il n'y a pas de conspiration Allemande ni de volonte gouvernementale de brimer les salaires....
Réponse de le 21/02/2014 à 17:11 :
simpliste: c'est le "mystère"; les primes ont été encore très généreuses dans un contexte 2012 déjà tendu; normal que la réalité économique se reflète dans les salaires; enfin ce ne devrait pas être un mystère!
Le nombre d'emploi a augmenté de +0.6 %; difficile de voir un PIB/habitant diminué comme en France, malgré -0.2 % de salaire.
Réponse de le 22/02/2014 à 2:47 :
vous oubliez de préciser que 50% des entreprises allemandes ne dépendent plus des conventions collectives. Donc, quand IG Metall ou Verdi annoncent 3% de hausses de salaires, ce sont uniquement les entreprises encore affiliés à une convention collective de branche qui en bénéficie.
a écrit le 21/02/2014 à 11:29 :
il n'a plus qu'une solution ne plus acheter allemand mais français
Réponse de le 21/02/2014 à 12:45 :
il n'a plus qu'une solution, faire sauter l'Euro.
Ainsi votre vœux sera exhaussé
Réponse de le 22/02/2014 à 18:20 :
Moi je veux pouvoir continuer à acheter chinois , allemand, anglais et tout ce que je veux.
Si vous me forcer à acheter français, je quitte ce pays, je boycotte français et je vous em.
a écrit le 21/02/2014 à 11:13 :
"La sortie de la zone euro apparaîtra alors comme la seule solution."...Sur quoi ne manquera pas de surfer FN. Cependant, le modèle Allemand est-il tenable? A force de critiques, un "Deutsch Bashing" pourrait émerger. Cela a déjà commencé avec les problèmes de qualité des voitures allemandes VW - Audi - Mercedes, où la "Deutsch Qualität" n'est plus qu'un souvenir, mais ils vivent sur cette image, et comme chacun sait, une image c'est pour les enfants.
Réponse de le 22/02/2014 à 20:01 :
@JKB38 Oui et…non, j'ai vu plonger dans le PL des marques qui étaient des leader, la même chose les attend dans l'auto.
a écrit le 21/02/2014 à 11:10 :
TODD président. Il est le seul a pouvoir nous sortir de la
a écrit le 21/02/2014 à 11:09 :
l'éallemagen veut se donner le bon rôle. Elle veut faire croire qu'elle est vertueuse. Mais elle ne tient que grace à l'euro et à de la compression salariale qui lui permet d'exporter beaucoup. et en plus elle sabote les économies européenne avec l'austérité.
a écrit le 21/02/2014 à 11:03 :
L'analyse est, me semble-t-il, un peu plus compliquée: les salaires réels ont baissé. Soit. Mais quel est l'augmentation de la population active et surtout du nombre de salariés (vs. chomeurs)?
Cette baisse peut s'expliquer, par exemple, parcequ'il y a eu x centaines de milliers de travailleurs sortis du chomage avec un salaire moyen plus faible que les autres. Dans ce cas serait-ce une mauvaise nouvelle? assurément non.
a écrit le 21/02/2014 à 10:38 :
Excellent article
a écrit le 21/02/2014 à 10:13 :
Pour rappel la France ne fait aucun effort. Il n'y a jamais eu autant d'administration!
ce sont les autres Français qui font des efforts le privé qui est matraquer fiscalement.
Réponse de le 21/02/2014 à 11:06 :
la Grece a fait des efforts. elle a licencie ses fonctionnaires et baissé leurs salaires. résultat 28 % de chomage. c'est un effort constructif
Réponse de le 21/02/2014 à 11:54 :
Vous avez oublié un point important : la dette de la Grèce a significativement augmenté depuis la politique d'austérité. A qui profite le crime ?
Réponse de le 21/02/2014 à 13:55 :
fonctionnaires grecs au chomage ou appauvris ont moins consommé donc moins TVA plus de dette.
Réponse de le 22/02/2014 à 14:00 :
Pour ceux qui se souviennent, il ya 30 ans, la Grèce était un pays misérable où on se déplaçait à dos d'ane.
Et grace à l'argent de l'europe, ils vivent maintenant comme des pachas.
Au bout d'un moment, faut arreter de nous prendre pour des vaches à lait.
Réponse de le 22/02/2014 à 14:55 :
@normal: Il y a de vrai dans ce que vous dites même si l'image d'un Grecque à dos d'un ânes est plutôt un cliché. Mais il est vrai que la Grèce à été pauvre quand elle est rentrée en U. E. Les grecques de 2007 vivaient comme le reste de l'Europe grace à l'argent facile des banques (donc à crédit) sans qu'il y avait un developpement économique durable derrier. Mais cela ne pouvait tenir que si l'argent facile restait facile. Avec la crise de 2008 l'argent cessait de rester facile. Alors le problème Grecque a sauté - naturellement et les Grecques sont tombé vers la situation avant leur acces à l'argent facile. Il est claire : quand on prend l'habitude à un certain train de vie même si il est irrealiste il devient unsupportable de revenir en arrier. Mais c'est trop facile de rendre d'autre coupables que soi même.
Réponse de le 22/02/2014 à 18:09 :
Et grace à l'argent de l'europe, ils vivent maintenant comme des pachas ?
a écrit le 21/02/2014 à 9:54 :
Les Allemands sont tout simplement plus forts que les Français !
Réponse de le 21/02/2014 à 11:24 :
Ils n'ont qu'a garder l'euro que pour eux
a écrit le 21/02/2014 à 9:15 :
Pouvoir d'achat, niveau de vie, les allemands se retrouve parmi les pays les plus prospères de l'Europe; Et elle en gagne. la France, moins prospère, se trouve dans une moyenne déclinante.
Socialement la performance marché du travail allemand est une réussite exemplaire et inégalée.L'année 2013 a été très mauvaise économiquement; l'économie allemande est basée sur du réel! Mais le l'emploi a encore progressé de + 0.6 % à 42.2 millions d'emplois. L'emploi a fortement reculé en France. Le PIB/ habitant en France décline depuis 2007, le contraire en Allemagne. Le taux d'emploi est de 10 point de % supérieur à la France! Avec plus d'emploi en Allemagne, la masse salariale globale est préservée, même probablement en hausse. Les salaires devraient croître de +1.3 % cette année; Les exportations allemandes sont excédentaires, mais presque exclusivement hors zoen euro; 1 er investisseurs directs en Europe, 2eme employeur étranger en France (après les US), que voulons-nous encore de l'Allemagne?
Réponse de le 21/02/2014 à 9:25 :
Les exportations allemandes sont excédentaires, mais presque exclusivement hors zoen euro? L'allemagne est en déficit commercial avec la chine. Ainsi elle se nourrit des pays qui ont l'euro pour compenser ce déficit commercial. L'allemagne ne pense qu'a nous vendre ses produits soi disant de meilleur qualité.
Réponse de le 21/02/2014 à 10:12 :
Encore un mystère! ou une mauvaise habitude française? : RFA 2013
Exportations vers la Chine: 86 971 356 000 euros / importations de la Chine: 64 035 45 000; vous sauriez calculer le formidable excédent de l'Allemagne?
Réponse de le 21/02/2014 à 10:42 :
erreur de ligne et d'année (2012 dernière base fiable): les 86 milliards sont en destination des USA. vers la Chine se sont 66 milliards. 78 milliards d'importations, donc un déficit important. Mais les exportationsallemandes vers la ZE sont tombés de 51.6 % en 1991 (ZE d'aujourdhui; il n'y avait pas d'euro) à 44 % en 2007 pour encore baisser à 37.5 % en 2012.
Réponse de le 23/02/2014 à 9:46 :
""Socialement la performance marché du travail allemand est une réussite exemplaire et inégalée""

Vous parlez des jobs de prostituée proposés aux chômeuses, ou à ceux payés 1€ de l'heure ?
a écrit le 21/02/2014 à 7:26 :
je rigole. l euro n eclate pas a cause des mauvais eleves (grece, italie, espagne..) mais a cause du bon eleve? on attaque la fourmi, la vire, .. et les cigales vont mourrir. n oubliez pas: ce genre de rethorique est connue depuis longtemps. il faut que les faibles se prennent en main et arretent de penser du mal des forts. et alors: l europe aura eclate a cause de l allemagne mais pas a cause de la grece?. je me marre,
Réponse de le 21/02/2014 à 9:17 :
l'allemagne est faible. Sans l'euro elle serait en déclin.
Réponse de le 21/02/2014 à 13:00 :
Faut bien que les socialos justifient leurs echecs sur quelqu'un d'autre. Avant c'était sarkozy, maintenant faut trouver autre chose.
a écrit le 21/02/2014 à 4:37 :
Je sais plus quel ministre allemand avait dit que ce qu elle n avait pu faire a l europe par les armes l allemagne le ferait par l économie .
Cette tentation hegemonique est une constante germanique depuis Charles Quint.C 'est l'interet allemand et en temps que tel je ne le conteste pas .La France a juste a bien réagir, a savoir sortir de l'euro , tous les économistes serieux le disent.
Pour cela les elites francaises doivent cesser de penser que leur pays est voué a disparaitre au profit d un idéal européiste auquel personne ne croit .Le monde est une guerre a tous niveaux
Réponse de le 21/02/2014 à 6:17 :
N importe quoi nous sommes le maillions faible. L Allemagne est la bonne élève qui travaille et fait de la qualité L inverse de notre système soviétique qui fabrique des mauvais produits avec des lourdeurs administrative digne du soviet suprême
Réponse de le 21/02/2014 à 8:55 :
Charles quint charles magne... Les allemands et les francais de cette époque etaient sur les memes terre et tous cousins. Ce sont les anglois qui ont toujours agit pour réveiller et entretenir des deux cotés du rhin les esprits guerriers. Et ils coninuent..
Réponse de le 21/02/2014 à 9:16 :
Pierre vous êtes bien formaté. C'est en pensant ça que les grecs ont coulé.
a écrit le 21/02/2014 à 1:35 :
Pourquoi croyez vous que les allemands font tout pour pousser le traité transatlantique à l'avantage des US? Pour définitivement asseoir l'hégémonie de leur économie sur l'UE et empêcher (pensent-ils peut-être à raison tant ce qui est en cours de négociation est inique et désastreux) tout départ de l'Union ou sa fragmentation. Ce qui n'exclue en rien une critique évidente des errements (répétés et incroyables) de nos propres politiques.
a écrit le 21/02/2014 à 0:44 :
Alea jacta es. Il est a craindre que l'Euro soit ainsi condamné à plus ou moins moyen terme (quelques mois ?). Peut-être la hausse de l'or en est déjà un signe ? En tout cas pas si sûr que cela se passe sans désordre et sans heurts.
Réponse de le 21/02/2014 à 9:12 :
Kiev, répétition générale ???
a écrit le 20/02/2014 à 21:59 :
Encore un excellent article de monsieur Godin!
a écrit le 20/02/2014 à 21:41 :
C'est une tendance lourde en Allemagne dont les salaires en euro constant globalement n'ont pas été revalorisés depuis 2001. Le coût de la main d'oeuvre a baissé de 10% depuis 1999. 20% des allemands gagnent moins de 500 euros par mois, 40%, moins de 1000 euros par mois. Est ce vraiment l'avenir que l'on se souhaite et à nos enfants? Résumons: si ce ne sont pas les salariés allemands qui ont bénéficié des excédents commerciaux monstrueux et comme l'état et les lander sont corsetées constitutionnellement dans leurs dépenses, ou est passé tout cet argent? Incidemment ca nous servirait à quoi de travailler pour 500 euros/mois alors que notre employeur serait hyper bénéficiaire?
Réponse de le 21/02/2014 à 9:42 :
L’excédent commercial et la dominance de la qualité allemande c’est d’abord grâce à leurs savoir-faire incontestable! Donc en résumé si l’Allemagne ne produits pas ce n’est pas la France ni les pays périphérique qui vont combler. L’industrie allemande couvrent tous les secteurs et avec grand succès.
Le monde entier achètent allemand c’est bizarre que ce n’est qu’en France que la qualité est remise en cause.
Votre commentaire 40 % des allemand gagnent moins de 1000 €/mois alors en France ce seront plus de 80 % qui gagneront moins de 1000 €/mois c’est ridicule il suffit d’aller visitez l’Allemagne et on sera immédiatement que leurs niveau de vie est bien supérieur a le nôtre et dans tous les domaines.
Réponse de le 22/02/2014 à 2:43 :
rien à voir avec un savoir-faire, la majorité des produits allemands sont sous-traités en Allemagne dans les pays de l'est puis assemblés en Allemagne. Sur les 10 dernières années, l'Allemagne n'a pas crée plus d'emplois que la France, c'est leur faible natalité qui fait que leur chômage soit aussi bas actuellement.
Puis, les machines-outils allemands subissent de plus en plus la concurrence des produits chinois, tout aussi performant et 40 % moins cher. Pas sûr, que l'Allemagne puisse continuer encore longtemps à exporter autant.
Réponse de le 22/02/2014 à 8:14 :
Si l'Allemagne a créé plus d'emplois que la France mais ça n'a rien à voir avec l'industrie où les personnes sont soit rares et très qualifiées soit remplacées par des robots. La zone de création d'emploi se situe en dessous du SMIC français c'est tout (travailleurs des abattoirs et du bâtiment, petits emplois de service, etc...). Sans doute d'ailleurs que les bons scores de l'Allemage sur le chômage vont se dégrader avec l'introduction du SMIC allemand....
Réponse de le 23/02/2014 à 12:52 :
Je suis totalement d'accord avec toi! Enfin des gens qui ont les pieds sur terre et qui parlent pas pour faire du bruit.
a écrit le 20/02/2014 à 20:49 :
De mieux en mieux ! mais que peut on attendre de bien de cette europe, en fin de compte?? que du négatif, ça c'est sûr ! on a pas fini d'en baver, ça aussi c'est plus que sûr !!!
a écrit le 20/02/2014 à 20:31 :
La leçon de l'Histoire :

Après 60 ans, ou après 70 ans, toutes les constructions supranationales s'effondrent comme des châteaux de cartes.

L'Autriche-Hongrie, la Tchécoslovaquie, la Yougoslavie, l'URSS, etc, etc, ont fini par exploser.

L'Union Européenne les rejoindra dans les égouts de l'Histoire.
Réponse de le 20/02/2014 à 20:53 :
votre dernière phrase est très bien imagée + UN
Réponse de le 21/02/2014 à 4:37 :
Effectivement, cette pseudo-union est comme toutes les unions de l'histoire. Un concept archaïque, et une immense tromperie, qui ne peut survivre en vie artificielle qu'en appauvrissant les populations, et en chapeautant le tout par des textes et une entité démocratiquement illégitimes. Au contraire des alliances de nations libres, les unions sont une hérésie qui détruit tout avant d'exploser en semant le chaos.
Réponse de le 21/02/2014 à 13:14 :
Les USA/l'Allemagne sont des constructions fédérales et ça fonctionne. Le problème de l'UE c'est quelle n'est pas assez intégrée (elle pourrait copier les USA par exemple) ou trop intégrée (elle pourrait se contenter d'un marché unique composé d'états souverains qui serait concurrent). Actuellement elle est au milieu du gué une position très inconfortable et bancale.
Réponse de le 21/02/2014 à 18:38 :
USA et RFA sont des fédérations mais avec une seule langue officielle ! Le marche commun est un succès mais l euro est irréaliste .
a écrit le 20/02/2014 à 20:28 :
Si la RFA exporte tant que cela c'est aussi que ses produits répondent aux besoins de sa clientèle ! En France comment exporter quand les ports sont bloqués régulièrement pour un oui ou pou un non.
Réponse de le 20/02/2014 à 22:04 :
vous parlez des produits fabriqués dans les pays de l'est puis assemblés sur le sol allemand?
Réponse de le 21/02/2014 à 8:59 :
J'adore...
a écrit le 20/02/2014 à 20:00 :
La leçon ? S ajuster sur les salaires allemands et même moins ... Après les prix baisseront d eux mêmes . Les allemands adorent faire leurs courses chez ALDI ( reportage ARTE ce jour ) car ils faut bien se nourrir mais le plus grave c est que même les riches vont chez ALDI. Culture protestante ... En conclusion. Si on reste avec l euro on arrivera jamais à s en sortir ou s aligner sur les salaires allemands et allez faire ses courses chez les discounters ... Et en espérant que l immo français s aligne sur celui des allemands... Sinon ça va être chaud
Réponse de le 21/02/2014 à 18:50 :
@BZH92. Pourquoi mépriser aldi et ses clients , tout le monde n à pas envie de faire ses achats chez Fauchon ou Petrossian ( c vrai que Les brioches sont meilleurs que le pain )
Réponse de le 22/02/2014 à 13:11 :
ils vont chez aldi avec leur grosse mercedes, ça résume bien la mentalité allemande, tout mettre dans ce qui se voit et rien dans l'assiette...
a écrit le 20/02/2014 à 19:56 :
...Voilà une nouvelle occasion pour M. Godin de dire du mal de l'Allemagne. Ses sophismes implicites consistent à, premier sophisme, faire des erreurs de la France un modèle à ne pas réformer et des vérités de l'Allemagne un égoïsme blâmable - par exemple il reproche régulièrement à Merkel de vouloir protéger ses contribuables, comme si nous n'en aurions pas encore plus besoin; et, deuxième sophisme, à ne pas accepter de voir qu'il y a sur la planète des marchés suffisamment vastes et croissants pour permettre à tous les pays de la zone euro de suivre le modèle allemand. Résultat, il est du camp de l'échec contre le succès. Vision bien symptomatique de l'esprit français, de nostalgie des gloires (?) passées, de repli peureux et (si on regarde non les déclamations des politiques mais leurs actes) de lignes Maginot pour l'avenir (SMIC irréaliste et refus de l'immigration pour les uns, subventions pour les autres, refus de la moindre évolution pour une fonction publique hypertrophiée et improductive, plumer les riches au lieu de se retrousser les manches, de haut en bas la plupart pensent protection plus qu'effort. Enfin... Tout ça permet à M. Godin de se défouler et d'exhorter l'Allemagne à dilapider le fruit de ses efforts (encore un riche à plumer). Comme il le reconnaît, la situation est mauvaise mais il voit la paille dans l'œil de l'Allemagne sans apercevoir la poutre dans le nôtre.
Réponse de le 20/02/2014 à 20:28 :
Bien résumé
Réponse de le 20/02/2014 à 21:58 :
@kipo

Votre commentaire est assez médiocre dans le fond.

Vous n'êtes pas sans savoir que le commerce extérieur est un jeu à somme nulle. Les excédents des uns font les déficits des autres.

Vous préconisez d'aller conquérir les marchés étrangers, mais dans une période ou les banques centrales mènent une véritable "guerre des monnaies", les dépréciations des devises étrangères vont détruire notre compétitivité.
Alors que la fed à fait baisser le dollar de 10% en 3 mois, combien de temps nous faudra t-il pour baisser nos prix et nos salaires d'autant?

Votre premier argument n'est pas crédible!

Il reste la compétitivité à l'intérieur de le zone euro. Cette course à la dépréciation compétitive a couté 5 ans de croissance à la zone euro. S'il y a des déficits excessifs qu'il faut combattre, il y a aussi des excédents excessifs!

Les efforts doivent être faits des deux côtés. A priori, les Allemands considèrent n'avoir aucun effort à faire, ils ont un comportement de prédateur, voire impérialiste au sein de l'Europe.

L'heure du divorce a sonné!
Réponse de le 20/02/2014 à 22:17 :
blablabla... déjà il n'y a pas de modèle allemand, puisque ce pseudo modèle n'est pas transposable à l'ensemble des pays de la zone euro, vous ne pouvez pas avoir 27 pays exportateurs. A titre d'exemple, les machines-outils, spécialité allemande, souffrent toujours plus de la concurrence chinoise. Les chinois, veulent bien acheter du made in Germany mais fabriqué en Chine. Si la balance commercial allemande présente un tel excédent, c'est aussi parce que les allemands achètent en priorité... allemand. Et que parallèlement, une bonne partie de leurs sont fabriqués dans les pays de l'est et ensuite assemblés en Allemagne. Ce qui fait que les très bonnes margés dégagés, permettent d'investir dans la recherche et le développement.
Que l'Allemagne arrête de vouloir jouer bande à part au sein de l'Union car au final c'est l'ensemble des pays de la zone Euro qui reste de couler y compris la grande Deutschland.
Réponse de le 20/02/2014 à 23:20 :
Si la France et les autres pays du sud ont traversé la crise sans encore tomber plus bas, c'est grâce à l'Allemagne dont la garantie implicite leur permet avoir une monnaie stable et la possibilité de se refinancer à taux bas. Ce qui payent, ce sont les épargnants allemands qui sont victimes de rémunérations anormalement basses. Sans la garantie allemande, la spéculation et la misère se seraient abattues impitoyablement sur la France.
Réponse de le 21/02/2014 à 1:17 :
Vous parlez de ces épargnants retraités qui profitent depuis 1999 d'une inflation à 2% (et moins) du traité de Maastricht, leur ayant permis jusqu'en 2008 d'être rentiers et interdisant à l'Europe de se payer de la croissance ?
Réponse de le 21/02/2014 à 1:32 :
A ceci près que le système bancaire/caisses d'épargnes allemand est au bord du gouffre depuis des années et que le vrai problème en cours de négociation est de fait son sauvetage par les banques... françaises et la BCE.
Réponse de le 21/02/2014 à 10:14 :
@ Gringo: Le commerce extérieur n'est un jeu à somme nulle que si personne n'emprunte ou personne ne rembourse. Par ailleurs, si on produit du haut de gamme, ce que les Français n'ont pas su faire, la compétitivité prix n'a plus d'importance. On n'achète pas une Mercedes parce qu'elle est moins chère mais parce qu'elle est plus chère et qu'elle permet ainsi à son possesseur de montrer qu'il a de l'argent. Dès lors votre argument "guerre des monnaies" ne tient pas. Là aussi il faut suivre l'exemple allemand. Enfin votre développement sur la compétitivité à l'intérieur de la zone euro n'est que jugements de valeur sans aucune justification. Vous dites que la fourmi doit partager avec la cigale, le travail avec la paresse, qu'une équipe de foot doit prendre des boiteux etc. Un tel système n'est pas viable dans un monde de compétition.
Réponse de le 22/02/2014 à 19:03 :
@Gringo: Vous dites "que le commerce extérieur est un jeu à somme nulle. Les excédents des uns font les déficits des autres." Mais c'est faux. Vous omettez que les ressources naturelles font que ceci n'est justement pas un jeu à somme nulle.
a écrit le 20/02/2014 à 19:54 :
Si la France veut reprendre le bon franc rien ne l'en empêche, elle pourra dévaluer son grand avantage l'illusion de la valeur monétaire, la pauvreté et la misère, elle s'occupe déjà de ce qui la regarde pas la centrafrique, la Suisse etc, toujrous des Allemands elle adorent les ALlemand surtout ceux de 1940, mais cette-fois-ci s'est renversé, c'est l'Allemagne qui dicte à la France son agenda, pauvre France envahie une deuxième fois mais cette fois-ci c'est bien fini !
Réponse de le 20/02/2014 à 22:22 :
ne vous réjouissez pas trop vite, l'Allemagne, seule, ne fera pas grand chose contre des pays comme la Chine. Il faut tout de même rappeler que le premier partenaire commercial de l'Allemagne est la France, loin devant la Chine. Excédent de plus de 40 milliards d'euros...
Si les allemands se font du souci pour la France, c'est uniquement à cause des intérêts économiques.
a écrit le 20/02/2014 à 19:41 :
quelles bêtises! Monsieur Godin, allez plutôt à la pêche!
Réponse de le 20/02/2014 à 21:08 :
Quelle argumentation ! Impressionnant !
Réponse de le 21/02/2014 à 11:25 :
oui l'argumentation est limpide
a écrit le 20/02/2014 à 19:36 :
C'est sûr, pour des socialos gnangnan adeptes de l'économie organisée par un état tout puissant, qui régie tout, du salaire minimum, au temps de travail, en passant par les clauses de licenciement, et qui modifie à l'envie les règles de la fiscalité (de manière retroactive qui plus est), il est très difficile de se projeter dans un modèle économique concurrentiel et globalisé. Bientôt la fin du socialisme en France et le retour de la liberté. Il était temps...
Réponse de le 20/02/2014 à 21:18 :
Vous appelez cela du socialisme ? Le socialisme, c'est les congés payés, les allocations familiales, les allocations de chômage, le remboursement des soins de santé, l'instruction obligatoire etc Des petites avancées sociales dont tout le monde profite aujourd'hui ! Pas vous ?
Réponse de le 20/02/2014 à 22:10 :
allocations familiales = vol du fruit du travail des uns au profit d'autres qui souvent n'ont pas contribué au financement
Réponse de le 21/02/2014 à 9:21 :
gragol se plaint qu'il existe un smic et des règles pour licencier les gens
Réponse de le 21/02/2014 à 9:30 :
Pas besoin d'un état socialiste pour avoir des congés pays : par contre 5 semaines par an + des RTT, ça c'est une spécificité socialiste française, vous en déplaise. Les allocations chômages sont trop élevées et dures trop longtemps : de tels niveaux de protection ne se trouvent dans aucun autre état à ma connaissance. Les allocations familiales sont du vol : nous n'avons pas à payer pour les choix de vie des autres. Le remboursement des soins n'est pas une spécialité française : la Suisse propose un système privé de remboursement qui fonctionne parfaitement, et ce n'est pas le seul pays. Je rappelle qu'en France, nous avons un ministère de l'éducation nationale, pas de l'instruction nationale : les socialistes pensent qu'éduquer est le rôle de l'état (ne pas oublier que les socialos veulent tout régir), alors que c'est le rôle des parents. Résultat, notre classement PISA relève du minable pour un pays comme la France. CQFD.
Réponse de le 23/02/2014 à 12:05 :
vous parlez de l'éducation nationale ? vous changez carrément de sujet
Réponse de le 24/02/2014 à 10:12 :
Ce n'est qu'un exemple parmis tant d'autre de l'interventionnisme délétère d'un état français boulémique de nos impôts, inapte à se réformer et à comprendre la nouvelle donne économique mondiale et les mutations que cela implique. La gouvernance à la papa, c'est terminé. Les leçons de morale à deux balles sur la justice sociale, c'est terminé. La redistribution qui consiste à spolier les classes moyennes pour alimenter une immigration massive de travailleurs pauvres, c'est terminé. Maintenant c'est chacun pour soit, et Dieu pour tous, et tant que la France n'aura pas acté cette nouvelle façon de procéder, notre pays continuera de s'appauvrir.
a écrit le 20/02/2014 à 19:31 :
Il y a un problème de logique: si la croissance Allemande ne profite pas à l'Europe, alors elle ne pourra pas la pénaliser non plus: les exportations de l'Allemagne vers le reste de l'Europe ne vont pas croître (puisque ces client ne verront pas leur richesse augmenter); la croissance Allemande va forcément devoir provenir de marchés autres que l'UE. Quoiqu'il en soit le modèle Allemand ne va pas perdurer longtemps, on ne peut pas bâtir à long terme sa croissance sur l'appauvrissement de sa propre population, même les dictatures se sont aperçues que ce n'est pas viable. L'épouvantail Allemand permet d'éviter de réformer notre pays car ce n'est pas l'Allemagne qui s'occupe de notre fonction publique, et ce n'est pas la taille de cette dernière qui nous rend compétitif...
a écrit le 20/02/2014 à 19:11 :
@anticipation Trollwagen votre modèle volkswagen fait également fabriquer ses petites voitures à l'extérieur de ses frontières mais plus aberrant Volkswagen, n'a du sa survie durant 10 ans qu'à travers l'assemblage de petites pièces en provenance de son hinterland de l'est, de Chine et le transfert de petites mains bolkenstein à bas coûts dans ses ateliers nationaux. Cette mécanique -lol- a participé à tuer l'industrie automobile française axée sur les petites et moyennes voitures et ne laisse aujourd'hui d'autre choix que d'externaliser la fabrication dans les pays à bas coût. Je vous redis au passage, que dans cette opération, volkswagen y a abandonné sa qualité, que toutes les marques du groupe situent précisément en queue de peloton de l'enquête fiabilité d'auto plus du 10 01, soit en 17 18 et 19 ème position pour le dernium audi de cet indice. Kolossal mais réel, CQFD mon bon Trollwagen et je pourrais ajouter bien d'autres raisons comme la connivence du groupe avec la presse -Auto Bild en est un exemple-, la complaisance opportune de l'automobile club allemand ADAC qui a fait golf reine durant ...9 longues années etc etc. Voilà pourquoi nous devons réfuter les voitures de ce groupe, trop chères, pas fiables et qui ...n'apportent rien sinon la ruine des chalands et accentuent la délocalisation de nos PSA et consorts...!!! NB c'est dur pour HUNDAI/KIA, VAG etc, belle anticipation n'est ce pas ??? Nous reparlerons des niveaux de salaires à venir dans ces pays providentiels un peu plus tard, si vous le voulez bien, Trollwagen car vous êtes sur ce coup, d'une rare fulgurance !!!
a écrit le 20/02/2014 à 18:56 :
cette analyse est tout à fait juste et prouve à quelle point la politique d'austérité prônée par le gouvernement allemand pour le sud est en fait une politique de suicide collectif pour l'Union européenne. Car l'essentiel du commerce en Europe se fait entre pays d'Europe. les gains de compétivité se font entre "partenaires européens" et pas contre le reste du monde vu que l'EURO voit sa cotation monter. M. Schauble assurait que l'Allemagne tirait la croissance européenne : le fait prouve que le gouvernement allemande ne fait rien pour l'Europe et pas grand chose pour le futur des allemands. Car le moteur de l'Europe tourne au ralenti 0.4% de croissance, à peine plus que le pays "malade" enEurope la France (à ce train là le cancre et le bon élève ne sont pas si éloignés que cela). l'Allemagne PEUT et DOIT être le moteur de l'Union. Elle le fut dans les années 80 et 90. Mais depuis la fin 90 et surtout les années 2000 la politique économique est celle d'un cavalier seul et de démontage de l'édifice européen. Si on pouvait le comprendre en 2002, aujourd'hui la compétivité retrouvée, les excedents GIGANTESQUES , le chomage au plus bas, le deficit public miniscule devrait logiquement pousser la croissance allemande sur des sommets et ainsi entrainer le reste de l'Union vers le haut. Mais c'est le contraire. Austérité partout y compris sur les salaires de la première puissance européenne. ça se résume une spirale européenne généralisée, vers le bas, de plus en plus bas : avec l'unique satisfaction de pouvoir dire en Allemagne "nous sommes les plus riches.... " mais d'entre les pauvres, car pendant que nous TOUS (y compris allemands) nous nous appauvrissons le monde lui s'enrichit.
Réponse de le 20/02/2014 à 19:13 :
L'Allemagne, ce passager clandestin de l'Europe...
a écrit le 20/02/2014 à 18:31 :
D'abord l' Allemagne n' rien à lâcher . Elle mérite son statut . Quant à quitter l ' euro et bien chiche ! 30% de dévaluation dans la foulée ne nous enrichira en rien et pour concurrencer la qualité made in germany il ne faut pas rêver !
Réponse de le 20/02/2014 à 22:25 :
grâce à des escrocs comme l'ADAC, on nous fait croire que les voitures allemands présentent le must en qualité et fiabilité mais tout n'est que mensonge.
La fiabilité allemande est une légende... signé un ancien possesseur de VW-)
Réponse de le 20/02/2014 à 22:32 :
Sauf qu'on ne pourra plus rien lui acheter. Du coup elle s'effondrera avec nous.
Elle sera également obliger de dévaluer pour ne pas sombrer
Réponse de le 25/02/2014 à 20:07 :
Ça a déjà été fait dans les années 80 et l'Allemagne n'a pas sombré... Alors je vous souhaite bon courage avec votre nouveau FF.
a écrit le 20/02/2014 à 18:31 :
Bien dit! Merci.
a écrit le 20/02/2014 à 18:27 :
l'allemagne se nourrit de la zone euro, et la maltraite et la culpabilise. elle a par ailleurs ruiné la Grèce avec son austérité stupide
Réponse de le 20/02/2014 à 21:07 :
++++++++
a écrit le 20/02/2014 à 18:25 :
Emanuel Todd avait tout prévu comme d'habitude. Dommage qu'il ne se présente pas à des élections
Réponse de le 20/02/2014 à 19:17 :
S'intéresser aux économistes hétérodoxes, SAPIR, LORDON est également probant et démonstratif mais le système préfère cadenasser les opposants/divergents à la déconstruction puisque le capitalisme amont y trouve de toute façon son compte. L' Europe se fiche de l'aspect social et humain de son peuple voilà pourquoi je suis allé vers l'UPR, le seul parti à s'en préoccuper...
Réponse de le 25/02/2014 à 10:10 :
L'UPR est un parti fasciste Godrev. Rappelez vous les propos de Winston Churchill. Les fascistes de demain se nommeront eux même anti fasciste.
a écrit le 20/02/2014 à 18:22 :
il faut sortir de l'euro. ce chiffre est une preuve supplémentaire
Réponse de le 20/02/2014 à 21:11 :
@ Hervé de votre avis!
a écrit le 20/02/2014 à 18:19 :
Pour que l'Union fonctionne, l'Allemagne devrait reverser plus de 200 millions d'euros annuels aux pays du sud, c'est bien sûr parfaitement impossible. L'Union c'est fini, ça ne peut pas fonctionner avec des intérêts divergents et une monnaie commune sous la forme d'un euro fort qui ne profite qu'à l'Allemagne. Il faut en sortir puisque l'union européenne est par nature irréformable, sans espoir avec une croissance du chômage qui met ses ambitions en faillite. Le moyen d'en sortir est la mise en oeuvre de l'article 50 du TUE, un parti politique l'expose, à l'abri des clivages droite/gauche qui ne sont que perte de temps pour arriver au but et déchirent commodément sur de faux prétextes, il a un nom UPR, c'est sur UPR.fr, tout autre chose...
Réponse de le 20/02/2014 à 18:24 :
vous résumez bien l'analyse de Jacques Sapir.
Réponse de le 20/02/2014 à 19:33 :
200 millards, pas millions. Soit environ 8 % du PIB. Impossible, CQFD.
a écrit le 20/02/2014 à 18:15 :
Cela fait deux siecles que les Allemands ont une lourde responsabilite face a l'histoire et qu'ils n'en tirent aucune lecon.
a écrit le 20/02/2014 à 18:12 :
resumons nous: les allemands sont responsables du fait qu'a population constante, ils ont 40% de fonctionnaires en moins que les francais
Réponse de le 20/02/2014 à 18:21 :
Il suffirait que la France n'ait plus de fonctionnaires et elle deviendrait la première puissance économique du monde loin devant les USA et la Chine
Réponse de le 20/02/2014 à 18:54 :
Troll repéré. Avez vous lu et compris l'article ?
Réponse de le 20/02/2014 à 22:31 :
il faut surtout noter aussi que depuis le début de l'année 2000, l'Allemagne a perdu 200.000 habitants et la France en a gagné 6 millions. Il est un peu normal que ce pays moins de chômeurs qu'en France puisque le nombre de jeunes arrivant sur la marché du travail est moindre. Il ne reste plus qu'une solution, à l'allemande, piller le savoir des pays du crise à moindre frais.
Réponse de le 20/02/2014 à 22:42 :
@intelligence
Avec la misère en plus et quelques ultra riches, comme aux usa, royaume unis, Allemagne et chine. Vaut mieux un pays en bas du podium sans misère et sans ultra riche qu'un pays en tête du podium mais bourré de pauvres avec quelques ultra riches.
En clair, je ne souhaite pas spécialement que la France devienne la 1er puissance mondiale. J'aimerai seulement qu'elle n'ait ni pauvres et ni d'ultras riches.
Réponse de le 06/03/2014 à 17:32 :
c'est trop mignon... bisouxnours

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :