BCE : baisse du principal taux directeur et rachats d'actifs

 |   |  481  mots
L'instution monétaire de Francfort a déjoué les attentes des analystes.
L'instution monétaire de Francfort a déjoué les attentes des analystes. (Crédits : reuters.com)
La BCE a abaissé son principal taux directeur à 0,05%. Le taux marginal passe de 0,40% à 0,30% et le taux de dépôt de -0,10% à -0,20%. Mario Draghi, son président, a également annoncé un programme de rachats d'actifs.

La Banque centrale européenne (BCE) a abaissé jeudi 4 septembre son principal taux directeur de 0,15% à 0,05%, a annoncé un porte-parole de l'institution, ce qui amène le loyer de l'argent en zone euro au plus bas niveau de son histoire.

L'institution monétaire de Francfort a ainsi déjoué les attentes des analystes qui, sans exclure totalement cette éventualité, ne misaient pas véritablement dessus. La BCE a baissé son taux directeur six fois depuis 2012, la dernière fois en juin, à 0,15%. Le taux marginal passe de 0,40% à 0,30% et le taux de dépôt de -0,10% à -0,20%, a précisé le porte-parole.

Rachat de crédits et obligations

Lors de la conférence de presse qui a suivi cette annonce, le président de la BCE Mario Draghi a déclaré que l'institution allait lancer un programme de rachat de dette privée pour soutenir le marché du crédit et l'économie de la zone euro

La BCE "va acheter un large portefeuille de titres adossés à des titres de créances (ABS)", elle "va également acheter un large portefeuille d'obligations sécurisées libellées en euro et émises par des institutions financières de la zone euro".

Le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) s'est par ailleurs dit unanimement décidé à mettre en oeuvre "des mesures non-conventionnelles supplémentaires" et ce bien que la baisse du taux directeur n'a pas fait l'unanimité selon Mario Draghi.

L'Eurogroupe voulait évaluer l'effet des précédentes mesures

Plus tôt dans la journée, le président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem, également ministre néerlandais des Finances, a estimé que davantage de temps était nécessaire pour évaluer les effets des mesures adoptées par la Banque centrale européenne (BCE) en juin.

      Lire Toutes les mesures adoptées par la BCE en juin

"Nos analyses ne prennent pas assez en considération les mesures annoncées en juin et leurs résultats, dont ceux des opérations ciblées de refinancement à long terme (TLTRO), ne sont pas encore enregistrés. Évaluons cela au fur et à mesure."

D'après Reuters, qui cite des sources proches des discussions, le projet de lancement d'un programme de rachats de titres adossés à des actifs et d'obligations sécurisées irait jusqu'à 500 milliards d'euros.

L'inflation de la zone euro loin des 2%

L'inflation de la zone euro a baissé à 0,3% en août, s'éloignant encore un peu plus de l'objectif que s'est assigné la banque centrale, soit un petit peu moins de 2%. Cela accroît d'autant le risque de déflation.

L'institution mise dorénavant sur une hausse des prix de 0,6% cette année contre 0,7% jusqu'alors. La BCE maintient toutefois inchangées ses prévisions d'inflation pour 2015 et 2016. Elle a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour 2014 et 2015, à 0,9% et 1,6% respectivement, et corrigé à la hausse celle pour 2016 à 1,9%.

Article publié à 14h00, mis à jour à 15h04.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/09/2014 à 22:45 :
Le double jeu de la grande Allemagne , qui essaie d'affaiblir ses principaux rivaux dont la France,en première ligne ,est terminé!
a écrit le 05/09/2014 à 16:29 :
... de redonner goût au travail ... virer toutes ces lois à la cons !
a écrit le 05/09/2014 à 16:12 :
J'habite une petite commune .... les commerces fermes les uns après les autres ....! C'est la réalité .... merci le monde politique de droite et de gauche !
a écrit le 05/09/2014 à 11:17 :
les annonces fracassante de l'Italien n'auront aucun impact sur la croissance, bien au contraire, comme les marchés actions l'ont montré, ils ont pris l'ascenseur démontrant par-là qu'ils ne croient pas que les banques vont prêter aux entreprises. Pour ma part on est dans la même situation que le Japon il y a 15 ans, enfin on dira que l'on a inonder le marché de liquidité car il y en a encore qui pensent que la fée est passé mais cela est dans les contes pas dans la réalité-
a écrit le 05/09/2014 à 10:57 :
mario draghi veut venir en aide a son pays l'italie embourber dans son deficit a 130%
ainsi il est juge et partie.....
en lui permettant d'emprunter a bon compte sur le dos des epargnants..
a écrit le 05/09/2014 à 10:10 :
CA ne sert à rien ..... les banques ne prêtent plus !
Réponse de le 05/09/2014 à 10:54 :
si les banques ne pretes plus de quoi vivent elles alors..
en plus il faut remunerer les comptes de clients.!!???
Réponse de le 05/09/2014 à 11:03 :
... de frais inventés !
a écrit le 05/09/2014 à 7:06 :
cajole la finance et les banques. Mario n'a pas le début d'une idée de solution. Enfermé dans son dogme. Maintenant c'est imprécation et massacre de poulets.
a écrit le 04/09/2014 à 21:53 :
La bce prend le relai de la fed. Une nouvelle preuve que la crise est bien finite depuis que Mahame L'Hagarde l'a dit. Mais non on ne nous prend pas pour des idiots, mais noooooon...
Réponse de le 05/09/2014 à 11:23 :
+10000000000000000000 ! et plus le temps passe pire c'est !
a écrit le 04/09/2014 à 18:44 :
Bizarre, la BCE se fait conseiller par Blackrock pour gérer les bombes CDS,MDS. Vous en parlez pas ?
Réponse de le 04/09/2014 à 20:26 :
Remarque pertinente...
a écrit le 04/09/2014 à 16:29 :
Le pragmatisme des milieux financiers européens et probablement mondiaux l'emporte sur le dogmatisme de Ange la Mackrel C'est le début d'une leçon économique a l'impérialisme allemand qui prône une rigueur surréaliste à ses vassaux européens avec une solution du type 29-45.
Réponse de le 04/09/2014 à 17:49 :
heureusement qu'il y a Mm merkel qui s'oppose a la spoliation des petits epargnats..
en france les sans culotte s'ont prets renouveler le coup des deux tiers .
sur les creanciers.
et l'ont parle de democratie.
a écrit le 04/09/2014 à 15:27 :
Comme disait Mahame Hagarde : "La crise est finite"... Punaise, non seulement ça s’épaissit, mais ça va finir par attacher au fond...
a écrit le 04/09/2014 à 14:52 :
Rien de nouveau, que du vieux.
Encore du pognon pour les banquiers continuent l'open bar.
la fuite en avant qui continue.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :