Le plan de George Soros pour sauver l'Europe

 |   |  806  mots
"L'Union européenne doit démontrer sa détermination à soutenir l'Ukraine"
"L'Union européenne doit démontrer sa détermination à soutenir l'Ukraine"
« L'Europe doit mobiliser toutes ses ressources pour financer l'effort de guerre ». Pour George Soros, l'Europe est bel et bien entrée dans une guerre avec la Russie. Le légendaire créateur du fonds éponyme et de l'Open Society était de passage à Bruxelles jeudi pour promouvoir son dernier livre, « Wake up Europe !», qu'il vient de publier dans la New York Review of Books. Pour La Tribune, il revient sur les erreurs de politique économique dans la zone euro, l'ambivalence allemande, la menace russe et la nécessité pour l'Europe de « faire face à la réalité ».

La Tribune : Pensez-vous que la zone euro soit au bord d'une nouvelle crise de la dette souveraine ?

George Soros : Ce serait exagéré de le dire. Mario Draghi a dit qu'il ferait tout ce qu'il faut pour empêcher que cela arrive, y compris via l'assouplissement quantitatif (QE, quantitative easing) ou en augmentant le bilan de la BCE de 2000 à 3000 milliards d'euros. Malheureusement, la BCE n'est pas aussi indépendante qu'elle est présumée l'être. Elle peut faire tout ce qu'elle veut... si elle a le soutien de l'Allemagne. Or pour le moment, il y a beaucoup de résistance de la part de la Banque fédérale allemande. C'est un problème qu'il faut résoudre.

Certains pays de la zone euro ne sont pas à la hauteur des attentes en termes de réformes. Pensez vous que la France, dans son état actuel, met en danger la zone euro ?

La France a pris du retard dans ses réformes structurelles. Mais il faut prendre les choses autrement compte tenu de la situation actuelle, car l'impact immédiat de ces réformes est de déprimer encore un peu plus l'économie. Donc, si vous avez une politique de croissance, elles seront plus faciles à mettre en œuvre.

Dans le dossier ukrainien, Angela Merkel se comporte, dites vous, en véritable « homme d'Etat ». Mais en même temps, vous l'appelez à prendre ses distances avec la politique d'austérité défendue au nom de l'Allemagne. Comment réconciliez- vous ces deux jugements ?

L'incohérence est de son côté, pas du mien. Elle doit réconcilier ces deux positions, ce qui ne sera pas facile à cause de la résistance, en Allemagne, à toute forme de quantitative easing et de stimulus fiscal. Mais si vous reconnaissez que vous êtes effectivement en guerre, que vous êtes dans une économie de guerre, vous devez mobiliser vos ressources disponibles pour financer l'effort de guerre. Or aujourd'hui l'Ukraine est en première ligne. Si vous la perdez, alors c'est l'Europe qui sera sur la ligne de front et devra combattre pour sa survie. C'est pourquoi j'appelle l'Europe à se réveiller et à faire face à la réalité.

Pensez-vous que l'Allemagne fasse un choix rationnel en plaidant pour l'austérité, car en définitive elle est aussi le pays qui paye le plus pour soutenir l'Union européenne ?

La question est de savoir si l'Allemagne voit la nécessité pour l'Union européenne de se maintenir et de ne pas être dominée par la Russie. Si tel est le cas, alors elle doit aider ceux qui, particulièrement en Ukraine, sont activement engagés dans la résistance contre l'agression russe. Dans le cas contraire, alors l'Allemagne devra résister directement elle-même ou bien devenir un allié de la Russie. Mais nous aurons alors une autre sorte d'Allemagne que celle que nous connaissons aujourd'hui et une autre sorte d'Europe, dans laquelle je ne pense pas que j'aurai envie de vivre.

Vous plaidez pour une solution de type Brady Bonds pour alléger la dette de l'Ukraine. Mais dans quelle mesure l'intervention du FMI et cet échange de dette a-t-il vraiment aidé le Mexique dans le passé à construire une société plus démocratique et pacifique ? Faut-il vraiment faire un bail-out des créanciers de l'Ukraine pour sauver l'Ukraine ?

L'Union européenne doit démontrer sa détermination à soutenir l'Ukraine. Alors seulement nous pourrons mettre en œuvre des mesures additionnelles. Sans engagement politique, vous avez raison, ce ne sera pas assez. Une garantie (sur la dette publique) ne fonctionne que si vous êtes convaincant et crédible. Les demi-mesures ne fonctionneront pas. Je préconise un plan en trois points. Outre l'engagement politique, il passe par une injection de 20 milliards d'euros d'emblée sous la forme de Brady Bonds et d'obligations de projet de la Banque européenne d'investissement, et par la réorganisation de Naftogas (le monopole gazier public). Si l'Ukraine se rend indépendante énergétiquement de la Russie, ce qui est possible, alors, oui, je pense que les cartes seront rebattues.

Est-ce que les élections ukrainiennes ouvrent la voie à une solution ?

Je pense, car elles vont démontrer la volonté politique de l'Ukraine de suivre une politique pro-européenne. Même si vous avez des différences culturelles avec l'Ouest du Continent, l'Ukraine est aujourd'hui plus démocratique et plus européenne que jamais. Quelque soit les causes de la situation actuelles, et elles sont multiples, il faut un règlement politique. Personne ne veut d'une guerre avec la Russie. Tout le monde est déterminé à éviter cela. Mais le président Poutine ne respecte la puissance et la volonté politique de résister. Jusqu'à ce qu'il butte sur une résistance déterminée, il continuera à pousser. Et à cet égard, il n'est pas un cas unique dans l'histoire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/11/2014 à 17:52 :
Aller Papy Bollington , prend tes cachets et fout nous la paix
a écrit le 28/10/2014 à 15:01 :
Soros déclare : "La Russie est une pseudo-démocratie, c'est un État de Mafia. La Russie représente l'utilisation de force à tout ce qui lui dit non. La Russie est l'expansionniste à l'étranger et répressive à la maison." Comment se peut-il que quelqu'un de tellement intelligent pour se faire autant d'argent que George Soros peut être tellement stupide pour faire une telle déclaration ? Or ce que dit Soros décrit mieux la politique des USA envers le reste du monde que celle de la Russie. Quelle bêtise monumentale.

On voit bien que Soros, pour protéger son énorme fortune, doit faire désormais de la propagande pour le compte du système qui le soutient. Ou alors, sénilité oblige, il revient aux vieux démons de haine qu'il porte dans ses bagages et qui datent encore de l'époque de l'URSS. Ou probablement ce sont ces deux raisons qui le motivent à faire sa petite tournée internationale. Pathétique.
Réponse de le 29/10/2014 à 14:22 :
une fois n'est pas coutume, r, je suis d'accord avec vous.
Réponse de le 29/10/2014 à 19:04 :
J'en déduis que si vous aviez le choix, vous préféreriez critiquer Poutine en Russie que critiquer Obama aux USA ( puisque c'est une démocratie d'après vous, critiquer Poutine en Russie ne vous attirera bien sur aucun problème :-). )
Réponse de le 31/10/2014 à 23:00 :
Tandis que si quelqu'un critique Obama aux USA il sera vite considéré un "terroriste", il sera arrêté et il aura un procès bidon, puis il sera envoyé à Guantanamo. Voilà l'essence de la "démocratie capitaliste" !
a écrit le 27/10/2014 à 19:17 :
Ce vieux lézard americano-israélite n'a qu'à aller se battre lui-même. Les intérêts bien compris de la France et de l'Europe sont sûrement plus à l'Est que du côté de nos faux amis Américains qui n'ont fait que nous affaiblir depuis des décennies.
Réponse de le 29/10/2014 à 19:05 :
Mais que font ces remarques sur la religion ? C'est pas pour demain la dediabolisation...
Réponse de le 08/04/2015 à 20:49 :
ptipère,votre commentaire est très juste et résume bien la situation
a écrit le 27/10/2014 à 9:33 :
Soros est arrivé..é...é
a écrit le 24/10/2014 à 23:13 :
Laurent Valroff, directeur de Dassault Systèmes en Russie, a déclaré aujourd'hui que la société française compte élargir sa présence en Russie malgré les sanctions occidentales contre Moscou. Donc on assiste à un divorce (au moins apparent sinon de pacotille) entre l'Etat français, toujours vassal du diktat de Washington, et les grandes sociétés nationales (Dassault, Total, PSA…) par rapport à la question sanctions contre la Russie. Les médias colportent des discours qui, en fait, ont peu à voir avec la réalité des faits. Plusieurs sociétés françaises sont toujours présentes en Russie comme se rien n'était des sanctions imposées par le département d'Etat US, malgré le blabla des nos dirigeants et des médias qui disent exactement le contraire. Le gouvernement français vit actuellement dans un état schizophrénique sur le plan international et tant pis pour ceux qui prennent parti pour ou contre la Russie, l'imbroglio est total.
a écrit le 24/10/2014 à 20:29 :
George a très souvent vu juste donc ses avis sont très très intéressants. D'autant qu'il connait très bien la Russie (il est fou des russes, dit-on) et les fanatiques ukrainiens qui y sont au pouvoir actuellement à Kiev dont les invasions à l'est confirment les intentions les plus néfaSStes (SS en majeuscules). Non sans dire qu'il est un homme très très charmant, je ne saurais lui dire non…. ah George…. (l'air rêveur)
Réponse de le 25/10/2014 à 19:10 :
Hmmmmmm la coquine….. mdr
a écrit le 24/10/2014 à 19:15 :
Soros et ces potes banquiers ont investis massivement dans le gaz de schiste qui est une catastrophe autant écologique qu'économique Ils doivent impérativement le vendre à l’Europe (d’où le rachat de Alsthom qui sait le liquéfier et le transporter) il montent donc l’Europe contre la Russie pour bloquer l’approvisionnement de l'Europe en gaz Russe. Ce qu'avait trés bien compris Christophe de Margerie qui n'est hélas plus là pour contrecarrer les plan de ces Banqsters.
Réponse de le 24/10/2014 à 21:36 :
Vous êtes impregné de raison et de lucidité, mon gaillard, et je vous félicite pour votre vision claire sur le mentor du Pravy Sektor ukrainien, vous avez tout dit. Un vieux monsieur qui jette son dernier venin sur la Russie pour sauver son roi dollar. Un argentier parmi les plus pourris de la planète. Pour sauver l'Europe et l'euro aujourd'hui, il suffit de faire comme les américains de la dévaluation compétitive en inondant le marché d'euros ! il ne lui reste que ses suppôts (d'ailleurs, ils sont assez nombreux dans les forums et rédactions) pour l'aider à tirer à cracher encore ce que lui en reste de son venin. Que Dieu vos bénisse, mon gaillard !
Réponse de le 25/10/2014 à 12:59 :
Vous pouvez toujours courir pour être béni par mes soins. Commencez par être plus respectueux de vos concitoyens....on verra après.
Réponse de le 25/10/2014 à 19:11 :
Hé !!
Réponse de le 26/10/2014 à 20:42 :
@Cool @Poutine4 Vos lucidité alliées à une pugnacité que je devine sous-jacente me plaisent bien, vous mériteriez d'être des nôtres...!
a écrit le 24/10/2014 à 19:13 :
Salut, les copains ! je vous écris après avoir séjourné quelques jours à l’Association « France – Russie- Convergence », à Saint Gély du Fesc près de Montpellier, un haut-lieu où, contrairement à l'Elysée et au Quai d'Orsay, c'est là où se trouvent les meilleurs Français !

En effet, la psycho-pathologie Otaniste ne fait plus aucun doute mais elle ne date pas des évènements récents, loin s’en faut.

Nous avons les germes de ce mal dans la construction même des Etats Unis d’Amérique : on ne créé pas un peuple de bric et de broc comme cela a été fait ! Depuis le début de la création des USA, force est de constater que ce ne sont pas les meilleurs des hommes (à quelques rares exceptions) qui ont eu en mains la destinée de ce pays.

Dès lors, il a pu s’installer là bas cette gangrène mentale dont nous constatons hélas que chaque jour qui passe en aggrave la nuisance.

Ces gens là ne s’arrêteront pas: ils sont …malades et même s’ils avaient le monde entier contre eux, ils iraient au bout de leur folie.

Maintenant, nous constatons hélas dans nos sociétés que la maladie a posé pas mal de jalons dans nos propres rangs.

Le traitement, forcément va être très douloureux mais NOUS N’AVONS PAS LE CHOIX ET NOUS DEVRONS EN PASSER PAR LÀ …

Salut !
Réponse de le 24/10/2014 à 19:17 :
Entièrement d'accord avec votre commentaire, bravo.
Réponse de le 24/10/2014 à 19:44 :
c'est le bêtisier de fin de l'année avant l'heure ?!
Réponse de le 25/10/2014 à 13:03 :
Vous avez toujours le choix, surtout avant de faire des conneries....
a écrit le 24/10/2014 à 18:57 :
Vous tous, vous m'avez fait penser à ce mot de Coluche : "De tous ceux qui n'ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui n'écrivent rien." Bonne pêche à Islamabad !
a écrit le 24/10/2014 à 17:22 :
Soros veut casser la Russie mais ... comme d'habitude, le faire faire par les autres, c'est plus ...courageux et moins dangereux pour l'opinion publique US. Soros se trouve gêné aux entournures par l 'appel à Poutine à la dédollarisation du monde, si la Chine et les BRICS suivent, l'économie US qui ne tient que par la création monétaire sans contrepartie s'effondre et ça s'écroule comme un château de carte... Cet appel vertueux a eu le mérite d'exciter les "boys" comme des poux, les forçant à révéler aujourd'hui leur vraie nature. Bien vu de la part de Poutine et fortement couillu.
Réponse de le 24/10/2014 à 17:39 :
Bien vu. Ce ne sont d'ailleurs pas les russes ni la Russie le problème mais le pouvoir actuel dont Poutine. Espérons que son (ou sa ?) successeur sera plus évolué(e), mais la génération nostalgique de l'Urss est encore bien présente.
Réponse de le 24/10/2014 à 17:59 :
Très bonne analyse à laquelle j’adhère totalement.Tout se précipite en ce moment, un évènement succède à l’autre, on sent la fébrilité des instigateurs aidés par les (passez-moi la rudesse de l'expression) "Merdias" qui pour une diversion superflue usent de toute leur influence pour détourner notre attention sur les vrais problèmes du pays, et qui sont avant tout d’ordre économique ! ceci faisant, ils tentent comme de coutume par le mensonge et la manipulation de nous opposer les uns aux autres appliquant à la lettre leur plan machiavélique dont ils sont coutumiers. Aux abois ils sont prêts à tout, sans scrupule ils sèment la haine et la discorde entre les peuples. Vous avez raison, mon bon zozo, Soros n'est pas Selles mais c'est quand-même un champion. À bientôt !
a écrit le 24/10/2014 à 17:14 :
Dites-moi, les goyims, la Suède, comme la Grande Bre­tagne, a tou­jours été consi­dérée comme un pays pro-​​israélien, qui vote loya­lement contre les réso­lu­tions anti-​​Israël aux Nations-Unies. Si des nations occi­den­tales aussi impor­tantes remettent en question leur com­por­tement à l’égard de la poli­tique d’Israël, qu’est-ce que ça signifie ?
Réponse de le 24/10/2014 à 19:46 :
nous les goyims(!) ….
a écrit le 24/10/2014 à 17:03 :
Eh oui, je suis un néoCon et j'adore l'Europe, personne ne peut dire le contraire. Poutine est un méchant, un envahisseur et je ne l'aime pas, du tout. Je suis un néoCon et j'en suis fier. Le gérent de l'hotel Bilderberg m'avait dit qu'il avait un plan pour sauver l'Europe du Caliphat. Ni moi ni ma soeur Gaby nous apprécions les indumentaires du Calife, elles sont trop noires et puent. En tant néoCon je ne puis pas, je regarde la télé. Si nous pourrions aimer un homme comme Hollande on aimerait aussi un beau garçon comme Cameron, c'est certain. J'adore l'Europe mais je suis et je resterai toujours un néoCon.
Réponse de le 24/10/2014 à 17:24 :
D'akkord. Alors en tant que néo-con explique-moi pourquoi la devise du bataillon Azov n’est autre que З нами Бог (Dieu avec nous) n'est pas loin du "Gott mit uns" des nazis. Par ailleurs son écusson ressemble étrangement à celui de la division waffen-SS Das Reich, de triste mémoire à Oradour-sur-Glane. Thank you.
Réponse de le 24/10/2014 à 17:31 :
@Eric Personne n'est parfait, je vous abandonne à vos néosCONS, ça ne rend guère intelligent !
Réponse de le 24/10/2014 à 18:32 :
Eric, je pense qu'on naît néo-con ou pas. Rien de personnel. Bon week-end.
a écrit le 24/10/2014 à 16:36 :
Soros voit juste car les rebelles milices russes ont indiqué encore aujourd'hui vouloir accentuer les combats et reprendre le port de Mariupol. Poutine n'a donc fait qu'une trêve ponctuelle pour tromper les autres comme d'habitude, ses plans d'invasion de l'Ukraine ne s'arrêtent donc pas à Donetsk et à la Crimée. Il est certainement la plus grande autorité de notre planète actuellement, vive Soros!
Réponse de le 24/10/2014 à 17:05 :
La Russie était en alliance étroite avec l'Allemagne nazie en 39/41 avec le pacte Ribbentrop Staline. C'est un pays qui n'a jamais été fiable au cours de l'histoire Budapest56 a raison de le souligner tout comme Soros.
Réponse de le 24/10/2014 à 17:28 :
Vous avez raison André les US ont toujours trahi leurs partenaires et trahi leurs alliances, tôt ou tard, des belliqueux je vous dis, ne sont-ils pas d'ailleurs le seul pays en guerre incessante depuis 1939 ? NB vous revisitez grandement l'histoire, le pacte que vous évoquez était un accord de non agression !
Réponse de le 24/10/2014 à 18:34 :
Vous êtes gorgé de raison, Loum, absolument. La gestion de Poutine à l'image de son transport aérien : L'incident serait probablement passé inaperçu si un choc quasi-similaire n'avait pas coûté la vie à Christophe de Margerie lundi. Quatre jours après la collision mortelle de son avion avec une déneigeuse, c'est cette fois un véhicule destiné au transport de bagages qu'un avion de la compagnie aérienne russe Ural Airlines a percuté vendredi à l'aéroport d'Iekaterinbourg, dans l'ouest de la Russie, a-t-on appris auprès de l'agence de presse russe TASS. Mais qu'en pese-t-il l'ex-Moscovite ?
Réponse de le 24/10/2014 à 19:47 :
non mais l'irrationnalité dans tous ses paroxysmes!!!!!!
Réponse de le 25/10/2014 à 14:25 :
@ faux Ex-Moscovite (le vrai) : je vous envoie ma méprise profonde pour l’usurpation de mon pseudo et vos capacités intellectuelles minuscules. Vous n’êtes pas capable d’écrire quelque chose crédible et pour cela vous essayez de discréditer les autres. @André de 17:05: le pacte Hitler-Pilsudski de 1934, le traité de Munich de 1938, le pacte Bonnet-Ribbentrop de 1938 (la listes est loin d’être exhaustive)…. Jamais entendu parler ? Votre vision de l’histoire est pour le mieux sélective. L’URSS a cherché les alliances en Europe contre Hitler jusqu’au traité de Munich, mais ne les a pas trouvé, pas à cause de sa gentillesse, mais pour les raisons pratiques. A qui la faute ,donc ?
Réponse de le 25/10/2014 à 14:27 :
@André de 17:05: le pacte Hitler-Pilsudski de 1934, le traité de Munich de 1938, le pacte Bonnet-Ribbentrop de 1938 (la listes est loin d’être exhaustive)…. Jamais entendu parler ? Votre vision de l’histoire est pour le mieux sélective. L’URSS a cherché les alliances en Europe contre Hitler jusqu’au traité de Munich, mais ne les a pas trouvé, pas à cause de sa gentillesse, mais pour les raisons pratiques. A qui la faute ,donc ?
a écrit le 24/10/2014 à 15:59 :
Cela lui est d'autant plus facile que ce monsieur s'adresse avant tout au français moyen qui n'est jamais sorti de la vue de son clocher, et qui est drogué aux poncifs issus de la guerre froide et de la littérature populaire, qui présente le russe moyen comme un goujat illetré, vivant qu fond d'une isba pourrie,et autres fadaises .si , si , il y a plein de gens comme cela , qui voient le russe comme un rustre imbibé de vodka.comme beaucoup de mes collègues européens et même américains , nous travaillons et vivont en russie , sans le moindre dommage ,avec d'excellentes relations avec les locaux .ici , il y a bien moins de flics qu'à paris , pour les ignares , quelle dictature ? évidemment les intellos de gôche n'y trouvent pas leur public crédule qui les nourrit. C'est le grand Vladimir qui va redorer le blason des Européens, dès que cette bande de bisounours qui nous gouvernent aura foutu le camp.
Réponse de le 24/10/2014 à 18:02 :
Merci pour ton discours, quel magnifique somnifère ! depuis plusieurs jours d'insomnie je commence à bâiller déjà….
a écrit le 24/10/2014 à 15:55 :
Le pire cauchemar de Vladimir Poutine devient réalité : l'Alliance, via l'Ukraine, est en train d'atteindre les frontières occidentales de la Russie. Et le message à peine voilé d'Obama sur la porte toujours ouverte de l'Otan, sonne, de manière implicite, comme un avertissement sérieux au leader du Kremlin. La Russie doit désormais comprendre qu'elle est perçue comme un ennemi dangereux et imprévisible, et qu'elle sera traitée en conséquence. L'Occident tient enfin compte des mises en garde de Winston Churchill qui affirmait jadis : "Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur.

Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre." Ajoutons à cela les nouvelles sanctions préparées par l'Occident et les conséquences des anciennes, que les Russes commencent à sentir et qui, comme l'a laissé entendre le Premier ministre du Royaume-Uni David Cameron, finiront par détruire l'économie russe. Voilà le tableau dans lequel tombe l'initiative de paix russe [en Ukraine]. Un signe de sa faiblesse, pas de sa force, malgré l'aide fournie par l'armée russe aux mercenaires prorusses. L'aide qui leur a permis d'enregistrer quelques victoires locales.

En réalité, les hostilités à l'est de l'Ukraine démontrent que l'aventure du président russe est un échec. Poutine a été obligé de s'exposer, en envoyant des troupes dans le Donbass pour empêcher le massacre des insurgés. Conséquence directe de ses actes – la mobilisation sans précédent des Occidentaux contre Moscou. Les tentatives désespérées de Poutine pour obtenir un cessez-le-feu sont symptomatiques. Face à l'Otan qui s'apprête à avancer ses pions sur l'échiquier de l'Est, il est comme Hitler avant le débarquement des Alliés sur les plages normandes.
Réponse de le 26/10/2014 à 20:48 :
@Noam C15.55 Pourquoi usurper mon pseudo, n'êtes-vous pas capable de commettre qqe chose, seul, comme un grand ??
a écrit le 24/10/2014 à 15:51 :
La Guerre froide finie, l'OTAN aurait dû été dissoute simultanément avec le Pacte de Varsovie. C'est une vieille relique de Guerre froide et totalement sans rapport avec le monde d'aujourd'hui. Débarrassez-vous-en; c'est un anachronisme qui ne fait que créer beaucoup plus de problèmes que de solutions. Dans les règles du Droit international la Russie a le droit d'exercer son influence dans son propre voisinage, comme les EU ont le droit de faire de même dans son propre voisinage – et ils le font. Cette manifestation d'influence ne va pas avec l'intention de bafouer les voisins; elle porte juste l'intention d'avoir des relations amicales et de négocier avec eux. Ce n'est pas l'affaire des USA de venir coller son nez dans les voisinages de la Russie ou de la Chine pour remuer des ennuis après; la Russie et la Chine pourraient aussi en faire de même avec voisinage des Etats-Unis, pourquoi pas ? pensez-y.
a écrit le 24/10/2014 à 15:51 :
La Guerre froide finie, l'OTAN aurait dû été dissoute simultanément avec le Pacte de Varsovie. C'est une vieille relique de Guerre froide et totalement sans rapport avec le monde d'aujourd'hui. Débarrassez-vous-en; c'est un anachronisme qui ne fait que créer beaucoup plus de problèmes que de solutions. Dans les règles du Droit international la Russie a le droit d'exercer son influence dans son propre voisinage, comme les EU ont le droit de faire de même dans son propre voisinage – et ils le font. Cette manifestation d'influence ne va pas avec l'intention de bafouer les voisins; elle porte juste l'intention d'avoir des relations amicales et de négocier avec eux. Ce n'est pas l'affaire des USA de venir coller son nez dans les voisinages de la Russie ou de la Chine pour remuer des ennuis après; la Russie et la Chine pourraient aussi en faire de même avec voisinage des Etats-Unis, pourquoi pas ? pensez-y.
Réponse de le 24/10/2014 à 16:39 :
@vive l'Europe Ouais, pourrait mettre des S 400 à Cuba Valdimir s'il était belliqueux, preuve que non, ouais !!
a écrit le 24/10/2014 à 15:43 :
Aux modérateurs de ce forum : une personne très malveillante (peut-être un adolescent irresponsable et arrièré car il y en existe de très responsables et honnêtes !) s'amuse à répéter des posts et répliques avec les mêmes pseudos utilisés par les lecteurs de ce forum. Toutefois, cette personne, par mauvaise foi, recopie et place les opinions de forme contraire à celles de ses auteurs. Il s'agit d'un vrai terrorisme virtuel et si nous avions une réelle politique de droits sur internet ce genre d'abus serait certainement puni avec ses responsables. Une telle personne est une vraie plaie sur un forum.

Mon unique commentaire authentique est celui qui a été publié à 10:56. Les autres qui portent mon pseudo à mon insu sont des FAUX.
a écrit le 24/10/2014 à 14:13 :
Les USA ne tiennent que par le "quantitative easing" et puisque leur monnaie est devenue une monnaie de singe, POUTINE a raison, le monde doit s'en débarasser réservant à ces derniers une faillite assurée.. La géopolitique US consiste à s'allier les européens serviles qui n'ont pas encore tous compris la domination US sur l'Europe mais l'idée fait son chemin d'une sortie de l'Union -voir les parts prise par l'UKIP en GB-, tous les jours un peu plus. Ensuite, les pays informés rallieront naturellement et bien évidement la RUSSIE et les BRICS, abandonnant les USA à leurs mensonges et turpitudes... Attendez-vos à voir leur isolement au bout du chemin puis leur déclassement ! SOROS malgré les moulinets de ses petits bras ne peut rien faire contre la RUSSIE et POUTINE heureusement pour elle n'est pas ELTSINE !!
a écrit le 24/10/2014 à 14:12 :
Sergueï Glazyev, le conseiller économique de Vladimir Poutine, a publié un article décrivant un plan pour "saper la puissance économique des États-Unis" afin de forcer Washington à arrêter la guerre civile en Ukraine.Le conseiller de Poutine propose la création d’une "large alliance anti-dollar" des pays qui veulent et peuvent supprimer le dollar de leur commerce international.
Les membres de l’alliance devraient également s’abstenir de garder des réserves en devises dans des instruments libellés en dollars.
Glazyev préconise de traiter les positions dans des instruments libellés en dollars comme des avoirs peu fiables et estime que les régulateurs devraient exiger de pleines garanties collatérales sur ces avoirs.
Une coalition anti-dollar serait la première étape pour la création d’une coalition anti-guerre qui peut aider à arrêter les agressions des États-Unis.
Sans surprise, Sergei Glazyev estime que le rôle principal dans la création d’une telle coalition politique doit être joué par la communauté d’affaires européenne parce que les tentatives de l’Amérique pour allumer une guerre en Europe et une guerre froide contre la Russie menacent les intérêts des grandes entreprises européennes.
A en juger par les récents efforts pour mettre fin aux sanctions contre la Russie, formulées par les chefs d’entreprise allemands, français, italiens et autrichiens, le conseiller de Poutine a vu juste dans son évaluation.
Un peu surprenant pour Washington, la guerre pour l’Ukraine pourrait bientôt devenir la guerre pour l’indépendance de l’Europe vis-à-vis des États-Unis et une guerre contre le dollar.
a écrit le 24/10/2014 à 12:40 :
j'invite chacun à rechercher sur internet comment ce monsieur a construit sa fortune et son comportement vis à vis des nazis durant la guerre....étrangement, il ne s'en vante pas....
Réponse de le 24/10/2014 à 13:38 :
Né en 1930 il était bien jeune durant la guerre.
Réponse de le 24/10/2014 à 15:24 :
En 1930, nos grands-parents se levaient tôt chaque matin pour inspectionner leurs domaines et châteaux, et ils le faisaient pour avoir de quoi laisser en grand héritage à la famille que sommes nous aujourd'hui. Revenons donc au bon sens et au travail.
Réponse de le 25/10/2014 à 13:08 :
Le ridicule ne tuant plus, vous vous sentez libre de salir une personne en racontant n'importe quoi et l'accusant d'être en fait si ça se trouve un supporter de vos idoles. Ces méthodes anciennes du kgb et de l'extrême droite ont trouvé en vous un aficionado.
a écrit le 24/10/2014 à 12:38 :
c'est de ne pas fricoter avec les Emirs du Golfe, c'est de ne pas fermer les yeux sur les agissements du Qatar et de l'Arabie Saoudite en Syrie, c'est de ne pas se disputer à la Russie pour finalement se retrouver à devoir acheter du Gaz liquéfié US 2 fois plus cher, c'est de ne pas se facher pour rien avec l'Iran qui avec son marché de 80 millions d'habitants nous tendait les bras etc etc etc .....Sorros, est l'homme qui par ses milliards étant la main mise des atlantistes sur l'Europe et sur la France....
a écrit le 24/10/2014 à 12:33 :
Nous ferions mieux de nous rapprocher de Poutine. L’intérêt de de la France n'est pas de sauver le pipe-line de Gaz de Mme Merkel ou de lui faciliter l'installation d'usine de composants a bas coût en Ukraine (encore moins chère que Hongrie et Tchéquie) coulnt notre industrie a l' Ouest elle.
Alors livrons vite les Mistral russe ( des Mistral gagnant pour l'avenir).
a écrit le 24/10/2014 à 12:09 :
Il est clair que l'otan a peut-être fait une bêtise en voulant mettre ses missiles en Ukraine. Tout le monde comprend la réaction des Russes.
a écrit le 24/10/2014 à 11:44 :
La Russie assiste, passive, à l’élection dimanche d’un nouveau Parlement en Ukraine, consciente que pour la première fois depuis l’indépendance du pays en 1991 son influence a fondu tant le conflit dans l’Est a fait tourner les regards des Ukrainiens vers l’Ouest. C’est le grand paradoxe de la stratégie de Poutine en Ukraine : en tenant à mettre un frein à ce qu’il considérait comme une politique d’endiguement des Occidentaux, le chef de l’État russe a, par l’annexion de la péninsule de Crimée en mars puis son soutien tacite aux séparatistes des régions de Lougansk et de Donetsk, poussé Kiev dans les bras des Occidentaux analyse Nikolaï Petrov, professeur à la très respectée Haute École d’économie à Moscou.
Réponse de le 24/10/2014 à 11:49 :
Très bonne analyse à laquelle j’adhère totalement. Bravo !
a écrit le 24/10/2014 à 11:34 :
La gestion de Poutine à l'image de son transport aérien : L'incident serait probablement passé inaperçu si un choc quasi-similaire n'avait pas coûté la vie à Christophe de Margerie lundi. Quatre jours après la collision mortelle de son avion avec une déneigeuse, c'est cette fois un véhicule destiné au transport de bagages qu'un avion de la compagnie aérienne russe Ural Airlines a percuté vendredi à l'aéroport d'Iekaterinbourg, dans l'ouest de la Russie, a-t-on appris auprès de l'agence de presse russe TASS.
Réponse de le 24/10/2014 à 11:52 :
Je confirme car j'ai dû quitter la Russie à cause de çà et de la dictature Poutine. On est mieux en Europe.
a écrit le 24/10/2014 à 11:29 :
La Russie est contre l'occident dont nous faisons partie et donc est un ennemi objectif de l'Europe. Ce n'est naturellement pas une raison pour le combattre de n'importe quelle manière et il faut s'en accommoder et lui montrer ses limites.
Mais il faut être bien naïf pour le considérer comme un ami ou un allié.
Réponse de le 24/10/2014 à 11:55 :
Bien vu. Ce ne sont d'ailleurs pas les russes ni la Russie le problème mais le pouvoir actuel dont Poutine. Espérons que son (ou sa ?) successeur sera plus évolué(e), mais la génération nostalgique de l'Urss est encore bien présente.
Réponse de le 24/10/2014 à 12:07 :
Les Russes ont eu DIX fois plus de morts que les US contre le nazisme. Vous auriez souhaité un dictateur comme dirigeant..??
Réponse de le 27/10/2014 à 19:38 :
Au contraire, c'est le côté peu démocratique de Poutine qui gêne.
a écrit le 24/10/2014 à 11:20 :
La bourse russe n'arrête pas de chuter de même que le rouble, les russes commencent à s'inquiéter et retirer leur argent des banques. Les avoirs russes fondent de 40 milliards de dollars par mois. C'est incroyable comment un dictateur peut délabrer un pays en quelques temps à lui tout seul par des mesures et invasions stupides.
Réponse de le 24/10/2014 à 11:38 :
C'est exact d'autant que l'alimentation représente une part importante du budget de beaucoup de mes compatriotes et que l'inflation augmente. Poutine risque en plus modeste d'être comme votre Napoléon avec un bilan plus que mitigé.
a écrit le 24/10/2014 à 11:16 :
C'est plus exactement Poutine qui est entré en guerre avec l'Europe et çà souligne en effet la nécessité pour l'Europe d'être clairvoyante comme l'indique Soros et de se renforcer face à ce dictateur envahisseur néfaste.
Réponse de le 24/10/2014 à 19:03 :
Vincent, j'ai noté une phrase d'une incroyable mauvaise foi dans l'article : "Moscou utilise une nouvelle fois l'arme commerciale comme moyen de pression diplomatique sur ses voisins."
C'est une plaisanterie ? Au cas vous auriez vécu sur une autre planète ces dernières semaines, ce sont des mesures de rétorsion suite aux sanctions européennes. C'est l'Europe et son maître qui joue de l'arme commerciale, pas la Russie. Mais si ce n'est pas l'avis de Tonton George, alors je vais me plaindre à Barroso…. (en faisant la moue)
a écrit le 24/10/2014 à 11:13 :
Soros a très souvent vu juste donc ses avis sont intéressants. D'autant qu'il connait très bien la Russie et les fanatiques qui y sont au pouvoir actuellement dont les invasions confirment les intentions néfasstes.
a écrit le 24/10/2014 à 11:09 :
Ce monsieur a toujours eu son propre intérêt pour seule priorité. La GB doit s'en souvenir, même depuis 1993 quand il a tué la Livre. Donc, il suffit de faire l'inverse de ce qu'il conseille, et nous aurons ce qui est dans l'intérêt du plus grand nombre.
a écrit le 24/10/2014 à 11:05 :
S & P va presque certainement couper la cote de crédit de la Russie à Junk vendredi. La semaine dernière Moody 's a coupé la note de la dette de la Russie d'un cran à Baa2 contre Baa1, invoquant des problèmes de la crise en Ukraine. La bourse russe est au plus bas, c'est le très mauvais bilan de la gestion et politique récente de Poutine qui dérape et qui est inquiétant pour les russes comme pour tout le monde.
Réponse de le 24/10/2014 à 11:12 :
Population Russie : 142,5 millions
Population OTAN : 987.417 millions

Mitaires actifs Russie : 845.000
Militaires actifs OTAN : 938.585.000

Réservistes Russsie : 2 millions
Réservistes OTAN : 322,4 millions

Chars Russie : 2550
Chars OTAN : 7'721'500

Avions de combats Russie : 1456
Avions de combat OTAN : 597'900

Têtes nucléaires Russie : 1800
Têtes nucléaire OTAN : 2'466'580
Réponse de le 24/10/2014 à 12:10 :
Il me semble que la Russie fait partie des BRICS... Refaites les comptes.
Réponse de le 24/10/2014 à 21:42 :
D' un autre côté il n' y a pas besoin de " milliers " de têtes nucléaires pour faire tout exploser ... Compte de boutiquiers
a écrit le 24/10/2014 à 11:04 :
L’économie russe souffre des stigmates de la « maladie hollandaise » : il lui faut un prix du baril de plus en plus élevé pour équilibrer le budget (110 USD, alors que 30 USD suffisaient en 2007), mais aussi pour maintenir un excédent externe qui ne cesse de se contracter depuis dix ans). La chute de la devise aurait été sans grand danger pour l’économie russe, si elle n’avait pas eu lieu dans le contexte déjà fragilisant des sanctions. Mais aujourd’hui elle est un facteur supplémentaire d’inquiétude quant à la liquidité des banques russes ; car elle accélère le retrait des dépôts des ménages (et les réflexes de dollarisation), qui sont confrontés à une perte rapide de leur pouvoir d’achat (d’autant que l’inflation augmente, à 8,2% en octobre).
a écrit le 24/10/2014 à 11:03 :
Soros qui fait souvent de bonnes analyses va bientôt pouvoir conseiller la Russie. La politique néfaste de Poutine amplifie la chute du rouble. Conséquences parmi d'autres, les importations russes ont atteint $ 116,9 milliards au troisième trimestre, soit près de 40 milliards de dollars par mois, selon la banque centrale russe. Cela signifie que les réserves du pays offrent une couverture de 11 mois d'importation seulement.
Réponse de le 24/10/2014 à 11:10 :
Le problème est que dans quelques décennies il faudra encore sauver la Russie qui n'ayant plus de pétrole et gaz et dirigée par des dictatures de plus en plus répressives comme actuellement Poutine avec les russes, elle va de nouveau se retouver dans le chaos comme à la fin des années 80 et suivantes comme après tout écroulement de dictatures. Il est donc temps de renforcer et consolider l'Europe car çà nous sera utile ainsi qu'à la Russie tout comme à l'Ukraine qu'il faut effectivement aider massivement car son effondrement serait nuisible tant à l'Europe qu'à la Russie et plus. Et Poutine a fait une fois de plus l'idiot tout comme en Syrie avec son droit de veto, on voit les résultats avec Daech et les centaines de milliers de morts. Poutine est pire que Bush.
Réponse de le 24/10/2014 à 17:37 :
Fais gaffe avec tes dérapages à propos de Poutine, tu pourras te retrouver les quatre jambes en l'air. :-)
Réponse de le 24/10/2014 à 18:41 :
mdr ex-cel-lent !!!!
a écrit le 24/10/2014 à 11:03 :
Soros voit juste car les rebelles milices russes ont indiqué encore aujourd'hui vouloir accentuer les combats et reprendre le port de Mariupol. Poutine n'a donc fait qu'une trève ponctuelle pour tromper les autres comme d'habitude, ses plans d'invasion de l'Ukraine ne s'arrêtent donc pas à Donetsk et à la Crimée.
Réponse de le 24/10/2014 à 11:09 :
Le problème est que dans quelques décennies il faudra encore sauver la Russie qui n'ayant plus de pétrole et gaz et dirigée par des dictatures de plus en plus répressives comme actuellement Poutine avec les russes, elle va de nouveau se retouver dans le chaos comme à la fin des années 80 et suivantes comme après tout écroulement de dictatures. Il est donc temps de renforcer et consolider l'Europe car çà nous sera utile ainsi qu'à la Russie tout comme à l'Ukraine qu'il faut effectivement aider massivement car son effondrement serait nuisible tant à l'Europe qu'à la Russie et plus. Et Poutine a fait une fois de plus l'idiot tout comme en Syrie avec son droit de veto, on voit les résultats avec Daech et les centaines de milliers de morts. Poutine est pire que Bush.
Réponse de le 24/10/2014 à 11:17 :
Soros voit juste car les rebelles milices russes ont indiqué encore aujourd'hui vouloir accentuer les combats et reprendre le port de Mariupol. Poutine n'a donc fait qu'une trève ponctuelle pour tromper les autres comme d'habitude, ses plans d'invasion de l'Ukraine ne s'arrêtent donc pas à Donetsk et à la Crimée.
Réponse de le 24/10/2014 à 11:27 :
+1000 bien vu en effet
Réponse de le 24/10/2014 à 18:01 :
+ 127'000'021,6 en effet bien vu
a écrit le 24/10/2014 à 11:02 :
Le problème est que dans quelques décennies il faudra encore sauver la Russie qui n'ayant plus de pétrole et gaz et dirigée par des dictatures de plus en plus répressives comme actuellement Poutine avec les russes, elle va de nouveau se retouver dans le chaos comme à la fin des années 80 et suivantes comme après tout écroulement de dictatures. Il est donc temps de renforcer et consolider l'Europe car çà nous sera utile ainsi qu'à la Russie tout comme à l'Ukraine qu'il faut effectivement aider massivement car son effondrement serait nuisible tant à l'Europe qu'à la Russie et plus. Et Poutine a fait une fois de plus l'idiot tout comme en Syrie avec son droit de veto, on voit les résultats avec Daech et les centaines de milliers de morts. Poutine est pire que Bush.
a écrit le 24/10/2014 à 11:01 :
Soros a entièrement raison l'Europe est à renforcer sur de nombreux plans dont la défense et pas seulement face aux visées impérialistes des dirigeants russes actuels et la dépendance énergétique organisée par Poutine et le FSB. La Russie actuelle s'écarte de l'Europe et çà va mettre longtemps avant de changer donc autant en faire le constat alors que Poutine soutient partout des partis séparatistes en Europe et se comporte comme un envahisseur. Quand il partira ce sera encore le chaos en Russie pour la succession de ce dictateur et il faudra éviter que ce soit pire donc la nécessité de faire le poids car la Russie a aussi besoin de l'Europe.
Réponse de le 24/10/2014 à 11:08 :
Petro Porochenko bénéficie d'une grande popularité en ce moment en Ukraine, les Ukrainiens soutiennent sa politique. Les derniers sondages donnent la formation présidentielle du « Bloc de Petro Porochenko » largement en tête, avec 30,4% des intentions de vote, selon le sondage conjoint de l’Institut de sociologie de Kiev et de la fondation Initiatives démocratiques. Le Front populaire du Premier ministre Arseni Iatseniouk devrait siéger au Parlement, mais il arrive loin derrière avec 10,8% des intentions de vote. La formation pro-occidentale Samopomitch, principalement composée de militants de la société civile, est créditée de 8,5% des intentions de vote, tandis que le parti Batkivchtchina de Ioulia Timochenko, la flamboyante ancienne chef du gouvernement, est à 7,5%.
Réponse de le 24/10/2014 à 11:26 :
Entièrement d'accord avec vos commentaires.
a écrit le 24/10/2014 à 10:56 :
Les deux guerres où les Etats-Unis se sont engagés tout seuls, ils les ont perdu : le Vietnam et l'Afghanistan. Après ces deux défaites, les maîtres de Washington ont décidé de ne plus livrer des guerres en solitaire, elles seraient vouées à l'échec pour eux. Donc les US engage désormais l'Otan et leurs poodles de service. La politique du Pentagone mène la "dissuasion par la façade", aussi connue comme "l'or des sots" (en référence à la pyrite, FeS2, ce sulfure ferreux qui brille comme de l'or mais n'a aucune valeur), les lobbies militaro-industriel américains se voient forcés de livrer des vrai placebos pour démontrer au monde qu'ils sont à la pointe technologique et donc il faut les redouter. Du leurre, rien d'autre. Chaque semaine ces lobbies, les médias aux ordres à l'appui, montrent des images des "missiles hyper-soniques", des "canons laser", des avions é la lisière de l'invisibilité, etc et d'autres camelotes pour leurrer l'opinion publique. Celle-ci est plus au courant des grossesses dans les familles royales que de la connaissance technique d'armements.

Or, selon les sources les plus officiels des USA, le chef de l'Etat-major le général Martin Dempsey, la Russie compte actuellement plus de têtes nucléaires que les US et dispose de systèmes anti-missiles supérieurs aux américains. On connait l'intelligence russe, mais on ne connait pas l'intelligence américaine. Ou plutôt si, elle n'existe pas car elle est depuis toujours formée d'un amalgame de chercheurs venus des quatre coins du monde. Les Russes ont commencer à développer un chasseur de 6ème génération quand les US restent encore à la 4ème : leur soi-disant chasseur de 5ème génération, le Lockheed F-35 est considéré comme le plus grand flop de l'histoire de l'aviation. En testes simulés, cet avion s'est montré inférieur en ses performances même à un chasseur russe de 3ème génération, le Su-34 (d'ailleurs, un fort bel oiseau).

Le test avec le dernier (sinon le premier!) missile "hyper-sonique" américain en Alaska, en septembre dernier, s'est soldé par un retentissant échec. Mais tout le monde en parle et c'est cela le but de ces mascarades attrape-nigauds, faire croire que le chien a la taille d'un éléphant. Les poodles aboient, mais pas les rotweillers. Les ours non plus. Les dirigeants européens, au lieu de s'agenouiller comme des pages devant leur maître en fin de vie, devraient tourner leur regard vers l'avenir plutôt, vers la nouvelle étape de l'histoire de l'Humanité qui commence à se développer à l'est de l'Europe : l'Eurasie. Un nouveau bloc socio-économique – et redoutable en défense – où les échanges commerciaux reviendront à l'ancienne logique de se faire entre les monnaies respectives de chaque pays est en train de se mettre en place. Et l'Union Européenne que fait-elle avec cet avenir prometteur ? en obéissant à son maître, elle envoie des sanctions contre la Russie !!

L'idée même d'avoir le dollar américain en tant que "monnaie internationale" est en tant que telle une abérration. L'un des responsables pour le "Reaganomics", le conservateur et économiste américain Ron Paul, se dit toujours perplexe du fait que les pays du monde fassent leurs échanges commerciaux en donnant des royalties à la divise d'un seul pays, et encore plus bizarre, que celle-ci soit basée sur le prix du pétrole arabe !!! et pourtant !…

Si le département d'Etat US était un entraineur grande gueule d'un club de foot, et qui n'avait apporté que des défaites, des scandales, des ingérences dans la vie des autres, des tricheries de tous bords et des bagarres de quartier, resterait-il encore à son poste ?
Pour revenir à ce monsieur Soros (ah tiens…), il vaut mieux qu'il garde ses conseils biaisés pour les générations anglo-saxonnes de l'avenir – elles en auront bien besoin.
Réponse de le 24/10/2014 à 11:08 :
Population Russie : 142,5 millions
Population OTAN : 917 millions

Mitaires actifs Russie : 845.000
Militaires actifs OTAN : 3.585.000

Réservistes Russsie : 2 millions
Réservistes OTAN : 2,4 millions

Chars Russie : 2550
Chars OTAN : 7500

Avions de combats Russie : 1456
Avions de combat OTAN : 5900

Têtes nucléaires Russie : 1800
Têtes nucléaire OTAN : 2580
Réponse de le 24/10/2014 à 11:11 :
Complètement d'accord, Le général. D'où, aussi, la propagande actuelle des médias.
Réponse de le 24/10/2014 à 11:47 :
Exacts les chiffres de l'OTAN comparée à la Russie, d'où la nervosité de Poutine et des trolls du FSB.
Réponse de le 24/10/2014 à 15:22 :
Vos chiffres sont bidonnés, donc non recevables.
Réponse de le 26/10/2014 à 16:15 :
Analyse qui fait autorité. Mon général, je ne peux que vous applaudir chaleureusement.
a écrit le 24/10/2014 à 10:54 :
l'Europe était sensé nous apporter la paix . sous la pression des US et des craintes des pays baltes et de la Pologne et pour satisfaire les intéêts de l'industrie allemande Elle pourrait nous emmener dans une guerre dont le rets de l'Europe ne veut pas! mourir pour Donestk où les européens ne sont pas accueillis en libérateurs non merci. cet article malheureusement reflète notre monde les politiques sont à la remorque de financiers pourris comme Monsieur Soros et l'on nous parle de démocratie!
Réponse de le 24/10/2014 à 11:10 :
L'Europe nous a apporté la paix pendant plus de 60 ans, jusqu'à l'arrivée de Poutine et ses invasions de Géorgie, Moldavie, Ukraine etc.
Réponse de le 24/10/2014 à 13:19 :
C'est vrai que nous sommes en guerre contre la Suisse depuis 60 ans vu qu'elle ne fait pas partie de l'UE. Ou alors, plus logiquement, c'est que c'est la paix qui a permis l'UE et pas l'inverse.
a écrit le 24/10/2014 à 10:48 :
IL ne faut peut être pas oublier d'ou vient M. Soros: La hongrie .... l'invasion russe ... ça devrait évoquer quelques petites choses ?
M. Soros sait que la Russie est un voisin puissant et parfois encombrant. tous les pays pays d'europe centrale savent que la Russie peut être très envahissant. M. Poutine a une attitude extrêmement agressive envers ses voisins. Meme le président du Belarusse pourtant son allié commence à s'en inquiéter. Ne parlons pas de la Pologne, des pays baltes , etc qui ne veulent pas d'ingérence russe ou de tentative de déstabilisation politique orchestrée par M. Poutine.
Peut être M. Soros réagit trop fortement aujourd'hui par rapport à cette menase. Avec la Russie il ne faut jamais se montrer faible. Comment dit on en russe "se vis pacem para bellum"
Réponse de le 24/10/2014 à 11:11 :
Mr. Soros est parti de l’Hongrie en 1946 ou 47. Concernant l’invasion russe, je vous rappelle que l’Hongrie a été en alliance étroite avec les nazis jusqu’au 1944. L’alliance a été rompue uniquement quand les troupes soviétiques et roumaines avaient entré sur son territoire. Votre analyse de la situation politique n'est pas au trop bonne.
Réponse de le 24/10/2014 à 11:25 :
La Russie était en alliance étroite avec l'Allemagne nazie en 39/41 avec le pacte Ribbentrop Staline. C'est un pays qui n'a jamais été fiable au cours de l'histoire Budapest56 a raison de le souligner tout comme Soros.
Réponse de le 25/10/2014 à 14:27 :
@Yvan (pseudo?) : le pacte Hitler-Pilsudski de 1934, le traité de Munich de 1938, le pacte Bonnet-Ribbentrop de 1938 (la listes est loin d’être exhaustive)…. Jamais entendu parler ? Votre vision de l’histoire est pour le mieux sélective. L’URSS a cherché les alliances en Europe contre Hitler jusqu’au traité de Munich, mais ne les a pas trouvé, pas à cause de sa gentillesse, mais pour les raisons pratiques. A qui la faute ,donc ?
a écrit le 24/10/2014 à 10:39 :
« L'Europe doit mobiliser toutes ses ressources pour financer l'effort de guerre ». Seule une personne sénile peut tenir ces propos, la seule excuse qu’il puisse avoir.
Réponse de le 24/10/2014 à 10:52 :
C'est à prendre au sens figuré. Prenez le temps de lire l'article.
a écrit le 24/10/2014 à 10:08 :
Encore un qui nous annnce le meilleur des mondes , le problème c'est que cet individu a un pouvoir considérable dans le monde
a écrit le 24/10/2014 à 9:48 :
M. Soros n'a su faire qu'une chose dans sa vie, spéculer au nom dit-il de ses œuvres de charité. Sa vision du monde est baisée compte tenu de ses origines hongroises et d'autre part de son "métier". Je n'ai pas d'admiration particulière pour les apparatchiks russes, mon opinion est donc totalement indépendante. Quant à Merkel, mon sentiment est qu'elle n'est pas plus intelligente que Bécassine, ma voisine, et qu'elle navigue à vue pour tout depuis le départ quitte à écorner et plus que ça les traités (il n'y a que les allemands pour ne rien voir et croire à la rigueur et l'intransigeance de Merkel) et à se faire dicter sa politique par les banques d’affaires US, les spéculateurs et les marché financiers qui ne sont qu’un repaire de spéculateurs comme chacun sait.
Réponse de le 24/10/2014 à 10:05 :
Très bonne analyse à laquelle j’adhère totalement. Bravo!
a écrit le 24/10/2014 à 9:39 :
Que les états unis s'occupent seuls de régler les problèmes là ou ils ont foutu le bordel on s'occupe du reste.
a écrit le 24/10/2014 à 9:20 :
Sergueï Glazyev, le conseiller économique de Vladimir Poutine, a publié un article décrivant un plan pour "saper la puissance économique des États-Unis" afin de forcer Washington à arrêter la guerre civile en Ukraine.Le conseiller de Poutine propose la création d’une "large alliance anti-dollar" des pays qui veulent et peuvent supprimer le dollar de leur commerce international.
Les membres de l’alliance devraient également s’abstenir de garder des réserves en devises dans des instruments libellés en dollars.
Glazyev préconise de traiter les positions dans des instruments libellés en dollars comme des avoirs peu fiables et estime que les régulateurs devraient exiger de pleines garanties collatérales sur ces avoirs.
Une coalition anti-dollar serait la première étape pour la création d’une coalition anti-guerre qui peut aider à arrêter les agressions des États-Unis.
Sans surprise, Sergei Glazyev estime que le rôle principal dans la création d’une telle coalition politique doit être joué par la communauté d’affaires européenne parce que les tentatives de l’Amérique pour allumer une guerre en Europe et une guerre froide contre la Russie menacent les intérêts des grandes entreprises européennes.
A en juger par les récents efforts pour mettre fin aux sanctions contre la Russie, formulées par les chefs d’entreprise allemands, français, italiens et autrichiens, le conseiller de Poutine a vu juste dans son évaluation.
Un peu surprenant pour Washington, la guerre pour l’Ukraine pourrait bientôt devenir la guerre pour l’indépendance de l’Europe vis-à-vis des États-Unis et une guerre contre le dollar.
Réponse de le 24/10/2014 à 10:10 :
Très bonne analyse. L'Ukraine, un pays en ruines fait des prêts (auxquels elle ne pourra jamais honorer) aux instances internationales pour acheter des missiles de croisière, pour construire de anvire de guerre et se doter d'arrmes de pointe. Insensé, elle ne pourra jamais se mesurer à l'arsenal russe, si Poutine le veut, l'armée russe ne fera qu'une bouchée de l'Ukraine.
a écrit le 24/10/2014 à 9:13 :
Il a reconnu publiquement avoir financé les indépendantistes Ukrainiens pour qu'ils rejoignent l'UE. Ce gars n'est pas clair. Il veut provoquer la guerre en Ukraine contre Poutine. Quel est son but ? A chacun son analyse....
a écrit le 24/10/2014 à 9:08 :
Nous ferions mieux de nous rapprocher de Poutine. L’intérêt de de la France n'est pas de sauver le pipe-line de Gaz de Mme Merkel ou de lui faciliter l'installation d'usine de composants a bas coût en Ukraine (encore moins chère que Hongrie et Tchéquie) coulnt notre industrie a l' Ouest elle.
Alors livrons vite les Mistral russe ( des Mistral gagnant pour l'avenir).
a écrit le 24/10/2014 à 9:04 :
Judicieuse remarque.
a écrit le 24/10/2014 à 8:23 :
Les USA ne tiennent que par le "quantitative easing" et puisque leur monnaie est devenue une monnaie de singe, POUTINE a raison, le monde doit s'en débarasser réservant à ces derniers une faillite assurée.. La géopolitique US consiste à s'allier les européens serviles qui n'ont pas encore tous compris la domination US sur l'Europe mais l'idée fait son chemin d'une sortie de l'Union -voir les parts prise par l'UKIP en GB-, tous les jours un peu plus. Ensuite, les pays informés rallieront naturellement et bien évidement la RUSSIE et les BRICS, abandonnant les USA à leurs mensonges et turpitudes... Attendez-vos à voir leur isolement au bout du chemin puis leur déclassement ! SOROS malgré les moulinets de ses petits bras ne peut rien faire contre la RUSSIE et POUTINE heureusement pour elle n'est pas ELTSINE !!
Réponse de le 24/10/2014 à 10:58 :
Un commentaire brillant de lucidité, le grand Chomsky en serait fier. Bravo!
a écrit le 24/10/2014 à 7:52 :
Il est bien place pour donner des pseudo conseils....qui peuvent lui profiter...il a fait un coup avec l argent des autres il y a..... maintenant ils parlent aussi de ses phantasmes....
a écrit le 24/10/2014 à 7:32 :
Allez pépé, il faut prendre son médicament, une ptite tisane et hop au lit.
a écrit le 24/10/2014 à 7:22 :
Un vieux monsieur qui jette son dernier venin sur la Russie pour sauver son roi dollar.Pour sauver l'Europe et l'euro aujourd'hui, il suffit de faire comme les américains de la dévaluation compétitive en inondant le marché d'euros !
a écrit le 24/10/2014 à 6:41 :
C'est marrant, ce sont toujours les mêmes qui sont des va-t-en-guerre : Lévi, Soros... Toujours présents pour répandre le sang des innocents.
a écrit le 24/10/2014 à 6:41 :
C'est marrant, ce sont toujours les mêmes qui sont des va-t-en-guerre : Lévi, Soros... Toujours présents pour répandre le sang des innocents.
a écrit le 24/10/2014 à 4:52 :
Petro Porochenko bénéficie d'une grande popularité en ce moment en Ukraine, les Ukrainiens soutiennent sa politique. Les derniers sondages donnent la formation présidentielle du « Bloc de Petro Porochenko » largement en tête, avec 30,4% des intentions de vote, selon le sondage conjoint de l’Institut de sociologie de Kiev et de la fondation Initiatives démocratiques. Le Front populaire du Premier ministre Arseni Iatseniouk devrait siéger au Parlement, mais il arrive loin derrière avec 10,8% des intentions de vote. La formation pro-occidentale Samopomitch, principalement composée de militants de la société civile, est créditée de 8,5% des intentions de vote, tandis que le parti Batkivchtchina de Ioulia Timochenko, la flamboyante ancienne chef du gouvernement, est à 7,5%.
a écrit le 24/10/2014 à 4:10 :
Les trolles pro Soros et pro va-t'en guerre se déchaine ici.
Réponse de le 24/10/2014 à 4:55 :
Les véritables va-t-en guerre sont les poutiniens pro-FSB (voir Géorgie, Moldavie, Crimée etc)
Réponse de le 24/10/2014 à 10:31 :
Jusque maintenant ne je voie que les américains va-t-en guerre, Libye, Syrie , Irak, Afghanistan, etc.....
a écrit le 24/10/2014 à 3:03 :
Soros a entièrement raison l'Europe est à renforcer sur de nombreux plans dont la défense et pas seulement face aux visées impérialistes des dirigeants russes actuels et la dépendance énergétique organisée par Poutine et le FSB. La Russie actuelle s'écarte de l'Europe et çà va mettre longtemps avant de changer donc autant en faire le constat alors que Poutine soutient partout des partis séparatistes en Europe et se comporte comme un envahisseur. Quand il partira ce sera encore le chaos en Russie pour la succession de ce dictateur et il faudra éviter que ce soit pire donc la nécessité de faire le poids car la Russie a aussi besoin de l'Europe.
Réponse de le 24/10/2014 à 11:07 :
Qu'on arrête de diffuser la propagande odieuse des néo-Conservateurs américains postée par des Américains ici dans ce forum, faut-il rappeler que nous sommes dans un journal franco-français ?!!
a écrit le 24/10/2014 à 3:02 :
Le problème est que dans quelques décennies il faudra encore sauver la Russie qui n'ayant plus de pétrole et gaz et dirigée par des dictatures de plus en plus répressives comme actuellement Poutine avec les russes, elle va de nouveau se retouver dans le chaos comme à la fin des années 80 et suivantes comme après tout écroulement de dictatures. Il est donc temps de renforcer et consolider l'Europe car çà nous sera utile ainsi qu'à la Russie tout comme à l'Ukraine qu'il faut effectivement aider massivement car son effondrement serait nuisible tant à l'Europe qu'à la Russie et plus. Et Poutine a fait une fois de plus l'idiot tout comme en Syrie avec son droit de veto, on voit les résultats avec Daech et les centaines de milliers de morts. Poutine est pire que Bush.
a écrit le 24/10/2014 à 3:01 :
Soros voit juste car les rebelles milices russes ont indiqué encore aujourd'hui vouloir accentuer les combats et reprendre le port de Mariupol. Poutine n'a donc fait qu'une trève ponctuelle pour tromper les autres comme d'habitude, ses plans d'invasion de l'Ukraine ne s'arrêtent donc pas à Donetsk et à la Crimée.
a écrit le 24/10/2014 à 0:44 :
Soros voit juste car les rebelles milices russes ont indiqué encore aujourd'hui vouloir accentuer les combats et reprendre le port de Mariupol. Poutine n'a donc fait qu'une trève ponctuelle pour tromper les autres comme d'habitude, ses plans d'invasion de l'Ukraine ne s'arrêtent donc pas à Donetsk et à la Crimée.
a écrit le 24/10/2014 à 0:18 :
Soros qui fait souvent de bonnes analyses va bientôt pouvoir conseiller la Russie. La politique néfaste de Poutine amplifie la chute du rouble. Conséquences parmi d'autres, les importations russes ont atteint $ 116,9 milliards au troisième trimestre, soit près de 40 milliards de dollars par mois, selon la banque centrale russe. Cela signifie que les réserves du pays offrent une couverture de 11 mois d'importation seulement.
Réponse de le 24/10/2014 à 0:34 :
J'ajoute : S & P va presque certainement couper la cote de crédit de la Russie à Junk vendredi. La semaine dernière Moody 's a coupé la note de la dette de la Russie d'un cran à Baa2 contre Baa1, invoquant des problèmes de la crise en Ukraine. La bourse russe est au plus bas, c'est le très mauvais bilan de la gestion et politique récente de Poutine qui dérape et qui est inquiétant pour les russes comme pour tout le monde.
Réponse de le 24/10/2014 à 2:47 :
Bien vu effectivement. L’économie russe souffre des stigmates de la « maladie hollandaise » : il lui faut un prix du baril de plus en plus élevé pour équilibrer le budget (110 USD, alors que 30 USD suffisaient en 2007), mais aussi pour maintenir un excédent externe qui ne cesse de se contracter depuis dix ans). La chute de la devise aurait été sans grand danger pour l’économie russe, si elle n’avait pas eu lieu dans le contexte déjà fragilisant des sanctions. Mais aujourd’hui elle est un facteur supplémentaire d’inquiétude quant à la liquidité des banques russes ; car elle accélère le retrait des dépôts des ménages (et les réflexes de dollarisation), qui sont confrontés à une perte rapide de leur pouvoir d’achat (d’autant que l’inflation augmente, à 8,2% en octobre).
a écrit le 23/10/2014 à 23:36 :
Population Russie : 142,5 millions
Population OTAN : 917 millions

Mitaires actifs Russie : 845.000
Militaires actifs OTAN : 3.585.000

Réservistes Russsie : 2 millions
Réservistes OTAN : 2,4 millions

Chars Russie : 2550
Chars OTAN : 7500

Avions de combats Russie : 1456
Avions de combat OTAN : 5900

Têtes nucléaires Russie : 1800
Têtes nucléaire OTAN : 2580
Réponse de le 23/10/2014 à 23:52 :
Résultat : vous irez écrire un commentaire dans un blockhaus sous un tas de ruine .
Réponse de le 24/10/2014 à 0:00 :
Merci pour ces chiffres éloquents !
Réponse de le 24/10/2014 à 0:13 :
Poutine et ses copains aiment l'argent, alors il n'est pas prêt d'aller en guerre contre ses clients de l'Ouest... Il se fait mousser en allant tuer un peu aux frontières, histoire de rappeler qui est le maitre chez eux. La chute du pétrole orchestrée par les USA et l'Arabie saoudite devrait le faire se calmer assez rapidement.
Réponse de le 24/10/2014 à 1:12 :
Temps de réaction de l'OTAN: 6 mois,
Temps de réaction de la Russie: 10s
Réponse de le 24/10/2014 à 16:37 :
Judicieuse remarque. Bravo.
a écrit le 23/10/2014 à 23:31 :
Les problèmes de l'Europe et de la Russie ne datent pas d'hier et son liés en partie à la taille de la Russie et à l'évolution plus rapide de l'Europe vue sa population et diversité. Quand il y a eu révolution en France les russes disaient qu'ils l'éviteraient car c'était perte de temps et ils l'ont eut environ 100 an plus tard et bien pire. Dès lors parler de l'Europe de l'Atlantique à l'Oural c'est un slogan politique et non une réalité possible avant d'immenses changements dont la gouvernance en Russie etc. On a déjà du mal à faire l'Europe à 28 alors que ce sont des démocraties, alors avec un pouvoir dicatorial comme à Moscou c'est impossible en l'état actuel et des mentalités réciproques depuis des centaines d'années.
a écrit le 23/10/2014 à 23:18 :
Soros veut faire casser la Russie mais par les autres, c'est plus ...courageux. Soros se trouve gêné aux entournure par l 'appel à Poutine à la dédollarisation du monde, si la Chine et les BRICS suivent, l'économie US qui ne tient que par la création monétaire sans contrepartie s'effondre et ça s'écroule comme un château de carte.. Cet appel vertueux a eu le mérite d'exciter les "boys" comme des poux en les forçant à révéler leur vraie nature. Bien vu de la part de Poutine et couillu, pour notre part nous devons nous contenter d'Hollande !!
Réponse de le 23/10/2014 à 23:26 :
Ridicule car le rouble ne représente pas grand chose et c'est l'économie russe qui s'effondre, regardez les chiffres et les sorties de fonds. C'est Poutine qui a accru ces tensions en Géorgie, Moldavie, Ukraine, Syrie etc.
a écrit le 23/10/2014 à 23:09 :
Soros a entièrement raison l'Europe est à renforcer sur de nombreux plans dont la défense et pas seulement face aux visées impérialistes des dirigeants russes actuels et la dépendance énergétique organisée par Poutine et le FSB. La Russie actuelle s'écarte de l'Europe et çà va mettre longtemps avant de changer donc autant en faire le constat alors que Poutine soutient partout des partis séparatistes en Europe et se comporte comme un envahisseur. Quand il partira ce sera encore le chaos en Russie pour la succession de ce dictateur et il faudra éviter que ce soit pire donc la nécessité de faire le poids car la Russie a aussi besoin de l'Europe.
a écrit le 23/10/2014 à 23:07 :
d'où vient Soros il est normal qu'il est cette vision à l' égard de la Russie . Elle est conforme à toutes les ex démocratie populaire mais on ne doit pas jouer l'avenir à la triste lumière d' un passé révolu . l' Ukraine c'est peanuts . Amener l'Europe et la Russie à coopérer est le seulobjetif qui vaille et Mme Merkel l' a bien compris . Un deal germano-russe est une opportunité fabuleuse pour les 2 parties et l'intérêt de l' Europe est d' en être partie prenante .La Russie est un immense pays riche en matières premières .
Réponse de le 23/10/2014 à 23:15 :
Parfait discours de dictatures : on ne tient compte des pays que selon leurs richesses et pouvoirs et dehors les peuples. Très sale mentalité de faible.
Réponse de le 24/10/2014 à 13:19 :
@le bon choix : comme le pacte Ribentropp - Molotov ? he he he... fabuleux, oui, c'est le mot :D
a écrit le 23/10/2014 à 23:05 :
Moi je respecte beaucoup les 15000 têtes nucléaires de monsieur Poutine.
L'Europe s'est plantée en se mettant uniquement du côté américain au lieu d'essayer de construire un espace commun avec la Russie pour fusionner nos intérêts et ne pas les opposer. Maintenant il faut payer ce manque de jugeote.
Réponse de le 23/10/2014 à 23:09 :
C'est Poutine qui s'est écarté de l'Europe en envahissant la Géorgie, l'Ukraine après le précédent de la Moldavie. Cà n'empêche pas l'Europe d'être indépendante.
a écrit le 23/10/2014 à 23:01 :
il faut être très naïf pour accorder autant de crédit à Soros. A part faire le pirate sur les marchés financiers et donner des leçons ensuite, c'est quoi Soros?
Réponse de le 23/10/2014 à 23:04 :
Il a fait des bonnes analyses toute sa vie notamment en économie. Mais évidemment il dérange les dictatures qui préfèrent soumettre les peuples. Il est féru de liberté pour avoir connu l'Urss et a bien raison.
a écrit le 23/10/2014 à 22:51 :
Soros, pourrait être le digne héritier de Mac Carthy. Anti-communiste par idéologie et surtout parce que ses intérêts risquent d'être menacés. S'il doit y avoir une "vraie" guerre, il en sera de la responsabilité des US qui n'acceptent jamais de perdre des positions, et surtout pas en Europe. Comme en 45, ils viendront à la fin, pas pour nous sauver, mais pour sauvegarder leurs intérêts. Ils ne croient qu'en cela...avec l'aide de dieu SVP. US GO HOME.
Réponse de le 23/10/2014 à 22:57 :
La réalité est que sans les américains les russes occuperaient l'Europe jusqu'à Brest et que sans l'OTAN nous n'aurions eu que des invasions pires que celle d'Ukraine, Géorgie, Moldavie etc.
Réponse de le 23/10/2014 à 23:12 :
Je ne vois pas comment on ne peut pas être contre la liberté par définition, que ce soit pas humaniste de base ou bien pas "idéologie". Je vous signale que la liberté ne se discute pas pour un libéral humaniste, c'est bien toute la différence avec les anti libéraux endoctrinés et dangereux que vous représentez si bien. La liberté EST et elle est l'essence meme de l'individu, n'en déplaise avec vos dogmes meutriers collectivistes.
a écrit le 23/10/2014 à 22:44 :
La problème est que dans quelques décennies il faudra encore sauver la Russie qui n'ayant plus de pétrole et gaz et dirigée par des dictatures de plus en plus répressives comme actuellement Poutine avec les russes, elle va de nouveau se retouver dans le chaos comme à la fin des années 80 et suivantes comme après tout écroulement de dictatures. Il est donc temps de renforcer et consolider l'Europe car çà nous sera utile ainsi qu'à la Russie tout comme à l'Ukraine qu'il faut effectivement aider massivement car son effondrement serait nuisible tant à l'Europe qu'à la Russie et plus. Et Poutine a fait une fois de plus l'idiot tout comme en Syrie avec son droit de veto, on voit les résultats avec Daech et les centaines de milliers de morts. Poutine est pire que Bush.
a écrit le 23/10/2014 à 22:38 :
Contre lecture sur le début de la Russie en 1990 et la thérapie de choc libérale, source voulue de pauvreté et de mise en faiblesse de l'ancien adversaire : : "Les inspirateurs occidentaux du « choc » étaient notamment l’économiste suédois Anders Aslund et l’Américain Jeffrey Sachs. Les réformateurs moscovites bénéficiaient également, depuis 1987, des bons conseils de M. George Soros, « philanthrope » et investisseur, ainsi que des experts de la banque Goldman Sachs, impliquée dans de vastes activités spéculatives, ou du Français Daniel Cohen. Un rôle important revient aussi aux fondations, principalement américaines, qui avaient pénétré les lieux de recherche et la « société civile » : Carnegie, Ford, Rockefeller, Heritage, National Endowment for Democracy (NED), etc.
L’interventionnisme du gouvernement Clinton fut primordial : « Les conseillers américains ne sont pas arrivés fin 1991 avec un mandat du Fonds monétaire international, comme on le dit souvent, mais dans le cadre d’une assistance technique américaine, financée par l’USAID [Agence américaine pour le développement international] et mise en œuvre par le Harvard Institute for International Development, explique un témoin direct, l’économiste français Jacques Sapir. Jeffrey Sachs participa à de nombreuses réunions de l’équipe Eltsine entre 1991 et 1993, ne rendant compte de son activité qu’aux autorités américaines. »

Selon Sapir, l’intégration de la Russie au jeu américain relevait d’un objectif stratégique : « Le soutien sans faille que l’administration Clinton apporta à Eltsine, de son coup de force contre le Parlement en 1993 à sa réélection douteuse en 1996 (...), le prouve. On oublie trop aujourd’hui que le déclenchement de la guerre de Tchétchénie, en décembre 1994, fut lui aussi très largement appuyé par le gouvernement américain (10). » La Russie représentait une source de profits importants pour la finance internationale. Experts occidentaux et libéraux russes agissaient de concert dans les domaines de la corruption, des détournements de fonds et du blanchiment d’argent (11).

La « thérapie » a également eu pour effet de démonter le complexe militaro-industriel, diminuant d’autant l’influence internationale d’une puissance qui ne serait bientôt plus que l’ombre d’elle-même. Le nouveau chef de la diplomatie russe, M. Andreï Kozyrev, lui imprimait une orientation qui l’alignait sur les Etats-Unis, avant le recentrage effectué par son successeur Evgueni Primakov à partir de 1996. La Russie conserva cependant sa force nucléaire, ultime garantie de sa souveraineté à l’heure de la nouvelle expansion à l’Est de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) et de la multiplication des interventions occidentales dans les conflits en Yougoslavie ou au Proche-Orient.

L’appui enthousiaste de l’Occident n’en était pas moins calculé. Il faut rappeler que, au début des années 1990, les Etats-Unis espéraient voir la Russie devenir la locomotive de leur pénétration sur le continent eurasiatique. L’Ukraine et la Géorgie n’étaient pas encore les alliées privilégiées dans la région, ni le « refoulement » de la Russie explicitement à l’ordre du jour, même si son affaiblissement dans le Caucase, autour des routes du pétrole, se préparait déjà.
Gaïdar, principal concepteur du « choc », s’est expliqué dans un ouvrage paru en 2006. A la fois magistrale et très discutable, son analyse de la crise soviétique rejoint ce que pense depuis longtemps l’aile moderniste de la bureaucratie dirigeante, initiatrice de la liquidation du système soviétique. L’objectif de la nouvelle élite était de créer une classe de propriétaires, de façon à rendre tout « retour au socialisme » impossible.

Les lendemains de l’« octobre noir » furent pourtant loin de combler les libéraux. Après leur échec aux élections législatives de décembre 1993, leurs chefs de file, Gaïdar et Boris Fyodorov, furent écartés du gouvernement en janvier 1994. L’expérience se termina avec le krach d’août 1998, qui signifia la faillite des idées néolibérales et des formations politiques eltsiniennes."
Réponse de le 23/10/2014 à 22:46 :
C'est bien de citer Sapir, on voit vos références extrémistes. Et tous ces noms à consonance juive, c'est pour faire du bourrage de crâne antisémite ?
Réponse de le 23/10/2014 à 22:48 :
Texte hors sujet sur l'effondrement de la Russie que l'on risque de revoir vues les dictatures successives au pouvoir.
Réponse de le 23/10/2014 à 23:14 :
1. Le message précédent signé par mon nom n'est pas le miens. 2. @Picnicdouille a raison, je connais personnellement les gens éjectés des structures gouvernementales russes à l'époque à cause de leurs essais d'empêcher la pénétration des américains dans les domaines très sensibles (niveau top secret). 3. Les actions soi-disant philanthropiques de Mr.Soros en Russie avaient un contexte ressemble.
Réponse de le 24/10/2014 à 3:10 :
Merci à 23.14 de ne pas employer mon pseudo pour en plus dire des bêtises. Lors de l'éclatement de l'Union Soviétique, George Soros est connu pour avoir proposé à chaque scientifique la somme de 500 dollars pour ne pas partir vendre leur savoir au plus offrant, notamment à cause des risques de diffusion de technologies nucléaires.
Réponse de le 24/10/2014 à 10:50 :
Soit-disant Ex-Moscovite (le réel) de 3.10 est faux, même s’il a l’air de connaitre certains détails en Russie. En réalité la fondation de Soros donnait de petites sommes aux scientifiques, qui étaient au bord de la famine réelle, mais pour participer au concours il a fallu présenter ses activités de la recherche et les plans. Ainsi, pour une somme ridicule la fondation de Soros a récupéré la plupart de l’information sur la recherche scientifique en Ex-URSS. Il n’est pas par hasard que le financement de ce programme (et donc, le nombre des primés et les sommes de la bourse) a baissé avec le temps pour éteindre complètement vers l’année 2000, si je ne me trompe pas, puisque toute l'information utile a été récupérée. Je précise : la situation avec le niveau de vie des chercheurs restait très dure. Donc, oui, une action caritative, mais très spécifique.
Réponse de le 24/10/2014 à 10:51 :
P.S. @Les pseudo ex-Moscovites de 22.48 et 3.10. Je vous envoie ma méprise profonde pour l’usurpation de mon pseudo.
Réponse de le 24/10/2014 à 13:25 :
Vous vous amusez bien les gars ? ^^ - Bon, pour "?" : on peut toujours expurger l'Histoire des noms qui vous paraissent sémites ( j'utilise ce mot car le mot en J doit être automatiquement expurgé par la modération automatique. Notons tout de même que sémite n'est pas un terme normalement réservé à une ethnie particulière mais c'est l'acceptation courante du sens, pour les gens comme "?" par exemple). Mais à faire le ménage dans l'Histoire des noms qui vous dérangent, vous risquez de faire le lit de la théorie du complot ce qui serait stupide, les principaux bénéficiaires de la politique US étant in fine des protestants ( et là je vous répond en utilisant le même raisonnement que vous : que la religion a un impact sur les comportements économiques. Raisonnement pour le moins stupide étant donné que l'amour de l'argent est la chose la mieux partagée au sein de n'importe quelle religion).
a écrit le 23/10/2014 à 22:31 :
"l'Ukraine est aujourd'hui plus démocratique et plus européenne que jamais"...
On croit rêver. Avec une partie du peuple qui n'accepte pas le choix atlantiste du gouvernement et qui fait sécession. Et ce même gouvernement qui bombarde ses opposants ...
S'il n'y avait pas des milliers de morts, on pourrait rire de la cécité de M. Soros.
Réponse de le 23/10/2014 à 22:38 :
C'est vous qui vous trompez, regardez les sondages et attendez les résultats.
Réponse de le 23/10/2014 à 22:45 :
Bravo Tony ! Belle prose ! En plus de vos arguments justes et criants de vérité, vous ajoutez le style et l’élégance de la belle langue française ! Je vous félicite pour votre humanisme et votre honnêteté. Merci + 1000 !
Réponse de le 23/10/2014 à 22:58 :
Tony soutient sa prose lol
Réponse de le 23/10/2014 à 23:00 :
@Tony A Nos amis anglais vont rigoler de vous lire qui me disaient à la création de l'Union, vous ne voulez quand même pas à la fois l'Union et une démocratie ??!! Ami, il faut choisir !!!
Réponse de le 23/10/2014 à 23:28 :
Les sondages donnent largement gagants les pro-européens en Ukraine. Cà excite les gens du Kremlin lol
Réponse de le 24/10/2014 à 8:38 :
Les peuples doivent être souverain, union ne doit pas être soumission, la nation est UNE, avant toute chose, relisez votre histoire.
a écrit le 23/10/2014 à 22:26 :
Un sujet très mal choisi par La Tribune, avec tant de personnalités de loin plus importantes à ce moment, la rédaction est allé chercher un zombie du capitalisme mourant pour poser des questions. Et plus grave encore, de nous gaver avec les répliques fétides d'un agent de ce même genre de système qui nuit à l'Humanité depuis des décennies. Arrêtons de faire de ce forum une tribune pour la propagande des néo-Cons(ervateurs) américains, elle n'a rien à voir avec les vrais intérêts de notre pays !
Réponse de le 23/10/2014 à 22:37 :
Vous avez un problème avec le droit d'exprimer des opinions différentes de la votre ?
Réponse de le 23/10/2014 à 22:41 :
Insulter les gens reflète un manque d'argumentations, les propos de Soros sont réalistes et ils ne s'est guère trompé dans le passé donc mérite d'être écouté.
a écrit le 23/10/2014 à 22:16 :
La problème est que dans quelques décennies il faudra encore sauver la Russie qui n'ayant plus de pétrole et gaz et dirigée par des dictatures de plus en plus répressives comme actuellement Poutine avec les russes, elle va de nouveau se retouver dans le chaos comme à la fin des années 80 et suivantes comme après tout écroulement de dictatures. Il est donc temps de renforcer et consolider l'Europe car çà nous sera utile ainsi qu'à la Russie tout comme à l'Ukraine qu'il faut effectivement aider massivement car son effondrement serait nuisible tant à l'Europe qu'à la Russie et plus. Et Poutine a fait une fois de plus l'idiot tout comme en Syrie avec son droit de veto, on voit les résultats avec Daech et les centaines de milliers de morts. Poutine est pire que Bush.
Réponse de le 23/10/2014 à 22:18 :
Vous tenez un discours de haine, Monsieur, vous vous en rendez compte ? j'observe vos propos maladivement gorgés de haine contre tout ce qui russe dans ce forum et peux vous le dire. Les Russes sont des Européens, Monsieur, nos cultures et nos traditions sont imbriquées, nous avons des histoires presque communes, que les non-Européens le veulent ou pas. Ces sont des discours de quelqu'un qui suit un schéma pré-établi et qui se borne à toujours répéter les mêmes noms, les mêmes faits, les mêmes arguments, comme si cet exercice de tapoter des textes gorgés de haine puisse lui procurer un plaisir presque orgastique, quelque part.
Réponse de le 23/10/2014 à 22:33 :
Bien vu de Vive l'Europe en effet.
Réponse de le 23/10/2014 à 22:37 :
Je n'avais pas vu le texte de Jean. Non Vive l'Europe est parfaitement lucide et sans haine au contraire. Les russes sont soumis à des dictatures successives et ne vivent que grâce aux énergies fossiles, c'est bien le problème souligné à juste titre par Vive l'Europe, c'est un réalité. L'Europe doit être forte car la Russie est un colosse aux pieds d'argile comme on l'a vu dans le passé plusieurs fois en 17 et en 90 entre autres.
Réponse de le 23/10/2014 à 22:40 :
@jean : ou voyez vous de la haine ? Le seul terme gênant est la qualificatif d'"idiot" pour Poutine. Pas de quoi crier à la haine. "Vive.." Aurait pu éviter ce terme et en utiliser un autre comme "imprudent" ou "cynique" qui ne sont pas positifs mais restent corrects.
Réponse de le 23/10/2014 à 22:44 :
@Vive Heureusement que la Russie éternelle est là pour nous rappeler la définition d'un pays libre tandis que nous assistons subrepticement à la préparation de la dilution de la France en une euro région grâce à la complicité de représentants corrompus.. Ceux là même qui se cooptèrent aux plus hautes sphères d'influence de l'Union... Le peuple l'a compris qui sur les réseaux sociaux prend majoritairement parti pour Poutine contre la propagande otanienne, on n'arrête décidément pas les rivières !!
Réponse de le 23/10/2014 à 22:54 :
@ Loufiat : la théorie du complot est systématiquement employée par les dictateurs pour justifier leurs méfaits. Si vous estimez que la Russie de Poutine est un pays libre allez y vivre et justifiez la difficultée des entreprises comme des journalistes entre autres à faire correctement et en indépendance leur métier. Ce qui se traduit par un manque de diversité économique et nuit à l'avenir des russes. La Russie n'a rien d'éternel et elle connait régulièrement des crises. Elle est dans les derniers rangs des pays du monde sur le plan de la corruption. Les sondages ne veulent rien dire dans un pays où les médias sont très majoritairement contrôlés par le pouvoir dont encore dernièrement le groupe donné à la maîtresse de Poutine.
Réponse de le 23/10/2014 à 23:01 :
Vous pourriez attendre quelques années avant de réécrire l'histoire tout de même... Al Qaida était déjà une création Us suite à l'Afghanisthan. Daesh c'est la même chose : grâce à la destruction de l'Etat irakien, ( cause de centaines de milliers d e morts provoqués pour un motif fallacieux ), comment s'étonner que des islamistes par ailleurs financés en Syrie pour combattre Assad ne s'avisent pas de l'absence d'Etat dans le pays d'à côté et de tout ce pétrole qui leur tend les mains ? La politique étrangère Us est toujours un échec depuis les années 60...
Réponse de le 23/10/2014 à 23:22 :
@Vive l'Europe Vous pouvez lire utilement "qui gouverne réellement la France et l'Europe" de François ASSELINBEAU, puis vous pourrez revenir intox..., euh, débattre car vous serez purifié !!!
Réponse de le 23/10/2014 à 23:23 :
L'Afghanistan est une invasion russe qui a duré plus de 10 ans et généré les talibans etc. Vous inversez l'histoire. De même en Syrie si il n'y avait pas eu droit de véto russe à la proposition majoritaire de l'Onu 1 an après le début du conflit d'intervenir pour séparer les bélligérants, la situation serait au moins stabilisée. La position russe a abouti au chaos et Daech en est la conséquence, bien plus que l'intervention américaine en Irak. De même en Ukraine, sans invasion de la Crimée ni envoi de milices, une solution politique pouvait être trouvée alors qu'actuellement la situation peut durer longtemps au dépens de tout le monde, encore à cause de Poutine conseillé par le FSB russe qui refont chaque fois les mêmes erreurs et dont les bilans sont dépolorables.
a écrit le 23/10/2014 à 22:05 :
Cà fait longtemps que l'Europe devrait voir que la stratégie de Poutine ne vise qu'à l'affaiblir en faveur d'un vague projet d'Eurasie centralisé avec le pouvoir à Moscou dont on a vu ce que çà avait donné avec l'Urss. Plus de 60 ans d'Urss laisse encore des restes coûteux et sanglants comme l'Ukraine donc Soros est lucide et a parfaitement raison de nous alerter.
Réponse de le 23/10/2014 à 22:09 :
Papy, le malade, es-tu de retour ? une petite tisane à la menthe, tes cachots et hop ! on va faire un beau dodo….
a écrit le 23/10/2014 à 22:00 :
Il est en effet essentiel de consolider l'Europe face aux agissements de Poutine depuis plusieurs années en Géorgie, Moldavie, Ukraine, etc. Soros voit juste et il connait bien l'ex-Urss et l'ex KGB toujours au pouvoir en Russie. Il a toujours été visionnaire.
Réponse de le 23/10/2014 à 22:28 :
En tant que journaleux de la réd, dis-moi, pour venir ici faire de la propagande atlantiste tu touches en dollars ou en euros ?
Réponse de le 23/10/2014 à 22:42 :
Il est en effet essentiel de consolider l'Europe face aux agissements de Poutine depuis plusieurs années en Géorgie, Moldavie, Ukraine, etc. Soros voit juste et il connait bien l'ex-Urss et l'ex KGB toujours au pouvoir en Russie. Il a toujours été visionnaire.
Réponse de le 23/10/2014 à 22:44 :
Et vous, pour faire votre propagande pro russe, vous êtes payé ou vous le faites par idéologie nationaliste ? Un dictateur, cela vous plait et vous voudriez en avoir un en France ?
a écrit le 23/10/2014 à 21:55 :
Ils prennent leurs désirs pour des réalités,les racketteurs,ne rêvez pas les français n'iront pas se battre pour l'impérialisme américain,on va faire l’Europe de l'atlantique à l’Oural,et on ne pas vous suivre bêtement comme les pays de l'est ,Pologne en tête.......
Réponse de le 23/10/2014 à 22:02 :
Dès maintenant je m'y engage.
Réponse de le 23/10/2014 à 22:11 :
Si vous relisiez l'histoire vous verriez que les problèmes de l'Europe et de la Russie ne datent pas d'hier et son liés en partie à la taille de la Russie et à l'évolution plus rapide de l'Europe vue sa population et diversité. Quand il y a eu révolution en France les russes disaient qu'ils l'éviteraient car c'était perte de temps et ils l'ont eut environ 100 an plus tard et bien pire. Dès lors parler de l'Europe de l'Atlantique à l'Oural c'est un slogan politique et non une réalité possible avant d'immenses changements dont la gouvernance en Russie etc. On a déjà du mal à faire l'Europe à 28 alors que ce sont des démocraties, alors avec un pouvoir dicatorial comme à Moscou c'est impossible en l'état actuel et des mentalités réciproques depuis des centaines d'années.
Réponse de le 23/10/2014 à 22:39 :
Merci pour ton discours, quel magnifique somnifère ! depuis plusieurs jours d'insomnie je commence à bâiller déjà…. bonne nuit !
Réponse de le 23/10/2014 à 23:02 :
Tu te répètes tout le temps Papy, va contrôler tes radars, il va y avoir encore un avion civil comme le MH17 abattu par tes milices en Ukraine ou qui va se cracher à Moscou.
a écrit le 23/10/2014 à 21:52 :
moi je ne suis pas en guerre avec la Russie. Je préfère être allié avec la Russie qu'avec la Turquie d'Erdogan au sein de l'Otan. L'Europe, et la France dans l'Europe, sont devenus des valets de l'Amérique depuis une dizaine d'années.
Nos intérêts ne sont pas les mêmes que ceux des Etats-Unis, malheureusement ça a l'air d'échapper à notre classe politique.
Réponse de le 23/10/2014 à 22:02 :
Si tu préfères te soumettre à un dictateur tel que Poutine pourquoi ne vas-tu pas vivre en Russie ? L'Europe n'a pas besoin de collabos.
a écrit le 23/10/2014 à 21:51 :
Sa parole est sage en effet face à l'envahisseur Poutine et aux vieux du FSB qui contrôlent le pourvoir russe actuel.
Réponse de le 23/10/2014 à 22:12 :
Merci pour ton discours, quel magnifique somnifère ! depuis plusieurs jours d'insomnie je commence à bâiller déjà….
Réponse de le 23/10/2014 à 22:18 :
vous dormez déjà au FSB ? vous devriez mieux surveiller les avions vu le nombre d'accidents en Russie, c'est pire qu'en Afrique
Réponse de le 23/10/2014 à 22:49 :
Le meilleur moyen pour la Russie de continuer don expansionnisme d'influence, c'est de mètre des bâtons dans les roue de l'Europe. Désunis, les européens ne pourront pas s'opposer à Poutine. Et le meilleur moyen d'affaiblir l'Europe c'est de faire une alliance fob - partis nationalistes d'Europe. Qui se ressemble, s'assemble.
a écrit le 23/10/2014 à 21:44 :
Il a entièrement raison l'Europe est à renforcer sur de nombreux plans dont la défense et pas seulement face aux visées impérialistes des dirigeants russes actuels et la dépendance énergétique organisée par Poutine et le FSB. La Russie actuelle s'écarte de l'Europe et çà va mettre longtemps avant de changer donc autant en faire le constat alors que Poutine soutient partout des partis séparatistes en Europe et se comporte comme un envahisseur. Quand il partira ce sera encore le chaos en Russie pour la succession de ce dictateur et il faudra éviter que ce soit pire donc la nécessité de faire le poids car la Russie a aussi besoin de l'Europe.
Réponse de le 23/10/2014 à 22:16 :
Très bonne analyse en effet.
Réponse de le 23/10/2014 à 22:40 :
Autant être aveugle que lire une stupidité pareille...
Réponse de le 23/10/2014 à 23:07 :
Avenir voit juste, ca dérange les dictateurs.
a écrit le 23/10/2014 à 21:42 :
Mais non, ce n'est pas l'Europe qui est en guerre contre la Russie, ce sont les Etats-Unis qui regrettent d'avoir évité la confrontation avec l'URSS. Enfin, sur le sol européen, tant qu'à faire...
Réponse de le 23/10/2014 à 21:50 :
La réalité est que c'est la Russie, système dictatorial centralisé, qui est en guerre avec beaucoup de monde dont l'Europe, plmusieurs pays de la CEI même, le Japon, les Etats-Unis etc.
a écrit le 23/10/2014 à 21:03 :
Il est à l'origine du soulèvement pro européen en Ukraine via ses fonds. Il l'a reconnu publiquement. Ce type roule pour quelle cause? Pas claire du tout cette affaire. Ça me rappelle certaines théories....
Réponse de le 23/10/2014 à 21:48 :
Les soulèvements en Ukraine, en Chine et ailleurs n'ont nullement besoin de l'argent de Soros, c'est une erreur d'analyse ou de la propagande. La réalité est plus profonde et concerne les pouvoirs dictatoriaux dont les gens ne veulent pas.
Réponse de le 23/10/2014 à 21:55 :
Il a bien connu l'Urss alors il a raison de se méfier du FSB russe et de sa propagande continuelle qui n'ont pas changé.
Réponse de le 23/10/2014 à 22:27 :
G Soros a soutenu le renversement du président ukrainien. Il a dit l'avoir fait car il est très inquiet du glissement du régime de Poutine vers le nationalisme et l'antisémitisme. Il estime qu'un tournant démocratique de l'Ukraine aurait permis de montrer aux russes qu'une alternative existe en dehors de Poutine.
a écrit le 23/10/2014 à 20:58 :
A Mr Sorros : "on n'a jamais vu un coffre-fort suivre un corbillard".
Donc, sa guerre américaine contre la Russie, il peut se la faire tout seul avec son argent nauséa..bond .
Réponse de le 23/10/2014 à 21:38 :
le US dollar = monnaie de singe issue d'une planche à billets qui tourne déjà sans provisions.
Réponse de le 23/10/2014 à 22:20 :
Mieux vaut du dollar (50% de la monnaie mondiale) que du rouble qui ne vaut rien avec Poutine, voir les sorties, les russes se précipitent vers le dollar et l'euro.
Réponse de le 24/10/2014 à 7:12 :
Tellement vers l euro que celui ne fait que de baisser....
Réponse de le 24/10/2014 à 10:57 :
Alors on se demande pourquoi la Russie et la Chine n'ont jamais acheté autant d'or.
Effectivement , 50% de la monnaie mondiale est de la planche à billet sous couvert d'actifs pourris.
a écrit le 23/10/2014 à 20:54 :
La meilleure façon d'agir, c'est faire le contraire que ce "noble" vieux conseille.
Réponse de le 23/10/2014 à 21:52 :
donc se soumettre à la Russie de Poutine, vraiment n'importe quoi.
Réponse de le 23/10/2014 à 22:16 :
Apparemment l'OTAN manque d'idées, propos vides de sens ! donc = non recevable !
Réponse de le 23/10/2014 à 23:33 :
Avec Soros la Russie serait mieux gérée et il y aurait moins de mafieux captant la majorité des biens des russes par la dictature Poutine.
a écrit le 23/10/2014 à 20:44 :
Qu'est ce qu'on peut raconter comme bêtises en vieillissant...
Réponse de le 23/10/2014 à 21:53 :
Vous devez être très très âgé alors !
Réponse de le 23/10/2014 à 22:17 :
Point de vue qui n'engage que vous. Meme s'il existe des gens malfaisants, le fait de vouloir généraliser toute progression légitime des individus économiquement ou autre et un mensonge et une justification pour spoiler ceux qui produisent et ainsi se donnent des emplois uniquement payés par les contribuables ou les entrepreneurs. Vive la liberté individuelle !
a écrit le 23/10/2014 à 20:31 :
bientot termine vos commentaires anti hollande le premier novembre vous devrez vous identifier ,la presse nous allons la museler
a écrit le 23/10/2014 à 20:11 :
La dédolarisation du monde promue par Poutine commence à les agiter un chouilla, ils devront pourtant s'y faire, ça va évidement faire mal mais ça finira bien par passer sinon je suggère un bon laxatif qui peut aussi aider!!
Réponse de le 23/10/2014 à 20:18 :
Trois bonnes cuillerées de Poudre de Coutaret et l'affaire est vite réglée. :-)
a écrit le 23/10/2014 à 20:11 :
Pas les français, pas le peuple de France, nous aimons la Russie, la grande Russie, ce sont nos frères européens !! On a tout interet à les considérer comme ils le méritent, nous avons une longue histoire commune d'entente et de culture commune.
Réponse de le 23/10/2014 à 21:58 :
On connait bien comment la Russie de Poutine a traité ses "frères" d'Ukraine et des autres pays d'Europe de l'Est. Qu'ils commencent à rendre la Carélie à la Finlande, les iles Kouriles au Japon, la Crimée à l'Ukraine, les parts de Géorgie, Moldavie etc si ce sont de vrais frères et non des imposteurs mafieux tel le pouvoir actuels en Russie de Poutine.
Réponse de le 23/10/2014 à 22:20 :
Vos commentaires sont raseurs, toujours imprégnés de cette niaiserie si typique des pamphlets les plus exaltés et les plus imbéciles aussi, je pense que vous subissez cette pathologie que les américains appellent de "Powell's vial syndrom" (syndrome de la fiole de Powell). Vous vous souvenez de ce général de George W. Bush en agitant une pseudo fiole "d’anthrax" pour envahir l’Irak sous prétexte d’arme de destruction massive ? vous faites de même avec Poutine, un Poutine qui vous haïssez à la folie et on se demande pourquoi ? une telle haine ne peut pas être typique d'un Français. Êtes-vous un partisan des idées de Yulia Timochenko par hasard ? je n'en serais pas étonné..
a écrit le 23/10/2014 à 20:10 :
Soros a subventionné l'islamisme radical dans les banlieux francaises, il a egalement subventionné les neo-nazis en Ukraine. Alors il a raison de vouloir s'équiper militairement.
Réponse de le 23/10/2014 à 20:20 :
Non sans oublier les "contra Chavez" au Venezuela et les "parapluies de Hong-Kong" plus récemment.
Réponse de le 23/10/2014 à 22:57 :
Évidemment vous n'avez aucune preuves...un complot a détruit les preuves ? Des extraterrestres ?
a écrit le 23/10/2014 à 20:09 :
il est complètement gateux....
a écrit le 23/10/2014 à 20:09 :
il est complètement gateux....
a écrit le 23/10/2014 à 20:08 :
Aujourd'hui, le patron de la société pétrolière russe Rosneft Igor Setchine a appelé les Etats européens, lors du troisième forum eurasiatique « Innovations et intégration internationale » à Vérone, à renoncer à la dépendance du dollar américain, suggérant d’utiliser les euros dans les contrats de livraison des hydrocarbures. Renoncer au dollar, l'idée fait de plus en plus son chemin. On comprend mieux pourquoi que les plus grand argentier des USA commence à parler maintenant d'un "plan pour sauver l'Europe" !! mon oeil, George, pour sauver ton dollar, plutôt.
Réponse de le 23/10/2014 à 20:15 :
Pas FAUX.
a écrit le 23/10/2014 à 19:55 :
Qu'il commence à sauver son pays et sa monnaie de singe..
a écrit le 23/10/2014 à 19:27 :
Il voudrait nous faire prendre la Russie pour la City .
Réponse de le 23/10/2014 à 20:01 :
Tout à fait.
Je plussoie.
J'ajouterai à cela si vous me permettez un bon vieux : "On t'emmerde George".
a écrit le 23/10/2014 à 19:22 :
Il y a qu'un américain pour nous faire croire que l'on serait en guerre contre la Russie. On est plutôt en guerre contre l'islamisme radical résultat de la politique étrangère américaine. Rappelez vous, tout a commencé lorsque que l'Amérique a armée les Talibans pour lutter contre les Russes en Afghanistan
Réponse de le 23/10/2014 à 19:37 :
La France a subi des vagues d'attentats islamistes dans les années 80, en 1995, en 2005... Et son contentieux avec l'Algérie n'est pas une conséquence américaine..
Réponse de le 23/10/2014 à 19:51 :
200 % en accord avec vous
a écrit le 23/10/2014 à 19:17 :
Après le Plan Marshal le Plan Soros !!! cette fois l'Europe va disparaître pour de bon.
a écrit le 23/10/2014 à 19:12 :
Pauvre Soros, il est partie du problème, Poutine, la solution !
Réponse de le 23/10/2014 à 19:18 :
+ 100 000 000
a écrit le 23/10/2014 à 19:04 :
C'est le plan du renard pour sauver le poulailler. Pfui Teufel !
Réponse de le 23/10/2014 à 19:10 :
Notre bon gouvernement ne fera rien....
comme d'habitude !
Réponse de le 23/10/2014 à 19:33 :
si si : il sera en accord avec Soros sur toute la ligne !!
a écrit le 23/10/2014 à 19:04 :
soros a tjs de bonnes idees ... en fonction des positions qu'il prend sur les marches!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :