Téléchargez
notre application
Ouvrir

Manifestations en Pologne contre les réformes judiciaires

reuters.com  |   |  405  mots
Manifestations en pologne contre les reformes judiciaires[reuters.com]
(Crédits : Agencja Gazeta)

VARSOVIE (Reuters) - Plusieurs milliers de personnes ont manifesté dimanche dans les grandes villes polonaises pour protester contre un projet de réforme du système judiciaire, que l'opposition estime antidémocratique.

Le Parlement polonais, où le parti conservateur et eurosceptique Droit et justice (PiS) dispose de la majorité, a adopté une loi qui lui donne un pouvoir accru dans la nomination des juges, ce qui, estiment les opposants au projet, est contraire à la séparation des pouvoirs garantie par la Constitution.

Le PiS, conservateur et eurosceptique, a également présenté un projet de loi qui vise à remplacer tous les magistrats à la Cours suprême, l'équivalent de la Cour de cassation, sauf ceux choisis par le ministre de la Justice.

"Honte, Honte", criaient les manifestants rassemblés à Varsovie sur fond de drapeaux polonais et de l'Union européenne. "dictateur", a-t-on entendu à propos de Jaroslaw Kaczynski, le président du PiS et dirigeant de fait du pays.

Le PiS fait valoir que le parti a un mandat démocratique pour rentre la justice plus efficace et plus responsable. Depuis sa victoire aux élections législatives de 2015, il a réorganisé le Tribunal constitutionnel et donné au ministère de la Justice davantage de contrôle sur le ministère public.

Ces mesures mettent en cause l'équilibre démocratique dans le pays, estime la Commission européenne, qui a menacé la Pologne d'une action en justice.

Dimanche soir, plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées devant le bâtiment de la Cour suprême près du centre historique de la capitale. Elles avaient allumé des bougies "pour la défense des tribunaux et de la démocratie".

Des manifestations ont également eu lieu à Cracovie et à Katowice.

Les dirigeants de l'opposition ont appelé les manifestants à rester devant le Parlement jusqu'à mardi, jour prévu du débat parlementaire sur le projet de loi relatif à la Cour suprême.

Les chefs de l'opposition parlementaire ont dit qu'ils feraient en sorte que le débat parlementaire n'ait pas lieu.

L'opposition, très fragmentée, s'est engagée à faire preuve de davantage d'unité face au PiS.

"Aujourd'hui, nous savons d'une grand combat a commencé et nous savons que nous devons être ensemble. Nous savons que nous devons lutter contre eux ensemble", a déclaré Grzegorz Schetyna, dirigeant de la Plate-forme civique (PO), principal groupe d'opposition.

(Anna Koper et Lidia Kelly; Danielle Rouquié pour le service français)