Code du travail : la manifestation de la rentrée se fera sans FO

 |   |  342  mots
Jusqu'ici, le dirigeant de FO laissait entendre qu'il attendrait cette présentation pour décider ou non de rejoindre le mouvement de protestation lancé par la CGT.
Jusqu'ici, le dirigeant de FO laissait entendre qu'il attendrait cette présentation pour décider ou non de rejoindre le mouvement de protestation lancé par la CGT. (Crédits : Jacky Naegelen)
Le syndicat Force ouvrière est notamment satisfait que le gouvernement a accepté de conserver à la branche un rôle important dans le dialogue social et la négociation d'accords. Le gouvernement doit remettre jeudi matin aux partenaires sociaux les ordonnances sur le Code du travail, avant leur présentation officielle par le Premier ministre, Edouard Philippe, et la ministre du Travail, Muriel Pénicaud. La CGT et Solidaires ont appelé à manifester le 12 septembre.

Force ouvrière avait prévenu attendre de voir le contenu des ordonnances réformant le Code du travail avant de son prononcer sur une éventuelle mobilisation. Le temps de réflexion semble avoir profité à l'apaisement. Le syndicat "a pris la décision à l'unanimité de ne pas participer" le 12 septembre à la journée d'action à laquelle appellent la CGT et Solidaires contre la réforme du Code du Ttavail, a annoncé mercredi son numéro un Jean-Claude Mailly dans une interview filmée, diffusée sur le site internet des Échos.

"Le bureau confédéral de FO a dit que nous n'irons pas" et donc Force ouvrière n'ira pas, a expliqué Jean-Claude Mailly, tout en admettant implicitement que, localement, des militants de son syndicat pourraient en juger différemment.

En 2016, FO faisait partie du front syndical contre la précédente réforme, dont l'objectif était déjà d'assouplir les règles. Mais de la loi El Khomri, "on n'a jamais pu discuter [...] là on est dans une situation différente", "il y a eu un vrai dialogue social", estime le leader de FO.

Syndicalisme "pragmatique"

Jeudi, après plusieurs semaines de concertation, le gouvernement présentera ses ordonnances, premier grand chantier social du quinquennat Macron. "On a fait notre travail de syndicalistes pragmatiques qui est de dire 'on discute point par point' et après on se positionnera à la fin" pour dire "où ça va", "où ça va pas", a-t-il expliqué.

"On part d'un projet ultralibéral, je dis pas qu'il ne l'est plus mais je raisonne toujours dans les négociations avec trois colonnes: ce qu'on obtient, ce qu'on évite et ce sur quoi on n'est pas d'accord. Et je suis sûr qu'il y aura des éléments dans les trois."

Sur plusieurs sujets, comme le poids des accords d'entreprise vis à vis des accords de branches, "le gouvernement a fini par bouger, peut-être insuffisamment, on verra demain", dit-il, satisfait que "la branche [soit] remise en selle sur toute une série de points".

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/08/2017 à 16:38 :
Syndicat qui ne sert que lui meme..
dans les pays scandinave ou alémanique
Augmentation de salaire chaque année ( 2-4%), peu de grève et beaucoup de gens syndiqués ..la réalité de ceux qui occupent le terrain est tout autre meme dans le service public beaucoup de palabre et aucune
Action
Personnel handicapé
a écrit le 31/08/2017 à 12:03 :
Mailly dire que ont n as aux ca comme défenseur ? Pourrie tout souris à macron ils vas plus mais cars leS comté y sont pas ? Prendre aux petits fragile comme retraitees a 60 % d après les statistiques c est 1300€ répartis des retraitees 100/100
a écrit le 31/08/2017 à 10:05 :
C'est souvent comme cela que ça se passe avec les syndicats, ils aboient puis se couchent au fur et à mesure et la CGT s'est également couchée plusieurs fois.

Si les syndicats sont aussi peu attractifs et efficaces pour les salariés c'est parce que ça fait belle lurette qu'ils se sont fait infiltrer.

A éliminer tout comme les partis politiques, toutes ces institutions d'abord au service d'elles mêmes sont à proscrire par définition.

"Howard Zinn, une histoire populaire américaine" http://www.amis.monde-diplomatique.fr/article4430.html
a écrit le 31/08/2017 à 9:32 :
palabrer c est bien pour la bonne cause.!.. mais pas pour son apanage perso ...!

il peut toujours rejoindrel les six expulsés ..pour rester sur la marche
a écrit le 31/08/2017 à 9:02 :
Mailly a commencé a planter ses jalons pour un poste au gouvernement ........
a écrit le 31/08/2017 à 4:48 :
Deja en 68, ce syndicat etait a eviter, aujourd'hui il sent le rance.
a écrit le 30/08/2017 à 22:39 :
Code du travail : la manifestation de la rentrée se fera sans FO ...

normal, rien de surprenant

FO est une officine du Medef, Mailly un sous-marin du CAC40
a écrit le 30/08/2017 à 22:00 :
Mally ils. Change de veste ?
Réponse de le 31/08/2017 à 9:40 :
il prépare déja sa retraite.! commme. Hulot.
force ouvriere n est pas force patronal! espérons que cela est une gaillardise
a écrit le 30/08/2017 à 18:57 :
Mailly devrait demander un poste au gouvernement. Il semble soutenir cette loi travail qu'il combattait il y a quelques mois.
a écrit le 30/08/2017 à 17:50 :
Vous étes bien défendus les ouvriers, FO le syndicat qu'il vous faut ? Coluche avait raison. et t-out cela comme Notat pour une plaçe, Salut....
a écrit le 30/08/2017 à 17:45 :
FO s'est couchée mais pas la CFDT, alors là, on n'y comprend plus rien. Tout est déréglé et pas seulement le climat.
Réponse de le 30/08/2017 à 19:03 :
Pour la cefedete elle va se faire désirer avant de se coucher devant le réalisme économique.....
Réponse de le 30/08/2017 à 19:03 :
Pour la cefedete elle va se faire désirer avant de se coucher devant le réalisme économique.....
Réponse de le 31/08/2017 à 9:03 :
La CF d'été a une activité trés saisonniere !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :