Bandeau Présidentielle

La croissance plus faible que prévu ?

 |   |  513  mots
Bercy vise une progression de 1,4% du PIB cette année. L'Insee est moins optimiste et table sur une augmentation de 1,2% de l'activité.
Bercy vise une progression de 1,4% du PIB cette année. L'Insee est moins optimiste et table sur une augmentation de 1,2% de l'activité. (Crédits : Reuters)
Marqué par un commerce extérieur en panne, le PIB ne devrait progresser que de 1,2% cette année selon l'Insee, qui révise une nouvelle fois sa prévision à la baisse. Le gouvernement vise une progression de 1,4% du PIB. Les mauvaises récoltes liées à la sécheresse coûteraient 0,2 point de PIB à la croissance.

Tout se paie. Un jour ou l'autre. En 2016, la reprise de l'investissement des entreprises se confirme. Il devrait progresser de 3,4%, soit 0,7 point de plus qu'en 2015. Mais ce sursaut alimenté par la mesure de suramortissement, le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) et les allègements contenus dans le Pacte de responsabilité n'efface pas les effets des années de sous-investissement. Euler-Hermes a estimé à 83 milliards d'euros le sous-investissement sur la période 2008-2015.

Résultat, le retard cumulé dans la modernisation de l'appareil productif tricolore se traduit par des performances à l'international désastreuses. Cette année, le commerce extérieur devrait retirer 0,7 point de PIB à la croissance en dépit du niveau relativement faible de l'euro face au dollar et de celui des cours des matières premières. Par ailleurs, la reprise de l'investissement des entreprises ne peut avoir des effets d'entrainement élevés pour l'ensemble de la croissance française. Il ne représente que 23% de la consommation des ménages et 12% du PIB.

La France fait moins bien que la zone euro

Dans ce contexte, le PIB augmenterait de seulement 1,2% cette année, comme en 2015. C'est 0,1 point de moins que la précédente estimation de l'Institut. C'est 0,2 point de moins que la prévision du gouvernement et de son ministère des Finances qui s'est récemment résolu à abaisser de 1,5% à 1,4% sa prévision de croissance. Pour 2017, l'acquis de croissance est de 1%.

A titre de comparaison, le consensus vise une hausse de 1,6% du PIB de la zone euro cette année. L'Allemagne afficherait une croissance de 1,8%, l'Italie, de 0,9%, l'Espagne, de 3,2%, le Royaume-Uni, de 2%.

Quels sont les moteurs de la croissance ? La consommation des ménages augmenterait comme en 2015 de 1,5%. Les dépenses des administrations publiques accélèreraient, affichant une hausse de 1,8%, contre 1,6% en 2015. L'investissement des ménages se ressaisit un peu. Il progresserait de 1,4% après avoir reculé de 0,8% l'année dernière.

Les effets de la sécheresse

A noter, les mauvaises récoltes ont un impact négatif très significatif sur l'activité. " En 2016, la production de la branche agricole reculerait nettement, de 6,3 % en moyenne sur l'année, après déjà 2,2 % en 2015. Le recul provient principalement de la production végétale, qui représente environ 60% de la production agricole et qui diminuerait de 10 % en moyenne sur l'année, après une baisse de 4 % en 2015 ", précise l'Insee qui compare le niveau de production avec celui observé en 2003, année de la dernière grande sécheresse en France.

"En 2016, la production agricole baisserait un peu moins fortement qu'en 2003 (-6,3 % contre -8,0 %), année qui avait été marquée par une sécheresse importante à l'été. En particulier, la baisse de la production végétale serait un peu moins abrupte qu'en 2003 (-10 % contre -13 %). En effet, le niveau des récoltes céréalières de 2016 serait pratiquement aussi bas qu'en 2003 mais celui des autres productions végétales serait plus élevé qu'il y a treize ans ". Au total, cette chute de la production couteraient 0,2 point de PIB à la croissance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/12/2016 à 9:51 :
L'article a tout faux, sin notre commerce extérieur va mal c'est à cause du code du travail en FRANCE :
- Si nos entreprises ne sont quasiment pas présentes aux USA, en CHINE, au JAPON, en COREE DU SUD, c'est parce que le code du travail français est trop contraignant pour investir dans ces pays.
- Si notre offre industrielle est quasiment nulle dans la machine outil et dans l'équipement, c'est parce que c'est notre code du travail qui empêche de réflécdhir et de concevoir les produits adéquats.
- Si nous possédons beaucoup moins de robots pour 100 salariés que l'ALLEMAGNE, et même que l'ITALIE, c'est que notre code du travail empêche d'embaucher des robots, qu'on ne pourrait pas licencier..

J'en passe et des meilleures...
a écrit le 16/12/2016 à 9:39 :
le gouvernement n'a rien a voir dans la baisse de la croissance:la haussedu pétrole et la rigidité de Bruxelles sont les deux facteurs handicapants!
a écrit le 16/12/2016 à 8:24 :
Attentat, grèves interminables, inondations puis sècheresse, ça faisait beaucoup pour notre pays en rémission. Malgré cela notre déficit baisse, le taux de chômage commence à baisser et l'investissement est reparti. Je pense aussi que les hausses d'impôt sont derrière nous. Bref, si en mai le nouveau locataire ne fait pas n'importe quoi et qu il n'y a pas de nouvelles crises mondiales, on devrait connaitre des jours meilleurs encore.
Réponse de le 17/12/2016 à 14:19 :
Tu crois vraiment ce que tu as écris....? Tu dois faire parti du faible pourcentage de Français qui croient aux statistiques et a la parole de nos dirigeants...
a écrit le 15/12/2016 à 21:45 :
La croissance française est encore un peu molle, mais elle n'est pas catastrophique loin de là.

Amélioration du chômage, amélioration de la compétitivité, réduction des déficits et croissance molle.

2017 sera encore mieux!

Bravo Hollande!
a écrit le 15/12/2016 à 19:59 :
Réussir à faire pire que le Royaume-Uni plombé par le brexit, faut le faire. La sécheresse a bon dos. C'est toute l'ampleur du désastre hollandais qui apparaît. Il faut d'urgence désormais une vraie politique de l'offre (pas le traitement homéopathique du CICE) pour que les entreprises investissent enfin de façon dynamique pour mettre à niveau enfin l'outil de production, notamment avec un effort considérable sur les robots.
Réponse de le 15/12/2016 à 22:30 :
Homéopathique, 40 milliards ?
Rendormez-vous.
Réponse de le 16/12/2016 à 8:25 :
Brexit? Quel Brexit?
a écrit le 15/12/2016 à 19:34 :
Comme la croissance réelle est inferieure à la croissance espérée ,comme la croissance espérée a servit à construire le budget de l'état alors nécessairement il y aura un trou qui devra etre comblé par des emprunts d'ou une augmentation de la dette Mais au point ou elle en est ,30 milliards de plus ou de moins ça se voit pas .....
a écrit le 15/12/2016 à 18:58 :
S'il n'y avait que le commerce extérieur qui est en panne. C'est la France qui est en panne, encalminée dans l'idéologie socialiste, dans le déni de réalité de ses dirigeants, dans l'incompétence des politiques plus prompts à défendre leur portefeuille de parlementaire que de travailler et de prendre des décisions bonnes pour la nation. En 2017, un seul souhait, se débarrasser de tout ces apparatchiks, ces parasites du système démocratique et avoir enfin un Président, qui préside, des Français qui travaillent, qui créent sans que les administratifs leur mettent des chaussures de plomb !
a écrit le 15/12/2016 à 18:40 :
La mythomanie de Sapin, Hollande et de l'élite de la médiocrité commence à ce voir au grand jour. Combien de mensonges avons nous écouté? Combien de budget bidon ont été voté par des élus sans cerveau. Qui a épongé les déficits? Qui en paie le prix? Nous. Pourquoi pouvons-nous pas les faire payer financièrement et pénalement de leur irresponsabilité? Car nous sommes en France. Je rappelle gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple. Mais le peuple ne décide pas de la loi électorale, du code électoral, des sanctions pour les élus, du découpage électoral, du nombre d'élus. Le peuple est spolié de ces droits et devoirs par les partis politiques, les syndicats et certaines associations.
a écrit le 15/12/2016 à 18:15 :
10 ans de droite et de gauche , ils ont été aussi mauvais , alors il faudrait peut-être arrêté le massacre et réfléchir utilement pour le bien commun .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :