Mélenchon : son programme de relance économique en cinq chiffres

 |   |  715  mots
Le programme de Jean-Luc Mélenchon comprend notamment un plan de relance financé par l'emprunt de 100 milliards d'euros pour remettre en route l'activité.
Le programme de Jean-Luc Mélenchon comprend notamment un plan de relance financé par l'emprunt de 100 milliards d'euros pour "remettre en route l'activité". (Crédits : reuters.com)
Jean-Luc Mélenchon a présenté dimanche, en direct sur Youtube, le détail de son programme économique pour la présidentielle. A contre-courant des autres candidats, il plaide pour un large plan de relance budgétaire, couplé à un soutien à la consommation par des hausses de salaires.

"Voici Esprit de campagne, l'émission de la campagne de la France insoumise, qui débute avec une spéciale pour tout vous dire sur le chiffrage du programme l'avenir en commun", lance Guillaume Tatu, ex-présentateur d'iTélé. Non, il ne s'agit pas d'une émission télévisée, mais d'un direct sur Youtube organisé par l'équipe de Jean-Luc Mélenchon dimanche pour présenter les détails de son programme économique.

Autour du candidat, ses économistes référents : Jacques Généreux et Liem Hoang Ngoc. Le premier, professeur d'économie à l'Ecole doctorale de Sciences Po, avait déjà un rôle majeur dans la campagne de 2012. Le second, économiste et conseiller Régional d'Occitanie, a quitté le PS en 2014 pour fonder la Nouvelle gauche socialiste, un parti des déçu du hollandisme, avant de rejoindre la France insoumise.

Au total, ils se sont livrés à près de 5h30 de direct pour exposer dans les détails et à leur manière l'ensemble des propositions économiques, dont voici les cinq chiffres clés.

■ 100 milliards d'euros pour un plan d'investissement financé par l'emprunt

D'inspiration keynésienne, ce programme se base sur un vaste plan de relance de 100 milliards d'euros d'investissement financé par l'emprunt. Dans le détail, ce plan se décompose en trois grands axes d'investissement. Un chèque de 50 milliards d'euros consacré à "l'urgence écologique", dont la moitié au développement des énergies renouvelables. Puis 45 milliards d'euros pour répondre à "l'urgence sociale", notamment le logement. Enfin 7 milliards sont destinés aux services publics.

Alors que la rigueur budgétaire freine la consommation et l'activité, Jean-Luc Mélenchon espère "remettre en route" l'économie avec ce plan, dont l'effet multiplicateur serait de 2 à 3, selon lui.

Le candidat a néanmoins reconnu que ce choc d'investissement ne se ferait pas sans obstacle : "On ne dépense pas 100 milliards en un claquement de doigt", a-t-il expliqué, relève l'AFP, rappelant que tout investissement devait nourrir un projet établi et solide. "Pour nous le plus difficile sera de gérer le délai."

■ 173 milliards d'euros de hausse de la dépense publique sur cinq ans

Ce plan sera accompagné d'un programme d'augmentation de la dépense publique : 173 milliards d'euros supplémentaires sur le quinquennat (soit 34,6 milliards d'euros par an).

Celui-ci est destiné en particulier à financer les hausses de salaires et le plein emploi. Le dispositif prévoit de s'atteler au chômage de longue durée via la sécurité sociale intégrale par exemple. Il s'agit alors pour l'Etat de fournir un emploi aux chômeurs en fin de droits.

■ 90% : le taux marginal de la dernière tranche de l'impôt sur le revenu fixée à 400.000 euros annuels

Pour financer de telles dépenses, il faut évidemment des recettes.

"Au-dessus on prend tout", c'était déjà la formule de Jean-Luc Mélenchon en 2012 pour vendre sa proposition de fixer un taux marginal de 100% sur les revenus supérieurs à 360.000 euros annuels.

Cinq ans plus tard, le candidat de la France insoumise réitère cette proposition phare de sa "révolution fiscale", avec une très légère souplesse. Cette fois-ci, le taux marginal serait fixé à 90% pour les revenus supérieurs à 400.000 euros annuels.

Sur le même modèle que l'impôt sur le revenu, Jean-Luc Mélenchon veut instaurer la progressivité de la CSG.

■ 25% : le taux d'impôt sur les sociétés

Jean-Luc Mélenchon compte également abaisser le taux de l'impôt sur les sociétés de 33% aujourd'hui à 25%.

La totalité de sa réforme fiscale rapporterait 190 milliards d'euros à l'Etat sur le quinquennat.

■ 6% de chômage

Toute cette relance a un objectif : faire baisser le chômage. Avec son plan, le candidat de la France insoumise table sur 2% croissance dès 2018 et 3 millions d'emplois créés. Résultat, le taux de chômage tomberait à 6%.

Ainsi, les dépenses censées dynamiser l'activité creuseraient le déficit public à 4,8% en 2018. Puis il se résorberait à mesure que le chômage baisse et que les retours sur investissements s'accumulent, pour représenter 2,5% du PIB à la fin du quinquennat. Quant à la dette, elle passerait à 87% du PIB en 2022.

Reste que ces prévisions ne correspondent à aucune de celles publiées par les organismes internationaux, français ou celles du gouvernement actuel, note l'AFP.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/02/2017 à 18:37 :
Etant économiste et ancien cadre dirigeant dans la banque, je peux vous dire que ce programme est remarquablement étudié par une équipe d'experts de haut niveau dont Mélenchon s'est entouré (lui, c'est le porte-voix). Je me limiterai à cette citation de Schopenhauer :
" Toute vérité franchit trois étapes. - D’abord, elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis elle est considérée comme ayant toujours été une évidence."

Allez ! Sortez du cadre : que risquons-nous a essayer, après 40 ans de mesures qui n'ont pas marché ?
a écrit le 21/02/2017 à 17:15 :
Ben c'est une théorie valant bien les autres puisque venant toutes de personnes n'ayant jamais produit quoi que ce soit.
Donc on veut résoudre le chômage en no 1, moi je veux bien, mais ou trouver des patrons?
Il n'y a qu'en Vendée que j'ai vu émerger des gars ou nanas venus de rien et nombreux monter de belles boites parfois mondialement connues, d'ou le chômage dont rève ce nostalgique des années 60.
Je ne suis plus dans la course, mais j'étais encore artisan je lui dirais chiche je prend des risques, je recrute, je forme, j'embauche en cdi mais tu me liquides le RSI.
On ne demande pas la lune, mais la disparition de cette connerie monumentale dont le but est de nous couler et le dégoût de penser à l'avenir, donc entreprendre.
Réponse de le 21/02/2017 à 18:20 :
Le RSI il en a parlé et c'est bien ce qu'il compte faire, à savoir le supprimer.
Réponse de le 22/02/2017 à 1:43 :
La suppression du RSI et l'affiliation des professions libérales au régime de la sécurité sociale est prévue dans le programme. Ainsi que le taux d'escompte à 0% via le pôle public bancaire pour les PME/TPE.
Réponse de le 22/02/2017 à 9:07 :
@ l'insoumis
au fond la réponse au manque d'emplois:
"Sortir de l'Euro et du RSI pour sortir les gens du RSA."
Ca ne créera pas forcément plus de richesses mais plus de justice sociale en donnant plus de ressources à ceux qui les créent.
a écrit le 21/02/2017 à 16:09 :
''''''....Au-dessus on prend tout", c'était déjà la formule de Jean-Luc Mélenchon en 2012 pour vendre sa proposition de fixer un taux marginal de 100% sur les revenus supérieurs à 360.000 euros annuels.'''''''Mais bien sur et ceux qui gagnent au dessus vont continuer à bosser alors qu'on leur prend tout !Bosser gratuit quoi pour les beaux yeux de Melenchon !La stupidité de la mesure laisse pantois .......
Réponse de le 03/04/2017 à 15:40 :
Dans plusieurs interviews, Mélenchon a dit qu'il était prêt à discuter de ce taux marginal de 100% et le descendre pourquoi pas à 95% o un peu moins...
Pour raooel :
Quand Roosevelt taxait les hauts-revenus à 91%
http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/election-presidentielle-2012/20120228.OBS2500/quand-roosevelt-taxait-les-hauts-revenus-a-91.html
Réponse de le 11/04/2017 à 22:23 :
Ah parce qu'avec plus de 360000 euros annuels vous appelez ça bosser gratuitement vous ?!
a écrit le 21/02/2017 à 11:07 :
Donc si je résume : rien, rien et rien. dépenser l'argent qu'on a pas en croyant se récupérer sur les grosses méchantes fortunes qui vont défiscaliser ou mettre leurs fonds hors France et donc ne payeront pas plus.
Je ne comprends pas qu'il y ai encore des politique comme lui, on est plus dans les années 60. et franchement 6% de chomage? il y croit vraiment?
Réponse de le 21/02/2017 à 12:24 :
Parce que Sarkozy, Hollande, eux on peut-être dépensé de l'argent qu'ils avaient... dette 2007 - 1200 milliards, dette prévu pour 2017 - 2200 milliards...
Si c'est ça votre argument contre son programme...
Réponse de le 22/02/2017 à 1:47 :
Les grosses fortunes seront taxées même si elle partent de France: chaque français expatrié se verra dans l'obligation de transmettre au fisc ses revenus ainsi que les impôts qu'il paye dans son pays d'accueil. Le fisc français comparera alors avec le montant que le ressortissant français aurait dû payer en France, et lui demandera la différence (si différence il y a, sachant qu'il n'y aura pas d'augmentation d'impôt pour les français gagnant 6000€ ou moins et que les français gagnant moins de 4000€ verront même leurs impôts baisser)
Réponse de le 22/02/2017 à 17:01 :
Est-ce qu'il compte aussi rembourser les expatriés qui paient plus d'impôts dans leur pays d'accueil qu'ils n'en paieraient en France. C'est drôle, mais j'en doute. Pourtant, ce serait logique...
a écrit le 21/02/2017 à 9:33 :
Bien sur que les organismes internationaux, les "experts" et autres ne corroborent pas les prévisions de la France Insoumise (φ): ils ne tiennent pas compte de "l'urgence écologique". A lire tous les articles, les emplois prévus sortent du chapeau de Mr Mélenchon...
Rien que sur le dossier maritime, ce n'est pas FI qui les invente mais le cluster maritime, groupement des professionnels du secteur - et pas vraiment à gauche. Alors oui, il peut y avoir 2% de croissance, et même plus, mais pour les analystes, il vous faut sortir des paradigmes et organisations actuelles...
a écrit le 21/02/2017 à 8:10 :
Monsieur peut bien promettre tout et n'importe quoi puisqu'il sait qu'il n'a aucune chance d'être élu. Si par erreur il parvenait au second tour, le FN aurait partie gagnée.
Je me rappelle bien la dégringolade en % de Mélenchon au détriment du FN, lors de la précédente campagne présidentielle.
Dans cette hypothèse, la droite voterait massivement FN.
Depuis 5 ans, Mélenchon a passé bien plus de temps à taper sur la gauche que sur la droite pour faire fructifier son commerce. Il n'est donc pas vraiment crédible pour s'opposer au FN.
Populisme de droite et de gauche, les 2 programmes se rejoignent sur de nombreux points, avec des promesses délirantes.
Pauvre France !
Réponse de le 21/02/2017 à 16:16 :
Ni le FN ni le FDG n'ont aucune chance de gouverner .Tout le monde est obsédé par la presidentielle mais le vrais pouvoir il est législatif .Pour gouverner il faut une majorité à l'Assemblée Nationnale et Melenchon et Le Pen sont trés trés loin d'avoir les 300 députés necessaires pour cela .Si ils étaient president ils serraient des presidents potiche tout juste bon à la fermer face à la majorité parlementaire ............
a écrit le 21/02/2017 à 8:07 :
Le multiplicateur est faux, celui retenu est 1.4 et non 2 ou 3.
La dernière phrase est assez drôle en effet.
Quand au : "(avec AFP)", il s'agit d'un simple copier-coller donc d'un article rédigé par un pigiste payé au lance pierre travaillant pour l'afp en freelance et fournit contre abonnement à tous les médias.
Pourquoi nous demander de payer pour lire ce qu'on peut lire en achetant un abonnement à l'AFP ou REUTERS ? C'est peut être aussi ça le pb de la presse....
Réponse de le 14/04/2017 à 17:07 :
je suis heureuse de voir l'avis d'un connaisseur; à observer ceux qui tentent de faire du tort à mélenchon en faisant croire que l'on s'endettera encore +, on comprend vite ceux qui en ont peur et à qui va plus profiter le programme de mélenchon... en tout cas je ne peux qu'écouter atentivement car sur le plan économique, j'ai beaucoup de lacunes =) en tout cas je partage complètement ses valeurs sociales et j'avoue qu'il me redonne espoir en la politique !
a écrit le 21/02/2017 à 8:02 :
Le multiplicateur est faux, celui retenu est 1.4 et non 2 ou 3.
La dernière phrase est assez drôle en effet.
Quand au : "(avec AFP)", il s'agit d'un simple copier-coller donc d'un article rédigé par un pigiste payé au lance pierre travaillant pour l'afp en freelance et fournit contre abonnement à tous les médias.
Pourquoi nous demander de payer pour lire ce qu'on peut lire en achetant un abonnement à l'AFP ou REUTERS ? C'est peut être aussi ça le pb de la presse....
a écrit le 20/02/2017 à 23:58 :
Bravo Mélenchon et la FI ! Enfin un programme économique cohérent, chiffré et ambitieux? Tout ce dont la France a besoin après dix ans de croque-morts de gauche et de droite qui ont laissé les marchés financiers faire n'importe quoi, qui ont pratiqué l'austérité, doubler le nombre de chômeurs et de pauvres et rien fait pour les pays en développement. Il est temps de sortir de cela pour de bon !
a écrit le 20/02/2017 à 22:59 :
Voilà voilà... et d'un coup le Pénélopegate ne paraît plus si grave !
a écrit le 20/02/2017 à 22:26 :
pas besoin de president faire des économies !!!!!!!
bruxelles qui décide a la place du peuples
je vote bayrou
a écrit le 20/02/2017 à 22:26 :
pas besoin de president faire des économies !!!!!!!
bruxelles qui décide a la place du peuples
je vote bayrou
a écrit le 20/02/2017 à 21:31 :
Au venezuela aussi chavez a promis n importe quoi et devinez qui en france etait ravi du cousin sud amaricain?
Maintenant que le venezuela recolte, certains oublient qui ils ont soutenu...Demain on rase tous gratis
Réponse de le 21/02/2017 à 2:35 :
C'est difficile l'économie pour vous!?! Allez faites vous une leçon d'économie gratuite en 5 heures!

Après en on reparle!

Cessez la paresse intellectuelle!
a écrit le 20/02/2017 à 19:44 :
DEPRES LES DERNIERES INFOS ?LES FRERES ENEMIES SONT INCONSILIABLE CELA ET ACTE / DONC CELA OUVRE UN BOULEVART A MACRON QUI VAS ETRE AUX DEUXIEMES TOURS ET POUR EVITE MARINE LE PEUPLE DE GAUCHE ET UNE PARTIE DE LA DROITE VAS ELIRE MACRON LE CENTRISTE . C EST DESOLENT POUR MELENCHON ET HAMON QUI NE SERONS JAMAIS PRESIDENT. CAR SI MACRON REUSSIE A CHANGE LA SOCIETE IL FERAS UN DEUXIEME MENDAT ET SERAS REELUE.. DONC HAMON ET MELENCHON LES DEUX ANES ATTACHE A LA MEME CORDE TIRENT CHACUN DANS SENS OPPOSE RESTERONS IO ANS DANS L OPPOSITION? I O ANS C EST LOMGT TANT PIE POUR EUX???NOUS AURONSLE DESTIN QUE QU ILS ONT MERITE/// ALBERT EINSTEIN///
Réponse de le 21/02/2017 à 11:33 :
pour la derniere phrase il faut lire ///ils aurons le destin qu ils ont merite///albert einstein::
a écrit le 20/02/2017 à 19:38 :
En 2012 les Français ont eu droit à de la Hollandie qui s'est terminée de 2012 à 2017 en une situation de cocufiage inégalée des électeurs hameçonnés aux promesses douteuses.
Fort de cette expérience, JL.Mélenchon et B.Hamon se disent plus c'est gros plus ça passe alors pourquoi ne pas tenter, maintenant que le passage est fait, pour les Français la seconde fois sera moins douloureuse !
a écrit le 20/02/2017 à 18:39 :
Dans ma jeunesse, la gauche s'intéressait à l'énergie, la CGT, le PC. Qui s'en occupe maintenant?
a écrit le 20/02/2017 à 18:16 :
Ce n'est pas tant le projet qui compte, c'est plutôt ce qu'il va engendrer. Et ça c'est devenu souhaitable.
a écrit le 20/02/2017 à 17:12 :
la conclusion contradictoire des 5 dernières lignes est FANTASTIQUE, mais ne donne aucun éclairage, connaissant la puissance des économistes de l'AFP
a écrit le 20/02/2017 à 17:09 :
C'est gentil de faire croire au bon peuple qu'on peut faire ce que l'on veut.
D'abord, nous sommes dans une économie mondialisée. Les talents payés plus de 400 k iront ailleurs, ou passeront 181 j par an à Brxuelle ou en Suisse.
Ensuite, nos engagements démocratiques vis à vis de nos partenaires de l'Euro. C'est Maastricht (pour lequel Mélanchon a appelé à voté pour , trop tard, fallait réfléchir avant !), on ne peut s'asseoir dessus.
Donc non, JLM, nous ne sommes pas seul sur un radeau, mais dans un univers ouverts avec des engagements passés qu'il nous faut respecter.
Ce programme est donc une foutaise Trumpiste.
Réponse de le 20/02/2017 à 18:40 :
Vous avez cette opportunité unique d'avoir le chiffrage complet du programme économique et son articulation en vidéo et vous faire une idée sans le filtre de telle ou telle ligne éditoriale ou la brièveté d'un compte-rendu supposé résumer 5h30 d'exposé et de débat contradictoire avec des journalistes économistes de BFM, Challenges, l'Humanité et du Figaro. L'univers ouvert dont vous parlez y a été évoqué. Vous pouvez ne pas être d'accord, mais parler de foutaise Trumpiste ça me paraît a minima être de la paresse intellectuelle, sans vouloir vous offenser.
Réponse de le 20/02/2017 à 22:12 :
Vous oubliez deux choses dans votre commentaire :
1) Le protectionnisme solidaire (qui n'a rien à voir avec le protectionnisme de Trump) qui fait qu'on accepte pas un libre échange incontrôlé.
2) La fiscalité à l'américaine avec un impôt universel empêchant toute fuite à l'étranger.
a écrit le 20/02/2017 à 16:58 :
« Reste que ces prévisions ne correspondent à aucune de celles publiées par les organismes internationaux, français ou celles du gouvernement actuel, note l'AFP. »
Voilà une réflexion intéressante, qui prouve bien que lorsque quelqu’un n’est pas dans la doxa, ce qu’il dit ou propose est systématiquement décrié à tort.
Il est bien évident que, dans la pensée économique dominante, le programme économique de Mélenchon parait Irréalisable. Mélenchon aura du mal à faire accepter que son programme n’est pas utopique.
Et pourtant, son équipe d’économistes, drivée par Jacques Généreux est loin d’être un groupe de fantaisistes.
Deux raisons qui lui bloquent l’accès au pouvoir.
D’abord, il n’est pas « parrainé » par les lobbys financiers, et ses gens-là ne peuvent être contournés et contraints que par un dirigeant issu d’un vote citoyen très affirmé.
Ensuite dans un autre domaine, sa vision sociale liée aux problèmes d’immigration, n’est pas partagées avec la majorité des citoyens dans l’environnement sécuritaire actuel.
Réponse de le 22/02/2017 à 10:54 :
Ben pour l'immigration, on ne peut pas investir, relancer la machine, viser le plein emploi + un pression bénéfique pour les salaires et en faire profiter des opportunistes qui en casseront tout le bénéfice.
Quand tu vois la construction de bâteaux de luxe à st Nazaire, hé bien que ceux qui sortent du chantier c'est comme le foot pro: de rares Gaulois, pourtant la région de Nantes a son cortège de chômeurs et ça touche des subventions!, pourquoi se gèner.
a écrit le 20/02/2017 à 16:40 :
Le logiciel a bien vieilli et rappelle notamment sur les dépenses et les recettes le choc de 1981 ..... qui a aboutit au grand virage de 1983 pour éviter le naufrage !!
Réponse de le 20/02/2017 à 17:29 :
Ben pas vraiment en réalité. Renationaliser les autoroutes (vaches à lait) et l'énergie (de toute façon avec les difficultés financières d'EDF il faudra y passer un jour ou l'autre). Ca s'arrête là. Comparez avec le plan de 81 en la matière...

Il faut remettre les choses en proportion. 100 Milliards d'euro d'investissement, c'est 1 point de PIB par an en plus. C'est beaucoup, mais on est loin de la révolution en la matière...

D'ailleurs, si on fait "plan fibre", Grand Paris Express et tunnel lyon Turin, on atteint déjà pour ce quinquennat 80 Mds€ (certes tout n'est pas financé par l'État). Donc je trouve ça presque modéré pour un plan de relance.

Pour la dépense publique, 173 milliards c'est sur 5 ans. 31 milliards par an, c'est moins que ce que le gouvernement actuel a prévu pour le CICE (41 Mds€ par an). Évidemment si on cumule sur 5 ans c'est énorme...

Pour la croissance du PIB plus élevée de 0,5 point par an que ce qui est prévu, c'est assez évident quand on sait comment est calculé le PIB, mais encore faut il le savoir... 1€ de dépense dans l'administration de l'État, c'est 1€ de PIB. C'est pas moi qui le dis, c'est une convention de l'INSEE. Ca a un petit côté factice je le concède.

Là - dedans, ce qui est vraiment radical c'est la taxation des revenus à 90% au dessus de 400 000€. Le reste n'a rien d'exceptionnel en réalité.
Réponse de le 22/02/2017 à 11:15 :
Ben 1981, mais aussi 1968, ont été l'époque de bonnes choses mais aussi de gràves erreurs.
C'est le fantasme de l'industrie rutilante dans le coeur des gens de gauche et droite modérée chrétienne.(cf jean Ferrat)
On produit plus et plus vite, avec moins de qualifications, donc on a besoin de travailler moins.
Mais tout le monde ne travaille pas en usine ou sur les chantiers.
Les fonctionnaires ne produisent pas plus qu'il y a 100 ans, voire moins, alors 39h, 35h 5 ème semaine c'est con.
Même la revnum n'a eu aucun effet sur eux.
Le smic remplaçant le smag (salaire plus faible que smig car le coût de la vie est moins cher) a coulé l'agriculture notre plus grande force exportatrice.
Pareil 35h c'est con.
Mais c'est vrai qu'avant l'euro nos usines produisaient de mieux en mieux, et les 35 + rtt + week-end etc ont généré une organisation encore plus rentable et rempli les poches des actionnaires.
Je sais ça choque, il n'y a que la vérité qui blesse.
a écrit le 20/02/2017 à 16:35 :
La solution consiste à reporter une partie des charges sociales des entreprises sur la consommation d'énergie des ménages et des entreprises. Il n'en parle pas. Zéro.
a écrit le 20/02/2017 à 16:30 :
Comme d'habitude, on fait miroiter au peuple que seuls les soi disant très riches vont payer alors qu'au final tout le monde sauf peut être les allocataires au RSA et autres subsides vont passer à la caisse.
Réponse de le 20/02/2017 à 16:45 :
La révolution fiscale telle que prônée par la France Insoumise abouti à ce que ceux qui gagnent aujourd'hui moins de 4000 euros/mois payeront moins d'impôt avec Mélenchon qu'ils en payent aujourd'hui; entre 4000 et 6000, pas de changement; au-delà de 6000, il faudra payer davantage qu'aujourd'hui.
Réponse de le 20/02/2017 à 17:17 :
avec l'alternance qu'on a subit vous avez raison, peut être une raison pour changer le logiciel existant, il serait d'ailleurs temps avant que ça pète dans tous les coins. Beaucoup de français sont au bord de la rupture n'arrivant pas à entretenir leur famille
Réponse de le 20/02/2017 à 17:18 :
avec l'alternance qu'on a subit vous avez raison, peut être une raison pour changer le logiciel existant, il serait d'ailleurs temps avant que ça pète dans tous les coins. Beaucoup de français sont au bord de la rupture n'arrivant pas à entretenir leur famille
a écrit le 20/02/2017 à 16:06 :
Voilà enfin un programme qui ressemble à de la politique économique et non à la soumission envers le dogme oligarchique néolibéral.

Je note l'impôt sur les sociétés en baisse de 33%, bonne idée, que pour ma part j'éliminerais excepté bien entendu pour les établissements financiers qui ne créent aucune richesse ne faisant que l'accaparer mais tout ce qui est lié aux outils de productions doit être non taxé.

Maintenant que fait on des paradis fiscaux et des 80 milliards qui échappent au fisc français à cause de l'évasion massive des milliardaires et multimillionnaires français ?

Sachant que l'europe sous domination des banquiers allemands rejettera en bloc un tel programme que fait on avec l'union européenne ?

En ce qui concerne la surveillance des dépenses publiques, dont on voit bien que les politiciens en font n'importe quoi distribuant ça et là l'argent du contribuable à leur famille ou leur réseau, indispensable donc, y songe t'il ou bien pas du tout ?

Macron c'est un flou, fillon c'est un fou mais mélenchon j'ai bien peur que ce soit un fou flou.
Réponse de le 20/02/2017 à 16:44 :
La difficulté, mais elle est immense, c'est que lorsque l'on est le seul Pays au monde ou presque à adopter ce genre de Politique, cela finit forcement par l'enfermement des citoyens derrière des frontières bien gardées avec la privation de liberté qui va avec... On a connu tout cela avant 1989.
Réponse de le 20/02/2017 à 17:19 :
Bonjour,

Sur l'UE, il est on ne peut plus clair. Plan A : Sortie des traités et renégociation de ces derniers, notamment pour autoriser la BCE à financer directement les États. Si ca ne fonctionne pas, activation du Plan B : sortie de l'UE.

Ne croyez pas qu'il sera le seul à venir plaider cette solution. Les taux remontent paraît-il ? Qu'en est-il en Italie ? Et en Espagne ? Et au Portugal ? L'Italie, 3ème puissance économique de l'UE, à nouveau étranglée par la remontée des taux, sera j'en suis sûr un allié de poids. La proposition est raisonnable, si les négociations terminent sur un échec la responsabilité sera partagée avec les Allemands. Pas sûr que ces derniers soient prêts à quitter la position tranquille qui est la leur (monnaie sous-évaluée, hinterland économique dans l'Allemagne de l'est et débouchés en France et dans l'Europe du Sud).

Je suis certain que les banquiers centraux ont des méthodes originales pour donner un gage aux Allemands et pour contenter les Franco-italiens.

Oui, la surveillance des dépenses publiques est un sujet de réflexion. Vous me direz, ce que vous avancez (financement famille ou réseau) se trouvent dans les règles du jeu de la démocratie. L'idée d'une VIème République est aussi de se débarrasser de la corruption et de ces vieilles méthodes.

M. Ozarmes : relisez l'histoire, l'URSS n'était pas seule derrière le mur, la moitié de l'humanité était dans la sphère socialiste. Les privations de liberté reposaient sur d'autres fondements, d'ailleurs ces pays sont toujours touchés par ces privations.
Réponse de le 20/02/2017 à 17:43 :
ozarmes: Votre rhétorique qui consiste à affirmer que comme tout le monde évolue dans la médiocrité générale mortifère il faut rester au sein de la médiocrité générale mortifère est épuisant en plus d'être faux et inintéressant à la base. Si vous avez envie de rester médiocre c'est vos seuls et uniques ressentiments que cela concerne, de grâce arrêtez de faire de votre cas une généralité on en est très loin, merci.

"Si ca ne fonctionne pas, activation du Plan B : sortie de l'UE."

Mettez lui bien la pression là dessus parce que je ne vois pas du tout mélenchon mettre un frexit en route, cela fait bien trop longtemps qu'il est habitué aux ronrons berçant de la politique européenne mais bon merci d'avoir répondu.

"
Ne croyez pas qu'il sera le seul à venir plaider cette solution"

Je vous crois sur paroles et du coup comme je ne vois pas les allemands céder, parce que l'allemand ne cède jamais comme on peut le constater on se dirigerait donc vers deux europe, celle du Nord et celle du sud ce qui pourrait en plus nous permettre de créer cette fameuse idée sarkozy d'une union méditerranéenne qui était une de ses rares bonnes idées.

"Je suis certain que les banquiers centraux ont des méthodes originales pour donner un gage aux Allemands et pour contenter les Franco-italiens"

Hum pour ma part je pense surtout que le gouvernement allemand est inflexible sur ses intérêts et que comme il n'a fait que nous le démontré il refusera tout ce qui entrera en conflit avec l'opinion de ses banquiers donc franchement préparez vous sérieusement à un brexit.

Merci en tout cas d'avoir répondu ça change quand même beaucoup des autres candidats favoris qui n'ont que des serviteurs serviles néolibéraux et leur prêche et autres messes permanentes.
Réponse de le 20/02/2017 à 18:52 :
@citoyen blasé
Très difficile de résumer tout ce qui est exposé dans cette émission, retransmise sur « you tube », et remarquable parce que c’est bien la première fois qu’un programme est détaillé à ce point en public. Plus de 5 heures de discussions, d’explications, c’est long.
Je suis retraité, pas spécialement partisan de Mélenchon, mais j’ai pris le temps de visionner en plusieurs fois cette émission. Pour pouvoir critiquer il faut ‘abord savoir de quoi il ressort.
S’il n’y avait qu’une séquence à recommander c’est la dernière, qui synthétise toute la partie économique, opposant le staff économique de JLM en présence de 4 journalistes, dont 2 journalistes du Figaro. Attention c’est 1 bonne heure d’écoute, mais très loin d’être ennuyeux. C’est quelquefois assez technique, mais accessible à qui s’intéresse à l’économie et à la finance.
Réponse de le 20/02/2017 à 18:54 :
Vous aurez vos réponses en visionnant le chiffrage sur youtube. Pour vous faire gagner du temps, le débat contradictoire avec les journalistes de BFM, Challenges, L'Huma et le Figaro est sur la dernière heure de l'émission. Notamment pour "l'évasion massive des milliardaires et multimillionnaires français", sera appliqué le dispositif de la commission européenne et des Etats-Unis, l'impôt universel. Tous français quelque soit l'endroit où il se trouve sera redevable de la différence d'impôt qu'il aurait dû payer en France (i.e. impôt qu'il paye dans son pays d'accueil - impôt qu'il aurait dû payer en France).
Vous admettrez tout de même que l'exercice est inédit et salutaire et qu'on en attendrait autant des autres candidat(e)s.
Réponse de le 20/02/2017 à 18:55 :
Vous aurez vos réponses en visionnant le chiffrage sur youtube. Pour vous faire gagner du temps, le débat contradictoire avec les journalistes de BFM, Challenges, L'Huma et le Figaro est sur la dernière heure de l'émission. Notamment pour "l'évasion massive des milliardaires et multimillionnaires français", sera appliqué le dispositif de la commission européenne et des Etats-Unis, l'impôt universel. Tous français quelque soit l'endroit où il se trouve sera redevable de la différence d'impôt qu'il aurait dû payer en France (i.e. impôt qu'il paye dans son pays d'accueil - impôt qu'il aurait dû payer en France).
Vous admettrez tout de même que l'exercice est inédit et salutaire et qu'on en attendrait autant des autres candidat(e)s.
a écrit le 20/02/2017 à 16:02 :
Mélanchon et son florilège de propositions foutraques.Le tout avec un égo surdimensionné. Fumeux !
Réponse de le 20/02/2017 à 17:14 :
combien de mois de réflexion poussée pour arriver à faire un tel commentaire, déplorable
Réponse de le 20/02/2017 à 18:46 :
Mais je vous en prie, les commentaires sont là pour ça. Débattons, mais argumentez s'il vous plaît. Vous avez bien évidemment suivi le chiffrage pour en tirer une telle conclusion ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :