La Chine fait plonger le cours du bitcoin

 |   |  486  mots
Parachevant l'atmosphère de débâcle, BTC China, deuxième plateforme en yuans pour le négoce du bitcoin, a annoncé jeudi soir qu'elle allait bientôt cesser tous les échanges de monnaies virtuelles sur son site.
Parachevant l'atmosphère de débâcle, BTC China, deuxième plateforme en yuans pour le négoce du bitcoin, a annoncé jeudi soir qu'elle allait bientôt cesser tous les échanges de monnaies virtuelles sur son site. (Crédits : Reuters)
Le cours de la monnaie virtuelle a perdu 17% en deux jours. Le risque d'une interdiction par les autorités chinoises des transactions de bitcoin fait fuir les investisseurs. La Chine compte pour 22% des échanges mondiaux.

BTC China, grande plateforme chinoise d'échanges de devises cryptographiques, a annoncé jeudi sa décision de cesser toute transaction, suite au durcissement de Pékin sur le bitcoin, et alors qu'un avertissement au vitriol d'une association officielle chinoise faisait plonger la monnaie virtuelle.

Les jours du bitcoin en Chine sont-ils comptés? Le spectre d'une interdiction pure et simple des monnaies virtuelles par le régime communiste a été avivée par un avertissement solennel diffusé mercredi par l'Association nationale de finance internet (NIFA). Cette organisation, supervisant en étroit lien avec le gouvernement ce secteur en constante innovation, condamne vertement les "dangers" des crypto-monnaies, ces unités créées à partir de la technologie du "blockchain" et qui s'échangent en ligne sans être régulées par aucun pays.

"Il est bon de noter que les "monnaies virtuelles" sont de plus en plus l'instrument d'activités criminelles: blanchiment d'argent, trafic de drogues, contrebande et levées de fonds illégales", assène ce texte martial posté en ligne par la NIFA.

Avant de conclure, sentencieux: "il n'existe aucun fondement légal" à l'existence des plateformes où s'échangent les crypto-monnaies.

L'effroi chez les investisseurs

Même si cet avertissement n'émane pas directement d'un régulateur gouvernemental, il a semé l'effroi parmi les investisseurs et fait dégringoler le marché. Après s'être hissée mardi à 4.350 dollars le bitcoin, la monnaie virtuelle a perdu jusqu'à 17% en l'espace de deux jours, glissant jeudi jusqu'à 3.590 dollars, selon le Bitcoin Price Index. Sur les plateformes d'échanges chinoises, la saignée est encore plus douloureuse: sur BTC China, après un pic à 27.490 yuans mardi, le bitcoin est descendu jusqu'à 16.000 yuans jeudi -- un effondrement de 36% par rapport à la clôture de mercredi soir.

Parachevant l'atmosphère de débâcle, BTC China, deuxième plateforme en yuans pour le négoce du bitcoin, a annoncé jeudi soir qu'elle allait bientôt cesser tous les échanges de monnaies virtuelles sur son site. "Après avoir examiné attentivement l'annonce des régulateurs chinois du 4 septembre, BTC China Exchange cessera tous ses échanges le 30 septembre", a-t-elle indiqué sur son compte Twitter.

Tour de vis réglementaire

Début septembre, la banque centrale chinoise (PBOC) avait en effet dévoilé un drastique tour de vis réglementaire, interdisant toute nouvelle émission de monnaies cryptographiques dans le cadre d'une levée de fonds par une entreprise. Dans le même temps, la PBOC sommait les plateformes de cesser la conversion de ces unités en devises sonnantes et trébuchantes: un coup de semonce qui avait fait chuter le cours du bitcoin en dollars de quelque 10% en l'espace d'un jour.

Les durcissements réglementaires chinois tendent à faire boire la tasse aux cours mondiaux car les deux principales plateformes fonctionnant en yuans (BTC China et Okcoin) représentent environ 22% des échanges mondiaux de bitcoins, selon le site internet de référence bitcoinity.org.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/09/2017 à 15:15 :
ça baisse.... J'achete !
a écrit le 15/09/2017 à 23:14 :
Plusieurs points sur cet article :
- le BTC a perdu 17% en deux jours ? La belle affaire, +14% sur les dernières 24h, +18 aujourd'hui. Le BTC n'est pas la bourse, les fluctuations sont rapides et imprévisibles.
- Ce n'est pas la première fois que l'état chinois fait les gros yeux, l'année dernière aussi, et pourtant les plateformes d'échanges BTC / CNY marchent toujours aussi bien. Une averse qui passera, comme les précédentes.
- Une petite note : il n'y a pas de clôture du cours du BTC, il n'y en aura jamais, les places de marché fonctionnent 24h/24, là aussi vos termes et expressions ne sont pas adaptées aux crypto monnaies.

D'une manière générale, je m'étonne que La Tribune parle de cette façon des cryptos. C'est un domaine de spécialistes et ce n'est définitivement pas votre branche.
a écrit le 15/09/2017 à 12:12 :
Le BTC est un bon moyen de commercer sans contrôle extérieur de la part des banques et des états. C'est également un bon moyen de commercer dans n'importe quel pays et sans commissions des banques. Contrôlez la monnaie et vous contrôlez le monde, on comprend bien pourquoi ça les embêtes que tout le système soit décentralisé !
a écrit le 14/09/2017 à 23:26 :
ahahah elle y reviendra, pour moultes raisons.ahahah
a écrit le 14/09/2017 à 21:55 :
"activités criminelles " ...
Comme HSBC qui blanchissait les milliards des mafieux mexicains ?
Comme toute les banques du monde, les paradis fiscaux, qui font de même ?
La crypto monnaie, la plus grande menace jamais existé pour les banques centrales.
La monnaie du peuple.
Réponse de le 14/09/2017 à 23:01 :
Les agissements des banques ? mais pourquoi les critiquer ? Vous faites pareil : de la spéculation, de la simple spéculation. Et tenter de rattacher leurs agissements aux banques centrales par une pirouette ne change rien à l'affaire. La monnaie du peuple ? XD !, Vous avez de la chance que le ridicule ne tue pas : continuez à spéculer sur du vent avec votre chaîne de Ponzi et arrêter de vouloir vous trouver des justifications morales !
a écrit le 14/09/2017 à 20:25 :
bien sur d autre plateforme vont profiter de ça car on voit bien que ça fait peur

au banque au système , le bitcoin a de l avenir c est sur , les chinois vont y revenir
a écrit le 14/09/2017 à 17:14 :
"Il est bon de noter que les "monnaies virtuelles" sont de plus en plus l'instrument d'activités criminelles: blanchiment d'argent, trafic de drogues, contrebande et levées de fonds illégales"

C'est une évidence, c'est un énième outil à la disposition de la mafia financière, c'est pas les anarchistes qui peuvent s'échanger des bitcoins à 1200 euros pièces hein...
Réponse de le 14/09/2017 à 17:52 :
Au contraire, c'est un nouvel outil qui fait flipper la mafia financiere... Preuve en est les déclaration recentes du patron de JP Morgan ;)
Ces derniers mois/années, les chinois ont massivement investi dans le bitcoin car ils avaient plus confiance en bitcoin qu'au Yuan... Voici la réponse du gouvernement chinois vexé par cet état de fait, un grand nombre de citoyens chinois a plus confiance en bitcoin qu'en leur monnaie nationale.
Et le bitcoin a 1200euros c'est largement dépassé depuis un bout de temps...
Autre scoop, le bitcoin se divise hein, vous pouvez acheter 0,000001 bitcoin si vous le souhaitez ;)
Réponse de le 15/09/2017 à 8:53 :
"Preuve en est les déclaration recentes du patron de JP Morgan ;)"

Parce que vous pensez naïvement que Morgan est sincère d'une part et ensuite il n'y a qu'un seul gars d'une seule banque qui dit cela.

"Ces derniers mois/années, les chinois ont massivement investi dans le bitcoin car ils avaient plus confiance en bitcoin qu'au Yuan..."

En effet et donc cela prouverait que ce n'est pas un outil mafieux ? Nous sommes en néolibéralisme cela fait belle lurette que les outils des anarchistes sont récupérés par la mafia, c'est la force du capitalisme ce qu'il ne peut pas détruire il l'avale.

"Et le bitcoin a 1200euros c'est largement dépassé depuis un bout de temps..."

J'ai donné le chiffre un peu au pif

"Autre scoop, le bitcoin se divise hein, vous pouvez acheter 0,000001 bitcoin si vous le souhaitez ;)"

Ca je ne le savais pas par contre, merci, et c'est plus simple du coup pour le pédophile de se payer des gamines tawainaises. C'est pas cher la tawainaise...
.

La libération via internet je n'y crois pas une seconde, ne rêvez pas, si vous croyez que nous arriverons à nous défaire des chaines sans avoir à descendre dans la rue vous allez déchanter.

Oui c'est un outil intéressant mais il n'est pas suffisant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :