La Grèce ne remboursera pas le FMI en juin

 |   |  464  mots
Athènes est pratiquement à court de fonds pour honorer sa dette et payer les salaires et les pensions de ses fonctionnaires.
Athènes est pratiquement à court de fonds pour honorer sa dette et payer les salaires et les pensions de ses fonctionnaires. (Crédits : MonFinancier.com)
Faute d'argent, le pays ne remboursera pas au FMI le 1,6 milliard d'euros prévu pour le mois prochain, a prévenu dimanche le ministre de l'Intérieur, Nikos Voutsis.

La Grèce n'effectuera pas les remboursements au Fonds monétaire international prévus le mois prochain parce qu'elle n'a pas l'argent, a annoncé dimanche le ministre de l'Intérieur.

"Les quatre versements au FMI en juin représentent 1,6 milliard d'euros. Cet argent ne sera pas donné et il n'y en a pas à donner", a déclaré Nikos Voutsis à la chaîne de télévision grecque Mega.

Privée d'accès aux marchés obligataires, alors que les aides liées au plan de sauvetages sont bloquées, Athènes est pratiquement à court de fonds pour honorer sa dette et payer les salaires et les pensions de ses fonctionnaires. Après quatre mois de discussions avec ses partenaires de la zone euro et le FMI, le gouvernement de la gauche radicale d'Alexis Tsipras est toujours à la recherche d'un accord qui permettrait de débloquer 7,2 milliards d'euros d'aides encore dus à la Grèce, ce qui lui permettrait d'éviter la faillite.

Prié de dire s'il craignait un incident de crédit si Athènes venait à manquer une échéance, le ministre a répondu : "Ce n'est pas ce que nous recherchons, nous ne le voulons pas, ce n'est pas notre stratégie. La situation est mûre pour un accord fondé sur la logique." "Nous sommes en train de discuter, sur la base d'un optimisme prudent, pour qu'il y ait un accord solide (avec les créanciers), de sorte que le pays puisse respirer; c'est le pari", a ajouté Nikos Voutsis.

Le gouvernement, a dit le ministre de l'Intérieur, est déterminé à lutter contre la stratégie d'"asphyxie" menée par les créanciers de la Grèce. "Cette politique d'austérité extrême et de chômage en Grèce doit être combattue", a-t-il dit. "Nous ne ferons pas l'économie de ce combat."

Les discussions, menées avec la Commission européenne, la Banque centrale européenne (BCE) et le FMI sur les réformes à mener en contrepartie, ont notamment achoppé sur la question des retraites et de la réforme du marché du travail.

La Grèce a fait "un pas énorme" dans la négociation d'un accord avec ses créanciers internationaux pour éviter la faillite, a estimé de son côté dimanche le ministre des Finances Yanis Varoufakis, en soulignant qu'il serait "catastrophique" pour son pays de quitter la zone euro.

"C'est maintenant aux institutions de faire leur part. Nous les avons rejointes aux trois quarts du chemin, elles doivent nous rejoindre sur un quart du chemin", a déclare le ministre lors d'une émission à la BBC.

Yanis Varoufakis a estimé qu'il serait "catastrophique" pour la Grèce de quitter l'euro. Ce serait, a-t-il affirmé, "le début de la fin du projet d'une devise commune" (Reuters).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/05/2015 à 7:58 :
hier c'était peut être ... aujourd’hui c'est non !
a écrit le 25/05/2015 à 14:36 :
La Grèce devrait se rapprocher de Goldman Sachs pour leur demander d'étudier si elle ne pourrait pas bénéficier du Chapitre 11 de la loi sur les faillites.
L'Espagne est aussi en train de virer franchement à gauche. Avec des élections législatives en fin d'année, ce pays pourrait devenir une seconde Grèce. Pour les créanciers de l'Espagne, la potion serait beaucoup plus amère, voire indigeste... Et le "Mal" (Bien?) Grec pourrait faire tâche d'huile.
a écrit le 25/05/2015 à 13:17 :
C'est un scoop? Les financiers à toujours prendre la démocratie comme le mal verront un jour leur religion remise en cause. Ce n'est que le début. Il existe des solutions au surendettement pourquoi tant de rigidité européenne?
a écrit le 25/05/2015 à 12:41 :
En milieu du 1er siècle de notre ère, un dont l’Histoire n’a pas retenu le nom, a écrit : « Tant que la mémoire de la liberté est conservée et habite le peuple asservi, il ira à sa recherche et opposera de la résistance. Mais si le mal l’emportait, et si les gens ne discouraient plus sur la manière de s’en débarrasser mais plutôt sur la manière de vivre avec moins de peine, le désastre serait total »
a écrit le 25/05/2015 à 11:40 :
La SEULE demande des grecs qui me paraîtrait acceptable et juste (mais ce n'est pas du tout ce que demandent les grecs!) serait que les pays européens prêtent aux grecs au même taux qu'ils empruntent eux-mêmes : il n'est pas normal de prendre une marge sur les grecs... pour le reste, ils doivent rembourser... ou renoncer à toute aide financière et en assumer les conséquences! De toutes façons, au départ, ils n'auraient pas du être admis dans l'Euro !!!
Réponse de le 25/05/2015 à 12:20 :
Et bien vous savez quoi ? Tout le monde s'en fout de votre avis ;)
La seule chose qui compte, c'est la loi. La dette grecque sera déclarée illégale, et donc non due !
Réponse de le 25/05/2015 à 13:13 :
Au temps des taux négatifs, la proposition équivaut à faire des cadeaux. En plus, il est normal de rémunerer les crédits d'après la capacité probable de remboursement du débiteur respectif. Quel serait l'intérêt des contribuables de se porter garant pour des crédits d'autrui sans contrepartie?
Réponse de le 25/05/2015 à 14:58 :
" Quel serait l'intérêt des contribuables de se porter garant pour des crédits d'autrui sans contrepartie?" : le meme interet que lorsque l'ile de france ne demande pas de contrepartie a la creuse. Mais continuez, vous prouvez bien que l'Europe actuellement n'est qu'un gros marché destiné a enrichir encore plus les plus riches !
Réponse de le 25/05/2015 à 15:44 :
@fxd: si jamais, il y a des transferts entre l'Ile-de-France et le Limousin, mais pas la Creuse qui se place à un niveau différent. En matière nationale, les deux élisent le même président et le même parlement. Depuis que tous les éléments d'un supra-nationalisme ont été soigneusement écartés des traités européens, ce sont les parlements de chaque état-membre qui devrait se prononcer sur leur intérêt dans un tel transfert. Le résultat n'est pas forcément pour plaire aux Grecs.
Réponse de le 25/05/2015 à 17:29 :
Le résultat n'est pour plaire a personne en fait. A part l'Allemagne, un seul pays qui a profité de l'euro ?
a écrit le 25/05/2015 à 11:06 :
Cela n'a pas l'air d'affoler les marchés... euro à 1.09 ...
A quelle moment pourra t on dire que la Grèce est en défaut de paiement ? Quand elle ne pourra plus payer ses fonctionnaires ?
a écrit le 25/05/2015 à 9:37 :
Les grecs ont malheureusement pense que voter pour ces clowns résoudrait leurs problèmes. Ça ne fera que les accentuer. Il y a une règle simple dans la vie. Quand on emprunte on rembourse. On peut rencontrer des difficultés, on en discute, on étale mais on ne refuse pas d'honorer sa signature. Les démagogues tels que Tsipras en Grèce ou Melenchon en France sont de vrais dangers pour la stabilité de leur pays.
Réponse de le 25/05/2015 à 9:59 :
" Quand on emprunte on rembourse" Et pourtant non, ça se vérifie des miliers de fois par jour dans le monde entier ! Légalement, il existe des clauses qui exonerent de rembourser. C'est le cas de la faillite, de la saisie, du défaut, c'est pour ça qu'il existe des contrats, des assurances en tous genre.

"mais on ne refuse pas d'honorer sa signature" : ça tombe bien, la signature de Tsipras c'était de sauver le peuple avant tout, et il l'honore fort bien !
Si vous parlez de la signature des précédents gouvernements, attendez un peu les résultats de la commission d'audit sur la dette, il se pourrait bien qu'une grosse partie de la dette ait été contractée illégalement au regard du droit européen.
Réponse de le 25/05/2015 à 12:24 :
"on étale mais on ne refuse pas d'honorer sa signature" : vous etes rigolo vous. Qui refuse d'honorer le contrat signé le 20 février a votre avis ?
Réponse de le 25/05/2015 à 15:27 :
@fxd: ce qui était convenu le 20 février? Pour le gouvernement grec de présenter une liste des réformes "on the basis of the conditions in the current arrangement". Mais le gouvernement grec veut imposer sa vue des flexibilités promises pour pouvoir satisfaire ses promesses électorales. This was not the deal!
Réponse de le 26/05/2015 à 8:59 :
Liste qui a été présentée le 24 février, et approuvé par la BCE et le FMI. Maintenant ce sont les 19 pays d'europe qui doivent se prononcer sur la question par voix parlementaire. Pourquoi entend on alors encore l'eurogroupe et le FMI se plaindre, alors que la Grece a rempli sa part ? A votre avis ?
a écrit le 25/05/2015 à 9:22 :
Fini le bluff ! Il en était temps !
a écrit le 25/05/2015 à 9:22 :
à la découverte de la triche avec Godman Sachs il fallait sortir le Grèce de l'Euro
On traine un boulet et on va finir au meme résultat avec des dettes en plus
Réponse de le 25/05/2015 à 10:17 :
c'est drôle, j'aurais plutôt écrit: à la découverte de la triche avec Godman Sachs il fallait sortir Goldman Sachs de l'Europe. Résultat: on se fait trainer par des boulets et on va finir au meme résultat que le peuple grec...
Question de point de vue je suppose.
PS: http://www.challenges.fr/galeries-photos/galeries-photos/20111116.CHA7051/ces-anciens-de-goldman-sachs-qui-dirigent-l-europe.html
a écrit le 25/05/2015 à 2:39 :
Dès lors que le gouvernement grec affirme, par la voix d'un de ses ministres régalien, que la Grèce ne tiendra pas ses engagements et ne remboursera pas ses emprunts, il n'y a pas à envisager de continuer à leur prêter quoique ce soit !
Et s'ils veulent le moindre prêt, à eux de démontrer :
-qu'ils seront en capacité de rembourser leurs dettes;
- qu'ils ont bien l'intention de le faire !
Réponse de le 25/05/2015 à 9:31 :
Tsipras met l'europe devant ses responsabilités. L'europe a appliqué une politique en Grece qui n'a pas marché, maitenant l'Europe doit aider la Grece, qui est un pays a part entière de l'union, pas un sous pays comme le considerent encore les allemands, nostalgiques du temps d'Otto.
Soit l'Europe donne du temps a la Grece pour rembourser en repoussant les prochaines echeances, soit elle donne de l'argent pour rembourser ces echeances. Comme on l'entends souvent dire : Il n'y a pas d'alternative. Sauf que cette fois, il n'y en a vraiment pas !
Réponse de le 25/05/2015 à 11:29 :
Fxd, qui êtes-vous?

Un extrémiste de gauche sans aucun doute. Désolé, le miracle n'existe pas. Si la Grèce ne remboursera, on arrête de lui prêter, car dette s'ajoute aux dettes. Ce pays ne remboursera jamais totalement sa dette, et pourrit notre vie depuis plusieurs année. Il faut en finir avec ce pays quoi qu'il en coûte.
Réponse de le 25/05/2015 à 12:03 :
Extrémiste de gauche ? Parce que je dresse un constat que vous meme ne contestez pas ? Puisque vous dites au final ... exactement la meme chose que moi !
Ce qui fait aussi de vous un extrémiste de gauche donc ?
Réponse de le 25/05/2015 à 13:16 :
Fxd: vous qui nous bassinez avec des "la Grèce est un état souverain" depuis des semaines vous me faites marrer avec votre "la Grèce met l'Europe devant ses responsabilités" si état souverain elle pouvait depuis longtemps dire "on se retire" ou "nous ne voulons pas de votre pognon". Vous qui accusez es autres de troller combien êtes vous payé pour défendre l'indéfendable?
Réponse de le 25/05/2015 à 14:54 :
Expliquez moi avec votre logique déficiente, en quoi un état souverain ne pourrait il pas mettre l'Europe devant ses responsabilités ?
Réponse de le 25/05/2015 à 14:56 :
"combien êtes vous payé pour défendre l'indéfendable" : je vous retourne la question, combien etes vous payés pour defendre une europe qui va a l'encontre de ses propres lois en menaçant Tsipras de représailles parce qu'il a voulu lancer un plan d'action pour les plus démunis cet hiver ? C'est ça l'indéfendable ! Continuez a vous ridiculiser en public, vous ne faites que servir mon propos !
Réponse de le 26/05/2015 à 8:10 :
Fxd: rien que pour vous, vous arguez que la Grèce est un état souverain qui n'a rien à se faire imposer par l'Europe et, par voie de conséquence peut, quant à elle, imposer à l'Europe des modifications unilatérales dans le cadre de crédits signés sous la responsabilité du politique grec. Et c'est fort bien de la part de Tsipras d'être généreux avec l'argent des autres mais nous avons aussi nos démunis. Enfin, me ridiculiser? Je serais curieux de savoir combien pensent comme moi, un part ridicule du peuple grec je vous l'accorde.^^,,
Réponse de le 26/05/2015 à 9:01 :
"Je serais curieux de savoir combien pensent comme moi" Parce que vous appelez ça penser ?
a écrit le 24/05/2015 à 22:59 :
"Athènes est pratiquement à court de fonds pour honorer sa dette et payer les salaires et les pensions de ses fonctionnaires" : C'est un peu mal formulé. La Grece a l'argent pour un des deux, mais pas les deux. Le choix pour Tsipras est vite fait, c'est ce qu'il répète depuis son élection : le peuple d'abord !
Réponse de le 25/05/2015 à 10:30 :
A part que ce choix vite fait est aussi un choix à courte vue. Le défaut de paiement au FMI fait que plus personne ne prêtera un sou à la Grèce et donc que même si fonctionnaires et pensions sont payés en Juin, ils ne le seront probablement plus ensuite sauf sortie de l'€ et réintroduction d'une monnaie nationale... ce qui revient ni plus ni moins qu'à les payer en monnaie de singe.
Réponse de le 25/05/2015 à 11:18 :
Dans un monde complexe, les choix vite faits sont souvent mal réfléchis. a en croire les journaux, le tourisme en Grèce qui avait bien profité de ses chances après le recul de l'Afrique du Nord, se ralentit car les touristes étrangers ne sont plus certains de trouver de l'argent dans les caisses automatiques. C'est mettre 20% du PIB grec en danger. Choisir d'abord le peuple veut dire mettre de l'ordre dans son pays pour que chacun puisse en profiter au mieux, et ne pas laisser filer ceux qui ne payent pas d'impôts.
Réponse de le 25/05/2015 à 12:05 :
"même si fonctionnaires et pensions sont payés en Juin, ils ne le seront probablement plus ensuite sauf sortie de l'€ et réintroduction d'une monnaie nationale" : vous oubliez une solution pourtant évidente. Avec un excédent primaire la grece n'a pas besoin de nouveau prêt en cas de défaut !
a écrit le 24/05/2015 à 19:14 :
Tant qu'on fera semblant de croire que la Grèce pourra rembourser, on se fera des cheveux blancs et on perdra du temps...et de l'argent... La restructuration de la dette grèque est inévitable. Et ce n'est plus une question de morale ni même de justice depuis longtemps.
Réponse de le 25/05/2015 à 9:43 :
Si l'Allemagne n'avait pas été aussi a cheval sur "les regles" ( qu'elle impose elle meme au passage), le probleme aurait été resolu depuis 5 ans, et cela nous aurait evité une perte de plus de 200 milliards d'euros. Mais les gouvernements qui jouent avec l'argent public ne sont pas responsables de leurs actions. Tant que ça durera, nous seront les perdants !
Réponse de le 25/05/2015 à 10:33 :
Personne ne demande à la Grèce de rembourser du jour au lendemain, seulement d'arrêter de creuser sa dette, sur laquelle elle ne paie presque pas d'intérêt.
Réponse de le 25/05/2015 à 12:08 :
"Personne ne demande à la Grèce de rembourser du jour au lendemain" : si, par exemple le FMI ou la BCE.

"seulement d'arrêter de creuser sa dette" : alors vous allez être content, c'est le cas depuis plusieurs mois ! Excédent primaire, dépenses en baisses, rentrées fiscales en hausse !

"sur laquelle elle ne paie presque pas d'intérêt" : 16% des dépenses de la Grece partent pourtant en interets. Effectivement, ce n'est presque rien !

Par pitié, arrêtez de parler sans savoir !
Réponse de le 25/05/2015 à 13:41 :
"Par pitié, arrêtez de parler sans savoir " --> j'ai l'impression que vous suivez l'évolution du problème grecque d'assez loin , l'excédent primaire dont vous parlez n'existe plus depuis l'arrivée au pouvoir de la gauche , la raison en est simple , les grecques ne payent plus l'impôt foncier, par exemple . La gauche ayant promis la suppression de cet impôt les Grecques ont décidé de ne plus le payer , une promesse est une promesse :-)) Ils préfèrent planquer leur "euro" plutôt que de payer l'impôt
Si vus voyagez en Grèce, essayez de demander une souche fiscale dans un resto ( Nécessaire pour justifier une note de frais par exemple) vous allez bien rire (jaune)
Réponse de le 25/05/2015 à 14:50 :
"j'ai l'impression que vous suivez l'évolution du problème grecque d'assez loin" : Je suis entrepreneur en Grece, donc je suis le problème d'assez pres ;)

"l'excédent primaire dont vous parlez n'existe plus depuis l'arrivée au pouvoir de la gauche" : L'excedent primaire pour le premier tiers 2015 est de 2,103 milliards d’euros, le double de la meme époque en 2014. On dirait que vos chiffres sont faux.

"La gauche ayant promis la suppression de cet impôt les Grecques ont décidé de ne plus le payer" : Il n'y a que vous pour vouloir payer un impot supprimé, effectivement !

"essayez de demander une souche fiscale dans un resto" : il y a de fortes chances pour que vous l'ayez systematiquement, d'ailleurs si ce n'est pas le cas vous avez le droit de partir sans payer, c'est affiché dans tous les restaurants. Par contre en France, c'est deja moins systématique si vous payez en liquide !

Allez Patrickb, arrête, on a reconnu le style inélégant, plein de fautes de logiques, et totalement ignorant de la réalité grecque !
Réponse de le 25/05/2015 à 20:38 :
1- "En tenant compte des dernières estimations faisant état d'un déficit budgétaire substantiel pour le moment, il faut donc des mesures crédibles pour transformer ce dernier en surplus et maintenir ce surplus dans l'avenir", Remarque faite par Monsieur Blanchard du FMI ce lundi 24 mai 2015 Je confirme donc qu'il n'y à plus d'excédent primaire
2- "La gauche ayant promis la suppression" ---> Il faut lire tous les mots , c'était une promesse, les grecques ne sont pas naïfs au point prendre pour argent comptant des PROMESSES , ils appliquent les lois avant qu''elles ne soient votées :-))
Réponse de le 25/05/2015 à 21:39 :
Les autres personnes ici présentes auront évidemment compris que le "déficit budgétaire" s'applique au budget inclus le service de la dette, donc rien a voir avec la présence ou non d'un excédent primaire. En fait il confirme juste ce que le titre de l'article présent expose précisement : "La Grèce ne remboursera pas le FMI en juin".
Réponse de le 25/05/2015 à 22:18 :
"Je confirme donc qu'il n'y à plus d'excédent primaire" : vous confirmez. Pourtant tout le monde confirme le contraire, les autorités grecques, meme les médias français, c'est dire. On constatera donc la désinformation du FMI ou son incompétence, au choix !

En l'occurence, le monde, daté de ce matin : "Les chiffres du budget de l’Etat grec pour les quatre premiers mois de l’année (janvier-avril) ont été annoncés, lundi 25 mai, à Athènes par le ministère des finances. Le chiffre le plus scruté, notamment par les créanciers du pays (Fonds monétaire international, Commission et Banque centrale européennes) sera sans nul doute celui du solde primaire, c’est-à-dire avant remboursement des intérêts de la dette : en l’occurrence, les comptes de l’Etat grec sont excédentaires de 2,103 milliards d’euros. Il y a un an, sur la même période, l’excédent primaire se chiffrait à 1,046 milliard d’euros."

"Il faut lire tous les mots , c'était une promesse" : Oui, c'était une promesse, tenue, puisque personne n'a reçu d'avis d'imposition pour l'ENFIA. Donc aucune raison de le payer en avance, n'est ce pas ? Donc ce n'est surement pas la cause d'une prétendue disparition de l'excédent primaire.

Bref, Patrickb, vous racontez n'importe quoi une fois de plus !
Réponse de le 25/05/2015 à 22:21 :
"Il faut lire tous les mots , c'était une promesse, les grecques ne sont pas naïfs au point prendre pour argent comptant des PROMESSES , ils appliquent les lois avant qu''elles ne soient votées :-))" : C'est peut être clair dans votre tete, mais pour les autres, c'est relativement illisible. Donc non, je le répète, les grecs ne vont pas payer pour un impôt qui jusqu'a preuve du contraire a été supprimé, ce que vous dites est ridicule !
a écrit le 24/05/2015 à 19:07 :
Ne remboursera pas le FMI mais, en +, a besoin de l'argent européen pour payer ses fonctionnaires et pensionnés. Ahurissant dans le contexte actuel où la plupart des pays passe à la pension à 67 ans car peine à maintenir la protection sociale. En résumé, Européens crachez pour la Grèce, Etat souverain qui veut bien votre argent mais n'en a rien à cirer des mesures appliquées chez vous et si vous n'êtes pas contents allez vous faire voir chez qui???
Réponse de le 25/05/2015 à 9:17 :
"Athènes est pratiquement à court de fonds pour honorer sa dette et payer les salaires et les pensions de ses fonctionnaires" : C'est un peu mal formulé. La Grece a l'argent pour un des deux, mais pas les deux. Le choix pour Tsipras est vite fait, c'est ce qu'il répète depuis son élection : le peuple d'abord !
Réponse de le 25/05/2015 à 13:20 :
Voilà qui me rassure, la Grèce n'a qu'à refuser d'honorer ses dettes et elle pourra payer ses fonctionnaires et pensionnés, tout le contraire de ce qui est annoncé par la gouvernement. Merci de votre éclairage.^^,,
Réponse de le 25/05/2015 à 14:53 :
Vous avez des problèmes de compréhension, la mouette.
"Les quatre versements au FMI en juin représentent 1,6 milliard d'euros. Cet argent ne sera pas donné et il n'y en a pas à donner" : l'annonce du gouvernement est plutôt claire, comment arrivez vous a comprendre le contraire ?
Réponse de le 25/05/2015 à 19:18 :
Lu sur ce meme site : "Athènes a l'argent pour payer les salaires mensuels de ses fonctionnaires ainsi que les pensions cette semaine, a déclaré le porte-parole du gouvernement Gabriel Sakellaridis lors d'une conférence de presse"
a écrit le 24/05/2015 à 18:41 :
Bravo.
a écrit le 24/05/2015 à 14:52 :
Dans ce monde ultra pressé par la réactivité instantanée qu'impose le manichéisme digital, l'on bavasse sur quels seront les premiers créanciers pas remboursés. Stupide faux fuyant !
a écrit le 24/05/2015 à 14:33 :
> La Grèce a fait "un pas énorme" dans la négociation d'un accord avec ses créanciers internationaux pour éviter la faillite, a estimé de son côté dimanche le ministre des Finances Yanis Varoufakis, en soulignant qu'il serait "catastrophique" pour son pays de quitter la zone euro.

Énième rappel : un pays ne fait pas faillite. La faillite, c'est pour les agents privés.

Un pays fait défaut, sur tout ou partie de sa dette.

Auquel cas, des banques peuvent, elles, faire faillite…

À part ça, combien de fois depuis 2008 nous a-t-on annoncé la fin de la "crise"?

Évolution du PIB par habitant (monde) depuis 1960:
www.manicore.com/documentation/energie_graph8.jpg

Terminé, les ressources abondantes et bon marché. On commence à taper dans le dur.
Réponse de le 25/05/2015 à 10:36 :
Si la Grèce ne rembourse pas le FMI, techniquement elle est en défaut.
a écrit le 24/05/2015 à 14:31 :
"Athènes est pratiquement à court de fonds pour honorer sa dette et payer les salaires et les pensions de ses fonctionnaires" : C'est un peu mal formulé. La Grece a l'argent pour un des deux, mais pas les deux. Le choix pour Tsipras est vite fait, c'est ce qu'il répète depuis son élection : le peuple d'abord !
a écrit le 24/05/2015 à 14:12 :
Pour éviter à la Grèce de se retrouver à nouveau dans cette situation, sortir de l’euro mais pas seulement, sortir aussi du système financier des réserves fractionnaires et mettre en place un système de monnaie souveraine (actuellement au stade de projet en Islande), travailler sérieusement dans tous les domaines et rapidement si possible.
a écrit le 24/05/2015 à 13:30 :
1) rien n'interdit à la Grèce d'émettre des obligations. Le problème, c'est que même dans la catégorie "junk", personne n'en voudra. 2) on se doute bien que sans l'argent du contribuable, les temps vont être plus durs....un peu comme si on arrêtait les allocations diverses et variées en France :-) Donne un poisson à un homme, tu le nourris pour 1 jour; apprend lui à pêcher, tu le nourris pour la vie (proverbe chinois). Pourquoi me fatiguer à pêcher puisque les contribuables européens le font pour moi (proverbe grec) et en plus ils sont irrationnels, car il n'enlèvent même pas les arêtes:-) :-)
Réponse de le 24/05/2015 à 21:52 :
Changez de refrain! Votre manque d'arguments intelligents et intelligibles finissent par lasser... Il n'y a aucune pensée personnelle dans vos propos alimentés par le culte béat de notre merveilleuse Europe!
Réponse de le 25/05/2015 à 12:28 :
Oreste on ne sait pastrop si vous essayez de culpabiliser des gens qui en ont marre de se faire voler sur leur dos ultra exploite par des tricheurs patentes ou si vous etes nostalgique du bon vieux temps auquel cas je vous suggere un petit sejour a riga ou un musee fait la comparaison des deux ideologies reenchantees du debut de siecle dernier en terme d efficacite
Réponse de le 25/05/2015 à 17:30 :
"exploite par des tricheurs patentes" vous parlez de Schauble ?
a écrit le 24/05/2015 à 13:28 :
Mieux vaut se couper un bras que la tete.
Et peut etre qu'il est deja trop tard...

Bonne chance a tous.
a écrit le 24/05/2015 à 13:14 :
meme le tres compatissant Spiegel pense que la grece est encore loin du compte en matiere de reformes, c'est dire...
http://www.spiegel.de/wirtschaft/soziales/griechenland-innenminister-stellt-iwf-zahlung-in-frage-a-1035367.html
a écrit le 24/05/2015 à 13:12 :
Il n'y a rien de nouveau. Curieux que cela soit le ministre de l'intérieur qui en parle.
"Cet argent ne sera pas donné et il n'y en a pas à donner" N'y a t-il pas une erreur de traduction ?
D'où sortent les E 1.6 Mlds à payer au FMI ? Selon une autre source on trouve des chiffres beaucoup plus élevés (pour juin, E 5.2 en Tbills et E 1.4 Mlds à la BCE et rien au FMI), ce qui serait en ligne avec les E 7 Mlds pour parer au plus pressé.
Quels sont les bons chiffres ?
Cordialement
a écrit le 24/05/2015 à 13:12 :
"Ce serait, a-t-il affirmé, "le début de la fin du projet d'une devise commune" (Reuters)."

Formulation malhonnête. L'euro n'est absolument pas une monnaie commune, c'est une monnaie unique. L'existence d'une monnaie commune présupposerait que les Etats membres possèdent leur propre monnaie.
Réponse de le 25/05/2015 à 12:09 :
C'est vous qui etes de mauvaise foi. Pour quelle raison commune impliquerait unique ?
a écrit le 24/05/2015 à 13:09 :
quelle surprise, ils n'ont plus un kopeck et ne payent que par des jeux de bonneteau!
la pression est desormais maximale sur la grece, meme si varoufakis tente d'impliquer tt le monde!
il pourra payer ses retraites, et augmenter le nombre de fonctionnaires en augmentant leurs salaires... il lui suffira d'emettre de la drachme!
Réponse de le 25/05/2015 à 9:47 :
La Grece a fonctioné avec sa propre monnaie pendant plus de 4500 ans, je pense qu'ils s'en sortiront !
Et vous savez le coté positif d'emettre de la drachme (En plus de payer les salaires) ? Ca dévaluera la monnaie, rendant le travail en Grece plus competitif, les prix plus attractifs pour le tourisme et les exportations. Pas bete hein ?
Réponse de le 25/05/2015 à 12:23 :
Oui ils se debrouilleront tres bien avec la dra chme
Leur pb c est qu ils importent tout et ne produisent rien et qu avec les camions de fric de l europe ils ont pris gout a la cobsommation
Souhaitons leur de se remettre le plus vite possible ca leur permettra de rembourser leurs dettes en suspend
Réponse de le 25/05/2015 à 12:56 :
"importent tout et ne produisent rien" : ça c'est votre interprétation. La vérité c'est qu'on aura surement moins de gadgets chinois effectivement, et plus d'exportation, donc une balance commerciale surement bien plus équilibrée. Ne vous en faites pas, les grecs ne sont pas mort de faim pendant 4500ans, y'a tout ce qu'il faut sur place ;)
Réponse de le 25/05/2015 à 12:57 :
"ils ont pris gout a la cobsommation" : dixit le bon franchouillard dont les peripheries des villes du pays sont d'immenses zones commerciales !
Réponse de le 25/05/2015 à 13:28 :
John, que du bonheur, vive un grexit. IL est vrai que rendre le travail en Grèce plus compétitif va être grandement facilité (combien gagnent les travailleurs Grecs par mois aujourd'hui, je ne parle pas des sinécures fonctionnaires et pensionnés???)^^,,,,,
Réponse de le 25/05/2015 à 14:51 :
"combien gagnent les travailleurs Grecs par mois aujourd'hui" : 2 travailleurs sur 3 touchent moins de 700€ par mois.
Réponse de le 26/05/2015 à 13:38 :
Fxd, comme à votre habitude, vous prenez ce qui vous intéresse pour, pauvrement, faire écho de l'intervenant. Pathétique mais, dans le cas présent, combien dans mon sens puisque je sous-entendais qu'une devise dévaluée n'arrangerait pas la compétitivité des travailleurs grecs déjà payés moins que le français moyen. Pour la sinécure pensions et fonctionnaires grecs, je vous attends toujours, quoi que, vous déplacez tellement de vent que vous devriez faire carrière dans l'air conditionné.^^,
Réponse de le 26/05/2015 à 16:00 :
"une devise dévaluée n'arrangerait pas la compétitivité des travailleurs grecs déjà payés moins que le français moyen" : si vous me disiez que vous etes trop pauvre pour acheter une renault, qu'il faudrait en baisser le prix, et que je vous réponde, mais non les renault ne sont pas trop chère pour vous, regardez, c'est moins chère qu'une audi. Ce serait idiot comme raisonnement n'est ce pas ? Maintenant relisez votre commentaire et vous comprendrez que vous avez un déficit logique assez prononcé !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :