Marielle de Sarnez, éternelle députée européenne

 |   |  239  mots
A Bruxelles et Strasbourg, Marielle de Sarnez est surtout connue pour rester dans la ligne du groupe de l'Alliance des Libéraux et Démocrates Européens, dont est membre le MoDem.
A Bruxelles et Strasbourg, Marielle de Sarnez est surtout connue pour rester dans la ligne du groupe de l'Alliance des Libéraux et Démocrates Européens, dont est membre le MoDem. (Crédits : POOL New)
La carrière de cette Parisienne de 66 ans, nommée ministre déléguée aux Affaires européennes, se confond avec celle de son mentor : François Bayrou. A Strasbourg, où elle siège au Parlement européen, elle s'est fait connaître pour défendre ardemment le traité CETA avec le Canada.

A l'UDF, on les savait inséparables depuis toujours. Marielle de Sarnez, qui vient d'être nommée ministre déléguée aux Affaires européennes, a pourtant débuté sa carrière politique à une époque où le président du MoDem, François Bayrou, simple député des Pyrénées-Atlantiques, était encore très loin d'avoir réussi à évincer ses concurrents pour accéder à la tête du parti centriste, le dernier en date ayant été le Savoyard Bernard Bosson au début des années 1990, décédé il y a deux jours.

À Strasbourg depuis 1999

Mais depuis l'époque où son mentor avait été fait secrétaire général de l'UDF en 1991, ils ne se sont jamais éloignés. Élue sur sa liste aux élections européennes de 1999, elle ne quittera plus les rangs du Parlement européen, tout en restant la cheville ouvrière des transformations successives du parti devenu, au terme de plusieurs mues, le MoDem.

A Bruxelles et Strasbourg, Marielle de Sarnez est surtout connue pour rester dans la ligne du groupe de l'Alliance des Libéraux et Démocrates Européens, dont fait partie le MoDem. Membre de la commission du commerce internationale, elle s'est notamment distinguée, parmi les députés français, pour sa défense véhémente du traité CETA avec le Canada contre lequel s'était élevée une large frange de ses compatriotes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/05/2017 à 21:47 :
Le traité Ceta est globalement favorable aux 2 parties, ce n'est pas lui le problème hormis certains aspects environnementaux dont il faut mieux analyser les éventuelles conséquences. Ce qui pose problème ce sont quelques point comme les tribunaux d'arbitrages pas encore réglé de manière tout à fait satisfaisante. Mais d'une manière générale les accords commerciaux sont généralement favorables à tout le monde. Il n'y a donc pas lieu de le traiter de manière "binaire" totalement pour ou totalement contre.
a écrit le 19/05/2017 à 11:20 :
"pour sa défense véhémente du traité CETA avec le Canada contre lequel s'était élevée une large frange de ses compatriotes".

Dont Nicolas Hulot d'ailleurs.
a écrit le 18/05/2017 à 16:00 :
Et c'est bien cela le problème majeur de notre union européenne, cette oligarchie qui y est implantée depuis des décennies et qui ne fait qu’ajouter du conservatisme à la rigidité oligarchique.

Tout ces gens s'entretiennent entre eux au plus hauts postes de décisions qui font qu'ils sont totalement déconnectés des réalités tout en votant des Lois favorisant leurs réseaux.

Mais qu'est-ce qu'on attend pour se révolter en fait ?
Réponse de le 18/05/2017 à 17:12 :
Vous avez raison , un club de carriéristes forcenés .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :