Allemagne : pourquoi Angela Merkel est-elle si généreuse envers les réfugiés ?

 |   |  1682  mots
Acceuil des réfugiés à Munich le 6  septembre.
Acceuil des réfugiés à Munich le 6 septembre. (Crédits : Reuters)
Le gouvernement fédéral allemand met 6 milliards d'euros sur la table pour l'accueil des réfugiés. La chancelière a plusieurs raisons de se montrer généreuse.

La générosité allemande à l'égard des réfugiés ne se dément pas. A l'issue d'une réunion de crise entre les trois partis de la coalition (CDU conservatrice, CSU bavaroise et SPD social-démocrate), le gouvernement fédéral a annoncé qu'il mettait, pour l'année 2016, 3 milliards d'euros à la disposition des Länder pour gérer l'arrivée massive des réfugiés du Moyen-Orient, s'accordant lui-même directement 3 milliards d'euros.

Des sommes importantes

Un plan de 6 milliards d'euros n'est pas anodin dans la mesure où il représente près de 60 % des dépenses supplémentaires prévues initialement dans le budget fédéral de 2016. Cette crise migratoire a donc cette première vertu de contraindre l'Allemagne à dépenser plus. C'est une bonne nouvelle pour l'ensemble de l'Europe, même si les sommes mises sur la table n'auront sans doute pas un impact macro-économique de grande ampleur. Reste cependant que, dans un pays où l'Etat investit trop peu, de l'aveu même de la fédération patronale, la BDI, ces dépenses supplémentaires sont sans doute un signe positif.

La construction de 150.000 hébergements permettant de passer l'hiver est ainsi prévu par l'Etat fédéral. A cela s'ajoute près de 300.000 logements qui seront construits par les communes. Ces dernières bénéficieront d'un financement privilégié par la banque publique KfW, banque dont le refinancement est garanti par l'Etat fédéral. Bref, l'Allemagne redécouvre décidément l'importance de l'investissement public.

La réaction de l'opinion publique

Angela Merkel prouve, en tout cas, une nouvelle fois, qu'elle est prête à mettre le prix de l'accueil des réfugiés. Pourquoi une telle générosité ? D'abord, parce que c'est une attente de l'opinion allemande. Cette dernière s'est réveillée bien avant la fameuse photo de l'enfant mort sur une plage turque. Car l'été outre-Rhin a été marqué par une série d'attaques contre les centres de demandeurs d'asile, principalement dans l'ex-RDA et plus précisément en Saxe. Ces attaques ont été décisives dans la réaction de la population allemande qui est naturellement fort sensible à ce type de comportements.

Stratégie d'Angela Merkel

Angela Merkel, comme à son habitude, a suivi ce mouvement spontané de sa population. C'est, chez elle, une stratégie courante. En 2011, elle avait ainsi réagi à l'explosion de Fukushima en engageant une sortie rapide de son pays du nucléaire, faisant ainsi oublier qu'en octobre 2010, elle avait fait adopter une loi pour prolonger la durée de vie des réacteurs nucléaires. Dans le cas des réfugiés, l'attitude d'Angela Merkel a donc été la même. Et l'on a pu alors voir soudain la presse allemande la plus conservatrice, celle qui se laissait aller volontiers à la xénophobie, appeler au soutien aux réfugiés. Le mouvement d'opinion s'est amplifié et Angela Merkel s'est montrée parfaitement en phase avec lui.

Opportunité européenne

Pour Angela Merkel, cette politique était aussi une opportunité en termes de politique européenne. D'abord, en prenant le contre-pied de la plupart des dirigeants européens, elle apparaissait comme le défenseur des réfugiés sur le Vieux continent. Les photos de la chancelière brandie par les réfugiés l'ont prouvé. Ceci lui permettait, une nouvelle fois, de donner le ton en Europe. Dans sa foulée, d'autres dirigeants se sont lancés dans des démonstrations d'ouverture aux réfugiés, le plus caricatural étant sans doute le Premier ministre finlandais qui a annoncé accueillir chez lui des réfugiés. Angela Merkel a donc pris l'initiative, ce qui va lui donner, dans les négociations européennes à venir, un avantage certain.

Redorer l'image du pays

Par ailleurs, l'occasion était trop belle pour la chancelière de redorer le blason de son pays. L'Allemagne apparaît désormais comme un modèle d'ouverture, de générosité et de solidarité. C'est un changement total d'image par rapport à l'image d'égoïsme et de dureté qu'elle avait pu acquérir dans la crise grecque. C'est aussi l'occasion pour Angela Merkel de faire oublier l'indifférence complète qui a prévalu - et qui prévaut encore largement - concernant la gestion de la crise migratoire par les deux principaux pays frontaliers, l'Italie et la Grèce. C'est aussi une manière de faire oublier que l'Allemagne ne participe pas aux actions militaires sur le terrain et a toujours refusé d'y participer. Au final, il ne restera que cette image de l'accueil enthousiaste des réfugiés à Munich, tranchant singulièrement avec les violences hongroises, les hésitations françaises et l'hostilité britannique. Lundi 7 septembre, Angela Merkel a affirmé que « ceux qui ont aidé ont transmis une image de l'Allemagne dont nous pouvons être fiers. » Là encore, l'Allemagne, en gagnant la bataille de la communication, est en position de force pour imposer sa solution dans les mois qui viennent. Du reste, ce changement d'image peut également jouer de tout son poids dans d'autres négociations, notamment celle de la réforme de la zone euro.

Considérations économiques

A ces considérations politiques s'est ajouté, évidemment un élément économique. La situation démographique allemande est alarmante et le pays a besoin d'habitants. On voit que la reprise de la consommation allemande, si elle est réelle, demeure faible au regard de la situation de l'emploi et des augmentations de salaires consenties. L'Allemagne a clairement besoin d'un apport massif de population jeune et prompte à consommer. Ces 800.000 migrants sont donc une bénédiction pour l'économie allemande. D'autant que 46 % des employeurs allemands ont des difficultés à recruter.

Dans le plan décidé dimanche soir, le gouvernement fédéral a donc décidé de faciliter l'accès des migrants au marché du travail. Le délai au-delà duquel ils pourront faire de l'intérim a été avancé de quatre à trois mois. Les équipes des agences pour l'emploi seront renforcés pour proposer des emplois ou des formations aux migrants. Mais il n'est pas certain que cette question soit centrale dans la décision d'Angela Merkel d'ouvrir les frontières allemandes. En effet, la majorité des migrants ne pourront pas immédiatement combler les manques de main d'œuvre qui existent aujourd'hui et qui concernent majoritairement de la main d'œuvre qualifiée (plus de la moitié des raisons de la difficulté d'embauche selon une étude de Manpower). En revanche, Angela Merkel est, depuis longtemps, favorable à une politique d'immigration plus active pour préparer l'avenir, car la crise démographique commencera réellement en 2025. Cette crise pourrait permettre de favoriser une plus grande ouverture qui deviendra nécessaire.

Numéro d'équilibriste avec la droite

Mais il convient de ne pas oublier l'ambiguïté de la situation d'Angela Merkel. Fondamentalement, depuis 2005, la chancelière mène une politique d'équilibriste en recentrant la CDU, son parti, tout en maintenant dans son giron l'aile la plus conservatrice de la droite allemande. Toute la politique européenne de l'Allemagne traduit ce jeu subtil qui a été, un temps, exacerbé par l'émergence d'Alternative für Deutschland (AfD), parti ouvertement eurosceptique. Ce numéro se poursuit. D'un côté, la chancelière a pu, en prenant le train de l'opinion, désamorcer une critique virulente de la droite, au risque pour cette dernière de se retrouver confondue avec les violences nationalistes. AfD, qui, en juin, a durci son discours sur l'immigration, sera sans doute la première victime de la situation actuelle. Depuis fin août, le parti est donné à 3 % des intentions de vote, contre 5 % avant l'été.

Les gages données à la droite bavaroise

Mais Angela Merkel ne doit pas, pour autant, s'aliéner cette droite. Or, la CSU bavaroise a commencé à faire preuve de mauvaise humeur. Son président, aussi ministre-président de la Bavière, Horst Seehofer, aurait ainsi, dimanche, demandé à Angela Merkel de « faire cesser le flux » des réfugiés. Angela Merkel a donc donné des gages à sa droite dans le plan fédéral pour les réfugiés. Ainsi, le statut de « pays sûr » a été accordé à la Macédoine, l'Albanie et le Kosovo, permettant de refuser toutes les demandes d'asile des ressortissants de ces pays et d'expulser tous ceux qui l'ont obtenu jusqu'à présent. Pour la CSU, il y a en effet le risque que des migrants économiques des Balkans ne viennent se mêler au flux des réfugiés moyen-orientaux.

Par ailleurs, les réfugiés n'auront pas, comme jusqu'à présent, droit à de l'argent liquide, mais à des aides en nature. Là aussi, c'est une réponse aux critiques populistes de la CSU. Enfin, la durée de suspension des mesures d'expulsion en cas de rejet des demandes d'asile a été raccourcie de six à trois mois. Bref, Angela Merkel tente de maintenir la colère de la CSU qui, elle, est attisée par le fait que la Bavière est en première ligne. Et, déjà, l'on peut voir une certaine ambiguïté : les scènes d'accueil à Munich ne traduisent sans doute pas entièrement le sentiment de toute la Bavière, haut lieu conservateur du pays.

La nécessité de la solution européenne

Angela Merkel, qui avait prévenu que l'ouverture des frontières était « une mesure temporaire », doit donc trouver rapidement une solution européenne à la crise. On comprend qu'elle ait plaidé tout au long de la semaine dernière pour « une répartition européenne » des migrants. En réalité, il n'est pas certain que la chancelière puisse, une fois l'enthousiasme des premiers jours retombé et les critiques de sa droite relancées, maintenir sa politique actuelle d'ouverture. Il lui faut donc rapidement utiliser sa position de force acquise ces derniers jours pour imposer des « quotas » à l'ensemble des pays membres de l'UE. Paradoxalement, les principaux obstacles à cette politique devraient être les pays d'Europe centrale, traditionnellement les principaux alliés de Berlin, comme on l'a vu encore dernièrement dans la crise grecque.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/09/2015 à 12:52 :
assez bonne analyse.
Reste à rajouter:
1. Le "Sonderweg" allemand dans ce domaine va approfondir les frictions et contradictions au sein de l'UE. Sous l'angle d'une hégémonie quelconque c'est contre-productif pour Berlin, parce que hégémonie signifie aussi que la poule tient ses poussins ensemble.
2. Le SPD a été encore une fois complètement écarté.
3. Il est malheureusement faux que l'Allemagne n'aurait pas participé "aux actions militaires sur le terrain et a toujours refusé d'y participer." La Bundeswehr a participé dans la guerre du Kosovo et en Afghanistan. Malheureusement elle soutient aussi les interventions impérialistes de la France en Afrique soit avec des moyens logistiques ou au moins politiquement.
a écrit le 10/09/2015 à 15:56 :
Pour avoir souvent critiqué ici-même le parti pris antiallemand de M. Godin ces derniers mois, je dois admettre que cet article-là est plutôt neutre, équilibré et dans l'ensemble pertinent. Il y est dit que certes l'Allemagne pourra tirer un bénéfice de cette immigration, que oui, Mme Merkel a su suivre et amplifier le mouvement de la population en faveur des réfugiés, oui une partie de la droite allemande peut être populiste, mais ni la sincérité de l'accueil chaleureux des Allemands, ni l’ampleur des moyens déployés pour être à la hauteur de cette générosité ne sont contestés. Il reste bien sûr les incertitudes de l'avenir et l'équation politique à résoudre par la chancelière n'est pas simple mais pour l'heure, force est de constater que l'Allemagne a été exemplaire et dans ce domaine comme dans d'autres, elle est -que cela plaise ou non- un modèle à bien des égards. Ce que M. Godin pourrait ajouter est que si cela se passe ainsi de l’autre côté du Rhin, c’est aussi parce que les Allemands dans leur grande majorité se sentent bien dans leur identité ; après 70 ans de travail continu de mémoire, ils retrouvent une ‘’fierté sereine’’, loin des clichés indignes que certains internautes, certes marginaux mais particulièrement actifs, véhiculent à longueur de commentaires dès que les articles se réfèrent à l’Allemagne. A en croire leurs esprits faibles, ce pays aux infrastructures publiques en ruines, serait peuplé d’une part de vieillards nostalgiques du Reich, de l’autre de cohortes de prolétaires en haillons faisant la queue à la soupe populaire avec pour couronner le tout une classe politico-économique sans scrupules qui passerait son temps à calculer la meilleure façon de ‘’couler’’ tous les pays qui les entourent…En distillant de telles inepties, ce n’est pas à l’Allemagne qu’ils font mal, mais à notre pays.
a écrit le 10/09/2015 à 14:13 :
Cette pétaudière a été comme souvent allumée par les US. Citons le géopolitologue Thomas Barnett :
Le problème était que le mouvement antimondialiste ne correspondait à aucun ennemi en particulier. Pour remédier à ce manque de cible concrète dans le camp de l’adversaire, nous avons tout simplement décidé d’attribuer le plus grand rôle du méchant à l’Islam radical. »

Et ce grand humaniste de poursuivre :

« Seule la mondialisation pourra amener à la paix et à l’équilibre dans le monde. Pour qu’elle fonctionne sans faille, quatre flux permanents devront être assurés :

1) Le flux illimité d’immigrés (afin de déconstruire les peuples et cultures de part et d’autre)
-> Ainsi, selon Barnett, aucun peuple ne pourra s’opposer à ces flux migratoires, qui, pour l’UE, devront être décuplés.

2) Le flux illimité de pétrole, de gaz et d’autres ressources
-> Toujours selon Barnett, avec la mondialisation, les peuples et les États ne pourront plus disposer de leurs matières premières, qui seront privatisées, internationalisées et commercialisées de la manière la plus lucrative.

3) Les flux de crédits et d’investissements en échange de flux de bénéfices
-> Selon les plans de Barnett, les banques nationales, les ressources et matières premières devront échanger sur la base de crédits Dollar. Ainsi, les États n’auront pas la possibilité d’intervenir en défaveur des bénéfices américains.

4) Le flux illimité de forces de sécurité américaines vers des marchés régionaux (« export of US-security services to regional markets ») -> Aucun État, Gouvernement ou Nation ne pourront s’opposer aux missions militaires US. »

Ah oui, sans oublier que nous avons à faire à un pacifiste :
« Mais si [nos adversaires] venaient à s’opposer à ce nouvel ordre mondial, j’exigerai : tuez-les !“ (« …I say: Kill them ! »)
a écrit le 10/09/2015 à 3:57 :
Romaric Godin ferait-il de l'Allemagne bashing? Car il essaye de nous démontrer que les Allemands sont méchants avec les pauvres Grecs, et que les Allemands profitent des pauvres migrants, etc...

Il devient de moins en moins crédible, car heureusement que l'Allemagne est là pour aider ceux qui le méritent vraiment.
Réponse de le 10/09/2015 à 13:10 :
Elle se fait passer pour un pays respectable envers les migrants, mais au fait, elle reçoit les migrants, elle fait le tri pour retenir ceux qui leur conviennent le mieux, puis elle envoie vers les pays limitrophes comme la France par exemple, les migrants économiques..........si on peut appeler cela,....l'Allemagne est là pour aider ceux qui le méritent vraiment !!!!!!!! Pour ma part, je reconnais une chose certaine, c'est que l'Allemagne domine l'Europe à sa convenance.........
Réponse de le 10/09/2015 à 22:42 :
Si la France se trouvait dans une situation économique comparable que l'Allemagne... C'est la faute a qui ? Aux "immigrés"?
Ou bien aux français qui veulent toucher des prestations sociales a gogo ... travailler jusque 60ans tout au plus ...et que l'Etat leur pré-mâche tout ...
a écrit le 09/09/2015 à 16:41 :
Serte l'Allemagne a le courage de faire quelque chose du fait de cette migration non voulus.... Bien, mais l'Allemagne ne connais pas bien se type de migrants, elle en reveindra.... Lors des colonies, l'Afrique travailler et ete assez prospère, 60 ans apres cela a bien changer, cela est du principalement à ses habitants.... Pose vous la bonne question ( pourquoi une telle déchéance ) . Bien dans tous les cas si nous ne souhaitons voir toute la misère du monde venir cher nous ( ils n'y a pas assez de place) , il me semble important de garder nos frontiere terrestre et maritime.... Il est important de réagir évité car ses migration on mis à mal l'intégration Europeen, ensuite cela apporte un fort mécontentement des Europeen les plus démunis....
Réponse de le 10/09/2015 à 22:45 :
Informez-vous, il y a des millions de personnes d'origine turque en Allemagne ...
Réponse de le 11/09/2015 à 16:48 :
@Rogger l'Allemagne a des millions de Turcs sur sol ... de plus la colonisation n'était pas "positive" , sauf pour les colons. Et ne ramenez pas cela à un problème "ethnique", car prenez un métis,, il peut devenir président des usa . Quant à la misère, l'Afrique a un milliard de fois plus de richesses naturelles que l'Europe, mais devniez qui en profite et pourquoi ?
a écrit le 09/09/2015 à 16:41 :
Serte l'Allemagne a le courage de faire quelque chose du fait de cette migration non voulus.... Bien, mais l'Allemagne ne connais pas bien se type de migrants, elle en reveindra.... Lors des colonies, l'Afrique travailler et ete assez prospère, 60 ans apres cela a bien changer, cela est du principalement à ses habitants.... Pose vous la bonne question ( pourquoi une telle déchéance ) . Bien dans tous les cas si nous ne souhaitons voir toute la misère du monde venir cher nous ( ils n'y a pas assez de place) , il me semble important de garder nos frontiere terrestre et maritime.... Il est important de réagir évité car ses migration on mis à mal l'intégration Europeen, ensuite cela apporte un fort mécontentement des Europeen les plus démunis....
a écrit le 09/09/2015 à 10:17 :
à @papafox: on estime que seulement un tiers des refugiés a la qualification pour trouver un travail en Allemagne, mais personne ne sait si ce travail est disponible dans la région à laquelle sera attribué le refugié en question et pour combien de temps il restera, une connaissance suffisante de la langue allemande étant un obstacle évident pour certains.
a écrit le 09/09/2015 à 9:12 :
Attention aux fautes d'orthographe SVP !
"La construction de 150.000 hébergements permettant de passer l'hiver est ainsi prévuE par l'Etat fédéral. A cela s'ajouteNT près de 300.000 logements qui seront construits par les communes."
a écrit le 08/09/2015 à 23:14 :
C est trop simplet de vouloir expliquer la position de l Allemagne par un intêret démographique ou "la" solution au "problème" du manque de main d oeuvre.
Il faut se rapeller qu il n y a pas une seule famille en Allemagne qui n´a pas etre confrontée à l exil et qui n a pas dû acceuillir des réfugiés après la guerre, expulsés de leurs terres. 10 millions de réfugies déferlant de l Est en 1945 qu ils ont du accueillir et nourir alors que le pays etait en cendre.
Ca tout le monde s en rapelle tres bien. C est l´ histoire contemporaine qui explique en premier lieu la politique actuelle.
Réponse de le 09/09/2015 à 8:36 :
... peut être un tri sélectif des migrants en Allemagne ... on ne sait pas tout !
Réponse de le 13/09/2015 à 16:50 :
Vous êtes naïf... Comme l'a rappelé le sociologue Jean-Pierre Le Goff, la politique n'est jamais une affaire de sentiments. Si des hommes politiques allemands ont décidé, secondés par les médias, de CREER une vague de sympathie pour les immigrés clandestins (vague tout à fait nouvelle, car il y a un problème de réfugiés depuis plusieurs années, avec des drames en série, et c'est seulement maintenant qu'une indignation générale apparaît), c'est pour des raisons géopolitiques. Tout cela a été annoncé par certains depuis des années. Lisez (sur Wikipedia, par exemple) le programme du stratège américain très influent Thomas Barnett : il pense que faire progresser la globalisation est dans l'intérêt des USA (et de la suprématie du dollar). Comment ? En menant une guerre impitoyable aux pays fermés et totalitaires (d'où les guerres en Irak, Libye, Syrie...) et en favorisant le mélange des populations par l'immigration et l'échange de capitaux.
a écrit le 08/09/2015 à 18:59 :
Tiens, il n'est plus question de diktat allemand ? Il n'est plus question de l'Allemagne qui profite honteusement de sa puissance ? Deutschland n'est plus l'ennemi des peuples ?
Les fins connaisseurs de ce blog vont nous expliquer que tout cela n'est qu'un calcul sournois pour profiter du malheur des autres.
a écrit le 08/09/2015 à 18:32 :
a GUILLOU 44. J ai combattu ( certes à mon modeste niveau ) le courant de pensées ( auquel vous me prêtez des sympathies ) certainement plus que vous ne l'avez fait. Le simple fait d'utiliser le procès d'intention à l'encontre de quelqu'un qui ne partage sa propre opinion est une signature en soi. Petit rappel : le procédé était très prisé en Union Soviétique. Comme quoi les extrémismes appellent les mèmes procédés.
a écrit le 08/09/2015 à 13:47 :
Y a des millions de chomeurs et de gens très pauvres en Allemagne, mais non elle veut accueillir des gens ! Grosse erreur politique ! Ou c'est une stratégie pour avoir les voix des gauchistes et faire baisser les salaires ??
Réponse de le 13/09/2015 à 9:52 :
En Allemagne il n'y a pas tellement de chômeurs, il y a surtout des travailleurs pauvres, parfois très pauvres, bien qu' ils travaillent à temps plein. "Grâce" aux "réformes" néolibérales Haartz (ou quelque chose comme ca) imposées en 2000. Alors, en raison de la sous-natalité allemande, il leur manque pas mal de travailleurs pauvres. Ce vide sera comblé par les immigrés qui -bien que parfois très qualifiés- n'arriveront pas à faire reconnaître leurs qualifications et qui travailleront (une fois la langue apprise) en fournissant un travail de qualité et en étant payés comme des manoeuvres
a écrit le 08/09/2015 à 11:24 :
Contrairement à l Allemagne, la france n est pas en recul demographique, détient des chomeurs a la pelle et verse des aides sociales à tour de bras aux etrangers qui se retrouvent avec des revenus superieurs aux français qui se levent le matin pour aller travailler. Chercher l erreur
Réponse de le 08/09/2015 à 12:03 :
Vous rigolez ? Les Allemands ne font plus d'enfant. Il y a un fort recule démographique et la précarité est devenu la norme depuis les années 90.
Réponse de le 08/09/2015 à 12:17 :
Il y a une énorme différence avec l’Allemagne. Les réfugies/clandestins en France n'ont pas le droit de travailler; Il n'y a donc aucun avantage économique à les recevoir. ceux-ci ne font découvrir que le système passif à recevoir des avantages numéraires et en nature sans aucune contre-partie. Mes ancêtres Italiens ne sont pas arrivés en France pour ne rien y faire. Il y a un drame humain; On peut le traiter avec intelligence ce qui n'a apparemment plus notre pays.
a écrit le 08/09/2015 à 10:08 :
On se demande pourquoi des réfugiés, pourquoi la Syrie, pourquoi une telle débauche de moyens, pourquoi tant d'esbroufe...
a écrit le 08/09/2015 à 8:48 :
Ici 24000 migrants accueillis en 2 ans, par là 12000.... Il en arrive un million par an... Où vont les autres?
a écrit le 08/09/2015 à 8:25 :
La générosité de l’Allemagne est elle due au déficit démographique, et au manque de main d’œuvre ???
a écrit le 08/09/2015 à 8:11 :
Au moins ils ont un dirigeant qui a une pensée structurée et une vison MT
Réponse de le 08/09/2015 à 12:22 :
Pensee structuree ???? Jouer au bisounours parce qu'on a peur de se faire traiter de nouveau nazi n'est pas structuré, non. Flatter, inciter cet appel d'air qui pousse des migrants a se mettre en danger n'est pas structuré non plus
Et on va attendre 2 ans d'immigration au meme rythme et regardera alors quelle sera la position allemande.
a écrit le 08/09/2015 à 6:45 :
Tout d'abord, sur le plan économique tous ces "Réfugiés" ( migrant, qui était lui-même le politiquement correct de clandestins, n'étant plus assez politiquement correct ) ne sont PAS qualifiés. Le ministre de l'intérieur a lui-même avoué qu'il y a 15-20 % d’illettrés parmi ces derniers et qu'il y a de nombreux mineurs, alors que le système éducatif manque déjà d'enseignants.

De plus, un pays ne se résume pas à son économie ! Il a une identité, une culture, une histoire. Or cet afflux massif de clandestins majoritairement musulmans de surcroît , presque toutes les femmes sont voilées, va poser de très très gros problèmes culturels et identitaires, n'en déplaise aux bureaucrates de Bruxelles, dans un avenir très proche ! L'absence de traitement de ces questions par l'Europe depuis des années est à l'origine de la flambée des identitaires et de l'extrême droite.

Merkel semble aussi oublier que de nombreux terroristes en herbe de l'État Islamiques se glissent dans cette foule.
Et pour finir ,son histoire de quota pour en imposer à toute l'UE est une niaiserie totale, avec l'espace Schengen ils peuvent se déplacer comme bon leur semble dans l'UE. Elle a crée un appel d'air en les accueillants, qu'elle assume maintenant !


PS : On peut aussi s'interroger sur la quasi absence de Chrétiens dans ce flux, alors que ceux-ci subissent un génocide de la part de l'état Islamique.
Réponse de le 08/09/2015 à 8:09 :
+1
Réponse de le 10/09/2015 à 22:50 :
-1000000...
Ramassis de clichés et de propos basés sur l'ignorance et la peur ....
a écrit le 08/09/2015 à 6:21 :
C'est bon de savoir le parti pris de l'auteur de l'article qui qualifie la droite allemande de "populiste".

L'Allemagne a une vision à court terme, elle a besoin de main d'oeuvre, donc sous des couverts de christianisme béat, elle prend tout ce qui lui passe sous la main.

Cependant, il ne faut pas oublier que c'est elle même qui déclarait il y a quelques années que le multiculturalisme est un échec.

Les allemands s'en mordront les doigts mais ce sera trop tard. Lorsque la culture allemande sera rejetée car les nouveaux arrivants n'auront pas envie de l"intégrer, lorsque les délits, crimes, viols, connaitront une hausse spectaculaire, ils déchanteront bien vite.
Quand on voit que dans certaines villes certaines allemandes peuvent se mettre toute nue dans certains parcs, l'arrivée de certaines cultures va vite faire déchanter tout ca.

L'Allemagne est finie, et l'Europe par la même occasion.

Si certains prévoient des lendemains heureux, je leur prédis le contraire.

Tout ça ne fait que commencer.
Réponse de le 08/09/2015 à 10:24 :
Encore un revanchard connme Steglitz et Varoufakis.
a écrit le 07/09/2015 à 22:43 :
Bon alors tout ça c'est la faute aux casques à pointe ?
a écrit le 07/09/2015 à 22:40 :
Il faut un culot monstre, voire du cynisme pour oser parler de la " générosité" de madame Merkel. Cette dame, au coeur sec, n est animée que par des motifs économiques et idéologiques bien éloignés des considérations morales que le monde politico-médiatique essaie de nous vendre.
Réponse de le 08/09/2015 à 10:26 :
Le cœur sec d'une femme qui a connu la terreur du parti que vous semblez representer.(antiliberal)
a écrit le 07/09/2015 à 22:09 :
Surtout, cette arrivée massive de migrants est une aubaine pour le patronat allemand, qui trouvera là une main d'oeuvre facile à exploiter, corvéable à merci pour un salaire de misère (les travailleurs peu qualifiés allemands qui mènent cette vie depuis de nombreuses années commençaient peut-être à réclamer leur dû, mais malheureusement pour eux le patronat a trouvé la solution pour les maintenir dans la précarité et calmer leurs ardeurs - cette technique ne date pas d'aujourd'hui).
Enfin, compte tenu des éléments ci-dessus, on peut se demander si ce déplacement à grande échelle de population (et in fine la guerre qui en est à l'origine) n'est pas commandé par le patronat (allemand, ...) dans l'anticipation des bénéfices qu'il compte en tirer.
a écrit le 07/09/2015 à 22:03 :
Les quotas sont un formidable leurre puisqu'une fois "accueillis" les migrants/réfugiés iront librement où ils veulent ! éclat de rire !

Sommes nous assez stupides pour ne pas voir la manip de Merkel qui ne conservera que les immigrés qui intéressent sa population vieillissante ?
a écrit le 07/09/2015 à 20:15 :
L'Allemagne est une véritable société solidaire qui peut accueillir des réfugiés dont une bonne partie sont des personnes cultivées. La solidarité bureaucratique française ne fait que fabriquer une solidarité de façade où les assistés se repaissent égoïstement aux mamelles de l'Etat. Elle n'est pas capable d'accueillir des réfugiés et de partager temporairement, seulement capable d'accueillir des clandestins ayants droits. Et elle n'en peut plus.
Réponse de le 08/09/2015 à 11:37 :
Merci, au moins un commentaire qui ne réprend pas les slogans du FN.
a écrit le 07/09/2015 à 20:14 :
Bon article sur le sujet : Pourquoi l’immigration est bénéfique pour l’Allemagne, et pas forcément pour les autres pays europeens. http://wp.me/p6AWWx-
a écrit le 07/09/2015 à 18:48 :
Le pragmatisme allemand ne se laisse pas prendre en défaut, le pays a compris qu'il avait besoin d'une nouvelle main d'oeuvre pour continuer son expansion économique.
Réponse de le 07/09/2015 à 22:12 :
OUI et surtout que l'Allemagne a échoué en fin de compte à faire venir de la main d'œuvre du sud de l'Europe ni de l'est.
IIl faudra bientôt systématiquement renvoyer en Allemagne les "réfugiés" acceptés par elle et qui vont reprendre leur immigration vers la France après GROSSE DECEPTION.
Réponse de le 13/09/2015 à 10:00 :
Et, comme le mentionne Godin, de s'assurer en prime un blanchiment de son image. D'une pierre, deux coups! Il est fort probable que l'Allemagne profitera de cette nouvelle image de pays "solidaire" "humaniste", "de valeurs", etc. pour promouvoir bientôt encore plus de rigueur, encore plus de démantèlement de l'Etat-providence, encore plus de soumission des autres pays européens à ses diktats...
a écrit le 07/09/2015 à 18:43 :
Opération de com de l'Allemagne. Désinformation complète sur le nombre de réfugié accueillis. En effet l'Allemagne ne vas pas accueillir 800 000 réfugiés. Vous parlez de l'Allemagne comme l'eldorado de l'immigration par rapport à la France!!!! Donnez nous un comparatif migratoire sur les 10 dernières années ( immigration légal et illégal) entre l'Allemagne et la France et vous verrez que ceux qui accueil le plus de migrant Africain n'est pas l'Allemagne, mais la France. Parlez du problèmes de natalité en Allemagne, il manque +- 300 000 personnes par ans pour le renouvellement de la population., afin d'assuré leurs retraites. De plus nous verrons si la générosité Allemande concerne tous les réfugiés, ou si seulement les plus diplôme les intéressent , les autres allez voir ailleurs. De plus comme énoncé dans l'article le gentil Allemand ne montre pas le bouts de sont née pour la lutte contre " le terrorisme ou les horribles dictature", les Français le font si bien ( soldats et argent compris). Alors vous comprenez les leçons de morale !!!!
a écrit le 07/09/2015 à 18:38 :
car pour AM ce n'est qu'une main d'oeuvre malléable à souhait que les employeurs pourront payer encore moins cher que les 8 millions de salariés gagnent moins de 8 euros brut de l’heure en Allemagne. Du dumping social pur et dur.
Réponse de le 07/09/2015 à 19:11 :
Quand même curieux que ces réfugiés ne prolongent pas leur voyage jusqu'en France, pays du smic généreux !
a écrit le 07/09/2015 à 18:04 :
Comme d'ordinaire chez RG une analyse informée et équilibrée. A force de surfer avec dextérité sur la vague des événements, Angela finira-t-elle par aborder sur la rive ou par plonger ? Si le marasme naisant en Chine s'accentue, la puissance exportatrice allemande pourrait bien trébucher sérieusement. Et là on verra peut-être l'étoile Angela pâlir dans un ciel glacé.
Réponse de le 08/09/2015 à 7:55 :
Merkel est un vrai obstacle au progrès politique, économique et social en Europe. Espérons que sa politique ruine l'Allemagne avant que elle ne ruine les autres pays.
a écrit le 07/09/2015 à 16:48 :
Les Allemands qui trouvaient leur salaire misérable vont pouvoir bientôt le diviser par 2. L'Allemagne future Chine du monde? et pourquoi pas! Ils ont le sérieux, les compétences, la volonté que nous leur envions... ils ne leur restaient plus qu'a trouver la main d'oeuvre a deux balles... c'est fait
a écrit le 07/09/2015 à 16:04 :
C'est intéressant de voir de quelle manière Merkel offre des moyens à des extra-communautaires et pousse toujours aussi fort les intra-communautaires à se serrer la ceinture. Et je serais en charge de l'agriculture en France, je m'inquiéterais de voir la pression à venir sur les coûts de production se profiler avec tous ces futurs ramasseurs de patates ou découpeurs de carcasses. Car il y a peu de chances qu'il y ait nombre de diplômés du supérieur parmi les réfugiés accueillis. Bref, Merkel continue sur sa lancée d'Europe allemande.
a écrit le 07/09/2015 à 14:16 :
Pourquoi Romaric Godin est-il si hargneux envers les allemands ?
Réponse de le 07/09/2015 à 15:39 :
Parce que les allemands donnent beaucoup de leçons aux autres mais ne pensent généralement qu'à leur gueule.
Hier ils reprochaient à l'Europe du Sud ses déficits tout en en profitant bien via leurs exportations.
Aujourd'hui ils mettent en scène leur générosité envers ces migrants, alors qu'en fait leur venue les arrangent plutôt bien, politiquement comme économiquement.
Cet article le rappelle très bien : Si le sort de ces réfugiés les soucient tant que ça, où étaient les allemands quand il s'agissait de stabiliser les frontières sud de l'Europe ?
Et on ne peut pas vraiment dire qu'ils soient trop occupés à l'Est, où malgré la puissance économique allemande ce sont plutôt les USA qui font le boulot...
Réponse de le 07/09/2015 à 15:44 :
il les déteste
Réponse de le 10/09/2015 à 15:33 :
@tom L' Allemagne est un pays sous occupation américaine, le double paradoxe de l' Allemagne est d'être à la fois un pays puissant industriellement, absent de la scène géopolitique et donc incapable de se libérer du joug américain.. Mais il n'est pas le seul !
a écrit le 07/09/2015 à 14:15 :
Une grande partie des populations des ex-pays communistes sont hostiles a un quota de migrants ( l'ancien territoire de la R.D.A. en tete). Ces pays ne sont pas des pays d'immigrations, mais d'emigrations...un paradoxe difficilement comprehensible. L' Allemagne ( ex de l'Ouest) a certes un probleme demographique mais montre un bel exemple d'accueil de ces refugies. La peur, la meconnaissance de ''l'autre'' et une certaine '' propagande des partis nationalistes'' comme en Hongrie, renforce ces sentiments de rejet d'une bonne partie des populations. Je suis expatrie dans un de ces pays et je constate la '' paranoia entretenue'' de beaucoup d'hommes politiques sur ce sujet.
a écrit le 07/09/2015 à 14:13 :
le fabuleux modèle allemand a trouvé les remplaçants des travailleurs pauvres d'allemagne de l'est...
Evidemment que les portes sont grandes ouvertes pour maintenir la pression salariale sur les autres.
les industriels allemands en seront grandement reconnaissants à Mama Merkel...
Réponse de le 07/09/2015 à 16:21 :
Exactement, voilà qu'arrive de la main d'oeuvre très bon marché qui se mettra en concurrence avec les travailleurs allemands qui verront les salaires baissés tout simplement. En Espagne, si vous allez du côté d'El Ejido où se trouvent des milliers de serres de fruits et légumes, vous y verrez une grande majorité d'ouvriers étrangers qui acceptent de travailler dans des conditions épouvantables en faisant des heures à "rallonges" pour souvent 3 euros de l'heure. Les espagnols acceptent des salaires deux fois inférieurs aux nôtres et ne font pas 35H. Un smic temps complet correspond à un smic mi-temps en France. Quant à nous, français, c'est aussi ce qui risque de nous arriver car tous ces pauvres gens vont eux aussi vouloir un emploi et je vous parie qu'un grand nombre de grandes entreprises les prendront. Sans même chercher bien loin, regardez sur nos chantiers (Cadarache par exemple) et vous y verrez des ouvriers venus des pays de l'est ! Et ça, beaucoup de français ne s'en rendent même pas compte. Mais le jour où ils subiront à leur tour ; que se passera-t-il ?
Réponse de le 07/09/2015 à 16:50 :
Au cas où vous ne le sauriez pas: il y a un salaire minimum en Allemagne, d'ailleurs légèrement supérieur au Smic français. Quand aux salaires dans l'industrie, la chimie et de nombreuses autres branches, ils sont strictement encadrés par les conventions salariales et accords de branche. Un ouvrier chez Daimler gagne plus qu'un prof francais, quelle que soit son origine ethnique.
Réponse de le 07/09/2015 à 19:00 :
le smic allemand va être progressivement mis en place et le sera (peut-être) définitivement pour l'ensemble des branches en 2017, son taux horaire est de 8.50 euros brut de l'heure, nettement inférieur au smic français en vigueur.
Dans les branches ou le smic a été appliqué, de nombreuses astuces ont été trouvé par des employeurs allemands pour le contourner, par exemple en ne payant plus les heures supplémentaires. Daimler profite d'un bon nombre d'intérimaires payés à 8.50 euros bruts de l'heure sur ses chaînes de montage. Un reportage réalisé en caméra caché par ARD l'a d'ailleurs montré et a fait scandale en Allemagne.
a écrit le 07/09/2015 à 13:50 :
Je pense qu'elle fait une grossière erreur........tous ces migrants vont entrainer du racisme........et malheureusement, on sait très bien ce que racisme veut dire en Allemagne !!!!!!! Tous les gouvernements se voilent la face, en faisant comme si de rien n'était.....mais ils oublient une chose.....c'est simplement que l'islam veut conquérir l'Europe.................
a écrit le 07/09/2015 à 13:42 :
Augmentation population :
France:
2009 : 64,70 M
2010 : 65,02 M +0,32 million
2011 : 65,34 M +0,32
2012 : 65,68 M +0,34
2013 : 66,03 M +0,35
Allemagne :
2009 : 81,90 M
2010 : 81,78 M -0,12
2011 : 81,80 M +0,02
2012 : 80,43 M -1,37
2013 : 80,62 M +0,19
Donc l'Allemagne a une économie différente, une population de plus en plus vieillissante et aura de plus en plus un problème pour payer ses retraites.
Par contre, cela explique la politique européenne qu'elle nous a imposé.
Sans natalité, elle a effectivement pu imposer une récession qui lui a profité.
Ne pas investir et diminuer les dettes, c'est facile lorsque la population stagne.
Pas besoin d’investir dans de nouvelles infrastructure ou de les modifier, puisque le trafic, piéton, ferroviaire, routier, aériens augmente pas ou peu.
Berlin n’a pas besoin d’un grand Paris.
C'est plus compliqué pour la France, avec 350000 nouvelles bouches en plus par an.
Ca explique aussi, en partie le chômage bas en Allemagne et très élevé en France.
Ca n'excuse pas la politique française qui connaît les données du problème depuis des dizaines d'années.
C'est pour ceux qui n'avaient pas encore compris comment l'Allemagne a arnaqué l'Europe.
Les autres nations qui ont apprécié le choix allemand et l'ont défendu, sont le Danemark et l'Autriche, qui ont comme par hasard, eux aussi, une natalité presque en berne, tout s'explique!
Le problème masqué des retraites allemandes restent et s'aggrave avec le temps, et va peser de plus en plus sur la facture, donc Merkel fait le pari d'augmenter sa population artificiellement pour sauver son système de retraite.
C’est un choix audacieux, surtout avec les nationalistes allemands qui montent en puissance.
Ce pari est risqué, mais gagnable si l'intégration est parfaitement réussie!
Si la France encaisse +350000/an.
L’Allemagne, avec une population totale supérieure de 22% à la notre, et une natalité en berne, a de la capacité à absorber des réfugiés.
Raisons pour lesquelles la France et l’Allemagne ne peuvent aborder le problème des réfugiés de la même façon !
a écrit le 07/09/2015 à 13:36 :
L'Allemagne a les moyens de sa politique, alors que le système social français, en faillite, est financé par les emprunts publics !
a écrit le 07/09/2015 à 13:29 :
Quand un pays voit son taux de précarité et de pauvreté augmenter d’année en année et que d'un seul coup vous aidez les autres cela s'appelle de la trahison envers votre peuple. N'oublions pas "Charité bien ordonnée commence par soi même" après nous aurons tout le loisir de prendre en main le reste du monde et de donner des leçons...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :