La production industrielle allemande dans le rouge fin 2015

 |   |  210  mots
la production industrielle a connu en fin d'année une traversée du désert, a reconnu dans un communiqué le ministère allemande de l'Economie.
"la production industrielle a connu en fin d'année une traversée du désert", a reconnu dans un communiqué le ministère allemande de l'Economie. (Crédits : © China Stringer Network / Reut)
La production industrielle, secteur clé de l'économie allemande, a baissé de 0,8% au quatrième trimestre. Elle pâtit du ralentissement de plusieurs marchés émergents.

L'industrie allemande a mal terminé l'année 2015 avec un recul de 1,2% sur un mois de la production en décembre, une nouvelle déconvenue, selon des chiffres publiés mardi 9 février. Sur l'ensemble du quatrième trimestre, la production accuse une baisse de 0,8%, selon ces chiffres provisoires et corrigés des variations saisonnières. Pour décembre, les analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset attendaient une hausse de 0,4% de cet indicateur très suivi.

En novembre, déjà, la production, secteur clé de l'économie du pays, avait déçu, mais la baisse de ce mois n'est finalement pas ressortie aussi marquée qu'annoncé initialement, a précisé l'Office fédéral des statistiques (-0,1% contre -0,3% annoncé le mois dernier).

L'impact du ralentissement chinois

Il n'en reste pas moins que "la production industrielle a connu en fin d'année une traversée du désert", a reconnu dans un communiqué le ministère de l'Economie. "Mais au regard de l'amélioration des commandes, la production devrait être repartie quelque peu en début d'année", se rassure le ministère.

La première économie européenne commence à ressentir les effets du ralentissement de plusieurs marchés émergents, en particulier de la Chine.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/02/2016 à 13:17 :
Ce ralentissement en fin d année était inévitable vu la conjoncture actuelle dans les principaux marchés d exportation comme la Chine.
Il est quand meme bon de souligner le résultat de l année 2015 avec une augmentation des exportations allemandes de 6,4 %, totalisant 1200 milliards d euro.
L´ excédent d exportation atteint ainsi le chiffre record de 248 millions d Euro, un chiffre encore jamais vu. A ce stade là un petit flechissement en fin d année ne fera pas un drâme.
a écrit le 09/02/2016 à 18:12 :
Pour tenter de comprendre il faut examiner le mécanisme de la production allemande. Avec le phénomène européen les allemands ont organisé une production limitrophe au double de sa production interne tout en achetant nombre de métiers ou productions en fin de vie à d'autres pays, dont la France. Ainsi la fabrication à moindre prix par des voisins de l'est permettait de payer le complément de salaire à un ouvrier allemand pour 2 ouvriers étrangers (complément sans lequel l'emploi n'aurait pu être maintenu). Le maintient de l'emploi était ainsi assuré tandis que le produit fini était revendu à l'international comme "allemand". On a nommé cela l'économie de bazar. Les allemands ont ainsi récupéré aussi toute subvention donnée -en partie par l'Allemagne- pour l'ouverture européïste de la zone. On a nommé cela l'économie de caravane. Cependant au fil d'un temps assez court, la production s'est faite ailleurs dans le monde non seulement par des entreprises allemandes implantées mais aussi par des concurrents et, tout autant l'obsolescence des produits en éteignait le marché. Le processus du mix-travail a commencé ainsi à s'éteindre, moins d'ouvriers de l'est signifiant la moitié moins d'ouvriers allemands. Seules des productions spéciales, des niches, ou de petites séries ont été conservées ainsi que celle permise par un effet d'innovation. L'Allemagne se transforme ainsi en pays de trading comme autrefois la Hollande. Il n'y a donc rien d'étonnant à ce processus de ralentissement décrit sur ce fil depuis longtemps. Par ailleurs pour pouvoir apprécier réellement les exportations allemandes, ayant bénéficié longtemps et par exception d'une énergie charbon, il convient d'observer avec attention pour les raisons décrites, l'importance considérable des importations allemandes.
Réponse de le 10/02/2016 à 13:24 :
Tiens, c est comme ,les Airbus "vendus" (facturés) par la France pour redorer les chiffres d exportations francaises mais fabriqués en majeure partie dans les autres pays de l UE.
a écrit le 09/02/2016 à 13:04 :
Il manque tout de même les infos fondamentales. les exportations allemandes ont augmenté en 2015 de 6.4 % sur l'année complète: la 1ere économie européenne a en effet vendu à l’étranger pour 1.196 milliards d’euros. L'excédent a atteint également un nouveau record de 248 milliards d'euros. Ne parlons des différents excédents budgétaires, des Länders, des caisses de retraites, de la sécurité sociale, des caisses de chômages etc...
a écrit le 09/02/2016 à 10:17 :
Les sirènes néolibérales déchantent mais elles continuent quand même de mener la barque, on ne change pas une formule qui perd !
Réponse de le 09/02/2016 à 11:57 :
Elle en est ou la fumeuse théorie du ruissellement économique selon Thatcher ? Car pour l'instant, c'est plutôt la sécheresse, mis à part le déluge des pertes...
Réponse de le 09/02/2016 à 14:02 :
pertes compensées à chaque par les peuples du monde qui du coup n'ont plus assez d'argent pour consommer...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :