Royaume-Uni : le taux de chômage au plus bas depuis 42 ans, les contrats (très) précaires en hausse

 |   |  317  mots
Quelque 31,85 millions de personnes occupaient un emploi entre novembre et janvier, soit 92.000 de plus que lors de la période d'août à octobre.
Quelque 31,85 millions de personnes occupaient un emploi entre novembre et janvier, soit 92.000 de plus que lors de la période d'août à octobre. (Crédits : Reuters)
Entre novembre et janvier, seuls 1,58 million de personnes étaient au chômage. La hausse du taux d'emploi est en partie due à l'augmentation de 12,5% du nombre de contrats dits "zéro heure", qui ne garantissent aucun horaire à l'employé.

Une première depuis plus de quarante ans. Le taux de chômage au Royaume-Uni a reculé à 4,7% lors des trois mois achevées fin janvier, tombant au plus bas depuis 1975, a annoncé mercredi l'Office des statistiques nationales (ONS). Ce chiffre, meilleur que la prévision des économistes interrogés par Bloomberg qui s'attendaient à un maintien à 4,8%, confirme que le marché de l'emploi reste vigoureux depuis le vote pour le Brexit.

Quelque 31,85 millions de personnes occupaient un emploi entre novembre et janvier, soit 92.000 de plus que lors de la période d'août à octobre, a précisé l'institut. Seuls 1,58 million de personnes étaient au chômage, soit 31.000 de moins que lors de la période de trois mois précédente. L'ONS a ajouté que le taux d'emploi, c'est-à-dire la proportion des personnes âgées de 16 à 64 ans au travail, atteignait 74,6%, un niveau record depuis 1971.

Des revenus moyens en berne

Une partie de la hausse du taux d'emploi est due à la montée des contrats dits "zéro heure", qui ne garantissent aucun horaire et donc aucune rémunération fixe à l'employé. D'après de nouvelles données sur le sujet publiées mercredi par l'institut, environ 905.000 personnes étaient employés sous ce type de contrat lors du dernier trimestre 2016, soit 12,5% de plus sur un an. Les données sur les revenus des ménages publiées en même temps par l'ONS ont été moins reluisantes, avec une hausse de 2,2% des revenus moyens (primes comprises), soit un peu moins qu'attendu par les économistes et surtout à peine plus que l'inflation.

La hausse des prix à la consommation a atteint 1,8% en janvier sur un an, d'après des données publiées à la mi-février, et suivent une courbe ascendante depuis la vote sur le Brexit qui a entraîné une forte dépréciation de la livre et, partant, un renchérissement spectaculaire des denrées importées.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/03/2017 à 10:31 :
Ces chiffres ne veulent rien dire. Avec 1 million d'emplois ,au moins, à zéro heure,les gens en invalidité (comme en Hollande ou aux USA), les travailleurs "indépendants " beaucoup plus nombreux au Royaume Uni qu'en France et les postes précaires , on ne peut pas comparer avec les chiffres français de chômage.
Pourtant Fillon et Macron donnent en exemple le RU. Si on manipulait les chiffres comme les anglais ou les américains,on aurait les mêmes chiffres de chômage qu'eux.
Ces chiffres de chômage,c'est de l'escroquerie intellectuelle,pourtant tous les médias français les reproduisent sans se poser des questions. Sauf la Tribune.
a écrit le 16/03/2017 à 8:55 :
M'étant rendu pas mal de fois en dehors de Londres pour mon travail,
Tu m'étonnes qu'ils votent massivement UKip ou pro brexit, dès que tu sors d'un centre urbain riche les gens tirent la corde par les deux bouts et n'ont droit à aucun soutient étatique ou quasi. Je préfère payer plus d'impot et voir mes compatriotes avoir accés à des soins médicaux de qualité et percevoir des allocations pour élever leurs enfants dans la dignité. Tout ce que les gouvernements britaniques ont réussi à faire ces dix dernières années, c'est monter les pauvres (blancs) contres les pauvres (non blancs) ... avec toujours un peu plus de pauvres quand Londres regorge d'ultra riches.
Réponse de le 16/03/2017 à 9:08 :
Oui, mais l'arnaque intellectuelle c'est de faire croire que cette paupérisation est le fait de l'Europe. C'est un choix de politique économique et sociale britannique, l'Europe n'est que le bouc émissaire.
Réponse de le 16/03/2017 à 9:30 :
Vous confondez toujours l'Europe et cette UE de Bruxelles qui n'est qu'une zone administrative qui impose une "politique" a chaque États qui la compose a coup de recommandations, de directives et de réformes sous peine de sanction et vous voudriez qu'elle ne soit qu'un bouc émissaire?
Réponse de le 16/03/2017 à 14:25 :
Et vous croyez que Thatcher a été imposée par l'Europe ?
Avez vous regardé l'évolution Britannique depuis 30 ans ?
Thatcher a sabré le modèle social britannique (il était en faillite) dans les années 80, et ses successeurs ont été dans le même sens.
Le contrat Zéro heure, l'indeminsation chomage au minimum, la libéralisation a tout va, c'est un choix BRITANNIQUE. On peut être pour ou contre, ce qu'ont fait les gouvernements britanniques depuis 30 ans, mais c'est eux qui l'ont fait, cela n'est pas l'Europe. D'ailleurs, les gouvernants britanniques ont toujours considéré qu'ils étaient "en avance" en termes de réforme économique et social, alors que l'Europe continentale était elle plus rétive à ces mesures énergiques.
a écrit le 15/03/2017 à 22:08 :
Comme en Allemagne, ce taux de chômage exclus les 9 millions de petits jobs mal payés, trois fois plus qu'en France.
a écrit le 15/03/2017 à 19:52 :
On sait ce que l'on perd...
C'est le paradoxe de ces votes, alors que la situation économique semblait florissante. Tout comme aux États Unis, où le bilan des démocrates fut largement positif.

Certes tout n'est pas parfait, entre les emplois précaires et une moins bonne répartition des richesses produites, mais de là à vouloir tout remettre en question ?
a écrit le 15/03/2017 à 18:24 :
C'est très bien...les anglais ont donc raison de quitter l'Europe...
Réponse de le 16/03/2017 à 9:36 :
Veuillez rectifier qu' elle ne peut pas quitter l'Europe mais elle peut tout a fait quitter cette zone administrative qu'est l'UE de Bruxelles!
a écrit le 15/03/2017 à 18:13 :
La finance a fait de ce pays un tas de ruines.
Réponse de le 16/03/2017 à 9:11 :
Toujours dans la mesure...
La city est l'un des rares pôles économiques britanniques avec une forte plus value, offrant un niveau de service sans équivalent en Europe.
L'industrie britannique a péréclité depuis l'après guerre, avec une politique économique mal menée (le fameux stop and go), et la disparition des débouchés "naturels" avec l'émiettement du Commonwealth.
a écrit le 15/03/2017 à 16:36 :
L'Angleterre a choisi d'avoir des travailleurs pauvres, la France des chômeurs riches...
Les chiffres anglo saxons sont une vaste mascarade.
Réponse de le 15/03/2017 à 17:57 :
Tout a fait exacte. Alors que l'emploi a cru de 2 millions depuis 2008 700,000 sont des travailleurs sans heures fixe (contrat zero heures). plus de 3,3 Millions de personnes employées veulent ravailler plus d'heures
a écrit le 15/03/2017 à 14:54 :
le Chartered Institute of Personnel & Development avait estimé en 2015 que le nombre de contrats zéro heures était autour de 1,3 million.
c'est surtout l'augmentation du nombre de "self employed" qui a contribué à la baisse du chômage. le taux de travailleurs indépendants est de 15% au UK contre autour de 8% en France ("Budget hit to self-employed targets rising part of UK workforce", Financial Times, 08/03/2017 ; Eurostat/OCDE).
on peut noter aussi que Chris Williamson/Markit suggérait en 2013 que la surestimation du niveau de l'emploi par l'ONS pouvait expliquer la faible productivité anglaise (les courbes de l'emploi d'organismes privés comme BCC ou KPMG/Rec progressaient beaucoup moins vite que celle de l'ONS...).
a écrit le 15/03/2017 à 14:44 :
Ce que l'article ne précise pas est que parallelement ,le nombre des invalides/longue maladie est passé de moins de 0,6 millions de personnes en longue maladie/invalidité dans les années 80 à près de 2,7 millions aujourd'hui.Les courbes se sont inversées à partir de 1996.Pour rappel, la France compte environ 0,5 million de longue maladie/invalidité. Y 'a pas de secret , il y a eu juste un transfert d'une caisse à l'autre car l'allocation maladie/invalidité est un peu plus importante que celle du chômage.
Réponse de le 15/03/2017 à 18:00 :
La Hollande a operé le meme maquillage dans les années 80. Du jour au lendemain le nombres de chomeurs est passé de 14% a 8%.
a écrit le 15/03/2017 à 14:27 :
C'est bien la preuve que la libéralisation quasi totale du marché du travail permet à un pays d'être quasiment au plein emploi même avec de lourds handicaps économiques par ailleurs, notamment une productivité faible du travail. Il faudrait quand même penser à s'inspirer des choix allemand et britannique en la matière.
Réponse de le 15/03/2017 à 15:03 :
@Bruno_bd: tout à fait, mais les Français (et d'autres) raisonnent différemment des Anglosaxons. Alors qu'un Anglosaxon s'orientera vers son indépendance future, un Français se dit que son avenir, c'est l'assistanat. Et cela change beaucoup de choses, car quand on croit en soi-même, on est plus motivé et on cherche des idées pour se dépasser quand on réussit. Ce que ne réalise pas non plus le Français, c'est que chacun a pour intérêt principal ses propres intérêts (c'est la nature humaine) et que croire en un revenu universel (payé par les autres) est utopique, même si on pense que c'est l'autre qui paiera, parce que l'autre se dit la même chose et qu'en finale, il n'y aura pas de financement puisque tout le monde veut profiter, mais pas payer :-)
Réponse de le 15/03/2017 à 17:53 :
@Patrickb
Merci pour votre philosophie de comptoir....
Puisque vous semblez partager la mentalite anglo saxonne faut pas hesiter à l'experimenter.
Réponse de le 15/03/2017 à 20:05 :
@Bruno_BD....suite: et cette mentalité est extrêmement difficile à changer. Un collègue polonais me disait par exemple que sous le régime communiste "ils faisaient semblant de nous payer, et on faisait semblant de travailler". Le problème, c'est qu'au Canada, ils ne faisaient pas semblant de le payer, mais il continuait à faire semblant de travailler. Bon, il a été par la suite viré :-)
Réponse de le 16/03/2017 à 0:15 :
@Boss, mais pas des maths : figure-toi que, contrairement à toi, je sais de quoi je parle puisque je suis Canadien. Désolé de constater que la France est ce qu'elle est devenue, mais bon tout à une fin :-)
Réponse de le 16/03/2017 à 9:00 :
Demander au chauffeur uber...et au coursier a velo en auto entrepreneur leur avis.....
a écrit le 15/03/2017 à 14:02 :
Encore un chiffre qui ne veux rien dire ! Ah oui les chiffres du chômage sont magnifiques!
Mais la vie du salarié outre-manche est loin de l'être . Si c'est ce type de société que l'on nous prépare , alors non merci! Vie low-cost pour la majorité et de luxe pour une minorité . Mais quand le politique comprendra-t-il qu'une juste répartition des richesses va lui éviter un nombre incalculable de problèmes ?
a écrit le 15/03/2017 à 13:59 :
Dur pour les allocataires, plus cool pour les cotisants quel modèle est-il souhaitable ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :