Royaume-Uni : Google et Microsoft s'associent contre le téléchargement illégal

 |   |  348  mots
Au Royaume-Uni, les moteurs de recherche Google et Bing s'engagent à favoriser le référencement de sites autorisés, au détriment des sites illégaux.
Au Royaume-Uni, les moteurs de recherche Google et Bing s'engagent à favoriser le référencement de sites autorisés, au détriment des sites illégaux. (Crédits : REGIS DUVIGNAU)
Les moteurs de recherche vont plomber le référencement des sites illégaux de téléchargements pour favoriser l'accès aux contenus autorisés.

Les sites de téléchargements illégaux figurant parmi les résultats les plus pertinents, c'est bientôt terminé. Au Royaume-Uni, Google et Bing (le moteur de recherche de Microsoft) s'associent pour dissuader les internautes de visiter des sites avec des contenus piratés : films, musique, livres... Ils visent aussi les sites de streaming pour le football. Les géants de la tech vont s'appliquer un "code de pratique volontaire". Concrètement, Google et Bing vont réduire la visibilité des sites détectés comme illégaux en plombant leur référencement. Ils espèrent ainsi favoriser la mise en avant de sites autorisés. L'Agence britannique de la propriété intellectuelle, qui a supervisé la conclusion de l'accord, espère voir opérer des changements dès juin, précise-t-elle dans un communiqué. Selon elle, cet accord est "le premier du genre au Royaume-Uni".

"Protéger les créateurs"

Les moteurs de recherche vont collaborer avec la British Phonographic Industry (BPI), représentant des labels britanniques, Motion Picture Association, organisation interprofessionnelle pour l'industrie cinématographique, et Alliance for Intellectual Property. "Nous voulons nous assurer que les résultats qui arrivent en premier sur les moteurs de recherche sont les plus authentiques. Il s'agit de protéger les internautes, mais aussi de protéger les créateurs" de la production artistique, explique au Guardian Eddy Leviten, directeur général de l'Alliance for Intellectual Property. Dans un communiqué, la BPI précise quant à elle avoir déjà envoyé depuis 2011 "450 millions de notifications à Microsoft et Google" pour leur signaler des infractions de droits d'auteur sur Internet.

Cette ligne de conduite s'appliquera en parallèle d'actions déjà menées, comme la négociation avec des marques pour réduire la publicité sur les sites illégaux ou des campagnes de sensibilisation des internautes. D'après le dernier sondage réalisé par l'Agence britannique de la propriété intellectuelle, "on estime qu'environ 18% des internautes britanniques (soit environ 7,8 millions d'habitants) âgés de plus de 12 ans ont consulté au moins un contenu illégal entre mars et mai 2015".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/02/2017 à 10:15 :
Heureusement un outil formidable existe pour contrer ces multinationales: Le marque page.

Quand on voit que Youtube, et donc google, propose un service pour transformer leurs vidéos en mp3 on se dit que quand même notre économie repose sur énormément d'hypocrisie et ce ne sont pas les géants du net qui vont améliorer ce fait, loin de là.

Entre les pirates et ces gens là difficile de faire un choix.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :