Comment le solaire pourrait devenir la première source d’électricité en 2050

 |   |  556  mots
Géographiquement, la Chine et les États-Unis sont les leaders dans l'expansion des panneaux solaires.
Géographiquement, la Chine et les États-Unis sont les leaders dans l'expansion des panneaux solaires. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'Agence internationale de l'énergie (AIE) prédit, dans deux études publiées ce lundi, que l'énergie solaire pourrait représenter 26% de la production électrique mondiale d'ici 2050.

"Le soleil pourrait doubler les énergies fossiles, le vent, l'hydroélectrique et le nucléaire d'ici le milieu du siècle". Ce qui sonne comme une utopie qui pourrait devenir réalité en 2050 "si les pouvoirs publics optent pour des politiques claires et fortes" prévient l'Agence internationale de l'énergie (AIE), à l'occasion de la publication lundi 29 septembre de deux feuilles de routes. L'information a été relayée par l'organisme sur Twitter:

6 milliards de tonnes d'émissions CO2 évitées

Comment cela est-il possible? D'abord en additionnant les deux techniques de production principales. Les panneaux photovoltaïques pourraient en effet produire 16% de l'électricité mondiale (soit une puissance totale de 4.600 gigawatts) et les centrales thermiques à concentration pourraient représenter 11% de l'électricité produite d'ici 2050 (avec une capacité de 1.000 GW), représentant 6 milliards de tonnes d'émissions de CO2 évitées par an, détaille l'AIE.

Une économie qui représente plus que toutes les émissions actuelles de gaz carboniques des États-Unis par an, ou encore celles des transports sur toute la planète.

Une expansion permise par la baisse des coûts

"La baisse rapide des coûts des modules et systèmes photovoltaïques ces dernières années a ouvert de nouvelles perspectives pour utiliser l'énergie solaire comme une source majeure d'électricité dans les prochaines années et décennies", a expliqué Marie van der Hoeven, directrice exécutive de l'AIE, citée dans un communiqué.

Selon l'AIE, le prix de l'électricité produite à partir de panneaux solaires devrait ainsi baisser de 25% d'ici 2020, 45% en 2030 et 65% en 2050.

Instaurer la confiance

Cependant, ces deux technologies étant très gourmandes en termes d'investissements, "diminuer le coût du capital est primordial pour réaliser la vision présentée dans ces deux études", a-t-elle ajouté, insistant bien sur le fait que ces documents ne constituent en rien des prévisions.

Car l'atteinte de cet objectif et la réalisation de ce potentiel, dépendront du rôle que les pouvoirs publics dans le monde vont jouer pour soutenir ou non l'énergie solaire. Surtout, la stabilité des discours et des actions aura un impact décisif.

Il faut "des signaux clairs, crédibles et forts des pouvoirs politiques, de manière à diminuer les risques de déploiement pour les investisseurs et instaurer la confiance", note l'AIE, qui pointe notamment la nécessité de bien construire le marché de l'électricité.

Des technologies complémentaires

Selon l'agence, les panneaux solaires et les centrales thermiques à concentration sont des technologies qui se complètent. Si la première se développe aujourd'hui plus rapidement, avec 100 mégawatts (MW) supplémentaires par jour en 2013, les centrales à concentration devraient prendre l'ascendant à partir de 2030.

Géographiquement, la Chine et les États-Unis sont les leaders dans l'expansion des panneaux solaires. Le développement des centrales thermiques à concentration devrait lui entraîner "des opportunités majeures", pour l'Afrique, l'Inde, le Moyen-Orient et les États-Unis.

Des prévisions qui ne prendront sens que si les États font l'effort d'instaurer des politiques énergétiques sur le long terme. En cas de réussite, c'est l'ensemble du commerce mondial de l'énergie qui sera modifié, avec des pays qui tendront vers l'autosuffisance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/10/2014 à 10:34 :
Quand a-t-on le plus besoin d'énergie ? La nuit pour s'éclairer et en hiver pour se chauffer. Or en hiver, les nuits sont longues, le soleil est bas et faible, le ciel est souvent plombé, il pleut fréquemment. résultat: les panneaux solaires ne servent plus à grand chose. Le photovoltaïque, c'est peur-être bien pour les pays arabes, mais sous nos latitudes, cela restera toujours une solution aléatoire et marginale.
a écrit le 30/09/2014 à 19:36 :
Quelle est la seule vraie constante qui caractérise la Technocratie Radioactive Française ? Elle ment systématiquement quand il s'agit d'évaluer les dépenses, en moyenne d'un facteur 2, plus c'est gros, mieux ça passe après tout ! Mais pourquoi donc ce bug n'est-il jamais corrigé ? Tout simplement par ce que, contrairement à ce qui se passe avec les autre industries polluantes, dans le nucléaire les pollueurs ne sont pas les payeurs. Si EDF, Areva, CEA perdaient leurs scandaleux privilège qui les exonère de provisionner entre 400 et 5 000 milliards d'euros (cout d'un accident grave selon l'Irsn) la France deviendrait un des leader des ENR (notre potentiel éolien, solaire et biomasse est un des meilleur d’Europe) et de la MDE. Malheureusement nos Apparatchiks du Corps des Mines sont tellement imbus d'eux mêmes qu'ils préfèrent maintenir le pays dans une impasse technologique plutôt que d'en sortir par le haut.
a écrit le 30/09/2014 à 17:12 :
Aucun risque que cela arrive en France ! Nos vaillants soldats du Corps des Mines on construit une formidable barrière anti-renouvelables pour protéger le Diplodocus nucléaire, un peu comme en 39 avec la ligne Maginot...
a écrit le 30/09/2014 à 9:57 :
Encore une belle UTOPIE ! Quand le soleil ne brillera plus, à cause de la pollution
créée par toutes les usines au charbon que vont utiliser les Chinois pour produire des milliards de panneaux solaires, on aura bouclé la boucle.!!!
a écrit le 30/09/2014 à 7:47 :
@ pas simple Le solaire ne peut être qu'une énergie d'appoint en France ! C'est connu depuis la fin des années 70 !!!!
Réponse de le 30/09/2014 à 18:24 :
euh...oui, sauf que depuis 40 ans on a juste un peu évolué ds les nouvelles technologies !
a écrit le 29/09/2014 à 23:55 :
en France il faut au moins 2 fois la surface du pays en panneaux solaires pour couvrir nos besoins actuels en énergie ! et le prix , comme l' éolien , est 3 fois plus cher que celui des énergies fossiles ...
Réponse de le 30/09/2014 à 3:27 :
Désoler mais vous faite erreur...
Un panneau photovoltaïque d'une surface de 5000km2 soit 70kmx70km suffirait pour produire l'ensemble des besoins de la France en électricité !
Et une surface comme l'ensemble de la France produirait assez d'électricité pour les besoins de l'ensemble de la planète
Bien sur il faut prendre en compte l'ensoleillement et pour que cela fonctionne il faudrait installer l'usine en plein Sahara pour profiter au maximum de l'ensoleillement
En tout cas ça marche sur le papier, de la a ce que cela fonctionne réellement c'est une autre histoire...
Réponse de le 30/09/2014 à 10:32 :
AD68
Est-ce l'énergie reçue au m2 dà 14 h un beau jour d'été, l'électricité effectivement produite à ce moment, ou l'électricité produite sur l'année entière, y compris les semaines grises d'hiver ?
Réponse de le 30/09/2014 à 17:27 :
C'est exact 5000 km2 de panneaux pv suffisent à produirent 100% de la production électrique Française mais évidement ce calcul théorique ne tient pas compte de la variabilité. Les toitures des bâtiments représentent déjà plus de 12 000 km2 en France donc le potentiel est tout de même bien réel. L'AIE parle de seulement 30% de couverture avec le solaire en 2050 donc il y aura encore beaucoup d'autres "sources électriques" qui pourront compléter le solaire: éolien, barrage, STEP, biomasse, batterie, hydraulien etc...plusieurs études détaillées concernant l'Allemagne montrent que c'est possible et économique rentable.
Réponse de le 30/09/2014 à 18:17 :
Je confirme: 5000 km2 de panneaux pv produisent 100% de la production électrique Française (500 TWh) mais évidement ce calcul théorique ne tient pas compte de la variabilité. Les toitures des bâtiments représentent déjà plus de 12 000 km2 en France donc le potentiel est tout de même bien réel. L'AIE parle de seulement 30% de couverture avec le solaire en 2050 donc il y aura encore beaucoup d'autres "sources électriques" qui pourront compléter le solaire: éolien, barrage, STEP, biomasse, batterie, hydraulien etc...plusieurs études détaillées concernant l'Allemagne montrent que c'est possible et économique rentable.
a écrit le 29/09/2014 à 21:02 :
Pour développer le solaire il faut basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique, autrement dit, taxer l'énergie pour financer les charges sociales
a écrit le 29/09/2014 à 18:37 :
Le problème c'est que pour l'instant, il faut beaucoup de panneaux pour alimenter une seule maison ; ils ne sont pas assez puissants. Et dans 30 ans, où serons-nous ?
a écrit le 29/09/2014 à 17:54 :
Nous sommes bon dans la concentration solaire bien plus efficace et nous avons le soleil dans le sud !
a écrit le 29/09/2014 à 17:10 :
C est les fabricants chinois de panneaux qui vont etre contents , parce que nous sur ce créneau là , c est morne plaine.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :