Le logiciel libre investit l'entreprise

 |   |  365  mots
Libre et fier de l'être?! Le petit monde de l'open source tenait son premier forum mondial en début de semaine à Paris. 160 intervenants provenant de 22 pays ont démontré la vitalité de la jeune industrie des logiciels libres, ces programmes qui offrent un accès à leur code source. Outre les emblématiques Linux ou Firefox, la communauté du logiciel libre regroupe des PME (Mandriva, OpenLogic, AlterWay) et des grands noms de l'industrie informatique comme Sun, Alcatel-Lucent ou Capgemini.Face aux éditeurs de logiciels sous licence, l'open source devient une alternative sérieuse. C'est le résultat de l'enquête menée par l'institut Forrester pour le compte de Bull auprès de 132 directeurs informatiques de grandes entreprises européennes déjà utilisatrices de logiciels libres. Près du quart des entreprises préfèrent travailler dans un univers totalement open source. Le logiciel libre est désormais présent pour les applications de gestion de la relation client (CRM), de décisionnel et dans les progiciels de gestion. indépendanceAutre enseignement majeur de cette étude : les motivations qui poussent à opter pour le logiciel libre. Si l'objectif de réduction des coûts est toujours cité en premier (56 %), l'indépendance vis-à-vis des éditeurs rentre en ligne de compte pour 45 % des répondants, ainsi que les exigences de flexibilité et d'innovation. L'émergence de l'open source modifie aussi le fonctionnement des départements informatiques?: « Le libre partage du code source et le fait de former des communautés de contributeurs sont désormais transposés au microcosme de l'entreprise », soulignent les auteurs de l'enquête.Les participants de l'Open World Forum ont planché sur une feuille de route à objectif 2020. Définition d'un cadre légal, augmentation des ressources en R&D et accentuation de l'interaction entre les communautés figurent au rang des priorités. « Le logiciel libre est entré dans une ère industrielle, conclut Jean-Pierre Barbéris, directeur général de Bull services. La notion de gratuité cède la place à un modèle pérenne comme celui du low-cost dans l'aérien ou du générique dans la pharmacie. » Laurent Pericone n++BSD ++PasSupprimerBalise balise systèmene pas supprimer++BSF ++

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :