L'économie, une science inutile ?

 |   |  640  mots
Les outils statistiques actuels sont obsolètes: ils mettent au même plan Iliad-Free, qui crée 500 emplois par an, dans le même sac qu'Orange qui en détruit 5000.
Les outils statistiques actuels sont obsolètes: ils mettent au même plan Iliad-Free, qui crée 500 emplois par an, dans le même sac qu'Orange qui en détruit 5000. (Crédits : Reuters)
A condition de prendre en compte et de mesurer correctement la nouvelle économie, la science économique a encore beaucoup à apporter. Par Vincent Lorphelin, Christian Saint-Etienne et Michel Volle, co-Présidents de l'Institut de l'Iconomie

Les erreurs de jugement abondent. Alain Minc prédisait une diminution de 30% des effectifs dans la banque-assurance à cause de l'informatisation : ils ont augmenté de 25%. C.Frey et M.Osborne, de l'Université d'Oxford, prédisent la destruction de 47% des emplois à cause de la robotisation : l'Allemagne compte cinq fois plus de robots que la France sans que cela ait eu de conséquence négative pour l'emploi, au contraire. Jeremy Rifkin anticipe la quasi-gratuité de tous les produits à cause de l'économie collaborative : l'investissement initial pour un nouvel Airbus, un smartphone ou un logiciel est de plus en plus lourd. Jean-Marc Daniel estime que nous vivons dans une société de concurrence parfaite à cause des comparateurs de prix : des produits innovants comme Intel 386, Windows ou iPhone ont créé des monopoles temporaires. Les discours des économistes les plus médiatiques sur la croissance, la productivité, l'emploi ou la concurrence sonnent de plus en plus faux.

Une politique économique devenue erratique

Privée d'une doctrine économique solide, la politique économique est devenue erratique. Arnaud Montebourg était interventionniste, Emmanuel Macron est adepte du laisser-faire. Jacques Chirac cherchait avant toute décision la preuve que « c'était bon pour l'emploi ». Faute de preuve, François Hollande ne peut qu'espérer une « inversion de la courbe du chômage ».

Il faut dire à la décharge des économistes que les outils de l'observation statistique sont obsolètes. Ils ont été construits dans l'après-guerre pour décrire une économie qui s'efforçait de sortir de la pénurie, et dans laquelle l'essentiel de la création de valeur s'évaluait selon le volume de la production industrielle. Mesurant des flux monétaires et des quantités physiques, et non la qualité des produits, ils ne distinguent pas aujourd'hui un téléphone d'un smartphone, un transport en voiture d'une Blablacar, un achat en supermarché de celui à la Ruche qui dit oui. Il produit ainsi des agrégats sectoriels inopérants, et il met Iliad-Free, qui crée 500 emplois par an, dans le même sac qu'Orange qui en détruit 5000.

Tirer les conséquences de l'informatisation

Il y a de quoi entreprendre la révision des hypothèses sur lesquelles s'appuie la science économique, mais la dispute entre les économistes tourne à la querelle corporatiste entre des « hétérodoxes » et des « orthodoxes » représentés respectivement par le directeur d'études à l'EHESS André Orléan et le prix Nobel Jean Tirole. Pourtant, les principaux modèles de l'économie sont robustes et un nouveau consensus scientifique serait possible, à condition de fonder ces modèles, comme le font ceux qui étudient l'iconomie, sur des hypothèses qui tireraient les conséquences de l'informatisation des activités économiques.

Les résultats coïncident alors étonnamment avec la réalité : le rendement d'échelle croissant engendre de lourds investissements et exclut la tarification au coût marginal (c'est le profit marginal qui est utilisé), ce qu'illustre le prix élevé de l'iPhone. Le régime de la concurrence monopolistique introduit une économie de la qualité, ce qu'illustre le succès commercial des VTC face aux taxis. L'économie de l'innovation se fonde sur un socle massif de propriété intellectuelle, ce qu'illustre la guerre des brevets Apple-Samsung. Le "cerveau d'oeuvre" remplace la main d'œuvre, ce qu'illustre l'organisation des entreprises "libérées" comme la biscuiterie Poult. L'industrialisation des services atomise la segmentation de l'offre, ce qu'illustre la taille impressionnante du catalogue d'Amazon. La mesure permanente de l'utilité des produits finals ou intermédiaires généralise une personnalisation de masse, ce qu'illustre la diversité des prix d'un billet d'avion acheté en ligne.

La science économique est certes bousculée par la révolution en cours, mais quelques ajustements de ses hypothèses permettent d'éclairer les conditions matérielles de notre vie en société et d'en piloter de nouveau l'efficacité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/10/2016 à 16:42 :
Mais qui arrivera à comprendre que notre économie existe grace à l'énergie. Pourquoi les économistes oublient de tenir compte de l'énergie, comme si nous étions au moyen age. On a le travail, le capital ET l'énergie.
a écrit le 18/10/2016 à 14:12 :
Les économistes oublient la notion d'énergie. L'économie, c'est le travail, le capital et l'énergie. L'énergie permet d'utiliser l'outillage (le capital) pour produire des richesses et de compléter ou réduire le travail. Le travail et l'énergie sont de même nature; le travail concerne l'être humain; l'énergie est physique. On doit l'adapter au travail intellectuel (l'informatique).
a écrit le 18/10/2016 à 11:47 :
"d'en piloter de nouveau l'efficacité"

Je ne pense pas que la science économique aie été efficace à n'importe quelle moment de son histoire, parce que ce n'est pas une science c'est simplement l'étude des mouvements d'argents qu'il n'est pas possible de prévoir ou seulement dans les grandes lignes étant donné que le facteur humain et donc imprévisible rentre régulièrement en compte.

Les mathématiques sont une science parce que vous pouvez avoir 7 milliards d'humains qui affirment que 2+2 font 5 qui ne feront pas de cela une vérité, par contre quand l'humanité décide de changer ses habitudes de consommation c'est toute l'économie qui est bouleversée obligée de s'y adapter.

Comment un concept influençable de la sorte, aussi mouvant, aussi changeant pourrait il être une science ?

Par ailleurs prenons notre économie néolibérale actuelle que nos économistes médiatiques liés aux intérêts des puissances financières de notre monde affirment être libérales alors que pourtant sans les états les actionnaires milliardaires et leurs multinationales seraient bien moins riches et influents. Si l'économie était une science elle ne pourrait pas être manipulable de la sorte.

Enfin la corruption est plus un élément humain qu'économique et pourtant entrant fortement en cause au sein du processus économique, comment la mesurer ? Comment la justifier économiquement ? De quelle valeur parle t'on ?

On sait que c'est l'argent de la drogue qui a sauvé la finance du marasme dans lequel elle s’était enlisée en 2008 alors qu'aucune étude économique ne prend en compte ces centaine de milliards qui pourtant viennent bien de quelque part non ?

Une science en êtes vous vraiment sûr ? Que l'économie soit enseignée est indispensable mais qu'elle s'autoproclame science me semble quand même particulièrement exagéré.
Réponse de le 18/10/2016 à 14:07 :
Je partage votre avis: l'économie n'est absolument pas une science, au sens de la définition du mot "science": il n'y a pas de lois démontrées de manière rigoureuse. C'est d'ailleurs tout le contraire: chaque résultat est expliqué de manière différente, chaque thèse à son antithèse. C'est d'ailleurs une vraie tromperie que de prétendre la qualifier ainsi.
Le fait que ce ne soit pas une science n'enlève rien à son intérêt et son utilité.
Cordialement
Réponse de le 18/10/2016 à 15:51 :
C'est vouloir en faire une vérité incontestable alors que justement ce qui fait son charme à l'économie c'est son mouvement permanent et le fait que tout peut changer à tout moment.

C'est une matière complètement instable, totalement imprévisible, que l'on a établi en tant que science afin de justifier d'être gouvernés par des chiffres sortis d'on ne sait où on ne sait pas comment. La fameuse règle des 3% étant quand même particulièrement éloquente, un chiffre dont on a fait une vérité pendant 30 ans et maintenant dont on se rend compte qu'il ne se repose sur rien.

Alors que c'est bien cette instabilité et cette capacité à tout le temps évoluer qui fait l'intérêt de l'économie.
Réponse de le 18/10/2016 à 16:27 :
Oui et non. Les équations sont celles de l'analyse stochastique donc manipulant des variables aléatoires et des grands nombres comme en mécanique quantique ou en météorologie. Il est vrai par contre que nonobstant l'impossibilité de connaître la trajectoire d'une particule (ou d'une molécule d'air), celle-ci ne nous surprend jamais car elle n'est pas libre comme l'homme (au sens kantien du terme). C'est ce qui fait que l'économie sera toujours une discipline hybride marquée d'un peu de science mais aussi "d'humanité".

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :