La tablette tactile, une alternative aux sédatifs chez les enfants

 |   |  345  mots
Une cinquantaine d'enfants a dû pianoter sur une tablette 20 minutes avant le début de l'opération.
Une cinquantaine d'enfants a dû pianoter sur une tablette 20 minutes avant le début de l'opération. (Crédits : REUTERS/Luke MacGregor)
Des recherches publiées récemment par le CHU de Lyon montrent que ces appareils électroniques impactent directement le niveau d'anxiété des enfants avant une opération chirurgicale.

Pour calmer un enfant agité, certains parents jugent parfois bon de le poser devant une télévision. La technologie évoluant, l'écran TV a été remplacé progressivement par l'ordinateur puis le smartphone ou la tablette pour ceux qui en sont équipés. Cet effet "apaisant" est tel qu'il permet même à des médecins de se passer de l'usage de sédatifs avant une opération sur un enfant, augmentant même l'efficacité des anesthésiants, selon une étude réalisée par le Dr Dominique Chassard, chef du service Anésthésie Réanimation à l'Hôpital Femme Mère Enfant de Lyon et ses collègues. L'étude a été présentée lors du Congrès mondial des anesthésiologistes -la branche qui se consacre aux soins globaux du patient qui subit un chirurgie- qui se tient à Hong Kong du 28 août au 2 septembre.

"L'utilisation de l'iPad ou d'une autre tablette est un outil non-pharmacologique qui peut réduire le stress périopératoire sans effet sédatif en chirurgie ambulatoire pédiatrique", explique ainsi le Dr Chassard, cité dans le communiqué publié sur le site EurakAlert.

Les recherches ont comparé l'utilisation d'un sédatif, le midazolam, et d'applis de jeux sur iPad sur 112 enfants âgés de 4 à 10 ans avant une opération chirurgicale, répartis en deux groupes. Alors que le premier groupe a reçu une dose de sédatif, les enfants du second groupe ont pianoté sur une tablette 20 minutes avant le début de l'opération.

Le niveau d'anxiété des enfants et des parents a ensuite été mesuré à plusieurs reprises (notamment avant et après l'opération) par des psychologues indépendants, tandis que les infirmières chargées de l'anesthésie ont dû estimer la qualité de l'injection d'anesthésiants. Après analyse des résultats, il a été conclu qu'iPad et sédatif avaient le même effet sur l'anxiété des enfants mais que parents et infirmières avaient davantage été satisfaits de l'anésthésie avec le groupe d'enfants ayant utilisé la tablette.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/08/2016 à 14:32 :
Intéressant, la tablette agit comme un sédatif certes mais est-ce une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

A comparer avec l'inertie populaire des citoyens qui se font exponentiellement exploiter sans rien dire ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :