La Tribune

Comment bien assurer votre santé ? Retranscription du "chat"

latribune.fr  |   -  1757  mots
Retranscription du "chat" avec Raphaël Reiter, directeur général d'Assuréo.

Bonjour et bienvenue sur le « chat » de la tribune.fr. Aujourd'hui nous avons le plaisir d'accueillir Raphaël Reiter, directeur général d'Assuréo, qui répondra à toutes vos questions.

Bonjour. Je suis là pour répondre à toutes vos questions sur les complémentaires santé, mutuelles ou les remboursements de Sécurité sociale.

VAHINE : Pourquoi les mutuelles augmentent chaque année leur tarif alors que les autres assurances (voiture, maison) ont tendance à baisser ? La santé est ce qu?il y a de plus important, les mutuelles doivent faire un effort.

Les tarifs dépendent des charges qu'il y a à payer, celles des assurances auto-habitation ont tendance à baisser alors que celles des complémentaires santé font comme celles de la Sécu et augmentent régulièrement.
C'est vrai que c'est un budget important pour les ménages (environ 800 euros par an) et cela devrait continuer à augmenter vu les déficits récurrents de la Sécurité sociale. Raison de plus pour bien comparer.

jean-Louis : L'Etat demande de plus en plus aux mutuelles. Vont elles pouvoir tenir le choc ?

La dernière demande en date est celle de l'augmentation du forfait hospitalier journalier ; elle entraînera une hausse mécanique des dépenses des mutuelles de l'ordre de 0,5%. Cela peut paraître faible mais c'est toujours une hausse supplémentaire à absorber.
Les assureurs vont donc répercuter cette charge en totalité ou partie sur les assurés.

Suzon : Longtemps, le dentaire et l'optique ont fait la différence en matière de mutuelles santé. Est-ce encore le cas ?

Oui, c'est souvent ce point là que les assurés regardent le plus attentivement, car le remboursement de la Sécu est faible et donc le rôle de l'assurance prépondérant sur cette dépense.
Ces dépenses là représentent cependant en moyenne moins de 40% du prix total d'une assurance santé individuelle.

Bato : Comment bien choisir sa mutuelle ? Sur quels critères ? Faut il prendre celle proposée par l'employeur ?

La mutuelle de l'employeur est la plupart du temps imposée. Vous ne pouvez donc pas la refuser, ni choisir le niveau de garantie. En contrepartie, l'employeur paie une grande partie de la cotisation. Pour une assurance individuelle, il faut faire le point régulièrement sur ses besoins avant de souscrire.
Aujourd'hui, les sites Internet spécialisés permettent d'avoir une information complète pour faire le bon choix. Il existe des milliers de contrats différents qui doivent permettre à chacun de trouver son bonheur.
Attention, toutefois, aux trop belles affaires. Elles peuvent cacher deux choses : soit des garanties qui ne correspondent pas à ce que le commercial vous annonce, soit des tarifs qui seront rapidement majorés, car une mutuelle doit toujours présenter un résultat équilibré...
Palou : Quelle est le rôle des mutuelles de santé dans le déficit de la sécu ?
Peut-être celui de vouloir en faire trop et donc de déresponsabiliser certains assurés. A force de vouloir tout rembourser et de dématérialiser aussi les actes de paiement, on tire les dépenses vers le haut.

Secu : Le nombre de médicaments déremboursés ne cesse d'augmenter. Comment se prémunir contre ce phénomène ?

Si le médicament est déremboursé, c'est parce que la Haute autorité de santé l'a jugé inefficace. A ce moment là, il faut en discuter avec son médecin et, si vous estimez qu'il est essentiel de continuer le traitement dans la durée, vous pouvez rechercher une assurance santé qui prend en charge ces dépenses. Si la dépense est ponctuelle, il vaut peut-être mieux la payer de sa poche.

Assur : Comment s'y retrouver dans la jungle des mutuelles entre les petites, les grosses, les grands assureurs privés, les organismes professionnels...?

Ce n'est pas forcément chez les plus gros qu'on est le mieux traité. Au niveau de la solidité financière, tous les assureurs doivent répondre à des normes strictes ; un petit peut donc être aussi solide qu'un gros. La taille ne doit donc pas être un critère de choix. Il faut mettre l'accent sur les besoins et le professionnalisme de l'interlocuteur qui doit vous expliquer en détail vos garanties, sans essayer de vous tromper sur le produit vendu. Ne tenez compte que de ce qui est écrit dans les documents établis par l'assureur.

Pirana : Comment couvrir ses dépenses hospitalières ? La mutuelle le peut-elle ?

Les dépenses hospitalières sont plutôt bien remboursées par la Sécu. Il ne reste souvent à payer que le forfait journalier. Toutes les mutuelles le remboursent. Pour une hospitalisation en clinique privée, vous aurez à payer des dépassements d'honoraires au chirurgien ; il faut choisir une couverture renforcée sur ce point pour être correctement remboursé (150 à 200% minimum).

Serré : Le gouvernement menace de réduire les remboursements pour les ALD Peut-on se protéger ?

Une assurance santé prendra en charge cette réduction de remboursements mais, une fois encore, c'est une mesure qui entraînera automatiquement une hausse des cotisations des mutuelles.

Fric : Comment faire baisser le prix d'une mutuelle santé ?

Il faut faire jouer la concurrence et ne pas hésiter peut-être à se tourner vers des solutions alternatives au contrat classique telles que celles proposées par Assuréo, bien sûr, mais aussi Swiss Life, France Mutuelle, c-mon-assurance.com.

Clair : Ma mutuelle discute directement avec la Sécu. Moi, je ne fais que recevoir des bouts de papier auxquels je ne comprends rien. Impossible de savoir si je me fais arnaquer ou si je touche bien ce à quoi j'ai droit. Comment faire ?

Sincèrement, si vous vous faites arnaquer, ce ne doit pas être volontaire ; les complémentaires santé gèrent automatiquement les remboursements avec les Sécu ; il peut y avoir des loupés informatiques, il faut toujours contrôler et peut-être préférer une mutuelle qui vous donne accès facilement aux informations de remboursement via un site Internet.
Si vous avez un cas précis qui vous pose problème, il faut ressortir votre décompte Sécurité sociale, envoyé tous les trois mois ou téléchargeable sur ameli.fr, et demander à votre assureur de vous expliquer son remboursement. Ensuite, posez la même question à un concurrent, document en main.

Rouge : Pourquoi faut-il des mutuelles ? Pourquoi la sécu ne suffit-elle plus ?

Parce qu'elle a besoin de plus de cotisations et que les Français ne sont peut-être pas prêts à payer. La Sécurité sociale doit être le socle de la solidarité nationale et les complémentaires santé laissent à chacun le choix d'une garantie et d'une cotisation adaptées à ses besoins.

Vieux : Ma mutuelle va-t-elle prendre en charge la dépendance ? Si non, d'autres le font-elles ? Comment résoudre ce problème ?

Non. Une garantie complémentaire santé ne peut pas prendre en charge les dépenses liées à la dépendance. Maintenant, votre organisme assureur peut vous proposer des garanties spécifiques dépendance.
Chez Assuréo, nous travaillons pour proposer un package santé+dépendance au prix d'une garantie santé seule.

Tavulimage : Bonjour, je suis salarié mais ma mutuelle obligatoire rembourse mal. Mais elle est obligatoire. Y a t il des solutions ?

Il existe des surcomplémentaires individuelles (garantie qui vient en plus de la Sécu et de votre mutuelle), mais leur prix est souvent dissuasif. La plupart du temps, il vaut mieux assumer soi-même le suplus de dépense ponctuelle.

Palmer (Corse) : J'ai essayé de comparer l'an dernier des assurances mais je n'ai pas dut tout compris les garanties (des pourcentages...). Comment fait-on ?

On prend des exemples concrets : combien je paie mon généraliste, combien je paie mon spécialiste et on demande concrètement quel est le remboursement pour cette dépense. Exemple : pour un généraliste, si je paie 22 euros, une garantie à 100% suffit. Si je paie 40 euros, il faut une garantie à 150% ou 200%.
Le pourcentage s'applique au prix fixé par la Sécu et non pas au prix que vous pouvez payer réellement. 150% pour un généraliste donne au maximum 1,5 fois 22, soit 33 euros.

Deloncletom : J'ai des problèmes de dent mais une très bonne vue. Or, j'ai l'impression que l'un va toujours avec l'autre et je me retrouve à payer pour des prestations de lunettes que je n'utiliserai pas. Que faire ?

C'est le principe de la mutualisation. L'assureur sait que tous ses assurés n'auront pas mal aux dents ou besoin de lunettes en même temps ; il calcule donc un prix moyen. Un contrat 100% modulable ne pourrait pas faire cette mutualisation et, au final, vous paieriez le même prix que dans un pack dentaire et optique.
Il faut donc trouver le bon compromis entre la cotisation payée et la garantie obtenue. La garantie la plus forte n'est pas forcément le meilleur choix.

Fadole : Je suis pas satisfait de mon contrat alors que j'ai pas mal de dépenses prévues l'an prochain (dents). Je suis allé voir un assureur pour changer mais il ne rembourse presque rien la première année. Tout est fait pour que je ne sois pas remboursé ?

On parle beaucoup de comparer les garanties et les tarifs des mutuelles, mais il ne faut pas oublier de comparer les prix des dentistes. Pour une même prothèse dentaire, par exemple, les prix peuvent aller du simple au double. Dans votre cas, il faudrait essayer de trouver un contrat sans plafond dentaire. Ça existe, mais le prix en vaudra-t-il le coût ? Il faut vraiment budgéter l'opération (coût de la mutuelle, remboursement Sécu, remboursement de la mutuelle et prix du dentiste).

Carradine : Les dépenses vont encore augmenter l'an prochain ?

Les dépenses des mutuelles vont augmenter pour plusieurs raisons : l'augmentation structurelle des dépenses de la Sécu (entre 3 et 4%) et les transferts de charges de la Sécu vers les mutuelles (forfait journalier, déremboursement de médicaments, réglementation sur les ALD). Elles devront certainement répercuter ces dépenses sur leurs assurés. A chacun de surveiller son taux d'augmentation.
Jusqu'à 6-7%, l'augmentation n'est pas abusive, même si elle est difficilement acceptable dans le contexte économique actuel. Il faut en discuter avec votre assureur avant la date limite de résiliation du 31 octobre.

Merci Raphaël Reiter, le mot de la fin ?

En internaute avisé, utilisez sans modération les outils de comparaison mis à votre disposition sur Internet, mais attention aux sites comparateurs partisans...

 

Réagir

Commentaires

vlij99  a écrit le 09/10/2009 à 16:22 :

En internaute avisé, utilisez sans modération les outils de comparaison mis à votre disposition sur Internet, mais attention aux sites comparateurs partisans...

il y a maintenant des comparateurs de prix pour des médicaments vendus en pharmacie.par exemple : http://www.comparsante.fr/

jocelyn  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

il y a de plus en plus de site internet dont le mien ( http://www.groupemutuelle.com ) mais on vend tous les memes produits , alors une mutuelle a 100% c est pareil partout.

assurprox  a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

il y a quand même des différences entre les sites de mutuelles directes et les sites de comparatifs de mutuelles, comme le nôtre http://www.assurprox.com .. car nous sommes malgré tout tributaire de vos tarifs.