Une nouvelle enquête de Pierre Péan sur "la République des malettes"

 |   |  389  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : <small>Reuters</small>)
Cette semaine l'hebdomadaire Marianne publie de larges extraits du nouveau livre-enquête de Pierre Péan : «La République des mallettes», sous-titré « Enquête sur la principauté française de non-droit ». On y découvre comment se négocient, grâce à des intermédiaires nomades, des contrats d'État permettant l'octroi de rétrocommissions pour financer la politique. Au coeur de cette enquête, Alexandre Djouhri, inconnu du grand public mais au centre du pouvoir depuis longtemps.

Cette nouvelle enquête de Pierre Péan est axée autour d'un personnage mystérieux : Alexandre Djouhri. Inconnu du grand public, mais au centre du pouvoir depuis longtemps, "ondulant avec la même aisance dans les réseaux pasquaïens, chiraquiens, villepinistes, strauss-kahniens et maintenant sarkozystes", écrit l'hebdomadaire. "Il n'a ni bureau ni agenda, préférant « traiter » dans les palaces, écrit rarement, paye en liquide et réside fiscalement en Suisse. « La République des mallettes », éditée par Fayard, décrit la genèse d'une « nouvelle oligarchie » ainsi que le mécanisme des « rétrocommissions », qui permet de détourner, à des fins politiques, une partie des commissions secrètes autorisées pour « faciliter » les marchés internationaux.

Dans cette enquête où l'auteur se met en scène, dans le style du "nouveau journalisme" venu des années 60 aux Etats-Unis, on pourra retrouver avec "un souci du détail qui donne le tournis", les circuits de ces rétrocommissions dans les grandes affaires d'armement des ces dernières années (Agosta, Sawari, Miksa). On y retrouve également les acteurs de Clearstream, sur lequel l'enquête apporte un nouvel éclairage, ou ceux de l'affaire de la Mnef. Au centre, l'omniprésent Djouhri, qui tisse sa toile aussi bien chez les politiques comme Dominique de Villepin ou Jean-Louis Borloo ou les industriels, comme Henri Proglio ou Yazid Sabeg.

Dominique de Villepin a immédiatement réagi à la sortie du livre en déclarant notamment sur RTL à propos de Djourhi : "c'est un ami de très longue date, absolument pas un homme de l'ombre. C'est quelqu'un qui connaît beaucoup de monde, qui ne prétend jouer aucune sorte de rôle et à qui Pierre Péan prête à la fois des intentions et des actions qui ne correspondent à rien". De son côté, Alexandre Djouhri se défend dans le Point : "Monsieur Péan, qui n'a effectué aucune enquête sérieuse, reprend à son compte des allégations malveillantes, fantaisistes et diffamatoires dont il est évidemment incapable d'apporter la preuve". Le livre n'a pas fini de faire débat, alors que la campagne de la présidentielle vient d'être lancée.

Pierre Péan est un ancien collaborateur du Canard Enchaîné a publié plusieurs livres-enquêtes sur les diamants de Giscard, le Monde, Mitterrand, TF1, Chirac,...

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/09/2011 à 21:25 :
Une nouvelle enquête de Pierre Péan sur "la République des malettes"
Ca me choque!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 12/09/2011 à 19:47 :
Soyez tranquilles braves gens, bientôt cela ne pourra plus se produire, pour preuve le discours qui suit !!
Jeudi 28 mai, le Président de la République a été clair :
Nous ne tolérerons pas les nouvelles formes de violences financières qui menacent notre pacte social. Face à cette nouvelle criminalité en col blanc plus sophistiquée, il est indispensable d'adapter l'action de tous.
Des réformes fondamentales ont déjà été engagées pour transformer profondément les conditions de lutte contre la corruption en créant de nouveaux outils d'action pour les forces de l'ordre : LOPPSI 2, rattachement de la gendarmerie au ministère de l'Intérieur..
Pour mieux lutter contre la corruption « nous devons impliquer systématiquement les douanes, les services fiscaux et les organismes sociaux, selon la méthode des Groupes d'Intervention Régionaux (GIR) »
L'objectif est clair : frapper les corrompus au portefeuille.
Par ailleurs, des groupes spécialisés dans la lutte contre ces trafics financiers fruits de la corruption seront mis en place pour investiguer les partis politiques les plus touchés. « Le but est de renforcer les moyens d'investigation pour que les contrôles fiscaux débouchent sur des suites pénales. Pour renforcer la qualité des procédures, 1000 officiers de police judiciaire vont être formés. »
C'est donc une stratégie globale que nous mettons en ?uvre : nous avons besoin de toutes les volontés car nous ne pourrons garantir la fin de la corruption de chacun que grâce à la mobilisation de tous les acteurs.
Extrait du discours du Président de la République publié sur le portail du Gouvernement.
Seuls les quelques mots soulignés, qui font référence à la corruption financière et aux partis politiques et qui concernent initialement la drogue et la criminalité, ont été modifiés.
a écrit le 12/09/2011 à 13:20 :
Aujourd'hui,si on les écoute,ils nous disent presque:"c'est où l'Afrique?".Pourtant,
depuis De Gaulle et Pompidou,avec Koch-Foccart,VGE avec ses diamants,
Mitterrand et son fils ("papamadi"),Chirac et ses comptes japonnais alimentés par
l'Afrique et le Liban,Sarkozy avec Guéant,Takieddine,Hortefeux et les autres,encore l'Afrique, dont la Libye...
Il ne sert à rien de leur dire d'arrêter les trafics.Mais on peut leur demander ,s'ils
continuent ,de ne pas nous prendre pour des zozos aussi ouvertement.
Nous savons bien que l'Afrique c'est (entre autres) de l'uranium pour EDF et AREVA,
que les régiments de Guyane ne sont pas là-bas pour la plate-forme de Kourou,mais
pour le pétrole du large,"il" veut que la Nouvelle-Calédonie reste une "collectivité"
sui generis ,pour le nickel,pas pour y apprendre le haka;et son ami le colonel,il ne
planterait pas sa tente à Paris si, sous ses cailloux, la Libye n'avait pas autant de
pétrole.
Ni Le Pen,ni le Centre,ni la Gauche ou les Ecolos,ni échapperont (Sarkozy est en plein dedans-campagne électorale oblige).Qu'ils le disent,le fassent publiquement, cela leur évitera les tentations et...permettra, peut-être, une baisse des matières premières du sous-sol.
a écrit le 12/09/2011 à 11:40 :
Je rappelle que le gouvernement fait en ce moment une grosse campagne sur la fraude; je pense qu'il doit balayer devant sa porte avant toute autre chose.C'est scandaleux.100/100 LES POLITICENS SONT DES FRAUDEURS.(droite et gauche)
a écrit le 12/09/2011 à 9:33 :
Regardez le documentaire "France Afrique" : la réalité dépasse la fiction !
a écrit le 12/09/2011 à 8:15 :
Si cette histoire est fondée ,vous vous rendez compte du nombre de charter qu'on aurait pu financer au black et non sur nos impôts!
Réponse de le 12/09/2011 à 12:27 :
Pipolino,
c'est pas italien, ça? J'espère que tu feras parti du prochain charter. Quoique, un coup de pied au uc et tu devrais y arriver aussi.
a écrit le 11/09/2011 à 17:53 :
Et pendant ce temps là on veut nous faire oublier les nouvelles taxes sur la sécu,les mutuelles , les assurances autos qui vont passer comme une lettre à la poste et désamorcer la contestation. On nous prends et surtout laisse pour des idiots pour ne pas dire de mots vulgaires!
Réponse de le 12/09/2011 à 4:26 :
et le trou beant de la sécu (ya rien de vulgaire)
a écrit le 11/09/2011 à 15:19 :
Et dire qu'en ce moment le gouvernement fait une campagne à la radio ''Frauder la Sécu, c'est voler'' . Il est vrai qu'ils font aussi campagne sur le thème ''Un crédit vous engage, il faut le rembourser'' C'est tellement gros que c'en devient risible...à nos dépens bien sûr !
Réponse de le 12/09/2011 à 4:29 :
comme les socialistes qui nous disent vivez mieux avec moins d'argent..
a écrit le 11/09/2011 à 13:56 :
On suppose déjà que tous ces gens vont porter plainte contre Péan puisqu'ils sont salis par son livre.....

Comme d'hab... y'aura que dalle !
a écrit le 11/09/2011 à 8:54 :
Un pays "propre" est un pays mort. A part de devenir calquer le model de la ville continent "Singapour" en devenir un haut lieu de casino au rang mondial. Le système mafia est en nous tous.
a écrit le 11/09/2011 à 8:01 :
Les Français oublient qu'ils vivent sous le régime d'une "République Bananière"et où la Justice est dans les mains du"Pouvoir en Place donc sans Justice.
a écrit le 11/09/2011 à 7:51 :
Nos chers politiques qui font la morale sur les paradis fiscaux et qui sont les premiers à s'en servir... pour le bien commun et pour faire avancer leurs idées
a écrit le 11/09/2011 à 6:50 :
C'est la corruption généralisée à droite comme à gauche. Les français benets regardent celà comme une curiosité au lieu de se rassembler devant les Assemblée Nationale et le Sénat pour renverser ces voyous politocards.
Réponse de le 12/09/2011 à 14:00 :
Tellement d'accord, le peuple est anesthésié, mais que fait on?
Il faut réagir compatriotes !!!!! Revolution, vous n'avez donc pas compris que cette élite (droite comme gauche et tous les politiques) est pourrie jusqu'à l'os, j'ai bien réfléchi et la seule solution est d'enrayer cette reproduction des élites politiques. Etant enfant, je me rappelle encore les émissions politiques assis à coté de mon père, et 27 ans plus tard je vois toujours les memes visages !!! REVOLUTION!!!!
a écrit le 11/09/2011 à 6:32 :
Quitter le Canard enchaîné pour Marianne ça ne fait pas très sérieux
a écrit le 11/09/2011 à 4:28 :
Ca sent l'arnaque ,chaque fois que Péan publie un nouveau papier savonneux ,il y a une grosse dose de flou et de désinformation.
a écrit le 10/09/2011 à 21:40 :
C'est bizarre que ce genre d'enquête n'existe pas dans les pays où les élus doivent rendre compte jusqu'à leurs notes de frais.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :