Industriels et producteurs s'entendent sur le prix du lait

 |   |  462  mots
Selon le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, un accord sur le prix du lait a été trouvé lors d'une réunion entre producteurs et industriels ce mardi. La filière avait déjà trouvé un compromis en juin dernier, pour une hausse de 5,5% à 5,8% des prix au 1er avril, compromis qui avait ensuite été dénoncé par les industriels.

Le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, a annoncé ce mardi matin qu'un accord avait enfin été trouvé entre producteurs et industriels sur le prix du lait. "C'est une bonne nouvelle. C'est un signe positif", s'est félicité le ministre, qui avait demandé un peu plus tôt que la filière aboutisse à un résultat dans la journée, afin de fixer la hausse des prix du lait qui sera applicable au 1er avril.

"Cela va desserrer l'étau pour trois mois", également déclaré le ministre, lors d'une conférence de presse tenue après la réunion qui a réuniles représentants du secteur. Il a précisé qu'un indice des coûts de production allait être mis en place pour déterminer les différents paramètres du coût du lait pour un producteur français. Il a souhaité une "visibilité" et une "stabilité des revenus" pour les producteurs français.

Industriels et producteurs de lait avaient déjà signé en juin un accord prévoyant une hausse de 5,5% à 5,8% du prix de base du lait au deuxième trimestre par rapport à la même période un an plus tôt. Mais les industriels avaient dénoncé le compromis et réclamé un alignement des prix sur ceux pratiqués en Allemagne, estimés 15% moins chers. "Nous sommes aujourd'hui le 30 mars. A partir du 1er avril, les producteurs de lait en France ne savent pas combien ils seront payés. Je comprends parfaitement leur inquiétude et je veux surtout leur apporter des réponses concrètes", avait expliqué le ministre.

Revenus sous le Smic

Avant l'annonce de ce nouvel accord, le président de la FNSEA, le principal syndicat agricole français, Jean-Michel Lemétayer, avait demandé aux industriels, dans la matinée sur Radio Classique, d'appliquer la hausse prévue par l'accord de juin, les revenus annuels des producteurs laitiers ayant chuté de plus de la moitié en 2009 pour atteindre les 9.000 euros, bien en-dessous du Smic.

La Fédération nationale des producteurs laitiers (FNPL), une branche de la FNSEA, avait appelé de son côté les éleveurs à des actions contre les entreprises opposées à une hausse des prix.

Les producteurs ont bloqué la semaine dernière durant quelques heures le siège social du groupe laitier Lactalis à Bourgbarré (Ille-et-Vilaine). Saisi en référé par Lactalis, le tribunal de grande instance (TGI) de Rennes a débouté lundi le groupe qui demandait que les éleveurs renoncent à leurs projets de blocages de sites de production. Lundi soir, une trentaine d'agriculteurs a déversé 20 tonnes de lisier et de fumier devant la préfecture de l'Oise à Beauvais, pour "mettre la pression". Ils ont été reçus par le directeur de cabinet, selon la préfecture.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2010 à 17:02 :
les grincheux reviennent..
quelle logique de demander le boycott des produits LACTALIS
vous allez etre content quant 1 si belle entreprise ne ramassera plus votre lait a votre porte tous les matins ..
allez , osons , que diable ainsi 1 jour peut etre que les Allemands prendront votre lait encore 15 cts de moins que feux LACTALIS

continuer ainsi , et vous couperez la branche sur laquelle vous etes assis ...

que vous etes grincheux

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :