25 grands patrons réclament une relance de l'industrie

 |   |  429  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
Dans une lettre ouverte aux candidats à l'élection présidentielle, des patrons d'industrie demandent des mesures d'urgence pour relancer la compétitivité de l'industrie française.

Vingt-cinq grands patrons de groupes français réclament des mesures d'urgence pour relancer la compétitivité de l'industrie française, dans une lettre ouverte aux candidats à l'élection présidentielle. "Les signataires ci-après, responsables de grandes entreprises industrielles et membres du Cercle de l'Industrie, ont élaboré dix propositions qu'ils estiment vitales pour l'économie de notre pays", est-il expliqué en préambule. Parmi les signataires : Jean-Cyril Spinetta (Air France), Philippe Varin (PSA) ou encore Michel Rollier, dirigeant de Michelin.

"Faire de la croissance fondée sur la compétitivité la priorité absolue"

La première de ces propositions appelle le futur président à "faire de la croissance fondée sur la compétitivité la priorité absolue", via des mesures fiscales, environnementales et sociales favorables à la compétitivité industrielle, ou du moins ne la freinant pas.

Parmi les autres propositions figurent le développement des dispositifs de soutien à l'innovation, l'orientation de la formation vers les besoins des entreprises, une meilleure synergie entre universités, recherche publique et entreprises, la promotion d'une meilleure collaboration entre grandes et petites entreprises.

Ces dirigeants appellent aussi de leurs voeux la poursuite d'une politique énergétique compétitive, basée notamment sur le développement d'énergies renouvelables et sur le nucléaire. Allègement de charges sociales, définition d'un cadre fiscal stable et soutien au développement d'une stratégie industrielle européenne font également partie des priorités énumérées.

La situation actuelle de l'industrie française jugée "très préoccupante"

Face à une situation actuelle de l'industrie française jugée "très préoccupante", avec notamment un recul de la part des exportations françaises dans les exportations de la zone euro, un taux de rentabilité des entreprises françaises le plus bas d'Europe (hormis la Grèce) et un chômage très élevé, ces patrons d'industrie jugent que leurs propositions sont "les conditions à la relance de la compétitivité et au plein emploi".

Les grands patrons signataires de cette lettre sont Denis Ranque (Technicolor), Jean-Cyril Spinetta (Air France KLM), Benoît Potier (Air Liquide), Ben Verwaayen (Alcatel-Lucent), Patrick Kron (Alstom), Luc Oursel (Areva), Thierry Le Hénaff (Arkema), Robert Brunck (CGG Veritas), Pierre Vareille (Constellium), Louis Gallois (EADS), Patrick Buffet (Eramet), Stéphane Richard (France Telecom), Gérard Mestrallet (GDF Suez), Bruno Lafont (Lafarge), Gilles Schnepp (Legrand), Michel Rollier (Michelin), Philippe Varin (PSA Peugeot Citroën), Maurice Lévy (Publicis), Jean-Pierre Clamadieu (Solvay-Rhodia), Jean-Paul Herteman (Safran), Pierre-André de Chalendar (Saint-Gobain), Serge Weinberg (Sanofi), Didier Lombard (STMicroelectronics), Christophe de Margerie (Total) et Philippe Crouzet (Vallourec).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/03/2012 à 8:52 :
Dröle de pétition quand on sait par exemple que le groupe Constellium a crée sa centrale achat en Suisse pour ponctionner les profits de ces usines et notamment celles en France pour payer moins d'impôt et pénalisant les salariés français sur la participation aux bénéfices. Bien que le FSI ait pris part au capital de cette société, il n'a pas pu/su arrêter cette évasion fiscale...
a écrit le 12/03/2012 à 20:08 :
c'est quoi cette blague ???? Style : faut tout revoir sinon on délocalise encore plus ???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :