Recul "d'une ampleur exceptionnelle" du travail intérimaire

 |   |  290  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le travail intérimaire subit la crise de plein fouet. Il a perdu en France 15,6% de ses salariés au premier trimestre 2009, après une chute déjà exceptionnelle de 13,3% au troisième trimestre 2008. Sur un an, le secteur automobile a perdu quatre de ses intérimaires sur cinq.

À la fin du premier trimestre 2009, 435.900 salariés étaient intérimaires, soit 2,4 % de l'ensemble des salariés du secteur concurrentiel : c'est 80.800 postes de moins qu'au trimestre précédent, soit une chute de15,6%, a indiqué le ministère du Travail ce mardi (voir l'étude de la Dares).

Déjà au quatrième trimestre 2008, le travail intérimaire avait enregistré une baisse exceptionnelle de 79.500 postes (-13,3%).

Au premier trimestre 2009, l'industrie a été le secteur le plus touché avec 46.300 postes supprimés (-23%). Le tertiaire a perdu 22.100 postes (-11,6 %). Dans la construction, la baisse s'est accentuée nettement (-10,2 %, 12.400 postes en moins).

Au final, sur un an, entre le premier trimestre 2008 et le premier trimestre 2009, "un emploi intérimaire sur trois a été supprimé dans l'ensemble des secteurs concurrentiels" (soit 227.200 postes en moins), "un sur deux dans l'industrie et quatre sur cinq dans l'automobile", souligne le ministère.

Le bilan de l'année 2008 également négatif

Par ailleurs, sur l'ensemble de l'année 2008, le volume de travail temporaire s'est replié "nettement" par rapport à 2007, "pour la première fois depuis 2003", tout en restant supérieur à 2006, avec 604.300 équivalents-emplois à temps plein en moyenne annuelle (-33.600, soit -5,3% sur un an), selon une autre étude du ministère du Travail.

Le "repli" s'est fortement accentué en fin d'année, puisqu'au quatrième trimestre le volume de travail temporaire est revenu à "son plus bas niveau depuis 1999". La chute s'est concentrée sur l'industrie (-9%) et la construction (-5,1%), les deux secteurs les plus utilisateurs, tandis que les effectifs ont faiblement baissé dans le tertiaire (-0,3%).

En 2008, les hommes (qui représentent près de deux tiers des intérimaires), les ouvriers (qui assurent 78% du volume de travail temporaire), et les jeunes ont été les plus affectés.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Comment se fait-il qu'une pub m'empêche de lire confortablement l'article. Rien à faire pour la fermer. c'est de plus en plus souvent et casse pied. Je cherche de suite un autre site d'information
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
C'est un indicateur du marché de l'emploi et il n'est pas bon. Il sera probablement encore plus que mauvais cet automne à moins que Nicolas emprunte une nouvelle fois de l'argent sur les marchés financiers. Les Chinois qui travaillent comme au temps de Zola dans les usines de production, ont compris que la production est la seule source de création de richesse. Ils vont nous prêter, c'est sûr comme aux américains, un peu d'argent pour que nous continuons à acheter leur camelote et ainsi faire de la relance à leur profit. Quant à nous occidentaux, la bêtise nous étouffe chaque jour un peu plus et en premier lieu nos dirigeants comme Obama et Sarkozy, qui font des politiques économiques idiotes à très court terme : développement des métiers de la logistique pour acheminer les produits asiatiques, développement des services commerciaux pour négocier les achats en Asie, etc...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :