Nicolas Bazire mis en examen dans l'affaire Karachi

 |   |  314  mots
REA
Nicolas Bazire, ancien directeur de cabinet d'Edouard Balladur, a été mis en examen ce jeudi dans le cadre d'une enquête sur des contrats d'armement présumés frauduleux, soupçonnés d'avoir servi à financer la présidentielle de 1995.

Nicolas Bazire a été mis en examen ce jeudi. Cet ancien directeur de cabinet d'Edouard Balladur est soupçonné de complicité d'abus de bien sociaux. Il est suspecté d'avoir reçu des fonds provenant de ventes d'armes avec le Pakistan pour financer la campagne présidentielle de l'ancien premier ministre en 1995. Le juge anti-corruption Renaud Van Ruymbeke l'a laissé en liberté sans contrôle judiciaire.

Directeur général de la holding privée du groupe de Bernard Arnault, Nicolas Bazire siège au conseil d'administration du groupe de luxe LVMH. Ce proche de du président de la république était son témoin de lors de son mariage avec Carla Bruni en 2008.

Il aurait été lié à Ziad Takieddine. Cet homme d'affaires, mis en examen la semaine dernière pour recel et complicité d'abus de biens sociaux, serait le pivot de deux affaires de contrats d'armement : la vente de sous-marins au Pakistan en 1994 ainsi qu'un marché de frégates avec l'Arabie saoudite. Selon un témoin entendu le 8 septembre par la police, Ziad Takieddine aurait remis des sommes d'argent à Nicolas Bazire après un voyage en Suisse. C'est du moins ce qu'indique le site internet d'informations Mediapart.

Un autre proche de Nicolas Sarkozy mis en examen

Un membre du cercle de Nicolas Sarkozy, Thierry Gaubert, l'un de ses conseillers lorsqu'il était ministre du Budget en 1993-1995, avait lui aussi été mis en examen mercredi pour recel d'abus de biens sociaux dans la même enquête.

Une autre procédure est ouverte sur un attentat ayant tué 11 Français en 2002 au Pakistan. Ces personnes travaillant sur le contrat de sous-marins qui pourrait avoir un lien avec la corruption. Jacques Chirac, élu à l'Elysée, avait en effet interrompu les paiements liés au contrat pakistanais, ce qui pourrait avoir eu cet attentat pour conséquence selon une hypothèse encore non démontrée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :