3% de déficit en France en 2013, mission impossible ?

 |   |  934  mots
Pierre Moscovici, ministre de l'Economie  Copyright Reuters
Pierre Moscovici, ministre de l'Economie Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La dégradation de la conjoncture dans la zone euro, dont témoignent les derniers indicateurs, rend l'objectif de 3% de déficit en 2013 de plus en plus difficile à atteindre. Voire contreproductif. La question d'un décalage sera posée un jour ou l'autre.

L'Espagne a donc obtenu un délai pour ramener ses déficits publics à 3% du PIB. Ce sera plutôt 2014 que 2013. Cette décision avait tout de l'évidence, tant l'Espagne se débat dans les difficultés : son déficit, officiellement prévu à 5,3% de la richesse nationale, va sûrement déraper.
Et la France ? Un tel délai est-il envisageable ? La question relève, aujourd'hui, du tabou. Au sein du gouvernement, elle est considérée comme hors de propos. L'équipe conduite par Jean-Marc Ayrault l'assure, Paris réduira évidemment son déficit. Il sera bel et bien ramené de 4,5% du PIB cette année à 3% en 2013. "Nous atteindrons les objectifs pour 2012, 4,5%, nous atteindrons les objectifs pour 2013, 3%, et nous le ferons tout en menant notre politique, celle pour laquelle les Français ont élu François Hollande" à la présidence de la République, a insisté Pierre Moscovici , ce mercredi, depuis Luxembourg.

Bruxelles préconise des mesures de long terme....

Comment ? La commission européenne critique les options pro-croissance défendues à Bruxelles par François Hollande, qui pourraient se traduire par des « project bonds » (obligations de projets) ou de nouveaux prêts de la Banque européenne d'investissement, au motif que tout cela prendra beaucoup du temps... mais c'est pour suggérer une série de réformes structurelles (concurrence accrue dans certaines professions, déréglementation de l'aménagement du territoire, libéralisation du marché du travail) dont l'effet sur la croissance serait tout aussi long, voire plus, à se manifester. On compte là en années....

... et suggère aussi la chasse aux niches fiscales
Elle suggère aussi, cela a été moins souligné, de mener la chasse aux niches fiscales. Or, c'est justement ce qu'a prévu le candidat François Hollande, qui l'annoncé de longue date, le jour même de la présentation de son projet, le 26 janvier. L'essentiel des 29 milliards d'euros de recettes nouvelles annoncées ce jour, et destinées à réduire le déficit public, proviendraient de la remise en cause de niches, dont bénéficient notamment les entreprises. Celles-ci paieraient beaucoup plus d'impôt sur leurs bénéfices, entre autres.
Le hiatus entre la Commission européenne et Paris tient sans doute à l'ampleur de ce programme de remise en cause des niches fiscales, qui s'apparente, in fine, à un plan de hausses d'impôts : Bruxelles voudrait qu'on insiste plus, en France, sur les baisses de dépenses. Ce que le candidat Hollande s'est refusé à programmer, arguant que le ralentissement du rythme global de hausse de la dépense publique, à 1% l'an (contre +2% en tendance) représentait déjà un effort important.

Dégradation constante de la conjoncture
Quoi qu'il en soit, ce programme de « consolidation » des comptes, comme on dit à Bruxelles, pourrait être difficilement applicable. Ou, tout au moins, sa mise en ?uvre risque de ne pas avoir les effets positifs escomptés sur les comptes publics. Car il interviendrait dans un contexte conjoncturel beaucoup plus dégradé qu'il ne l'était en début d'année.
La France, on le sait, a pour l'instant -jusqu'à la fin du premier trimestre 2012- échappé à la récession. De peu, mais le PIB n'a pas diminué. Or les indicateurs publiés ces derniers jours donnent à penser que ce ne sera plus longtemps le cas.

La confiance des chefs d'entreprise français s'est sensiblement dégradée, en mai, a annoncé l'Insee jeudi dernier. Si ce constat était simplement français, l'idée pourrait être défendue que l'économie française, en exportant un peu plus, serait en mesure d'éviter le pire. Le hic, c'est que le marasme est européen. La commission européenne a publié ce mercredi son indicateur du climat des affaires. Celui-ci est tombé son plus bas niveau depuis la fin 2009 (année de récession). Toutes les composantes sont mal orientées, soulignent les économistes : c'est le cas de la production passée, de celle à venir, des stocks, des carnets de commande...

De son côté, la Banque centrale européenne a annoncé, toujours ce mercredi, un nouveau ralentissement du crédit au secteur privé dans la zone euro. Les encours de crédit ne progressent que de 0,3% sur un an (d'avril 2011 à avril 2012), soit une baisse en valeur réelle, compte tenu de la hausse des prix. « Ces données pointent des tendances déflationnistes en zone euro » estime Christian Schulz, économiste à la banque Berenberg. Ces indicateurs pourraient donc annoncer l'imminence d'une récession qui toucherait l'ensemble des pays membres de la zone.

Deux fois le plan Juppé
Un plan de hausses d'impôts de 29 milliards d'euros (1,5 point de PIB, soit deux fois le plan Juppé de 1995, accusé d'avoir « cassé » la croissance), auquel le gouvernement ajouterait, pour faire bonne mesure, une quinzaine d'autres milliards d'impôts destinés à financer des mesures nouvelles, est-il adapté à la conjoncture actuelle ?
La présidente du Medef avait évoqué à ce sujet une « charge écrasante pour les entreprises ». Il est naturel que celles-ci acceptent mal de payer plus d'impôt. Mais, en l'occurrence, il n'est pas certain que Laurence Parisot exagère outre mesure...

Peut-on envisager des coupes d'un montant équivalent dans les dépenses? Même si cette politique était praticable -aucun politique n'a jamais préconisé une telle saignée, à ce rythme- la conséquence d'un tel choix pourrait être l'entrée dans une spirale récessive. Du coup, la situation des déficits ne s'améliorerait pas, bien au contraire. C'est ce qu'on voit en Espagne. La solution ? Décaler d'un an le retour à 3% de déficit. Inenvisageable aujourd'hui, peut-être dans quelques mois....
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/10/2012 à 12:04 :
Comme on dit impossible c'est pas français (humour)
a écrit le 01/06/2012 à 10:00 :
la réduction des dépenses doit commencer par la réduction drastique du nombre de députés, de sénateurs et de niveaux administratifs régional, général, départemental cantonal communautaire et communal
la suppression du ministère du développement, remplacée par la baisse de 30 % des charges salariales et patronales et la hausse de la TVA à 11 % au lieu de 7 % et à 25 % au lieu de 19.6 %.
TBon courage Monsieur Hollande.
a écrit le 31/05/2012 à 21:25 :
Il ne faut jamais plus de chef que d'indients ; trop de parleurs et d'organisteurs de tout poil ; un secteur public en expansion, et des besogneux de plus en fatigués
et bientot de plus en plus spoliés;
Donc mauvais conseil : laissez les penseux se lever le matin, et vous dormez;
a écrit le 31/05/2012 à 18:06 :
En France ce n'est jamais le moment de réduire les dépenses! Et pourtant nos dépenses publiques dépassent celles des allemands de 160 milliards! Pourquoi embaucher 60 000 enseignants quand déjà 4 enseignant sur 10 ne sont pas devant les éléves du fait de l'absentéisme, des déttachements et des trop nombreuses options en sous charge. Ne faut-il pas commencer par là? Pourquoi revenir sur la réforme des retraites en finançant cette réforme à crédit? Pourquoi le coup de pouce au SMIC pour augmenter les éxonérations de charges et quand il est le plus élevé d'Europe?
Réponse de le 31/05/2012 à 19:44 :
Entièrement d'accord avec vous.
J'ajouterai à l'ensemble : "que nos politiques, bien trop nombreux du reste, réduisent leur train de vie".

Nous avons eu l'excellent article : "comment j'ai ruiné la corrèze en 4 ans seulement"
nous aurons bientôt "comment j'ai achevé la France en 4 mois seulement"
Réponse de le 31/05/2012 à 20:11 :
libéral et marie... reçu 5/5.
Réponse de le 31/05/2012 à 21:08 :
Rerationalisation nos entreprises au lieu de les livrer à la mafia libéral et nous n'aurons plus aucun problème de financement.
Réponse de le 31/05/2012 à 22:45 :
L'Etat est le problème pas la solution.
Comment peut-on parler de mafia libérale alors que la dépense publique représente 56% du PIB? Moi je parlerai plutôt de mafia étatique.
a écrit le 31/05/2012 à 17:28 :
F. Hollande reste très discret sur les économies de dépense à réaliser, et préfère les augmenter avec de l'argent que l'on n'a pas...et pressurer le pays avec des impôts délirants ne fera que casser totalement la faible croissance et faire fuir les capitaux et entrepreneurs. La faillite approche !
Réponse de le 31/05/2012 à 21:45 :
Arrêtons déjà de donner les bénéfices de nos entreprises à la finance mafieuses et nous aurons beaucoup moins de problème de financement.....
a écrit le 31/05/2012 à 16:12 :
Le bateau va couler ,mal parti la
a écrit le 31/05/2012 à 15:44 :
En quoi la situation économique a t elle changé entre le 5 et le 7 mai 2012. Depuis le début de l année l ex candidat devenu Président clame sur tous les toits qu'il tiendra l obligation de revenir à 3% de déficit en 2012. Pourtant il a depuis de longues années tous les chiffres grâce à la Cour des Comptes et la commission des finances. Peut être commence t il à se rendre compte que les annonces de dépenses publiques grèvent lourdement cette possibilité. Et ce n est qu'un début...
Réponse de le 31/05/2012 à 20:24 :
Hollande, soigne sa clientèle : enseignants et autres fonctionnaires, immigrés qui demain vont voter, assistés de tout poils, parasites de tous les bords ..., pour les autres il leur suffira de bosser...
a écrit le 31/05/2012 à 14:46 :
la verite c'est que l'on peut diminuer la depense public sqns toucher qux investissements etc mais en touchant aux depenses de fonctionnement et en supprimant les doublons. Ainsi la reforme de la territorialité de Sarkozy n'était pas mauvaise, mais n'allait pas assez loin. Meme la comission Attali preconisait la suppression des départements et on ne peut pas taxer ce dernier d'etre un économiste ultra-libéral. Le département répond à une logique qui n'est plus de notre temps et ce découpage n'a aucune utilité. Et je ne commencerai meme pas à parler des communes, où l'on a créé l'intercommunalité qui au final n'a fait qu'empirer le problème au lieu de le résoudre... Mais les élus ne toucheront jamais à tout ça...on ne coupe pas la branche sur laquelle on est assis....
Réponse de le 31/05/2012 à 19:19 :
Sauf que tout cela ne peut fonctionner sans modification du statut des fonctionnaires !
Et c est la que tout le monde renonce ! Rendre les fonctionnaires licenciables, c est impensable en France !
Si l etat voulait diminuer sa masse salariale autrement que par le non renouvellement d un fonctionnaire sur 2, il faudrait licencier ! Et cela est impossible ! Idem pour la suppression des doublons !!!! car le doublon que devient il ?? est il recase dans une autre administration ou il fera doublon a nouveau !?!
a écrit le 31/05/2012 à 14:29 :
Non Madame la Marquise tout va bien, François le Président normal tiendra ses objectifs ... comment ? Heu Heu heu ... !!
a écrit le 31/05/2012 à 13:55 :
nous revivons les années 30 ! Le front populaire , les soupes populaires , l ' essor du luxe , l'insouciance des fêtes , les réunions internationales foireuses et bientôt Chamberlain et Daladier avant l'ansluss israélo- pétrolier . Poutine est à Paris avec Assad dégoupillé dans la main . Hollande agite les droits de l' homme pour lui faire peur ...
a écrit le 31/05/2012 à 13:13 :
Plus qu'à attendre qu'un délai supplémentaire soit accordé par l' UE pour atteindre les 3 pour cent du PIB et la mascarade politico-européenne pourra fonctionner et faire croire aux peuples que tout va bien et continuer de les presser comme des citrons ... En attendant même si des difficultés commencent à pointer leur nez en Chine, celle-ci va jouer un rôle très important sur le devenir de l'Europe, car personne n'est dupe sur l'effondrement des marchés et de l'industrie... à qui profite le crime !?
a écrit le 31/05/2012 à 12:34 :
Recevoir un email si quelqu'un répond à mon commentaire.
a écrit le 31/05/2012 à 12:34 :
I wish I could read in French.
a écrit le 31/05/2012 à 10:41 :
Pauvre FRANCE les socialistes vont la saigner !
Réponse de le 31/05/2012 à 11:05 :
Les étatistes sarkozistes l'ont déjà fait au cas où vous ne l'auriez pas remarqué...
Réponse de le 31/05/2012 à 12:15 :
Il faut sortir du sarkosisme primaire Henri
Par contre c et pas en ouvrant les robinets sans avoir les recettes en face qu on va limiter l endettement de la France qui sclérosera la France encore plus
Réponse de le 31/05/2012 à 12:43 :
Allooons, Mocro. Ne me dites pas que vous ignorez que nous entrons en récession logique. D'accord, quelques planches à billets vont corriger les "PIB", mais lorsque la croissance de la Chine descend, cela signifie qu'il n'y a plus de demandes.
Réponse de le 31/05/2012 à 13:03 :
@ mocro
Je constate les chiffres et le bilan de l'étatisme sous Sarkozy : pas pire ni mieux que l'étatisme sous Jospin ou Chirac
Hollande ne fera qu'empirer
Aucune alternance en la matière
a écrit le 31/05/2012 à 10:34 :
je n'ai toujours pas entendu où le gouvernement va faire des économies. augmenter les impots bouche les trous mais tue la croissance; ex sur tf1 il on bien annonce l'augmentation de la prime de rentrée mais n'a pu répondre de facon clair sur son financement
a écrit le 31/05/2012 à 9:53 :
60% d'impôts de plus? Espérons que vous aurez une révolution!
a écrit le 31/05/2012 à 9:51 :
Soyons réalistes, la plupart des pays d'Europe sont plantés, l'Angleterre a 10% de déficit et 17% de chômage, comme nous pour un déficit moindre. Les pays d'Europe du sud ont carrément explosé. Il est temps de changer de système et de remettre les états au service de la société. Dans tous les pays nous devons soulever la population contre la malfaisance politique. De plus, comment peut-on tolérer de vivre dans des pays qui ont des millions de chômeur alors que l'on refuse à ceux qui créent l'emploi, nos diplômés, l'accès à la vie active? C'est un système qui perd le sens de l'humanité... c'est à dire celui du progrès. Quel progrès sur des dettes que l'on consomme au lieu d'investir? Voyez notre administration, à quoi sert-elle si ce n'est à créer du chômage? Les services de l'emploi ne servent à rien...
Réponse de le 31/05/2012 à 10:04 :
"...ceux qui créent l'emploi, nos diplômés,..." :
un tout petit détail : ceux qui créent l'emploi, ce sont les entrepreneurs, même non diplômés ! car des autodidactes, il y en a beaucoup, heureusement ! Seulement à force de taper sur les entreprises, de les taxer, de les critiquer, de les démoraliser, ben on finit par développer...le chômage !
Les entrepreneurs, qu'attendent-ils de l'état :
1/ qu'on leur foute la paix.
2/ qu'on arrête de les presser comme des citrons.
3/ qu'on arrête de multiplier les contraintes administratives qui font que dans
ma petite entreprise par exemple (9 salariés), il y a 2 personnes rien que pour l'administratif, soit plus de 20% des emplois qui ne sont pas productifs...!! alors avec ça, comment investir ??
Réponse de le 31/05/2012 à 10:17 :
Ce qui crée le chômage c'est la productivité.
Comparez la moisson en 1900 et la moisson en 2012.
En 2020 ou 2030? la moissonneuse batteuse se passera de conducteur, elle sera guidée par satellite.
En 2050 les avions seront tous des drones sans pilotes, comme les métros, les trains, les camions et les taxis.
Les manutentionnaires seront remplacés par des robots.

Bref, nous autres ingénieurs rendons l'homme inutile, et ça ne fait que commencer. Il faudra qu'on revienne à une société ou le but de l'homme ne soit pas le travail, et sa valeur le montant de son compte en banque.


Réponse de le 31/05/2012 à 11:48 :
Très bien vu, LS. Quoique, vu l'état actuel du système, ça devrait se faire tout seul.
Réponse de le 31/05/2012 à 12:20 :
@LS :

tjrs les mêmes remarques débiles : c'est la productivité qui crée l'emploi, elle ne le détruit pas. Lisez donc Bastiat, et surtout "ce qui se voit" et "ce qui ne se voit pas". La productivité crée la croissance qui crée l'emploi, la preuve ? il y a 4 fois plus d'emploi en France en 2010 qu'en 1900, pour une production multipliée par 50 ans, mais par contre, 95 % de la population ne travaille plus aux champs, contre 10 % en 1900 ...
Les faits vous conteredisent ...
Réponse de le 31/05/2012 à 16:07 :
@John galt Bastia (t): quelle référence en économie! vous parlez de productivité corse je suppose? Non, la productivité ne crée pas d'emplois elle crée de la croissance et des marchandises, en détruisant de l'emploi. Quand la productivité baisse (cf UUSA dans la restauration cela crée de l'emploi. Par contre l'innovation crée de nouveaux débouchés et donc de l'emploi (Schumpeter).
Réponse de le 01/06/2012 à 8:53 :
Opposition inopérante et sans intérêt : l'innovation renforce la productivité. La productivité ne détruit pas de l'emploi mais libère du potentiel de travail pour faire mieux ou autre chose. Seules les taxes et les réglementations ubuesques ont la capacité de détruire les emplois, en décourageant le travail.
a écrit le 31/05/2012 à 9:16 :
nous allons être une nouvelle fois tous KARCHERISE(E)S.
Préparez vous à manger vos poubelles dans 5 ans parce que de l'argent il y en a plus.
La France s'endette en bonne partie pour réparer ce qui est saccagé dans les banlieues il faut également le rappeler.
Triste fin que cette douce France. L'Allemagne nous proposera de racheter la Corse et qq territoires pour diminuer notre dette mais est-ce que les Français sont prêts à cela ?
Réponse de le 31/05/2012 à 9:27 :
l'allemagne est grandement dépendante des pays qui vont faire faillites, et son niveau d'endettement est déjà record. Il ne faudra pas longtemps pour qu'elle se retrouve dans une situation similaire à la notre. L'allemagne n'a en tout cas pas les moyens, déjà aujourd'hui, de faire ce que vous écrivez!
Réponse de le 31/05/2012 à 9:53 :
Ah alors ça va si l'Allemagne plonge en même temps. Typique.
En France, on a les pieds dans la M, mais il faut surtout que personne d'autres ne s'en tire ou n'en profite.
Réponse de le 31/05/2012 à 12:24 :
ca m etonnerait que les allemands soient assez fou pour acheter la corse (ou alors il faudra qu on fasse le menage avant et qu on amene les corses en france
a écrit le 31/05/2012 à 9:11 :
Pourquoi vous inquiéter, F H a annoncé à plusieurs reprises avoir tout prévu. Il est magique, vous allez voir!!!
Réponse de le 31/05/2012 à 9:35 :
Le désastre économique actuel résulte des gouvernements Raffarin, DeVillepin, et surtout Fillon tous seigneurs de l'UMP depuis 10 ANS.
Réponse de le 31/05/2012 à 9:41 :
faux :FH et la gauche a toujours fait bilan de NS en disant qu il n y avait pas de crise donc tout va bien
Réponse de le 31/05/2012 à 10:34 :
on se chamaille tout notre energie est pour se chamailler le bateau est coule et on se chamaille encore .....moralite nous allons PER?????
a écrit le 31/05/2012 à 9:07 :
On le voit tous, c'est un système qui ne marche pas et nous ne devons plus coopérer.
Réponse de le 31/05/2012 à 9:37 :
Les citoyens européens et français en 1er lieu attendent que sieur Baroso et ses inutiles collaborateurs démissionnent. L'Europe peut se passer d'eux.
a écrit le 31/05/2012 à 9:06 :
La question des dépenses soulève celle de l'administration... avec l'UMP il n'y a pas eu de réforme de l'Etat. Voyez les efforts qu'ont fait les allemands? Même l'OCDE dénonce l'Etat français parce qu'il fait du vrai faux social.
a écrit le 31/05/2012 à 9:04 :
Résorber le déficit c'est une chose, continuer à faire le sourd sur le désastre économique en est une autre. Espérons que les électeurs aux législatives sanctionnerons l'UMP pour son échec. Nous avons des tas de qualifications que l'on refuse d'employer, elle est là notre croissance. Concernant le déficit, je serais d'avis que les riches payent et non pas les classes moyennes qui triment et n'en ont pas pour leurs efforts...
Réponse de le 31/05/2012 à 9:15 :
Le problème, c'est qu'il n'y a pas assez de riches en France. Mieux vaut faire payer les pauvres, ce sera plus efficace.
Réponse de le 31/05/2012 à 12:02 :
C?est le propre du socialisme, on fait payer les moins aisés mais on flatte ses partisans, syndicats et fonction publique, le reste taillable et corvéable, tant qu?il continue à voter dans le bon sens quitte à le grossir de la diversité.
Réponse de le 31/05/2012 à 16:10 :
@TroKa : vous avez entendu parler de l'euthanasie du rentier (Keynes)?
Réponse de le 31/05/2012 à 17:21 :
Les socialistes chassent les riches et les entrepreneurs hors de France et seront obligés de pressurer les classes moyennes encore plus !
a écrit le 31/05/2012 à 8:56 :
Droite ou Gauche, tant que nous ne changerons pas de système économique, crises, déficits, austérité continueront. L'urgence est de commencer à nous sevrer de notre addiction au pétrole, dans la perspective que ce produit va commencer à manquer et donc devenir de plus en plus cher.Il faut arrêter l'agitation perpétuelle mondiale par une consommation de transport démente. Revenir à de la production et de la consommation sur place. Pour le bien de la planète et pour le notre aussi.Si nous ne le faisons pas volontairement, ce sera par la contrainte et les larmes vont couler longtemps, très longtemps.
Réponse de le 31/05/2012 à 10:06 :
ouais : fermons les usines, ça pollue ... bon, d'accord, on sera tous chômeur ... mais à l'air pur !!
Réponse de le 31/05/2012 à 10:06 :
ouais : fermons les usines, ça pollue ... bon, d'accord, on sera tous chômeur ... mais à l'air pur !!
Réponse de le 31/05/2012 à 12:41 :
Oui de toute manière dans 30 ans on aura grosomodo fini toute nos énergie non renouvelable, a la fois les minerais et les énergies fossile/nucléaire, ou alors leur pris sera tellement cher qu'elle seront inaccessible... Et donc au réponse ironique si dessus, peut être que vous êtes bien installer dans votre vie, la quarantaine, et que quand ce grand problème arrivera vont ne serrer pas concerné longtemps mais ce n'est pas malheureusement pas mon cas.... ni celui de vos enfants au passage... et perso je préféré une perte de" qualité de vie" lente mais adapté que un choc " énergétique" sans précédent donc les résultats risque d'être dévastateur PS: et non je ne suis pas un fervent écologique....
Réponse de le 01/06/2012 à 8:46 :
Il y a plus d'un siècle qu'on nous raconte que les réserves seront épuisées dans 30 ans. La blague est sans fin.
a écrit le 31/05/2012 à 8:43 :
Le problème n'est pas d'atteindre un déficit de 3 % du PIB. Le vrai problème est d'atteindre l'EQUILIBRE !!!
....et pour rembourser la dette, il faut des EXEDENTS.
a écrit le 31/05/2012 à 8:25 :
Facile, voir votre photo...

cela commence par des économies de savon à barbe, et de lames, ou d' électricité, du ministre concerné.;
quel bel exemple...

a écrit le 31/05/2012 à 8:19 :
tout à fait possible..

On trouve dans le commerce , des manuels de calcul et d' arithmétique,

qui ont été utilisés , de nombreuses années , pour la comptabilité de la Grèce,

mais maintenant, cela risque de ne pas marcher, car Bruxelles est " en éveil" !!!
a écrit le 31/05/2012 à 8:01 :
LES POLYPENSIONNES EN ONT ASSEZ DE NE PAS ETRE EVOQUES PAR LES MIEDIAS, LA SITUATION DE CERTAINS RETRAITES EST CATASTROPHIQUE ET CEST UN SCANDALE QUE L'ETAT NE FASSE RIEN .
Réponse de le 31/05/2012 à 8:59 :
Si on intègre les retraites dans la comptabilité on obtient 10000 milliards de dettes...
Réponse de le 31/05/2012 à 12:25 :
il faut taxer encore plus les jeunes pour que tous les vieux puissent aller faire des croisieres.
ca creera de l emploi chez costa croisiere !
Réponse de le 31/05/2012 à 17:30 :
Les retraités ont eu quasiment le plein emploi pendant une bonne partie de leur carrière, une forte croissance, de l'immobilier pas cher ("donné" presque !) ... Qu'ont les jeunes et les salariés aujourd'hui ? Tout l'inverse ! Mais on leur demande bien sûr d'en faire plus pour les "pauvres" retraités. C'est une mauvaise blague ? Je ne dis pas que tout les retraités sont riches, mais de la à étrangler les jeunes sous plus d'impôts, c'est totalement anormal ...
Réponse de le 31/05/2012 à 20:01 :
Vous répondez cela car vous ne connaissez pas la situation faite aux retraités polypensionnés , certains sont dans la misère alors qu'ils ont travaillé autant et avec un même niveau de qualification que d'autres qui ont des retraites tout à fait convenables .
Cela est dû au mode de calcul de leur retraite . Les années incomplètes comptent pour des années pleines pour le calcul du salaire annuel moyen puisqu'ils n'ont pas les 25 meilleures années . De plus, ils ont été classés à l'échelon 1 à leur entrée dans la fonction publique .
Réponse de le 01/06/2012 à 8:44 :
Non seulement le système des retraites par répartition est économiquement intenable mais c'est également le plus injuste qui soit. Il est temps de l'abandonner et de passer aux retraites par capitalisation dès le premier euro cotisé.
a écrit le 31/05/2012 à 7:51 :
Ce n'est pas un problème de dépasser les 3 %. Il faut juste une bonne excuses, p.ex. pas de chance, manque de croissance ou d'autres imprévus et voilà l'UE va avaler un déficit plus élevé comme depuis 35 ans.
Ce sont nos enfants qui vont payer, vives les vacances pour nous!!!
Réponse de le 31/05/2012 à 8:22 :
on peut utiliser , encore quelques années, l' excuse Sarko, après ce seral la faute à Voltaire, promotion ENA oblige !! Rousseau viendra ensuite...
a écrit le 31/05/2012 à 6:55 :
Parvenir à une forte amélioration des exportations nettes demande une amélioration très substantielle de la compétitivité internationale qui ne peut être obtenue - puisqu'on ne peut pas dévaluer à l?intérieur de l'Union monétaire - que par une dépréciation très importante de l'euro.
Réponse de le 02/06/2012 à 5:25 :
comment font les Suisses, Autrichiens, Allemands, Suedois...... qui ont toutes des monnaies fortes
a écrit le 31/05/2012 à 0:44 :
faut pas rêver. La France va rejoindre la Grèce, ce n'est qu'une question de temps... il faut mieux s'y préparer, car quand ça arrivera, les fonctionnaires, les retraites et un tas d'autres choses ne seront plus payées...
Réponse de le 31/05/2012 à 15:06 :
CARPE DIEM la rose est aux manettes tous se passera bien vous aller voir
a écrit le 30/05/2012 à 23:30 :
et pourquoi pas en 2113, çà serait pas mieux et surement plus objectif
a écrit le 30/05/2012 à 23:28 :
Avec l'équipe de bras cassés, c'est mission impossible. Ils veulent faire financer nos dettes publiques par les européens.La méthode de la gauche c'est réduire les déficits en augmentant les dettes.
Réponse de le 31/05/2012 à 14:09 :
parceque l'équipe précédente à un bilan de bras .......d'honneur
a écrit le 30/05/2012 à 22:32 :
Comme toutes missions impossible, 3% en 2013 c est un objectif possible!
Par contre pas de demie mesure !
Et pour y arriver, il faudra faire des reductions dans les depenses collossales, et augmenter les impots !
Bref, faire des sacrifices SOCIAUX !!
Sommes nous vraiement pret a faire ces sacrifices ???
Telle est la question !
En un mot, si l on veut on peut ! Mais veut on ???
a écrit le 30/05/2012 à 21:53 :
Même si cette politique était praticable -aucun politique n'a jamais préconisé une telle saignée, à ce rythme- la conséquence d'un tel choix pourrait être l'entrée dans une spirale récessive...Vous pensez pas qu'il y a dans ce pays un formidable gachis? Sans sabrer dans les dépenses sociales, on pourrait supprimer des niches fiscales, lutter contre la fraude,supprimer un échelon au niveau local, privatiser..Si même la Tribune devient socialiste...Regarder des pays libéraux comme Singapour,Lettonie,Estonie, rebondissent après avoir sabrer dans leurs dépenses.

Pourquoi ce dogme de la dépense publique? C'est le gouvernement qui vous dicte ce qu'il faut écrire?! Pensée unique , pensée inique..
Réponse de le 30/05/2012 à 22:34 :
Stop au baratin sur la recession !
Nous y sommes et sans reduction des depenses ! Quelle est la croissance en France :1% et je suis genereux !
Donc la recession : nous y sommes !
Réponse de le 30/05/2012 à 23:28 :
la récession permet de freiner la pollution , c'est bon l'air pur pour les bobos !!
Réponse de le 31/05/2012 à 8:46 :
@aspect positif
L'air pur est bon pour tous, et la récession est la conséquence inévitable d'une mondialisation anarchique basée sur les transports, quels qu'ils soient. La récession c'est un monde où la consommation de matières premières et particulièrement le pétrole sont démentes. La récession ne prendra fin qu'avec la fin du pétrole qui engendrera un autre type de société.Faut attendre entre 10 et 15 ans pour espérer respirer à nouveau un air pur.
Réponse de le 31/05/2012 à 8:46 :
@aspect positif
L'air pur est bon pour tous, et la récession est la conséquence inévitable d'une mondialisation anarchique basée sur les transports, quels qu'ils soient. La récession c'est un monde où la consommation de matières premières et particulièrement le pétrole sont démentes. La récession ne prendra fin qu'avec la fin du pétrole qui engendrera un autre type de société.Faut attendre entre 10 et 15 ans pour espérer respirer à nouveau un air pur.
a écrit le 30/05/2012 à 21:40 :
oui si matraquafe fiscal
a écrit le 30/05/2012 à 21:10 :
Il est temps de mettre gouvernement, parlement et élus à la diète.
Réponse de le 30/05/2012 à 22:35 :
Oui, mais cela ne sera pas suffisant !
Réponse de le 31/05/2012 à 9:39 :
oui mais c'est indispensable.
a écrit le 30/05/2012 à 20:43 :
Avec Hollande et son cortège de socialos au pouvoir, il n'y a strictement aucune chance. Sauf la comptabilité créative peut-être, mais même là, ce ne pas certain du tout. Le "rêve" va se terminer dans une explosion de déceptions et de déficits abyssaux. "Faut pas jouer au riche quand on n'a pas le sous".
Réponse de le 30/05/2012 à 22:12 :
Ils vont se contenter de transférer massivement aux collectivités territoriales, comme d'hab. Comme ils sont avant tout manoeuvriers, ils auront l'assentiment de Bruxelles qui ne rêve que de détruire les états-nations au profit des régions qu'elle a redessinées et d'elle-même.
De toute manière, ces gens passent leur temps (nos élites) à tricher. Tout le monde, y compris l'Allemagne, savait que les comptes grecs étaient maquillés. Tout le monde sait que les européens ne veulent pas de la Turquie. Au final, ils font ce qu'ils veulent de plus en plus en dehors des mandants que nous leurs confions.
a écrit le 30/05/2012 à 20:34 :
Vous vous inquiétez pour rien! Regardez! Il a même le temps de s'occuper de son look notre super ministre! Un peu de barbe pour faire branché, c'est une star! Ne parlons pas de notre président! Lui est au dessus de la mêlée. Il imposera sa volonté à Bruxelles et aux Allemands! Puisqu'on vous le dit! De toute façon, tout peut évoluer... enfin pas de faux pas avant les législatives! Hein!
Réponse de le 30/05/2012 à 22:37 :
Avant les legislative : laissons le temps au temps !
Ne faisont rien ! et remportons les elections, apres ce sera parti pour 5 ans!!
a écrit le 30/05/2012 à 20:29 :
je vois déjà des économies réalisées sur les achats de rasoir ...... à moins qu'il préfère éviter de penser à je ne sais quoi en se rasant .....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :