La rigueur pourrait malheureusement se durcir en 2013

 |   |  300  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Si les prévisions des économistes se confirment, ce ne sont pas une trentaine de milliards que la France devra trouver pour atteindre son objectif de déficit public. Mais bien plus.

A chaque jour son pronostic. Après le Fonds monétaire international (FMI) mardi, la Banque de France mercredi, c?est au tour des économistes interrogés par l?agence Reuters de livrer leurs prévisions sur la croissance de la France en 2013. Celles-ci ne sont pas vraiment fameuses, loin s?en faut.

Le consensus Reuters est particulièrement pessimiste

En effet, le consensus s?établit à +0,6%, soit une performance deux fois moins importante que celle espérée par le gouvernement qui tablait il y encore quelques semaine sur une hausse de 1,7% du PIB en 2013. Les estimations varient fortement. Les plus pessimistes anticipent une récession, le PIB reculant de 0,2%, les plus optimistes visant une croissance juste égale à celle que le gouvernement attend. Christian Noyer estime qu?une croissance de 1% est atteignable quand le FMI et le consensus Forecast visent respectivement 0,8% et 0,9% de croissance l?année prochaine.

L?objectif de déficit public devient de plus en plus difficile à atteindre

Dans ce contexte, atteindre l?objectif de 3% de déficit public l?année prochaine paraît illusoire, à moins d?un tour de vis encore plus important sur les dépenses de l?Etat et des collectivités, et d?une augmentation des impôts plus forte que celle prévue. Pour atteindre cet objectif de 3%, avec une croissance attendue de 1,2%, la Cour des Comptes avait estimé que l?effort à produire devait s?élever à 33 milliards d?euros. A cette somme s?ajoutent 5 milliards, conséquences de procès perdus au niveau européen, notamment dans les dossiers de la fiscalité des OPCVM et du précompte d'impôt sur les sociétés. Ces 38 milliards sont à comparer aux 7,2 milliards de hausses d?impôts que le projet de loi de finances rectificatif actuellement en discussion au Parlement prévoit.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/07/2012 à 15:22 :
Avis aux amateurs!!! Commencez à investir dans la vaseline, parce qu'on va en avoir besoin l'année prochaine. Ca va faire mal au derche.
a écrit le 21/07/2012 à 15:26 :
Ahhh, enfin une bonne nouvelle...
a écrit le 20/07/2012 à 16:46 :


La masse salariale des fonctionnaires augmente alors que leur nombre a diminué..
Logique mathématique : celui des retraites aussi.
Les régimes spéciaux demeureront éternellement.
Les revendications de salaires sont prêtes
Les députés ne veulent pas que l'on touche fiscalement à leur argent de poche.
On nous dit que l'électricité augmentera de 50% en 2020.ce qui probablement se produira bien avant
Qui va payer ces augmentations de dépense sans fin ?
Les 50% des foyers fiscaux qui payent des impôts
Je sais que beaucoup ne veulent pas le croire, alors, je redit allez consulter les sites sérieux :
par exemple ,les 2 premières pages de :

www.senat.fr/rap/a09-727/a09-72727.html#page
a écrit le 20/07/2012 à 13:52 :
L'année 1, on fait payer les riches ( ça fait plaisir mais ne rapporte pas beaucoup ). L'année 2 c'est le tour des pauvres : 3/4% de CSG, 2/3% de Tva, là ça rapporte. L'année 3 rérérendum sur le choix suivant : encore des impots ou bien on s'attaque aux dépenses. Après les mesures de l'année 2, les électeurs ont compris. Et alors on peut faire ce qui a marché partout ou cela a été essayé : suppression en une fois ( un 4 aout si possible ) de tous les statuts dont bien sur celui de fonctionnaire ( comme en Suede ), contrats de travail unique, reorganisation de l'Etat ( comme au Canada ) avec comme résultat baisse de 20% des dépenses, réduction du droit du travail à 10 pages ( comme en Suisse ), reorientation de la fiscalité pour favoriser a mort l'entreprise , l'investissement, l'entrepreneur au detriment de l'immobilier, du retraite, des profiteurs du regime, independance de toutes les colonies, division par 2 du nombre d'elus... Apres, nos enfants auront peut etre une chance de ne pas finir domestiques a Shanghai.
Réponse de le 21/07/2012 à 15:28 :
Bah, si ça peut te permettre de trouver ton point G;
a écrit le 20/07/2012 à 10:48 :
Les socialistes vont vite apprendre, à leurs dépens et à ceux de leurs électeurs, qu'on ne peut pas tondre un ?uf !
a écrit le 19/07/2012 à 21:27 :
voilà, on va y arriver. que du bonheur ! les winners qui se sont endettés sur des dizaines d'années pour faire du locatif vont commencer à savoir ce que c'est que de manger du riz et des pates tout les jours....la fiscalité sur la rente est entrain d'exploser. ca remonte tout doucement jusqu'à la carotide...
Réponse de le 20/07/2012 à 10:50 :
Deux petits proverbes pour vous Monsieur:
"La jalousie est un vilain défaut" et "Quand les gros maigrissent, les maigres meurent"
Réponse de le 24/07/2012 à 18:41 :
Abasl'isf vous auriez raison a considérer que nous étions resté sur les rouages d'une époque hélas, mille fois hélas (pour les gros) révolue, d'une époque où de pauvres esprits malhonnête de votre calibre ont tout essayé pour profiter pitoyablement d'un système qui n'existe déjà plus que dans vos cerveaux et vos coeurs malades, rancuniers et aigris d'avoir perdu, complètement perdu la partie. Malheureusement on connait aussi la fable du chêne et du roseau. La connaissez vous? Nous aurons tout loisir de la voir s'animer sous nos yeux dans peu de temps. Bonne chance à vous.

Un maigre.
a écrit le 19/07/2012 à 20:23 :
Ils peuvent durcir la rigueur en 2013, je viens d'apprendre que je partais en poste à Bruxelles en 2013. Merci Patron.
Réponse de le 20/07/2012 à 11:25 :
Objectif 2013: retraite anticipée, et je me casse a Penang. Heureusement que ma pension ne sera pas de source Française..
Réponse de le 21/07/2012 à 15:29 :
En tous cas, vous portez bien votre pseudo.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :