La rentrée du président Hollande s'annonce chaude

 |   |  894  mots
François Hollande en déplacement à Pierrefeu-du-Var / Copyright Reuters 2012
François Hollande en déplacement à Pierrefeu-du-Var / Copyright Reuters 2012 (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Cent jours après son élection, François Hollande a coché nombre de cases sur la longue liste de ses promesses électorales, mais la rentrée du président "normal" s'annonce hors normes : chômage record, récession menaçante, crise syrienne et polémique sur les Roms...

Après cent jours passés au pouvoir, 57% des français reconnaissent à François Hollande sa capacité à tenir ses promesses, mais pas à résoudre la crise. Une situation inédite qui ressort d'un sondage Ifop publié samedi dans Le Figaro. D'après ce sondage, 54% des Français interrogés se déclaraient insatisfaits par l'action du chef de l'État. Alors que le scepticisme se fait de plus en plus ressentir sur le front des finances publiques, de la lutte contre le chômage, de la désindustrialisation, de l'immigration clandestine et de l'insécurité.

De nombreuses promesses ont été tenues

Dés son arrivée au pouvoir, le gouvernement s'est employé, sous l'impulsion du président de la République, à défaire un à un les symboles du quinquennat de Nicolas Sarkozy. La TVA sociale a été supprimée avant même son entrée en vigueur. Le bouclier fiscal a été remisé au placard. Et les heures supplémentaires desfiscalisées, symbole du "travailler plus pour gagner plus", ont été réduites à peau de chagrin. Enfin, les ménages disposant d'un patrimoine d'une valeur supérieure à 1,3 million d'euros se verront soumis à une contribution exceptionnelle en 2012, qui annule au passage les effets des mécanismes d'allègement de l'ISF mis en place en 2011 par l'ancienne majorité UMP. Dans le même temps, les premiers jalons du programme de François Hollande ont été posés. L'encadrement des loyers privés, lors d'une relocation ou du renouvellement du bail, s'applique depuis le 1er août dans 38 agglomérations de l'Hexagone et de l'Outre-mer. Et les dirigeants d'entreprises publiques ne pourront plus toucher de salaires supérieurs à 450.000 euros bruts par an. Autre promesse majeure, les travailleurs entrés dans la vie active avant vingt ans et qui disposent du nombre d'annuités requis pourront bénéficier d'une retraite à taux plein dés soixante ans à partir du 1er novembre. Le SMIC a quant à lui été revalorisé de 2% au 1er juillet pour atteindre 1425,67 euros bruts mensuels pour 35 heures par semaine. Enfin, d'après le sondage publié samedi, 82% des français plébiscitent la réduction du traitement du président et des ministres et le retrait anticipé des combattants français d'Afghanistan est approuvé par 75% d'entre eux. Mais malgré cela, la rentrée du président Hollande s'annonce chaude.

La rentrée s'annonce chaude

Pour l'avenir, seulement 40% des français font confiance à François Hollande et au gouvernement pour trouver des solutions à la crise de la zone euro. Et de nombreux dossiers sont encore en attente d'un arbitrage. Parmi eux, les contours de la tranche d'impôt à 75% sur les très hauts revenus, proposition marquante de la campagne, restent imprécis. Quant aux blocage des prix des carburants, repartis à la hausse, il se heurte aux craintes des pétroliers de voir leur marge diminuer. Le tout alors que le ciel n'en finit pas de s'assombrir. Sur le front de l'emploi, la majorité devra redoubler d'efforts pour enrayer un chômage qui a bondi de 1,1% en juin et a franchi la barre symbolique des 10% sur fond de plans sociaux qui se sont enchainés à un rythme effreiné au printemps et au début de l'été. Dernière mauvaise nouvelle en date, la France devrait entrer en récession ou au mieux continuer de stagner à l'automne. Ce qui ne sera certainement pas de nature à simplifier l'autre tâche titanesque qui attend François Hollande et sa majorité à la rentrée, le bouclage du budget 2013. D'après la Cour des comptes, 33 milliards d'euros d'efforts supplémentaires seront nécessaires pour que la France respecte ses engagements vis-à-vis de Bruxelles l'année prochaine. L'austérité semble inévitable.

Ca s'agite à droite comme à gauche

A droite, on ressort les vielles recettes. Après avoir attaqué le chef de l'Etat sur l'augmentation de la pression fiscale sur les classes moyennes, on reproche à François Hollande son manque de fermeté dans la gestion du dossier syrien. Nicolas Sarkozy s'était permis une sortie la semaine dernière, avant que François Fillon ne prenne à son tour le soin d'égratigner le président de la République sur sa politique étrangère. Dans une tribune publiée lundi par le Figaro, l'ex-Premier ministre et candidat à la présidence de l'UMP avait accusé le chef de l'Etat de manquer de "courage", l'exhortant à faire pression sur Vladimir Poutine pour que Moscou lâche le régime de Damas. Et nul doute que les critiques vont aller en s'intensifiant à mesure que l'on avancera dans la campagne à la présidence du premier parti d'opposition. Mais il n'y a pas qu'à droite que l'on rue dans les brancards. Les expulsions de camps de Roms qui ont eu lieu jeudi à Lille et à Lyon ont provoqué une vive émotion au sein de la majorité, notamment en provenance des Verts et du PCF, soutenus par les associations de défense de ces populations. Et la question du traité budgétaire, héritage du quinquennat de Nicolas Sarkozy, divise déjà. Si bien que le PCF a réclamé à François Hollande la tenue d'un référendum pour sa validation.  Le président de la République et son gouvernement auront donc fort à faire s'ils veulent regagner le soutien de l'opinion à la rentrée, maintenir l'unité dans leur propre camp et ne pas passer un premier hiver des plus rudes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/08/2012 à 11:24 :
FILLON demande à HOLLANDE des mesures courageuses lui qui a dit que la France était en situation de faillite en 2007 ce qui était courageux de le dire l'aurait été plus de prendre les mesures qui s'imposaient à l'époque mais qui a continué a l'endetté de plus de 400 milliards en 5 ans, notamment en créant de nouvelles niches fiscales comme s'il n'y en avait pas eu assez ....la crise a bon dos, c'est l?hôpital qui se moque de la charité !
a écrit le 16/08/2012 à 14:02 :
c'est normal le sondage d'un journal de droite est très subjectif
Réponse de le 24/08/2012 à 16:22 :
Effectivement, l'unique média de droite dans une jungle médiatique complètement acquise à la gauche... enfin jusqu'à ces dernières semaines, car tout va basculer à la rentrée, je vous le dit.
a écrit le 15/08/2012 à 10:19 :
situation normale en déficit chronique, commerce extérieur normal en berne (normal, l'ennemi c'est le privé pour les idéologques de gauche, vive l'asistanat avec l'argent qu'on n'a pas), chomage normal en augmentation, dépenses publiques normales (la plus forte d'europe, en augmentation, et avec de mauvais résultats), productivité normale en chute libre, insécurité normale en hausse (normal, les délinquants sont sympa, l'ennemi c'est le flic), ...et pour tout ça, les français ont élu un président normal, conseiller général de la corrèze, poste où on ne fait que distribuer l'argent du contribuable, qui avance à la vitesse d'un escargot, met en place des commissions pour éviter les problèmes, retarder les décisions qu'il est trop difficile de prendre, augmente quelques dépenses par pur clientélisme en augmentant la dette.....finalement, on n'a que ce qu'on mérite !
Réponse de le 16/08/2012 à 22:03 :
des emplois publics financés par quoi ??? quand on aura compris en france que l'argent de l'état, de la région, de la commune....ce n'est que l'argent du contribuable, on aura enfin fait un grand pas dans la compréhension de l'économie (faudrait que les enseignants tous de gauche, aillent faire un stage en entreprise!). Et donc augmenter les emplois publics avec 1700 milliards de dette et 100 millairds de déficit du commerce extérieur, c'est totalement suicidaire, la france est un pays en faillite, fillon avait raison, on va dans le mur à grande vitesse. Il faudrait se retrousser les manches plutôt que tout attendre des autres et être généreux mais uniquement avec l'argent des autres
Réponse de le 17/08/2012 à 19:51 :
Et alors, les fonctionnaires ne paient pas d'impôts ?
Réponse de le 18/08/2012 à 15:12 :
les impots qu'ils payent sont sans aucune commune mesure avec les 1700 millairds de dette créés par le domaine public, soit 50 000 euros par foyer !!! (comme la moitie ne paient pas d'impôts tout en critiquant la société, c'est 100 000 euros par foyer !!) il faudrait une croissance de 5% pendant 20 ans pour pouvoir rembourser la dette accumulée par une totale absence de gestion publique, on est au bord de la faillite !!!! on peut faire très facilement 40% de gains de dépenses et effectifs publics en copiant les pays les plus performants, c'est urgent !! ne rien faire est criminel !
a écrit le 15/08/2012 à 9:09 :
A la rentrée, le nouveau gouvernement va montrer son efficacité : convoquer des réunions et des commissions pour affirmer son volontarisme, demander à Angela "S'il vous pait Madame, pouvons-nous ajouter dans les traités européens qu'il faut un peu plus de bonheur et de croissance"; Montebourg va redresser l'industrie et en améliorer la productivité, Dufflot va continuer à développer l'activité dans le bâtiment, vous allez voir ce que vous allez voir !
a écrit le 15/08/2012 à 6:04 :
Mesdames et messieurs...... je vous signale tout de suite que je vais parler pour ne rien dire. Oh! je sais! Vous pensez: "S'il n'a rien a dire..... Il ferait mieux de se taire !" Évidemment. Mais c'est trop facile ! .... mais c'est trop facile ! Vous voudriez que je fasse comme ceux qui n'ont rien a dire et qui le gardent pour eux ? Et bien, non ! Mesdames et messieurs. moi quand je n'ai rien a dire je veux qu'on le sache ! Je veux en faire profiter les autres ! Et si vous mêmes, mesdames et messieurs, vous n'avez rien a dire, eh bien, on en parle, on en discute ! Je ne suis pas ennemi du colloque. Mais, me direz-vous, si on parle pour ne rien dire, de quoi allons nous parler? Eh bien, de rien ! .... De rien ! Car rien, ce n'est pas rien ! La preuve, c'est que l'on peut le soustraire ..... Exemple: Rien moins rien = moins que rien ! Si l'on peut trouver moins que rien, c'est que rien vaut deja quelque chose ! On peut acheter quelque chose avec rien ! En le multipliant ! Une fois rien.... C'est rien ! Deux fois rien.... Ce n'est pas beaucoup ! Mais trois fois rien,.. Pour trois fois rien, on peut deja acheter quelque chose... et pour pas cher ! Maintenant , si vous multipliez trois fois rien par trois fois rien: Rien multiplié par rien = Rien. Trois multiplié par trois = neuf. Cela fait: rien de neuf ! Oui... Ce n'est pas de la peine d'en parler! Bon.. Parlons d'autres choses ! Parlons de la situation, tenez! Sans préciser laquelle ! Si vous le permettez, je vais faire brièvement l'historique de la situation Quelle qu'elle soit ! Il y a quelque mois, souvenez-vous, la situation, pour n'être pas pire que celle d'aujourd'hui. n'en était pas meilleur non plus ! Déja, nous allions vers la catastrophe et nous le savions... Nous en étions conscient ! Car il ne faudrait pas croire que les responsables d'hier étaient plus ignorants de la situation que ne le sont ceux d'aujourd'hui ! Oui ! la catastrophe, nous le pensions, était pour demain ! C'est-a dire qu'en fait elle devrait être pour aujourd'hui! Si mes calculs sont justes ! Or, que voyons nous aujourd'hui ? Quelle est toujours pour demain ! Alors, je vous pose la question, mesdames et messieurs: Est-ce en remettant toujours au lendemain la catastrophe que nous pourrions faire le jour même que nous l'éviteront ? D'ailleurs, je vous signale entre parenthèses que si le gouvernement actuel n'est pas capable d'assurer la catastrophe. il est possible que l'opposition s'en empare !
a écrit le 14/08/2012 à 23:59 :
STONE 1 vous parlez d'une radio de LONDRES en 1941, mais le pire on est en 2012 et je vous donnent raison à 1000 %
a écrit le 14/08/2012 à 23:21 :
C'est la chienlit ! La France martyrisée, la France brisée mais la France libérée de la droite ! Et maintenant qu'allons-nous faire?
a écrit le 14/08/2012 à 21:13 :
Et vous pigeons.
Euh euh euh...!
a écrit le 14/08/2012 à 19:48 :
pas assez chaude !
**********************Il faut chauffer sérieusement pour le faire bouger !
********************************************************
a écrit le 14/08/2012 à 18:18 :
nicolas prend le pouvoir ceci est urgent
a écrit le 14/08/2012 à 18:12 :

la voyance va encore se trompee !!comme aux elections
a écrit le 14/08/2012 à 18:07 :
Fort bien, et si on rassemblait les autres 60%, une majorité plus que large, pour faire valoir qu'aller vers le bas, ça n'est pas le but. LES EFFORTS POUR RIEN FAUT ARRETER!!
a écrit le 14/08/2012 à 17:26 :
deputes, senateurs, elus locaux et regionaux
le president n est pas un surhomme surtout que l ultraliberalisme adpote a mene a la faillite car le legislateur a perdu la boule et les citoyens avec
Seule une autorite boursiere capable de mettre fin au dereglement des marches peut rendre les decisions politiques efficaces pour planifier et soutenir l economie du pays mais bon vu que la planete finance est devenu hors controle , il faut s attendre a de multiples secousses de plus en plus violentes
Et puis in fine, elle est ou la crise, soyens honnetes elle frappe davantage la classe moyenne et pauvre, on voit bien d ailleurs le fosse ne cesse de se creuser. Tout le monde le sait 1% de la population mondiale detient et ou controle indirectement la richesse mondiale. Et tout le monde le sait, dangereux de s attaquer a ce petit noyau car en meme temps ils sont un moteur et une fierte des economies nationales.
a écrit le 14/08/2012 à 16:43 :
Dans les cartons, 33 milliards, l'Etat a sorti son facturier. C'est formidable parce que cela correspond à la fortune des riches. A moins que les autres se laissent plumer. C'est quoi déjà la chanson: alouette... Conclusion, c'est un problème d'UMPet. Si c'est tout pour les riches, tu ne passes pas. Donc maintenant, comme dirait l'autre: il faut saisir!
a écrit le 14/08/2012 à 16:42 :
S'il avait eu une baguette magique, il aurait sans doute réglé tous les problèmes laissés par le précédent gouvernement. Donnez leur le temps qu'il faut pour mettre tout en place.
a écrit le 14/08/2012 à 16:18 :
le réchauffement climatique c' est maintenant ! Après avoir " tenu ses promesses " de sucettes il faut trouver 33 milliards a dit M. Migaud , un socialiste lucide ! Les devoirs de vacances vont être présentés au bon peuple qui attend impatient la manne élyséenne ... la surprise sera aura rendez-vous .
a écrit le 14/08/2012 à 15:09 :
Aux admirateurs du communisme en Corée du NORD, 99% de la population vit sous le seuil de pauvreté et en dehors de toute dignité humaine.

Faite votre choix. Même si en la matière, je pense que c'est Coluche qui avait raison.
a écrit le 14/08/2012 à 14:42 :
Aux admirateurs du libéralisme au Chili : 35 % de la population vit sous le seuil de pauvreté.
a écrit le 14/08/2012 à 14:31 :
les économistes libéraux disent simplement qu'il faut laisser les gens libres de faire comme dit notre cher prof d'économie le grand John Galte. Sauf que le genre humain n'est pas responsable mais cupide. Laisser les gens faire sans régulation, c'est une société qui sera aussi néfaste à nos concitoyens que le communisme. Les emplois créés seront sous payés et serviles, la destruction de notre environnement sera accélérée et les différences sociales seront explosives.
Réponse de le 24/08/2012 à 16:28 :
@Nhoj Etlag ... alors que les Etats sont parfaitement raisonnables ! Il gèrent bien leur budget, ne travaillent que pour le bien des peuples... On le voit bien en Europe ! Il n'y a qu'une chose à dire : sacrés français ! Les années passent et les mentalités restent collées à l'après-guerre. On pourra bientôt faire de la France un musée tellement les mentalités sont archaïques.
a écrit le 14/08/2012 à 13:38 :
Une rentrée chaude, c'est bien non? Un peu d'énergie économisée, c'est toujours bon à prendre.
a écrit le 14/08/2012 à 13:34 :
Je dois rêver en lisant le debut de l'article ... bouclier fiscal retour 2013 car sinon inconstitutionnelle, diminution des salaires de l'exécutif inconstitutionnelle ... et je passe sur toutes les inexactitudes et faux semblant.
La tribune peut elle faire autre chose que du publireportage FH et ps ... du ravail de journaliste par exemple ?
Réponse de le 24/08/2012 à 16:31 :
Les journalistes ne sont pas des ingrats messieurs ! 30 % d'abattement fiscal pour les journalistes de presse écrite et 40 % pour l'audiovisuel, généreusement accordés par Hollande juste avant les élections, ça mérite bien une petite contrepartie, non ?
a écrit le 14/08/2012 à 12:37 :
A quand un vrai président?
a écrit le 14/08/2012 à 12:16 :
JOHN GALT PRESIDENT !!!
@john galt : vous relevez le niveau des commentaires !!!
a écrit le 14/08/2012 à 12:09 :
Bravo pour l'expulsion des Noms en situation illégale
a écrit le 14/08/2012 à 12:00 :
Bon, après la première salve de demago, voyons voir comment il va s en sortir !!! Jusque la les moutons n ont pas compris qu ils se faisaient mener direct à l abattoir , tout en pensant que l on allait prélever les autres et pas eux même :). , arriver à penser que l on arriverait à prélever les riches alors que ce sont les mieux conseillés du moment !! Quelle blague. Penser que l on va entrer en guerre avec les bourses alors que l on est tenu à leur demander d acheter nos obligations toutes les semaines ... Imaginer que les capitalistes et entrepreneurs vont être plus patriote que Yannick noah ... Croire que les parlementaires arrêteraient de se sucrer sur leur dos en toute impunité ... Moi j attend juste leur réaction à la première saignée fiscale .... Lui président , roi des moutons :)
a écrit le 14/08/2012 à 11:21 :
Aprés avoir complétement démobolisé les personnes capables de créer de l'emploi que peut il vraiment faire ,,,,.??,,,peut etre faire sauter le fusible MONTEBOURG,
a écrit le 14/08/2012 à 10:59 :
Il n'y a pas de "s" à 1,3 million d'euros cher ami
a écrit le 14/08/2012 à 10:41 :
La moralisation de la vie politique est une absolue nécessité. C'est pas le rapport Jospin qui apporte du nouveau en la matière avec son épouse choisie comme conseillère !! La jeunesse d'aujourd'hui est sacrifiée, sans avenir. Un récit "les corps indécents" explique très bien la situation de cette jeunesse désabusée. Des mouvements sociaux sont à craindre. De plus en plus de chômage, de plus en plus de malheureux et de laissés pour compte.
a écrit le 14/08/2012 à 10:17 :
La Gauche en général et notre Président en particulier sont d'une rare promptitude à s'indigner: La finance qui gouverne le monde; les licenciements boursiers; les Roms que l'on expulse; les bailleurs qui augmentent abusivement leurs loyers... J'en passe la liste et longue.
Leurs indignations peuvent éventuellement être partagées. Et après? Un silence assourdissant !
a écrit le 14/08/2012 à 10:14 :
la réalité le rattrape, le président normal va devoir normaliser le cataclysme qui nous attend!
Tous aux abris!!!
a écrit le 14/08/2012 à 9:54 :
Il est vrai que pour le moment, il est rester très "doctrine socialo" en donnant des gages a son électorat.
La finance taclée , alors que l'on est en pleine crise économique c'est vraiment une riche idée.
Je ne sais pas si il pense que ses banques d'investissement d'état seront capables de compenser les pertes d'investisseurs privés. A mon avis non. Donc a un moment ou a un autre il faudra bien revenir a la réalité. le plus tôt sera le mieux. Où sont les socialos qui avaient lancé le PEA? et favorisé l'actionnariat. En tout cas il est temps de les rappeler.
a écrit le 14/08/2012 à 9:53 :
c'est quand même curieux que les Français attendent de grandes décisions et changements de la part de François Hollande, des décisions que depuis Pompidou aucun président n'a pris, et on attend cela de la personne politique qui a montré bien régulièrement depuis 15 ans à la tête du parti socialiste qu'elle est surement la personne la moins à même de prendre une vraie décision... La France est bien foutue ...
a écrit le 14/08/2012 à 9:41 :
Ah, si on pouvait changer le monde mais il est trop tard... Même nos hommes politiques sont dépassés et sont parfois en dehors des bonnes décisions qu'il faudrait, cependant, prendre....Avant, les entreprises fonctionnaient avec2 à 3 fois plus d'employés qu'actuellement et pourtant le pays n'était pas plus riche mais maintenant nous sommes à la merci des actionnaires et de personnes qui préfèrent s'enrichir...
a écrit le 14/08/2012 à 9:36 :
" regagner le soutien de l'opinion et maintenir l'unité dans leur propre camp " voila bien le problème, cela s' appel de la politique politicienne. c'est la seule chose qu'ils savent bien faire, et qui les intéressent. pour le reste, c'est a dire gérer les grands problèmes économiques et sociaux, on peux toujours attendre, remettre en cause notre modèle social, supprimer les avantages acquis, relancer l'économie en donnant a nos entreprises les moyens pour pouvoir innover dans un monde concurrentiel...c'est pas pour " moi président "....
a écrit le 14/08/2012 à 9:06 :
Notre ami Rousseau, dans le Contrat Social, nous l?a expliqué. Le parlementarisme et la démocratie représentative restent une imposture. Alors que nous échappons in extremis de la récession, et que Hollande déclara que la Finance était sa principale ennemie, le gouvernement Ayrault annonce de nouveaux impôts, déclare que l'EN est la priorité. Quid de l?effondrement de notre industrie, de la stagnation du pouvoir d?achat, de l?insécurité, de cette masse d?inutiles au marché, du recul de notre sociabilité ? 100 jours de serrages de louches devant médiacratie toute rosissante (dont SO), quelques papouilles humides, d?étreintes émues pour les affidés (n?est-ce pas Fabius !), nous voici au pied du mur infranchissable du changement tellement vanté il y a peu. La relance que Hollande disait devoir se mettre en marche sitôt moi président, est repoussée à la grâce orientée des dirigeants des pays du nord de l'Europe. La quasi-récession (2013), les déficits trop importants et la dette encore plus désastreuse risquent de nous entraîner dans le maelström de l?infortune, du tumulte, voire pire. Mais pour Sarko, Obama, Cameron, Merckel, Hollande, la masse des gens ne représente rien. Les gens ordinaires ne décident de rien, n?ont pas droit au chapitre concernant leur destin voué à la stagnation et à la turpitude. « Les masses aveugles doivent être canalisées par des guides omniscients », Guillaume Paoli. B.
a écrit le 14/08/2012 à 9:06 :
la rentrée va être chaude pour lui, c'est pour ça qu'il est parti en vacances dans un coin ensoleillé, ça va l'habituer à en suer un peu (enfin car pour le moment il ne s'est pas trop donné la peine de faire honneur à ses responsabilités)
a écrit le 14/08/2012 à 9:06 :
Il va dans le mur, et il ne s'en rend pas compte... Par contre, à voir sa mine, JM Ayrault si !
a écrit le 14/08/2012 à 9:03 :

Trop tot pour faire le bilan .. la rivalite droite /gauche exaspere .. n apporte rien aux donneurs de lecons au vue des cinq annees precedentes avec leur politique de l autruche ils esperent revenir avec la gabegie des oublis
a écrit le 14/08/2012 à 9:03 :
Euh euh euh...!
a écrit le 14/08/2012 à 8:57 :
Quand on demande des "réformes", chacun pense a des choses bien différentes, pour certain se sont des avantages personnels d'autres un mieux vivre ensemble! Le mille-feuilles administratif a pris naissance lors de la décentralisation imposé par l'Europe pour affaiblir les compètences de l'Etat et cela nous revient cher pour peu d'éfficacité! Comme tout début de mandat, un audit est nècessaire afin de mieux progammer le futur et pour cela 100 jours sont un minimum...
a écrit le 14/08/2012 à 8:31 :
va-t-il enfin réformer les modes de calcul de la retraite des polypensionnés public/privé afin de leur éviter la misère ???? j'aimerais tant pouvoir à nouveau consommer ?????
a écrit le 14/08/2012 à 8:24 :
Quelque soit le Gouvernement, la poursuite de la distribution d'avantages sociaux d'une part, et d'autre part le matraquage fiscal, sont incompatibles avec la croissance.

a écrit le 14/08/2012 à 8:12 :
Les présidents français sont plus soucieux de leur image à l'étranger et plus particulièrement en Europe que du sort des Français! Cette dispersion permanente devient plus claire encore lorsqu'il s'agit de la gauche! Aucun président n'aura le courage de mettre fin à cette contribution faramineuse à l'Europe qui nous a appauvri et mis notre industrie à l'agonie! La priorité des priorités devrait être le chômage et l'emploi en général, en France avant de penser à aider les autres pays d'Europe! Comment voulez-vous apporter du secours à crédit éternellement? Il faudrait assainir le terrain chez soi, en premier! Mettre fin à l'image de fausse grandeur, de puissance, à la démagogie, à la dispersion et adopter les choix qui répondent à l'urgence! Avec la rentrée, les sommets de A à Z vont reprendre avec leurs lots de pochettes vides et leurs notes salées qui pourraient servir à tous!
a écrit le 14/08/2012 à 7:52 :
Par populisme durant ces 100 premiers jours, le gouvernement a distribué du pain blanc à certains de ses électeurs, maintenant il va distribuer le pain noir à tous et ce sera très lourd car ce gouvernement ne sait pas ou il va, il navigue à l'estime sauf pour leurs poches. Quant à la Syrie et les Roms c'est de la conversation de café, les Français attendent des réformes et des décisions pour leur avenir et notamment la réorganisation du mille feuille politique pour diminuer les dépenses, supprimer les régimes spéciaux, supprimer tous les avantages non imposables des élus, etc.. de façon à pouvoir diminuer les charges sur le travail et favoriser ainsi l'emploi. Alors FH pourra dire : moi président je .....suis un vrai président courageux pour mon pays.
a écrit le 14/08/2012 à 7:51 :
Pour Hollande, il faut redresser les comptes publiques. Un petit pas de géantes économies sera fait en bouclant très rapidement toutes les ténébreuses officines parapubliques qui grouillent accrochées aux subsides de l'Etat, des Ragions, des Départements et des Agglomérations ... il s'agit des Agences blas blas banquets, des faux centres auto proclammés "expertises" in finé de rien du tout, des CCI, des structures parapubliques qui s'agietent et communiquent en claquant des budgets pour des publicités inutiles, en particulier Oseo innovation dont le triste bilan est que la France est classée 64ème pays mondial et 27ème pays européens en matières d'innovation.
a écrit le 14/08/2012 à 7:32 :
En quoi sont-ce de vieilles recettes ? Il est vrai que la presse, en terme de vieilles recettes, s'y connaît qui revient par réflexe à ses habitudes d'avant la chute du mur de Berlin. Mais en quoi lit-on une critique journalistique innovante et moderne ? Rien. Les politiques, en revanche, font bien leur boulot.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :