Le chiffre qui ne décolle pas : 48% des auto-entrepreneurs dégagent du chiffre d'affaires

 |   |  162  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Sur les 830.000 auto-entrepreneurs dénombrés fin août par l'Agence centrale des organismes de Sécurité sociale, 48% sont économiquement actifs.

Un chiffre en trompe l'oeil. 828.400 auto-entrepreneurs "administrativement actifs" ont été dénombrés fin août, a indiqué ce vendredi l'Agence centrale des organismes de Sécurité sociale (Acoss). Mais parmi ces auto-entrepreneurs, seulement 377.600 (48%) dégageaient du chiffre d'affaires au deuxième trimestre 2012, une proportion stable depuis plus d'un an.

A peine 3% gagnent plus de 10.000 euros

Dans le détail, 6,1% de ces auto-entrepreneurs, soit environ 47.700, ont déclaré plus de 7500 euros de chiffre d'affaires lors du deuxième trimestre de cette année. Et au-dessus de 10.000 euros, leur nombre tombe à 24.300. Parmi ces derniers, les principales activités exercées sont la construction pour 22% d'entre eux, le commerce (20%) et les activités juridiques, de conseil et d'ingénierie (12%).
L'Acoss ne semble pas emballée par l'efficience économique du statut. "Globalement, le chiffre d'affaires trimestriel reste peu élevé. Parmi les auto-entrepreneurs ayant déclaré un chiffre d'affaires non nul sur ce deuxième trimestre, plus de 40% ont dégagé moins de 1500 euros", indique l'Acoss.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/11/2012 à 11:14 :
Les payements en liquide entrent ils dans " vos " chiffres.......
a écrit le 04/11/2012 à 17:49 :
Et combien crée leur SARL apres ? Beaucoup d'entrepreneur teste le marché/produit en auto entrepreneur et des qu'il commence à gagner il crée un SARL. Malheureusement aucune stat sur ce point.
Réponse de le 04/11/2012 à 19:55 :
@Julien: on sent fortement la mentalité du fonctionnaire :-) ce qui fait tourner une entreprise, c'est la clientèle et pas les statistiques :-)
a écrit le 04/11/2012 à 11:21 :
travail au noir compris ??c'est leur première démarche selon leur chiffre à ne pas dépasser. J'ai remarqué que souvent ils sont + chers que les vrais artisans because la tva à 7% ils ne peuvent l'appliquer.Dorénavant je les évite .
a écrit le 04/11/2012 à 9:34 :
comme si toutes les fanfaronnades et "textes" de nos coquins au manettes pouvaient créer du travail ...
les crateurs savent où aller pour ne pas mourrir exangue avant de commencer
a écrit le 03/11/2012 à 23:04 :
Il ne faut pas oublier que la plupart des personnes qui optent pour ce statut pourraient gagner autant voir plus d'argent en restant à la maison avec les minimas sociaux. Ce sont des gens qui travaillent et se battent car ils espèrent s'en sortir ou tout au moins pouvoir se regarder dans la glace le matin. Il n'y a pas plus de black dans les poches de cette catégorie que dans celle des artisans et indépendants, alors foutons leur là paix.
Réponse de le 04/11/2012 à 5:00 :
merci de donner vos statistiques sur le"black dans les poches"de ces catégories de travailleurs
Réponse de le 04/11/2012 à 7:48 :
Faites venir un ou plusieurs artisans chez vous, faites leur faire un devis et proposez leur d'en payer une partie en liquide. Vous vous ferez ainsi vos propres stats.
Réponse de le 04/11/2012 à 11:19 :
On peut. Mais un contrat donne des droits, en cas de litige. Jouer de grosses sommes à la roulettes russe, c'est a dire sans aucune garantie juridique si le travail n'est pas bien fait ou non conforme au devis est un vrai risque.
Réponse de le 04/11/2012 à 19:54 :
@Mauve: tout à fait d'accord.
Réponse de le 16/11/2012 à 8:22 :
Le statut d'AE n'empêchera pas tout le travail au noir, travail au noir proposé aussi par certains artisans, d'ailleurs, qui crient "au voleur" de tant de concurrence "déloyale".
Le statut d'AE limite uniquement le travail au noir de ceux qui veulent rentrer dans la légalité, point barre. Ce n'est déjà pas si mal.
Ce n'est pas parce que certains "margoulins" (AE ou artisans) profitent de statuts qui ont beaucoup de lacunes qu'il faut généraliser !
a écrit le 03/11/2012 à 19:42 :
Le statut d'AE est justement qu'il donne un statut! Avec un statut d'un d'AE, vous pouvez très bien travailler "au noir" sur un chantier, vous êtes en règle, ce qui n'empêche pas celui qui vous paie de le faire en liquide, et si un inspecteur du travail passe, vous êtes AE...
C'est donc du travail dissimulé autorisé, doublé d'une concurrence déloyale vis-à-vis des artisans et commerçants. Il faut supprimer ce statut et ramener tout ce beau monde dans le circuit normal.
Réponse de le 04/11/2012 à 0:04 :
jb38 serait-il artisan ???
Réponse de le 04/11/2012 à 19:58 :
@JB38: t'as raison sur le fonds, mais dans un pays fortement corrompu, tout le monde joue la carte du "pas vu, pas pris" :-)
a écrit le 03/11/2012 à 19:25 :
Ce chiffre ne décolle pas ... alors mettons leur quelques boulets en plus !!! c'est ça, la politique de ce gouvernement ??!
Réponse de le 03/11/2012 à 20:22 :
bien sur !plus de taxes ( jusqu a l intenable ) une façon douce et discrete de tuer le statut en question sans jamais l avoir interdit ! malin et lucratif !
a écrit le 03/11/2012 à 15:37 :
Ce statut devrait être supprimé. il est le cache misère de beaucoup de chose. Du chômage en premier lieu dont il est important de mesurer la montée. Perdre 2 ou 3 ans dans cette lecture n'améliore pas les choses mais confine une situation dangereuse d'autruche. Ensuite la structure trop complexe des entreprises et la concentrations des plus grandes. Cela n'est pas un mal en soi si la solution est inévitable, le savoir demande d'autres aménagements de participation nationale comme mode de redistribution. Enfin ce statut des AE cache l'injustice de ne pas pouvoir commercer librement sur une plusieurs lignes de compétances pour chaque individu. Un manque cruel de liberté principalement dû à la TVA, l'état voulant stupidement sa dîme à chaque centime encaissé.
Réponse de le 03/11/2012 à 16:35 :
Je crois au contraire que ce statut ne cache pas la misère, il la montre. La première misère est l'absence de financement. La seconde misère est la mauvaise connaissance des marchés. Faut-il condamner l'initiative individuelle de ceux qui n'ont pas assez d'argent ou ne connaissent pas encore assez bien un secteur d'activité?
a écrit le 03/11/2012 à 14:53 :
Décidément, il semble difficile pour certains notamment la presse de comprendre ce régime .

Il n'a pas pour vocation d'être un statut d?indépendant au même titre que EI ou l'url... On peut avoir un travail salarié, et avoir une autre activité, un artisan/peintre peut vendre ses créations pour arrondir ses fins de mois par exemple...

Alors quel mal a gagner moins de 10 k? par an ? Auparavant la plupart faisait ca au black, aujourd'hui il paie leur charge (22% + taxe pro + taxe formation).

on peut également faire grandir son activité et passer à un autre régime. Car combien de fois faudra t il le dire, un AE paie ses charges sur son CA et non sur ces bénéfices... impossible de déduire ses frais de fonctionnement

On crie au scandale quand on entreprise met 500 salariés au chômage et on parle d'obliger des milliers d'AE a rejoindre pole emploi

a écrit le 03/11/2012 à 14:33 :
Ces chiffres démontrent que les auto-entrepreneurs ne constituent pas une concurrence pour les artisans . Il s'agit simplement de "petites gens" qui essaient de s'en sortir . La création de ce statut est une des mesures les plus sociales de Sarkozy contre laquelle la gauche s'acharne par un vil esprit revanchard.
Réponse de le 03/11/2012 à 16:07 :
Votre réaction traduit de la générosité mais le régime d Ae est une usine
a écrit le 03/11/2012 à 13:02 :
Je connais un auto-entrepreneur dans le bâtiment qui n'accepte un chantier, gros ou petit, que s'il n'est réglé intégralement qu'en espèces. Il travaille avec 2 ou 3 de ses compatriotes, mais ne déclare chaque année que 6 à 7000 Euros de chiffre d'affaires.Les statistiques officielles ne signifient donc pas grand chose.
Réponse de le 03/11/2012 à 17:44 :
La fraude dont vous parlez n'a pas grand chose à voir avec le statut...

Cette fraude existait avant... existera après... y compris au sein de l'artisanat...

Je pense qu'au contraire, le statut permettait à des gens honnêtes de déclarer une activité annexe.... tout bénef pour la société...
Réponse de le 04/11/2012 à 8:16 :
C est sur qu ils ne pourraient pas faire pareil sous un statut de SARL !!! Euhhh et pourquoi pas au fait ???
a écrit le 03/11/2012 à 11:56 :
Ce régime doit être un régime temporaire et réformer.
il permet à celui qui a peu d'investissement au départ de tester et débuter son activité. au delà de 2 ans ce régime ne doit plus être applicable car trop souvent et les commentaires précédents le prouvent il sert de vitrine pour le travail au noir, car lors de contrôle sur des chantiers, par exemple, le fraudeur peut toujours afficher son statut d'autoentrepreneur pour justifier son activité, ce qui n'était pas le cas auparavant...donc il faut réformer ce statut, donner au fisc et/ou la gendarmerie/cpam la possibilité d'effectuer des contrôles de comptabilité et d'examen de compte bancaire simplifié par exemple en obligeant les autoentrepreneurs à communiquer sur demande du fisc leur registre de recette et de dépense ainsi que leurs comptes bancaires pour analyse en Contrôle sur Pièces (CSP) sans qu'il y ait confusion avec les contrôles fiscaux externes (si l'esfp existe, cette procédure est trop lourde et trop longue, et il en est de même pour le contrôle fiscale externe pour des enjeux à confirmer).
Réponse de le 03/11/2012 à 12:24 :
Le travail au noir existe tout autant chez les artisans... sans compter les nombreuses factures personnelles passées dans les charges ce qui est impossible aux AE. Vos arguments ne tiennent pas la route dans la réalité.
a écrit le 03/11/2012 à 10:14 :
Mon exemple. Pendant 2 ans gain 0e. La 3eme annee exclusion du regime mais 500000 de ca et 150000 de benef avt charge et impots. Donc aurais je du rester au rsa ?
a écrit le 03/11/2012 à 9:38 :
Les autoentrepreneurs qui reussissent à vivre de leur nouveau métier sont obligés de sortir du régime qui est plafonné. La moyenne des revenus est ainsi plombée.
a écrit le 03/11/2012 à 9:15 :
Heureusement qu'ils existent car dans nos campagnes les artisans refusent ces petits boulots bien nécessaire
Réponse de le 03/11/2012 à 11:02 :
Heureusement que les auto-entrepretricheurs existent car ils sont adeptes des paiements en liquide qui recycle un autre travail encaissé en liquide qui recycle un autre travail encaissé en liquidequi recycle un autre travail encaissé en liquidequi recycle un autre travail encaissé en liquide
Réponse de le 03/11/2012 à 12:26 :
Comme tout le monde le sait, les artisans ne font pas de black et ne font jamais passer leurs frais perso dans les charges de leur société ! Quelle blague !
Réponse de le 03/11/2012 à 16:54 :
Je connais autant d'artisan qui en font autant... Pour une intervention quelque soit l'intervention, on me demande souvent si je veux payer la tva...ca veut tout dire, 19.6% en moins mais vous payez en liquide...

Répétez que les AE font du travail au noir, ce n'est que reprendre les arguments répétés par certains qui n'aiment pas la concurrence.
Réponse de le 03/11/2012 à 20:06 :
Très vrais ailleursland. Quand j'ai fait construire, j'avais quelques plus value en menuiserie. Je suis venu avec un chèque qu'il m'a refusé en me proposant de me déduire la TVA; Le pire, c'est que je n'ai pas refusé. J'ai donc payé en liquide après un petit détours à la banque.
Réponse de le 03/11/2012 à 20:19 :
Je suis salarié, auto-entrepreneur et je black et alors, il est ou le problème. Je ne vis pas sur le compte de l'état car je n'ai droit à aucune aide et de plus je paie des charges et des impôts. Certaines personnes font du black tout en touchant du chômage ou le RSA, c'est ça qu'il faut combattre car les caisses se vident et personnellement, j'en ai marre de cotiser pour ces gens là donc payer des impôts ok mais pas trop car marre de voir mon argent partir pour les cassos.
Réponse de le 03/11/2012 à 22:26 :
mouais Pacaty... je suis également AE, avant j'ai été en entreprise individuel, et encore avant en sarl (oui je sais ca dégringole ces 15 dernières années) ... ton message me gène, tu paie le minimum de charge (le reste au black) et tu ne trouves pas normal que certains ne paient pas du tout de charges et qu'il faut combattre ca ??
Tout ca n'est pas très cohérent...

Et puis fais gaffe, je viens de perdre 2 de mes plus gros clients qui ont fraudés, et le contrôle fiscale les a ruinés...et m'a laissé 6 mois d'impayés
Réponse de le 03/11/2012 à 23:16 :
@ailleursland : c'est très coherant , ~ 20000€ salarié net donc je paie des charges + ~15000€ AE -23% de charges + impôt + impôt sur revenu sur tout cela et ~ 10000€ de black. aucune aide de l'état donc je ne vole personne. Je bosse. Peut être un peu égoïste mais marre d'être racketté en permanence. Quand je bosse le WE en plus de ma semaine, ce n'est pas pour engraisser l'état. Dsl c'est que mon avis.
a écrit le 03/11/2012 à 8:45 :
J'ai un pote qui une fois à la retraite c'est inscrit comme auto entrepreneur pour restaurer des meubles ce qui lui permet d'avoir une vitrine légale mais pour tous les boulots qu'ils réalisent il se fait payer en espèces !!!!
Sur le fond ce régime a des aspects interessants ,il permet de tester ses compétences avant de se lancer dans le grand bain,il combat quand meme un peu le travail au noir ,il procure des revenus d'appoint .
Réponse de le 03/11/2012 à 9:12 :
Moi j'ai un pote artisan qui fait de l'ébénisterie et depuis des années, il se fait payé de la main à la main la moitié de ses factures et il déclare un maximum de dépenses perso sur sa boîte pour ne pas trop payer de charges. Comme quoi, tout cela n'est pas une question de régime, mais d'habitude. Par ailleurs, il faut rappeler que l'autoentrepreneur n'est pas un nouveau régime, c'est une microentreprise et cela existe depuis x années. La seule chose c'est que les procédures ont été simplifiés !
Réponse de le 03/11/2012 à 9:41 :
Holdy je connais assez bien la mentalité des artisans commerçants "qui en font sauter un max" le problème c'est qu'une fois arrivé à la retraite ils poussent "des hauts cris" parce qu'ils touchent une retraite de misère en se gardant bien de dire qu'ils ont cotisé un minimum !!!! leur bète noire c'est le RSI ( régime social des indépendants) qui soit disant les étrangle sauf qu'ils ne paient pas plus que les salariés à revenus égals.
Réponse de le 03/11/2012 à 11:37 :
d'un autre cote, ils n'ont aucune raison de cotiser plein pot vu que de toute facon, le jour venu, on va leur expliquer pourquoi ils passent apres la gamelle du clebard ( et pq les gens qui n'ont jamais cotise seront prioritaires); ft se poser les bonnes questions !
Réponse de le 03/11/2012 à 12:28 :
@churchill. Je suis absolument d'accord avec vous et sur le fond, je ne reproche pas aux artisans "d'optimiser" leurs revenus. Ce que je trouve en revanche intolérable c'est de se servir des AE comme bouc-émissaire alors que le problème est toujours le même : il y a trop de charges en France !
Réponse de le 04/11/2012 à 20:00 :
@churchill: tout à fait d'accord.
a écrit le 03/11/2012 à 7:02 :
bien content de les trouver pour faire des petits travaux refusés par les artisans.
a écrit le 03/11/2012 à 0:28 :
Si/quand je reviens en France je travaillerai au noir.
a écrit le 02/11/2012 à 22:59 :
En quoi est-ce un problème? Un des objectifs était bien de rendre visible une partie de l'économie "grise", non? De plus tout le monde n'a pas vocation à être entrepreneur au final. Certains le voudraient mais finalement n'y arrivent pas. D'autres l'ont fait en imaginant une roue de secours, mais ne l'ont pas encore testée. Sait-on si ce sont les mêmes d'un trimestre sur l'autre ou d'un an sur l'autre? Enfin, il me semble qu'au delà d'une certaine période d'inactivité il y a requalification automatique du statut, non? Tout ça me fait penser qu'il y a beaucoup de médecins (ou de vétérinaires) au chevet de ce chien qu'on aimerait trouver malade... de la rage?
Réponse de le 03/11/2012 à 9:16 :
Tout à fait d'accord. Et puis si des autoentrepreneurs, se font 2 000 ? par an histoire de se payer des vacances ou autre en plus de leur boulot salarié, je trouve cela plutôt positif. Même si la somme peut paraître un peu dérisoire à certains, aujourd'hui bien des gens sont à ça prêt.
a écrit le 02/11/2012 à 22:04 :
c est un statut interressant qui permet de demarrer avec des petits moyens ,et pour certain de sortir de la precarité, et pour certains de realiser des projets qui seraint impossible autremet ! si l Etat taxe les Autoentrepreneurs,il lui faudra payer des chomeurs supplementaires ! et ça c est sur et certain d ou peut etre la lueur de lucidité de FH sur ce sujet!
Réponse de le 03/11/2012 à 9:19 :
Pourquoi pour démarrer ? En atteignant le plafond pour les services, vous pouvez atteindre les 1900 à 2000 ? par mois. Alors c'est sur, c'est pas un salaire de grand patron, mais par les temps qui courent combien de salariés ne dépassent pas le SMIC ? La très grande majorité ! Et puis on peut avoir une activité à côté pour compléter... En fait c'est ça la liberté d'entreprendre !
Réponse de le 03/11/2012 à 20:17 :
tout a fait d accord !
a écrit le 02/11/2012 à 21:50 :
Ce statut est simple et exemplaire. Toutes les professions sans capital (artistes autonomes, intellectuels, profs, soutiens scolaire, aides ménagers, tacherons du batiment) devraient s'y rallier, elles paieraient ainsi moins de charges et l'administration des dites charges serait simplifiée. Le dégraissage de 30% des effectifs du RSI et de l'URSSAF est possible.
Comme le statut ne permet pas d'investir, il est bien évident que le revenu par tête reste faible. Il ne pose pas vraiment de problème de concurrence aux professionnels équipés.
a écrit le 02/11/2012 à 21:30 :
La France est un pays de fonctionnaires comme disait Jacques Brel qui portent ceinture et bretelle.
Je suis autoentrepreneur. La création d'entreprise, je connais et autrement que dans les livres. Sans le régime de l'AE je n'aurais jamais pu démarrer mon activité. Aujourd'hui, je suis au plafond. Soit je change de régime pour passer en SARL, soit je me délocalise. Vu la haine contre les entrepreneurs en France, je pense opter pour la 2e solution.
Réponse de le 03/11/2012 à 0:36 :
Pour quel pays? Avec Hollande c'est un Impôt par semaine : pour en arriver à ses 60 MESURES, il lui faudra 60 semaines... De plus le marché de l'auto va mal, quelle malchance. couRAGE.
Réponse de le 03/11/2012 à 11:22 :
Bonjour, justement, si votre activité est lançée, ce n'est plus de l'autoentreprenariat, c'est une entreprise à part entière. D'ou l'intérêt (ou l'obligation, effectivement...) de changer de régime pour passer à celui d'une "vrai" entreprise. En tout cas félicitation pour votre succès : je vous envie au bon sens du terme. Mais je pense que ça illustre ce pour quoi l'AE a été fait : lancer ou officialiser une activité, et si elle se devellope, servir de tremplin pour passer à une vrai entreprise. Quand à la haine des entrepreneurs, je pense qu'il faut ramener les choses à leur juste proportion : je pense que c'est surtout une expression médiatique qui ne correspond pas à une réalité derrière (et qui permet au 1% le plus en haut de se fondre dans la masse des millions d'entrepreneurs pour s'en servir comme bouclier). Par curiosité, vous êtes dans quel domaine ?
Réponse de le 03/11/2012 à 12:33 :
L'énorme avantage du régime d'AE, c'est que l'on ne paye que lorsque l'on gagne, ce qui n'est pas le cas avec les autres statuts. ça n'est pas l'AE qu'il faut supprimer ou limiter dans le temps, mais il faut inscrire le principe suivant dans la constitution : "Toute personne morale ou physique ne peut être taxée avant même d'avoir créé de la richesse".
Réponse de le 03/11/2012 à 12:37 :
En même temps 1900 ? par mois en AE sans atteindre le plafond, cela ne me dérange pas si ça dure ! Quand on voit que la plupart des français gagnent le SMIC...
a écrit le 02/11/2012 à 21:18 :
Il faut laisser ce statut pour ce qu'il est : une manière pour ceux qui ont une activité EN AMATEUR de la valoriser et d'en tirer un revenu. Ca n'a jamais éét conçus pour créer une entreprise, ni pour être un véritable vecteyr économique, mais pour permettre au gens faisant des menus services (genre promener les chiens des voisins) de se faire payer sans être en fraude. C'est normal que 50% d'entre eux n'aient finalement pas d'activité derrière, et encore plus normale que pour les autres ça se mesure en centaine d'euros et pas en millions. Sinon ce serait des entreprises faussement déclarées pour éviter les impots, avec concurrence déloyale vis à vis des entreprises déclarées.
Réponse de le 02/11/2012 à 21:50 :
Je suis AE. J'exporte l'essentiel de mon activité et ce n'est pas vraiment du menu service.
Réponse de le 03/11/2012 à 9:22 :
Je ne vois pas le rapport entre le statut et le professionnalisme ! Honnêtement, quand on voit la qualité des prestations offerte par une grande partie des artisans du bâtiment, le fait d'être en SARL n'est en rien une garantie.
a écrit le 02/11/2012 à 21:06 :
Ce statut de l'auto-misère est devenu le statut de l'auto fraude, publicité, prospection très élargie possible, et pas de recettes !!! Il faut abroger cette stupidité inventée par Novelli.
Réponse de le 02/11/2012 à 21:18 :
Vachement intelligente cette analyse. Vous ne vous êtes jamais posé la question de savoir si ce statut était efficace pour réussir à dégager un complément de salaire . C'est mon cas et j'en suis très content. De plus je paie des charges au rsi que je n'utilise pas car je dépend du système salarié. Alors arrêtez de critiquer ce système.
Réponse de le 03/11/2012 à 11:06 :
Oui nous savons bien que des fonctionnaires et d'autres salariés du privé travaillent pour eux , pour leur compte auto-entrepreneur, durant les heures de travail payés par leur employeur ... de surcroit et bouquet, en utilisant les moyens matériel, informatique, véhicule detransport, voiture de société ou de fonction, de l'employeur !!!
Réponse de le 03/11/2012 à 20:07 :
Et alors ou est le pb ? Tant que le travail pour lequel mon patron me paie est fait, mon boss est content et moi aussi. Tout va bien. Ne soyez pas jaloux. Faites en autant.
Réponse de le 04/11/2012 à 13:17 :
N'oubliez pas que ça permet aussi aux retraités touchant une pension du niveau du SMIC, comme c'est mon cas, d'obtenir par leur travail un complément substantiel de revenus et de vivre sans demander à l'état aucune allocation d'aucune sorte. Rien que ça mérite que ce système perdure. Sans oublier qu'en passant, nous cotisons pour les charges sociales et payons plus d'impôts. Donc tout bénéfice pour les organismes sociaux et l'état.
a écrit le 02/11/2012 à 20:21 :
c'est une vraie niche fiscale et une gigantesque fraude fiscale...on paie que si on encaisse donc personne n'encaisse rien....
Réponse de le 02/11/2012 à 21:33 :
Mon pauvre fredo...tu prends ton cas pour une généralité.
Réponse de le 02/11/2012 à 22:39 :
Quelqu'un qui ne veut rien déclarer, il commence par se déclarer auto-entrepreneur? Un peu de bon...
Réponse de le 03/11/2012 à 8:09 :
@AD et Bébert Même si il ne faut pas généraliser allez voir le nb d'autoentrepreneur dans les camps de "gens du voyage"!
L'AE une bonne idée de départ qui aurait du être limitée à ce à quoi elle était prévue une activité de complément à condition qu'il y ait un minimum de contrôle or là "nada"
a écrit le 02/11/2012 à 20:03 :
On se marre a croire qu ils y qu eux qui bossent et les artisans on t ils dégager du bénéfice pour payer la caste qui nous gouverne.......................
a écrit le 02/11/2012 à 19:43 :
Le statut d'autoentrepreneur est un cache misere social.Au lieu d'avoir une vraie vision industrielle,economique,sociale,fiscale sur des dizaines d'annees,on cree des trucs pour eviter que les chiffres du chomage augmentent trop,et ne surtout pas agir sur le fond....TRiste pays
Réponse de le 02/11/2012 à 20:16 :
exact , ce que dit rb , ce que l 'on veut , c 'est faire baisser les chiffres , le reste ..........................
Réponse de le 02/11/2012 à 21:38 :
Je suis AE, j'ai crée mon emploi. Je fais vivre une famille de 5 personnes et on ne se plaint pas. Toi, tu en as crée combien d'emplois dans ta vie ?
Réponse de le 02/11/2012 à 22:28 :
Ce statut a également pu faire diminuer de façon très conséquente le nombre de petites entreprises qui se domiciliaient dans un centre d'affaires. Aujourd'hui les centres d'affaires ramassent sévère. Tout ça pour pouvoir d'une part permettre aux gens de créer une entreprise sans siège social, et donc à domicile. Le fisc sait donc où frapper maintenant en gros. Tout ça dans la continuité des textes établis pour soit-disant lutter contre le blanchiment d'argent. Parole de gestionnaire d'un petit centre d'affaires en campagne, qui a vu baisser de plus 60 % les domiciliations d'entreprises.
Réponse de le 03/11/2012 à 7:17 :
Quel rapport? La possibilité de domicilier son entreprise chez soi est absolument sans relation avec le fait ou non d?être auto-entrepreneur. Vous pouvez domicilier une Entreprise Individuelle, une SARL, une SAS, bref n'importe quelle type d'entreprise. Il y a bien sur d'autres critères et règlements mais la forme de l'entreprise n'entre pas en ligne de compte. Et puis pourquoi aller payer pour être dans un centre d'affaire quand on n'en a pas vraiment besoin (e.g. si on ne reçoit pas dans son bureau)?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :