Comme Sarkozy, Montebourg récupère le sauvetage de Lejaby

 |  | 482 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Reuters)
Le ministre du Redressement productif salue la nomination de deux employées de Lejaby au grade de chevalier de l'ordre national du Mérite. Le sauvetage de l'entreprise textile d'Yssingeaux fut l'un des moments marquants des derniers mois du quinquennat Sarkozy.

Vendredi, le ministre du redressement productif a tenu à saluer la nomination de deux employées de Lejaby au grade de chevalier de l'ordre national du Mérite. « Cette reconnaissance met à l'honneur deux employées et déléguées syndicales exemplaires qui ont fait de la justice sociale leur raison de vivre. Courage, charisme, talent, dévouement, dignité, tels sont les mots qui décrivent Mme Mendez et Mme Pessemesse », explique le ministre dans un communiqué.

Proche du dépôt de bilan l'hiver dernier, l'entreprise de textile située à Yssingeaux en Haute-Loire a finalement été rachetée en février par Sofama, un fournisseur de Louis Vuitton. Au cours de cette période agitée, Arnaud Montebourg, chargé pendant la capagne présidentielle par le candidat François Hollande de faire le tour des entreprises difficultés, s'était particulièrement penché sur le cas de cette entreprise. Comme Laurent Wauquiez, alors ministre de l'Enseignement supérieur et élu de Haute-Loire, il avait rencontré les 255 salariés de l'entreprise et s'était évertué à trouver un repreneur.

Une victoire de Sarkozy

Cette histoire au dénouement heureux fut l'un des moments marquants des derniers mois du quinquennat Sarkozy. Très médiatisé, grâce à la détermination des salariés mais aussi par le gouvernement qui voulait en faire un symbole fort de son action économique, le rachat de Lejaby intervint quinze jours avant que l'ancien chef de l'Etat se lance officiellement dans la campagne présidentielle.

« Leur attachement à l'entreprise Lejaby et la passion pour leur métier ont servi à défendre le maintien d'une activité de confection en France et à améliorer les conditions de travail de leurs collègues. De leur ténacité sont nées des victoires économiques et industrielles et de grandes histoires humaines. En constituant l'association « Les Atelières », dont le but est de préserver le « Made in France », Mme Mendez a réussi à repositionner la Maison Lejaby au rang de première marque de l'Hexagone. En devenant la porte-parole des salariés d'Yssingeaux et en médiatisant la menace de licenciements des « Lejaby d'Yssingeaux », Mme PESSEMESSE a, quant à elle, obtenu confirmation de la reprise du site et de ses 93 salariés », poursuit le communiqué.

Un ordre créé par le général De Gaulle

C'est l'histoire d'une entreprise à jamais marquée par ces deux employées militantes. Leurs
contributions dans la sauvegarde des emplois et la valorisation de l'industrie française sont
remarquables et méritent d'être saluées. A travers elles, c'est l'ensemble des salariées de Lejaby et leur combat pour sauver leur outil de travail qui sont récompensés », poursuit le texte.

Institué le 3 décembre 1963 par le général de Gaulle, l'ordre national du Mérite récompense les mérites distingués, militaires - d'active et de réserve - ou civils, rendus à la nation française.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/11/2012 à 9:02 :
Merci Sarko !
Réponse de le 18/11/2012 à 16:58 :
laissons sarkosy mais il vous manque tant que cela! En tout cas d'autres pays sont heureux de le recevoir
a écrit le 17/11/2012 à 7:50 :
Et on dit merci à qui? A Bernard ARNAULT.
a écrit le 17/11/2012 à 0:17 :
On est obligé de voir la tête à Montebourg dans deux articles ? Vous travaillez aussi pour le petit VRP de Bouygues ?
a écrit le 16/11/2012 à 21:06 :
Cet article, c.est n'importe quoi. Encore un journaliste qui n'a pas fait son travail, parole de quelqu'un qui travaille avec Le jaby depuis plus de 10 ans...

Premierement lejaby n'est pas situe a yssingeaux, mais a rilliueux-la-pape pres de lyon.
Deuxiemement lejaby possedait 3 usines en france dont yssingeaux.
Troisièmement, alors que tous ses concurrents avaient delocalises leur production lejaby s'est entete a produire en france....

Qu'est ce qui a pousse lejaby a la faillite ?

Premierement, un mauvais rapport qualite/prix.
Quand lejaby a compris que son positionnement etait mauvais ils ont voulu delocalise en tunisie mais deja trop tard. La fermeture de 2 usines (yssingeaux restant) leur a coute un plan social de 4 millions d'euros soit son capital....
Si on rajoute que son principal marche export etait la grece, la messe etait dite...

Le vrai probleme de cette societe, c'est son organisation notamment la realisation des collections et d'avoir delocalise trop tard... Le meme probleme que peugeot...
a écrit le 16/11/2012 à 17:46 :
C'est vrai qu'elles se sont bien battu les ouvrières de Lejaby, cela change ses syndicalistes professionnels. Pas de pneus brulés, de bbq merguez mais de la bonne communication, de la dignité. Et en plus, elles fabriquaient des produits sympas.... Elles ont bien mérité leur médaille!
a écrit le 16/11/2012 à 17:26 :
il est toujours ministre???
a écrit le 16/11/2012 à 17:09 :
en clair c'est lui qui a repris et sauve cette boite... j'ai compris ce qu'il fallait?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :