Réforme des retraites : pas de vacances pour les négociateurs

 |   |  894  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Dans son discours de clôture de la seconde conférence sociale, Jean-Marc Ayrault a annoncé qu'il recevra les organisations patronales et syndicales les 4 et 5 juillet pour lancer la phase de concertation de la future réforme des retraites. Il a aussi précisé que 30.000 demandeurs d'emploi supplémentaires se verront proposer une formation pour pourvoir des emplois vacants. Le Premier ministre a, par ailleurs, présenté le calendrier social pour l'année à venir.

Au revoir et à l'année prochaine ! Ce vendredi 21 juin, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a prononcé le discours de clôture de la seconde conférence sociale. L'occasion pour lui d'annoncer quelques nouvelles mesures pour lutter contre le chômage et de fixer le calendrier social 2013-2014, notamment s'agissant de la prochaine réforme des retraites.

Le Premier ministre a ainsi confirmé qu'un projet de loi sera finalisé en septembre, sans détailler les pistes qui seront suivies pour combler le déficit de la branche vieillesse. Il a insisté sur le fait que "décisions courageuses" devaient être prises. "La réforme, nous la construirons dans le respect des principes de continuité et de justice, et après une concertation que je veux dense, riche et sincère", a-t-il déclaré. La concertation s'ouvrira officiellement le 4 juillet, lorsque le Premier ministre recevra successivement chacune des organisations syndicales et patronales.

30.000 formations supplémentaires pour les chômeurs pour pourvoir des emplois vacants

En matière de lutte contre le chômage, le Premier ministre a indiqué que 30.000 demandeurs d'emploi supplémentaires (soit...1% du nombre des chômeurs inscrits en catégorie "A") se verront proposer une formation dans les 4 mois afin de pourvoir des emplois disponibles.... Ce qui, accessoirement, aura également pour mérite de les faire sortir des statistiques officielles du chômage "Je ne méconnais pas les différentes causes de ces emplois non pourvus", a déclaré Jean-Marc. Ayrault, citant des "problèmes de sécurité pour certains" ou des "difficultés concrètes de mobilité". "Mais il y aussi des emplois non pourvus, faute de compétences disponibles", a-t-il fait valoir.

Pour y parvenir, le ministre du Travail, Michel Sapin, réunira syndicats et patronat en juillet pour "recenser les besoins, par région et par secteur, préciser les outils utilisables immédiatement et mobiliser les financements", a précisé le chef du gouvernement. L'objectif est de rendre ce plan opérationnel en septembre. Jean-Marc Ayrault a précisé qu'il souhaitait voir les chômeurs de longue durée bénéficier en priorité de ce futur dispositif. Comme il souhaite également aussi "réduire les délais d'entrée en formation des demandeurs d'emploi"."Face au chômage, qui taraude nos concitoyens, la mobilisation doit être immédiate et cette mobilisation, c'est d'abord utiliser pleinement et plus rapidement les dispositifs que nous avons mis en ?uvre", a déclaré le Premier ministre en clôturant la conférence sociale au Palais d'Iéna à Paris.

Un appel aux grandes entreprises pour conclure des contrats de génération

Toujours sur le front du chômage, Le Premier ministre a demandé aux "grandes entreprises" et aux branches "d'accélérer les négociations" sur le contrat de génération, une seule branche (Assurances) ayant jusqu'à présent signé un accord sur l'embauche de jeunes et le maintien en emploi des seniors. Dans les petites entreprises, "le contrat de génération a démarré", a-t-il constaté. Pour les jeunes peu ou pas qualifiés, les emplois d'avenir "apportent une solution à ceux qui n'en auraient pas d'autres. Nous en sommes à 30.000. L'objectif reste une mobilisation générale pour atteindre 100.000 à la fin de l'année", a-t-il dit.

Le Premier ministre a ajouté avoir aussi "accru" le nombre d'emplois aidés (subventionnés), pour conserver l'effort supplémentaire réalisé en 2012, et "allongé leur durée pour favoriser l'insertion professionnelle". De fait, le ministre du Travail Michel Sapin a pu compter cette année sur 450.000 contrats aidés, grâce à une rallonge dans le budget du ministère. Au deuxième semestre, et tout particulièrement à la rentrée, le dispositif devrait monter en puissance dans les secteurs scolaire, périscolaire et associatif, où les besoins sont énormes. Michel Sapin espère bien bénéficier de la même enveloppe en 2014.

Une négociation pour ouvrir davantage la formation professionnelle aux demandeurs d'emploi

Par ailleurs, comme convenu, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a confirmé que la réforme de la formation professionnelle, "essentielle", fera l'objet d'une négociation entre les partenaires sociaux en vue d'un projet de loi "avant la fin de l'année". Le document d'orientation du gouvernement fixant les grands axes de la négociation à venir sera envoyé dans les dix jours" aux organisations syndicales et patronales."Nous ne pouvons pas laisser le système en l'état, quand 20% des demandeurs d'emploi seulement accèdent à une formation, quand les ouvriers y accèdent deux fois moins que les cadres",

Aussi, selon le Premier ministre, la future réforme aura deux objectifs: "mieux orienter la formation professionnelle vers ceux qui en ont le plus besoin: les demandeurs d'emploi, les jeunes sans qualification, les salariés confrontés aux mutations économiques et les personnes confrontées à l'illettrisme", mais aussi "faire de la formation, un levier de compétitivité pour l'ensemble des entreprises".

Un dispositif déjà réformé en 2009

Le Premier ministre a également rappelé que cette réforme aura pour objectif la mise en ?uvre du compte individuel de formation, prévu par la loi de sécurisation de l'emploi, promulguée mi-juin, issue de l'accord interprofessionnel conclu le 11 janvier. Déjà réformé en 2009, le système de formation professionnelle est jugé trop complexe et pas assez efficace par les experts, et notamment par la Cour des comptes.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/07/2013 à 18:59 :


Je sais , dans mon entourage ,on dit que je radote, mais j'ai pourtant raison: Je dénonce le scandale de la coexistence des régimes de retraites si différents: Pourquoi des régimes de faveurs pour EDF, SNCF et RATP etc? En 2010 à l'occasion de la réforme, MrWOERTH , pour éviter des confits majeurs repoussait pour eux les dispositions de sa réforme!!!Pour faire semblant , il leur imposa les 41,5 ans de cotisation,mais en leur donnant un échelon de plus en fin de carrière ou en incorporant des primes dans la base de calcul du montant de la retraite. Pour le privé, rien de changé: Le calcul se fait sur une moyenne de 25 ans!!! "Ce fut la réforme juste",acceptée sans problème avec des mouvements symboliques, mais, sans grèves massives. Mais ce n'est pas tout: EDF n'a une caisse de retraite que depuis 2005, la SNCF la RATP depuis 2006 et 2007. Elles ne peuvent donc mathématiquement pas avoir les réserves suffisantes pour payer les retraités. Comment faire? La solution a été imaginée en 2005 pour EDF: Ce fut L'adossement .Une merveille! C'est une usine à gaz au détriment des caisses du privé, CNAV,AGIRC,ARRCO qui financent la CNIEG, et comme ce n'est pas suffisant une partie d'une taxe payée par chaque abonné, la CTA va directement à la CNIEG. On aurait bien voulu faire la même chose pour la SNCF et la RATP, mais il n'y a eu d'accord possible. Il faut dire que l' AGIRC et la CNAV ne sont pas en très bonne situation financière. Je sais il y a eu une soulte ,mais les caisses sont bien entendu perdantes
Le problème c'est qu'il existent de nombreux régimes spéciaux. EDF,la SNCF,la RATP sont les plus importants, mais il y en a bien d'autres. Le personnel politique,hauts fonctionnaires ,etc ,etc?.Alors on ne veut même pas en parler, on se protège les uns les autres. L'injustice est grande, les sommes considérables,mais je sais que personne n'osera se pencher sur ce problème. J'ai voté Hollande, en sachant que lui non plus ne trouverait ni le courage,ni la solution. Encore quelques années, et ceux qui n'auront ni travail ni retraite seront très méchants dans la rue. Il n'est pas possible de continuer d'entretenir les régimes spéciaux. JE SUIS PARFAITEMENT CONSCIENT QU ' ECRIRE CES VERITES NE SERT A RIEN. TOUS CEUX QUI BENEFICIENT DE CES INJUSTICES SOURIENT EN ME LISANT. ILS NE VEULENT SURTOUT PAS QUE CELA CHANGE....J'ai souvent écrit sur le sujet.
Regardez http://www.senat.fr/rap/a09-727/a09-72727.html#page
Il y a là des milliards d'euros!!!

a écrit le 25/06/2013 à 10:47 :
afin d'éviter de traiter les régims spéciaux, les injustices, le branchu a dit s'inquieter ds petites retraites de fonctionnaires, ceux qui travaillent (sont présents) 35h par semaine, ont la garantie de l'emploi, des primes, des échelons automatiques...et les artisans, les agriculteurs, indépendants... qui travaillent 70H/semaine, ont donc cotisé pour deux vies de travail, sont à risque maximum et pertes de revenus, et ont 600 à 800e de reatraite ???? de qui vous parlez ??? désolé, ils ne sont pas dans nos listes d'électeurs de notre parti !!!! l'injustice, le sectarisme et la destruction de la société, c'est maintenant !!!
a écrit le 24/06/2013 à 23:13 :
ils ont tité à boulet rouge contre la réforme juppé, si elle avait été faite (indispensable) on en serait à des ajustements, mais comme la réalité financière est inplacable, ils sont obligés de faire la réforme mais avec les dégats engendrés par le retrad pris, il va falloir sortir 20 milliards d'ici peu, donc réforme encore plus dure !!! merci qui ? merci les démagos !!! en plus ils n'ont même pas le courage de s'attaquer à l'injustice des régimes spéciaux, donc ce sont toujours les mêmes qui vont trinquer, ceux qui créent la richesse pour financer les nantis !! merci qui ?merci flanby !!
a écrit le 24/06/2013 à 23:06 :
n'en doutons pas, ils vont être courageux et justes comme ils l'ont promis !, donc ils vont annoncer la fin des régimes spéciaux, la honte de notre monarchie, et donc un seul régime de retraite pour tous, un seul régime de travail pour tous, la vraie justice !!! ce qui va permettre de gagner 2 milliards rien qu'en frais de gestion et services pléthoriques, et le fait de piloter l'ensemble de façon cohérente va permettre d'améliorer les minimas, retraite minimale à 1100e, charges baissées, donc relance de l'emploi.....super et espérons que c'est vrai sinon c'est le FN qui va proposer, et là je vote pour eux, pour la justice et le courage !!!
a écrit le 24/06/2013 à 3:09 :
Mais qui donc va payer les retraites des millions de chômeurs actuels et de ceux toujours plus nombreux ?
a écrit le 23/06/2013 à 11:53 :
il est évident que l'urgence pour le pays , ce ne sont pas les retraites mais les dépenses sociales. tout le monde le sait bien. et si on nous donnait la liste de l'ensemble de ces dépenses sociales pour faire comprendre aux français où est exactement le vrai problème.
Réponse de le 23/06/2013 à 16:33 :
Effectivement, faire une réforme de retraite n est pas une urgence c est bien les 675M de depense état + collectivités qui sont à réduire.
Savez vous que l handicap qui est gros poste de depense depuis 2009 n est plus pris en charge par l état mais par les départements comme enfance et pourtant l aide social est toujours aussi lourde.
a écrit le 23/06/2013 à 11:33 :
sur you tube je regardait des documentS sur les stocks de véhicules invendus et toutes marques des stocks qui pourrisses sur les parcs idem pour les avions cela correspond a des sommes qui donnent le vertige et qui a financer cela si ce n est les états , et cela continu
on fabrique pour éviter les guerres et conflits. pourquoi l état a de l argent pour financer des objets qui ne seront pas vendu dans leurs totalités du aussi aux nombre de constructeurs et la compétitivité acharnée , et ne finance tel pas les retrait?
Réponse de le 23/06/2013 à 14:47 :
je regardais des stocks qui pourrissent et qui a financé ? celà continue objets qui e seront pas vendus ( être vendu accord) ne financent-elles pas!!!!!!!!!!! les retraits !!relisez vous ou faites vous aider par le correctif de votre ordi!!!c'est pénible à la fin!!!!!!
a écrit le 23/06/2013 à 8:48 :
Pauvre Ayraut ! Tout juste bon à prendre des coups et éventuellement à les détourner de son bon maître ! Pour combien de temps encore ?
Réponse de le 23/06/2013 à 11:23 :
pauvre et triste . un économiste et spécialiste retraite interrogé sur la chaine public senat a dit ce n est pas une priorité la reforme retraite mais l emplois ce qu il veut appliquer est actuellement fait par le gouvernement précédent eux veulent en rajouter .
a écrit le 23/06/2013 à 4:26 :
Est-il exact que les retraites représentent un engagement hors bilan ( non comptabilisé dans la dette publique) de plus de 1600 milliards d'euros, avec une augmentation de plus de 450 milliards d'euros ? Et cette augmentation est-elle due principalement à la progression des pensions à verser aux fonctionnaires, militaires et agents de la poste.? Connait-on le détail de cette "dette" hors bilan par corps de métier ?

Réponse de le 23/06/2013 à 12:20 :
Le déficit 2013 du aux retraites serait de l'ordre de 3 miliards et était de 5milliards en 2013. La dette est bien comptabilisée dans le chiffre de la dette publique la plus fréquemment communiquée, correspondant au mode de calcul de Maastricht. Cette dette ne porte pas seulement sur le déficit du seul état ( dont les retraites des fonctionnaires, payées par l'Etat, sont inclues dans la dette) et des collectivités territoriales mais aussi de la sécurité sociale. L'essentiel de la dette vient de l'augmentation des retraites du secteur privé, du fait du papy boom qui a divisé par deux entre aujourd'hui et 1975 le nombre d'actifs pour financer un retraité.
a écrit le 22/06/2013 à 22:19 :
Mr Ayrault c'est constitué un véritable "patrimoine retraite", c'est-à-dire le cumul de droits à pension acquis, qu'il touchera l'âge venu, croyez-vous qu'il va réformer ?. - ancien maire de Saint-Herblain et de Nantes. - ancien président du district de l?agglomération Nantaise puis de la communauté urbaine Nantes Métropole - ancien président de la société d'économie mixte la SAMOA - ancien conseiller général - ancien député - ancien président de groupe - ancien prof d'Allemand -Comme ancien Premier Ministre, de ce statut particulier, ce dernier bénéficiera tout de même de certains avantages à vie, notamment d'une voiture, d'un officier de sécurité et d'une secrétaire. A cela, le relevé de carrière n'étant pas exhaustif, peut être s'ajoute des retraites inconnues. Les retraites seront « cumulées ». Qui dit cumul des mandats ou des fonctions dit cumul des pensions de retraite.
Réponse de le 23/06/2013 à 12:26 :
Il aura bien au moins 20000e par mois de retraite, il est bien placé pour faire baisser la retraite des gens qui n'ont que 1300 e et moins! Quel culot, et dire que il est socialiste....
Réponse de le 23/06/2013 à 18:49 :
tout à fait de votre avis, c'est écoeurant !
a écrit le 22/06/2013 à 20:54 :
«15 grands noms» de la politique française auraient eu, ou ont toujours, un compte en Suisse" . Ne les oublions pas.
a écrit le 22/06/2013 à 16:31 :
Une concertation pourquoi faire encore une rustine, l urgence n est pas les retraites mais le chômage. Le déficit des retraites est de plus redicule à côté des dépenses aide social. Pourquoi ne pas réduire les dépenses social de 10% environ 67 milliards par an ce qui couvrirai le retraites et il y aurai encore de l argent pour former les chômeurs
Réponse de le 22/06/2013 à 19:39 :
Les retraites sont considérées comme des dépenses sociales. C'est même le plus gros poste. Cela peut surprendre que lorsqu'on parle des dépenses sociales, on inclue les remboursements médicaux et les retraites mais pour ces postes constituent l'essentiel du montant des dépenses sociales et environ la moitié des prélèvement obligatoire s'en France, soit près de 460 milliards.
Réponse de le 23/06/2013 à 7:18 :
On fait la distinction entre prestations contributives et prestations universelles;Il y a un gros effort de pédagogie a entreprendre!
Réponse de le 23/06/2013 à 12:56 :
Effectivement ; les prestations non contributives sont les prestations versées sans contreparties de cotisations ( on y retrouve les "minima sociaux" qui visent a assurer un revenu minimal aux personnes en situation précaire. : chômeur en fin de droit, personnes invalides, handicapées..on y trouve plusieurs dispositifs dont le ras est le plus connu)
Les prestations sont dites universelles lorsqu'elle sont versées sans conditions de ressources, c'est a dire que tout le monde y a droit quelque soit ses revenus. Les allocations familiales par exemple sont gérée de le deuxième enfant a tous les ménages même les plus riches.
Pour avoir la liste des minima sociaux, les effectifs concernes et le montant total vers? par minima, allez en page 59 du document suivant. les mimina representent 19 milliards sur les quelques 460 milliards cites dans mon message plus haut. http://www.drees.sante.gouv.fr/IMG/pdf/minima_sociaux_2010.pdf
Réponse de le 23/06/2013 à 16:21 :
Effectivement les retraites ne sont pas des dépenses social mais le résultat de cotisation mis à mal par les régimes spéciaux. Vous oubliez trop vite que les dépenses social ne sont pas de 460 mllliards c est beaucoup plus il est nécessaire ajouter toutes les aides des collectivités local et nous arrivons aux chiffres de 675 milliards pour exemple les départements île de France dépense en moyenne 4 a 6 milliards par an chacun.
Réponse de le 23/06/2013 à 16:37 :
J oublier l handicap n est plus pris en charge par etat mais par les départements.
a écrit le 22/06/2013 à 15:32 :
Question : Au plus fort des crises financières, les régimes de retraites du privé (CNAV, ARRCO et AGIRC) n'auraient-ils pas perdu du capital lors du placement à très court terme des cotisations reçues des entreprises ??
Ce serait intéressant que la presse économique se penche sur le sujet.
Réponse de le 22/06/2013 à 15:54 :
Il s'agit de système de répartition et non de capitalisation. L'essentiel des cotisations part non pas en placements financiers mais sert a payer les retraites dues.
Réponse de le 22/06/2013 à 16:32 :
Je parle de placements à TRES court terme (c.a.d quelques jours) ; ma question n'est pas anodine.
a écrit le 22/06/2013 à 13:20 :
Je propose d'aligner les retraites sur celles des députes et sénateurs; 20ans d'activité = 6000? cumulable
Réponse de le 22/06/2013 à 15:01 :
Je suis d'accord. On signe où ?
Réponse de le 23/06/2013 à 9:07 :
cela s'appelle l'égalité.
Réponse de le 23/06/2013 à 9:16 :
On demande immédiatement un référendum. Très bonne idée la réponse est implémentation OUI ou NON , je vote OUI.
a écrit le 22/06/2013 à 12:13 :
D'accord, on remet tout à plat en nivelant par le bas:
-suppression des régimes spéciaux et alignement de la fonction publique
- restitution des logements acquis avec des aides publiques
- solde des arriérés d'impôts dus à des sommes non déclarées, notamment pour les artisans ayant effectué du travail dissimulé

Chichen on y va tout de suite?
- baisse des loyers dont le montant est disproportionné par rapport au revenus de misère que l'on devra accepter
- baisse des prix de l'immobilier dans les mêmes proportions,

a écrit le 22/06/2013 à 11:50 :
Si il y a 70 ans chacun cotisait pour son avenir et donc pour abonder sa propre retraites, l'avalanche des déficits creusés depuis presque 30 ans, émanant majoritairement des retraites bonifiées des régimes spéciaux, d'une partie des avantages de la fonction publique et des pensions versés aux personnes n'ayant jamais travaillé ni cotisé, nous ont amené à un système de financement à la MADOFF, qui marque aujourd'hui ses limites. En effet les générations actuelles ne cotisent plus pour elles mais pour tenter de résorber les trous existants. On creuse donc des trous en se servant de la terre pour en coucher d'autres. A lieu de remédier à cela en lissant l'ensemble des systèmes de retraites vers un systèmes unique, composé uniquement de 4 caisses ( 1 régime général 2 régime complémentaire non cadre 3 régimes complémentaire cadres et cadres supérieurs 4 commerçants agriculteurs, artisans, professions libérales) on continue à creuser les déficits. Allonger la durée des cotisations revient de toute façon à partir plus tard si on veut une retraite à taux pleins.Un système unifié par contre a plusieurs avantages : Tout le monde touche en fonction de ce qu'il a réellement versé, toutes les cotisations y compris les cotisations patronales versées par les travailleurs pour les salaires de la fonction publique et assimilés reposent sur un taux unique, la durée et les taux de cotisations sont donc les mêmes pour tous le monde. L'âge minimum de départ est également le même et comporte si nécessaire les mêmes pourcentage de décote, le mode calcul des pensions est le même pour tous, le nombre des caisses ayant diminué on gagne sur les couts de gestion, etc. C'est uniquement un problème de volonté politique. Mais comme personne ne veut rien faire, parce que députés et sénateurs sont confrontés à un conflit d'intérêt et qu'ils ne peuvent être à la fois juges et parti, il faut exiger un référendum sur la question.
Réponse de le 22/06/2013 à 13:53 :
C'est vrai qu'il y a conflit d'intéret et que de,de plus des groupes de pression tentent de maintenir l'immobilisme .Globalement ,les Français sont d'accord pour une réforme juste et LE SEUL MOYEN est effectivement le REFERENDUM .Mais je vois peu de partis politiques pour oeuvrer dans cette voie!
Réponse de le 22/06/2013 à 13:59 :
attention JPMUL Si on applique votre TRES BONNE SOLUTION vous allez mettre tout les IMPRODUCTIFS de fonctionnaires dans la rue pour vous prouver que ce sont des IMPRODUCTIFS qui déteriore notre systeme, je propose qu'une enquête soit fait par la SECURITE SOCIALE pour voir combien de fonctionnaires , profs , intits , ect sont en maladie hors pèriode scolaire ??? faites faire l'étude chez les pharmaciens vous serez STUPEFAIT du rèsultat!!!!! mon pauvre ami nous n'avons aucun espoir si ce n'est de continuer à MORFLER dans le privé ... ou changer radicalement de politiciens en 2014.2017.
Réponse de le 22/06/2013 à 14:33 :
Seul un référendum d'initiative populaire peut nous sortie de l'impasse. Mais il n'existe pas en l'état, en France. La forme référendaire que nous avons, passe obligatoirement par l'aval préalable des 2 chambres. Et la, de droite comme de gauche, tout le monde se refuse à bouger quoi que ce soit. Ils ne veulent pas scier la branche sur laquelle ils sont très confortablement assis depuis des lustres.Et comme par hasard, dans ces cas la, les clivages politiques disparaissent. La seule issue, c'est la pétition vers le parlement européen (article 227 de la constitution européenne), qui, si elle elle recueillait assez de signatures pourrait être approuvée, ce qui permettrait d'imposer à la France la mise en place d'une telle consultation. Avec 8 millions de travailleurs et retraités de la fonction publiques, régimes spéciaux et assimilés d'un côté et 37 millions de travailleurs et retraités du privé de l'autre auxquels s'ajoutent, artisans, commerçants, professions libérales et agriculteurs qui comme nous touchent souvent des queues de cerise en regard des cotisations versées de l'autre, nous n'aurions aucun mal à faire promulguer ces lois. Nous avons simplement oublié, par le mode de vie que l'on nous vend, par la façon dont on nous endoctrine, dont on cultive l'individualisme forcené, qui nous fait considérer les autres comme des concurrents et non pas des alliés potentiels, ce que c'est que l'esprit d'équipe, que l'union faite la force et que la volonté de tout un peuple fait force de loi. Regarder les minorités, elles arrivent a obtenir ce quelles veulent parce qu'elles sont solidaires. Nous sommes une majorité à vouloir que les choses changent mais les uns sans les autres nous sommes inaudibles. Il est grand temps de nous faire entendre et de nous mobiliser. Ensemble nous pouvons le faire..
Réponse de le 22/06/2013 à 16:02 :
Il suffit a chacun de quitter la sécu ou le RSI et de se faire sa propre retraite ...
43 ans a ma retraite depuis 4 ans plus de TF TH d'IS (la retraite est un salaire differe donc impotss) les solutions existent légalement mais sont niées pour le plus grand bonheur des profiteurs/parasites .... Bougez vous ...
Réponse de le 23/06/2013 à 18:52 :
SI pour un référendum = le FN, et il sera surement respecté !
a écrit le 22/06/2013 à 11:31 :
ILS VEULENT LA SORTIE pas possible.......que des mesures pour affaiblir les petits le contraire de leurs promesses INEGALITE est bien la formule de gauche
a écrit le 22/06/2013 à 11:31 :
Pourquoi nous dire qu'ils n'auront de vacances les négociateurs cette année ?? Moi Mr AYRAULT je ne vais plus en vacances depuis 2009 pour pouvoir faire vivre ma famille et je n'en parle JAMAIS MOI !!
Réponse de le 22/06/2013 à 20:25 :
Ben si, vous venez de le faire !
a écrit le 22/06/2013 à 11:23 :
Peut être un début d'embryon de changement sur les avantages des élus : http://tempsreel.nouvelobs.com/le-dossier-de-l-obs/20130619.OBS3816/l-appel-de-10-deputes-en-colere-nous-avons-trop-de-privileges.html
a écrit le 22/06/2013 à 11:02 :
Toujours plus pour appauvrir les petites gens. Le livret A va baisser en août : http://lexpansion.lexpress.fr/economie/livret-a-le-taux-pourrait-baisser-debuter-aout_390935.html
a écrit le 22/06/2013 à 10:22 :
Réforme des retraites : est-ce que les veuves de sénateurs continueront à percevoir la pension de leur défunt mari au taux astronomique de 90 % ? (pour mémoire les taux de réversion des salariés c'est à peine 50 % et encore)
Réponse de le 23/06/2013 à 18:54 :
Là, dessus aussi, on aimerait un peu plus de JUSTICE (ça devient un vain mot !), les taux de reversion : une misère !
a écrit le 22/06/2013 à 10:18 :
Quel déni de justice que de refuser de reconnaître les priviléges des régimes des fonctions publiques et des régimes spéciaux! Le cumul des avantages; base de calcul de la retraite, âge de départ, garantie d'emploi et carrière compléte font que le retraité des fonctions publiques coûte 85% de plus que celui du privé et celui des régimes spéciaux 185% soit près du double et du triple! Et ne Président ne voit pas de différence! Incompétence ou Mensonge? Que font les organisations syndicales patronales du privé? 50 milliards/an de surcoût, c'est la compétitivité du pays qui est en jeu!

Privé Fonctions Régimes
Publiques Spéciaux
Salaire de référence 25 meilleures années 6 derniers mois 6 derniers mois
Taux de cotisation salarié 10,45% 8,76% 12%
Taux de cotisation employeur 15% 74% et 35% >100%
Trimestres gratuite DOM-TOM 1T =2T
Age de départ 62 ans en 2017 62 ans en 2022 62, 52, 57 en 2022
Age moyen de départ 61,9 ans à 62,2 57,1 ans à 58,8 55,1 ans
Durée de la retraite* 19,1 ans à 18,8 23,9 ans à 22,2 25,9 ans
Retraite mensuelle moyenne 1 166 ? 1 757 ? 2 433 ?
décôte par année manquante 1,25%/T 0,875%/T 1,25%/T
Coût de la retraite sur la durée 266K? 485K? 759K?
Différence en % vs privé + 85% +185%
Cotisants 16 millions 5 millions 157 000
retraités 13 millions 2,6 millions 182 000
Réponse de le 22/06/2013 à 20:29 :
Voir la réponse faite à Matheo ci-dessus
a écrit le 22/06/2013 à 9:45 :
expliquez moi ?,,le president ,le gouvernement et les syndicats nous disent il n'y a pas de différence entre retraite du public et retraites du privé ET POURTANT il font dejà des menaces pour ne pas les changer on nous pRend pour des C. .
Réponse de le 22/06/2013 à 10:28 :
Oui, mais il y a probablement une bonne raison en ce qui vous concerne.
a écrit le 22/06/2013 à 9:28 :
Pour résoudre le problème des caisses de retraites, il ne reste qu'une seule solution de bon sens : il faut plafonner les retraites à 1 500 euro / mois et taxer lourdement les dépassements des papy boomers qui tondent la laine sur le dos des générations futures... ENFIN 1 500 euro pour ne rien faire c'est déjà énorme en comparaison avec les smicards à 900 euros qui doivent se lever tôt et user leurs voitures pour aller travailler dur et gagner la misère ... Voilà c'est SI SIMPLE, PLAFONNER+ TAXER+ les bapy boomers profiteurs parvenus de la misère qu'ils ont engendré par pur égoïsme
Réponse de le 22/06/2013 à 9:40 :
Ou alors ceux qui ont des avantages, non des priviléges doivent les assumer eux mêmes
La solidarité entre caisse est du VOL, car on pille dans ces caisses des retraités qui ont
des retraites de misére, et qui bien souvent , vu l'age où ils partiront sera pour aller au
cimetiéres. Les syndicalistes pseudos démocrates que disent-ils aux esclaves : Ce n'est
pas eux qui sont des nantis mais vous qui n'avaient pas assez, ça marche depuis des
lustres pourquoi pas encore pendant des annees
Réponse de le 22/06/2013 à 9:59 :
et si on donnait aux baby-boomers et autres cotisants l'argent qui leur est du.
que les autres se débrouillent entre eux.

ce sont toujours les glandeurs qui la ramènent.
Réponse de le 22/06/2013 à 10:14 :
En matière de retraites personne ne peut réclamer son soi-disant dû car il n'y a pas de capital. L'argent des cotisations passées a déjà été dépensé. Donc les trois seules questions qui vaillent pour l'avenir sont (pour le régime général car bien sûr il y aura toujours une part de capitalisation heureusement) : quelle ressource choisit-on dans le PIB pour financer ce poste ? Qui sont les ayant droit ? Quelles règles générales adopte-t-on pour répartir cette ressource entre les ayant-droit ? Le reste est du bavardage et/ou du bricolage.
Réponse de le 22/06/2013 à 10:19 :
Vous savez tôt ou tard la solidarité aura un jour ses limites, je le vois avec des cousins
qui habitent le Jura et qui bossent en Suisse ils ont une caisse privée pour les assurances
maladies environ 100 euros mois remboursé à 100 % la république veut leur imposer
la sécu soit 300 euros mois et rembousé avec un lance pierre. Je suis retraité de la Fonction publique d'état, j'ai toujours tenu ce disours, cela n'était pas de l'avis de mes
collégues, être démocraque dans un pays soi-disant le pays des droits de l'homme, pour
moi lke pays des jean-foutre où l'argument pas touche à mes priviléges (mes acquis sociaux
a écrit le 22/06/2013 à 9:08 :
Vu ce qu"'il annonce ce bon PM , ils peuvent partir en vacances les négociateurs.
a écrit le 22/06/2013 à 8:12 :
éh oui le vrai probléme des caisses des retraites c est le chomage
et on pourrait meme dire que c est le probleme des comptes public secu etc

alors soit on se réforme pour aller vers la mondialisation ou on ferme les frontières il n y a que 2 solutions car embauche des fonctionnaires a pole emploi c est vraiment des dépenses inutilent

depuis 40 ans on a jamais tranché ce débat on aime mieux faire des tonnes de rapport avec des tonnes de fonctionnaires qui se réunnisent autour de bonne assiettes lol !!!!!
Réponse de le 22/06/2013 à 8:46 :
+ 100
Réponse de le 22/06/2013 à 9:07 :
Le problème de la retraite est le chômage...si on s'obstine à vouloir financer le régime général des retraites par des cotisations sur salaires. Or rien ne lie en répartition les salaires versés aujourd'hui aux retraites à verser aujourd'hui. Que l'on soit chômeur ou non qu'on ait ou non un lourd déficit de la balance commerciale, les français consomment malgré tout. Si donc on restructurait notre système fiscal pour financer la retraite par la TVA (qu'il faudrait donc augmenter), on n'aurait plus cette dépendance et on garantirait qu'un pourcentage de la consommation des français, voisin du pourcentage de seniors qu'on se fixe, serait réparti en retraites...C'est comme le revenu de base, il faut savoir sortir des sentiers battus pour trouver les solutions d'avenir.
a écrit le 22/06/2013 à 7:22 :
Taxer l'énergie pour financer les retraites.C'est la conclusion de la note n°6 du conseil d'analyse économique du premier ministre!Attendez de connaitre la solution.
Réponse de le 22/06/2013 à 8:16 :
je pense pas qu il y ai bessoin d un conseil économique pour trouver une taxe sur l énergie on est tombé bien bas
par contre pour compter les rapports et le cout des réunions inutiles il faudrait bien embaucher quelques fonctionnaires MDR !!!
Réponse de le 23/06/2013 à 21:16 :
Taxer l'énergie, c'est déjà fait.
a écrit le 22/06/2013 à 6:54 :
«15 grands noms» de la politique française auraient eu, ou ont toujours, un compte en Suisse." NE LES OUBLIONS PAS.
Réponse de le 23/06/2013 à 19:04 :
ah!ah!ah! Bien !
a écrit le 22/06/2013 à 4:19 :
Et toujours rien sur la réforme des RETRAITES de NOS ELUS POLITIQUES ?
Réponse de le 23/06/2013 à 18:55 :
...Chuutttttt ! là dessus...Chuuttttt !!! vous pensez bien !
a écrit le 22/06/2013 à 0:30 :
Si demain on devait faire la demande d'un référendum sur la question des retraites, il faudrait commencer par en poser les bases et la justification.
Attendu que la France a besoin d?une vraie réforme des retraites, mais que députés et sénateurs, sont inaptes à légiférer sur le sujet, à cause du conflit d?intérêts que cela représente et sachant que pour la sérénité et la neutralité des débats, on ne peut à la fois être juge et parti.
Attendu que les déclarations faites et réitérées par les syndicats majoritaires, convergent toutes vers un blocage du pays, afin de défendre les retraites du public et les régimes spéciaux, qui constituent l?assise majoritaire de leurs adhérents, ce qui mettrait la France, en pleine période de récession, dans une situation économique encore plus désastreuse, avec des conséquences financières qui seraient à la charge exclusive des citoyens
Attendu que les déficits d?un certain nombre de caisses menacent à court terme, l?existence même de notre système de retraite dans son ensemble et que chaque travailleur doit être en mesure au terme de sa carrière professionnelle de pouvoir en bénéficier.
Nous, citoyens français, conformément à l?article 227 de la constitution européenne, demandons au parlement européen, d?autoriser la mise en place d?un référendum d?initiative populaire au travers du droit de pétition prévue dans son contenu, afin de statuer sur les modifications à apporter aux modes d?attribution et aux modalités de calcul des pensions de retraites de tous les systèmes existants sur notre territoire. Notre constitution ne permettant pas la mise en place d?un tel référendum en France, sans l?accord préalable de membres représentatifs des 2 chambres, qui sont directement concernées par ce débat et afin de préserver la neutralité des questions et des réponses, nous avons jugé utile de nous tourner vers vous.
Réponse de le 22/06/2013 à 8:06 :
on va arriver au bout de notre system et ca passera par une forme de révolution
sans doute une arrivé du FN au pouvoir et finalement ca permettra au moins de mettre dehors toute notre classe politique pourri , incompétente qui ne pense qu a rester en place
Réponse de le 22/06/2013 à 8:55 :
tout a fait nous sommes au bout inevitable ...la faute a qui ???..
Réponse de le 22/06/2013 à 9:11 :
S'il vous plait, merci de ne pas laisser l'Europe traiter cette question. Nous sommes tout à fait capables de la traiter entre français sans invoquer des autorités supranationales illégitimes.
Réponse de le 23/06/2013 à 19:08 :
Le FN virera tous ces polichinelles, j'en suis persuadé! je ne dis pas qu'il fera des "miracles", MAIS, pour ce qui est des coups de balai énergiques, les économies, plus de justice, j'y crois dur comme fer , perso !
a écrit le 22/06/2013 à 0:26 :
Il ne se passera rien. La France a besoin d'une vraie réforme des retraites, mais députés et sénateurs, sont inaptes à légiférer sur le sujet, pour cause de conflit d'intérêts. Sachant que pour la sérénité et la neutralité des débats, on ne peut à la fois être juge et parti, il serait bon de céder sur ce sujet la parole aux français. Mais il n'auront jamais le courage de faire un référendum sur le sujet.
D'autant qu'avec le système actuel les inégalités vont continuer à se creuser. Plusieurs raisons à cela : En 70 ans nous sommes passés de 2 cotisants pour 1 retraité à une situation qui sera totalement inverse dans moins de 20 ans. En plus des personnes qui perçoivent des retraites sans n'avoir jamais travaille ni cotisé, qui sont de plus en plus nombreuses et qui coutent de plus en plus cher et celles qui bénéficient de régimes spéciaux, qui partent toujours aussi tôt en percevant elles aussi, des retraites de plus en plus longtemps pas pour autant financées, on a un chômage qui atteint des sommets et des salaires tirés vers le bas qui pénalisent fortement nos cotisations. Si l'on ajoute à cela, alors que nous payons déjà avec nos impôts, les salaires, cotisations patronales et avantages de la fonction publique, le fait que le gouvernement envisage d'embaucher plusieurs milliers de nouveaux fonctionnaires sur les mêmes bases, on frise l'inconscience. Ces écueils dont personne ne veut s'occuper, deviendront pratiquement insurmontables demain si nous ne faisons rien. Mais autant laisser aux autres ce que nous n'avons pas le courage d'entreprendre se disent élus et syndicats, dont l'image est déjà fortement écornée. For de ce courage politique, ce qui pouvait être encore sauvé aujourd'hui deviendra de plus en plus complexe à réaliser demain. Mais quand on est à la fois égoïste et carriériste, que l'on sait que sa retraite ne sera pas trop écornée par les symptômes grandissants que l'on a constaté, voire encouragé, autant laisser à d'autres pour mieux les critiquer le soin de mettre fin aux aux inégalités. Décidément cette normalité la, n'est vraiment pas la notre et ne le sera jamais
Réponse de le 22/06/2013 à 8:35 :
Bravo , solution la rue comme au Brésil, en Turquie où en Tunisie où les urnes avec le FN...
Réponse de le 23/06/2013 à 18:57 :
le référendum, le FN le ferait ! !
a écrit le 21/06/2013 à 23:23 :
Et les retraites des parlementaires (députés et sénateurs) . Et de tous ces Ministres et élus politiques ? Nos élus politiques continuent à garder leurs PRIVILEGES !
Ils devraient commencer à donner l'exemple et à s'appliquer à eux-mêmes les Lois qu'ils votent pour nous, ainsi ils réfléchiraient à 2 fois avant !
Réponse de le 23/06/2013 à 18:59 :
Ben,les lois ils les votent déjà, pour NE PAS SE "SPOLIER" eux mêmes, que voulez vous, nous , nous sommes de la roupie de sansonnets, ils s'en foutent !
a écrit le 21/06/2013 à 22:41 :
Que de perte de temps et d'énergie !
C'est simple: il faut ajouter 1 trimestre par an pour tous jusqu'à retrouver
l'équilibre financier. Puis on ajuste chaque année.
Pas besoin de réunir des personnes payées à brasser du vent.
Ils feraient mieux de bosser pour créer de nouveaux produits et services afin de diminuer
le chomage
Réponse de le 21/06/2013 à 22:58 :
Ils ne savent pas faire autre chose que baratiner et serrer des louches ces gens là. Sans ces "négociations" régulières, ils seraient au chômage depuis longtemps
a écrit le 21/06/2013 à 22:16 :
Peut-on me préciser la quantité de négociateurs autour de la table qui sont sujet au régime général des retraites ? Parce que j'ai comme l'impression de ne voir que des membres des régimes spéciaux, n'ayant absolument rien a cirer du régime général... En prime, ces gens ont pour métier de gérer le bordel... Le faire disparaitre conduirait a les mettre au chomage... Aucune chance d'arriver a un résultat qui marche avec ces gens là... On perd notre temps, et en prime on les paie...
Réponse de le 21/06/2013 à 23:40 :
exellent commentaire ...on depense notre argent notre energie dans des reunions.... des reunions... des reunions le trou se creuse . on fait des rapports on lis des rapports voila nos politiques pret a tout et bon a rien (coluche )....
Réponse de le 23/06/2013 à 19:00 :
Ah! ce bon Coluche! il avait tout pigé...Fabuleux !
a écrit le 21/06/2013 à 21:25 :
ils feraitr mieux de prendre de vacances comme cela il eviterait de nous impots des impots à la minute comme il le font actuellement , allez en vacances , cela nous fera du bien aussi de plus les voir à la télé
Réponse de le 23/06/2013 à 9:26 :
Faites comme moi quand ils passent à la télé je zappe, je ne veux pas qu'ils rentrent chez moi tous ces bons à rien. Depuis plus de six mois je n'ai as vu hollande et je m'en porte très bien. Merci encore à l'inventeur de la télécommande.
a écrit le 21/06/2013 à 21:09 :
c'est moi ou la goche a tellement embauché d'électorat que la france est obligée d'aller dans le mur.effectivement les caisses sont vides.les caisses des travailleurs du privé bien sur.
a écrit le 21/06/2013 à 20:00 :
Après la non augmentation du smic, des fonctionnaires de la semaine dernière, il fallait bien un autre sujet pour que nos si brillants hommes politiques réfléchissent et fassent croire qu'ils travaillent pour la justice et l'égalité.
La réforme de la retraite, en quelques mots:
- je ne touche pas aux régimes de spéciaux (youpi le politique qui ne va pas être inquiété, ni les autres à la prime à charbon par exemple....ce n'est qu'un exemple et il y en a tant...)
- je ne touche pas aux régimes des fonctionnaires (c'est pour la prochaine, parce que sinon le politique ne va pas être réélu. Echéance électorale oblige; Il n'y a que ça qui l'intéresse vous me direz)
Et encore, la prochaine, je module juste les années prises en compte (comme ça je fais plaisir à mes amis hauts fonctionnaires) sans trop faire grincer les autres. De toute façon, s'ils veulent faire grève, c'est que le WE sinon je retire de l'argent... Hi hi hi...
Et oui j'ai tout verrouillé.
- je demande juste aux autres de travailler plus, et plus longtemps pour gagner encore moins...
Mais à côté, je donne, je donne sans compter (environ 18% d'augmentation).
Oh zut, il n'y a plus d'argent. C'est pas grave, j'augmente tout.
Mais je ne suis pas concerné par tout çà.
Je vis aux frais de la princesse. J'ai le beurre, l'argent du beurre et en plus j'ai la crémière. Je réforme pour les autres mais surtout pas pour moi et mes copains.
Allez encore un effort, vous y êtes presque...
Alors rendez vous le 04 juillet pour se concerter avec les syndicats... Et quelle concertation... C'est déjà tout prévu, il faut juste faire croire que les décisions seront prises dans l'intérêt de tous. Et c'est surtout pour ficeler les syndicats pour éviter de descendre dans la rue (vu les dossiers sous le coude...)
Ou sinon, c'est pour trouver une autre date.
Et je propose pourquoi pas le 04 août. Date très symbolique de l'histoire de la France.
C'est la date de l'abolition des privilèges et la fin du système féodal.
Allez encore un effort, vous y êtes presque.
a écrit le 21/06/2013 à 19:30 :
Toujours les mêmes artifices "emplois jeunes" sous une autre appellation.
Réponse de le 22/06/2013 à 8:24 :
eh oui les TUC les emplois jeunes les CES etc !!! ca fait 40 ans que ca dure
le plus marrant c est qu il viennent toujours nous les présenter comme une vrai solution

la vérité c est que personne n ose parler de la modialisation soit on s adapte soit on ferme les frontières
a écrit le 21/06/2013 à 19:18 :
Nooonnnn! C'est trop horrible! Les pauvres qui se décarcassent pour nous! Où est ma boîte de kleenex?
Réponse de le 21/06/2013 à 19:39 :
tant d'illettrisme chez nous ? Posez vous la question , vous pouvez y repondre facilement
Réponse de le 22/06/2013 à 1:20 :
hein?
a écrit le 21/06/2013 à 19:07 :
aucune reforme ne sera faite ....les syndicats possedent de nuire .....
a écrit le 21/06/2013 à 19:03 :
que d'inegalite et non sens economique a la situation des retraites en France.
cette ideologie nous sera fatale.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :