Le plan sur l'innovation sera dévoilé la semaine prochaine

 |   |  1140  mots
L'innovation, le nouveau cheval de bataille de Jean-Marc Ayrault, le Premier ministre
L'innovation, le nouveau cheval de bataille de Jean-Marc Ayrault, le Premier ministre (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le 4 novembre, le Premier ministre va présenter des nouvelles mesures en faveur de l’innovation pour favoriser la compétitivité des entreprises. Trois priorités ont été définies : stimuler la culture de l'innovation, soutenir les écosystèmes innovants, et refondre la politique de soutien public à l'innovation.

Le gouvernement est bien décidé à ne pas laisser passer l'occasion. Alors que l'opinion publique, et notamment les entreprises, reprochent bien souvent à l'exécutif l'absence de visibilité, de cap donné par l'action publique, le gouvernement a décidé de leur donner tort.

La plupart des membres du gouvernement sont sur le pont, surtout les sept logés à Bercy ainsi que Michel Sapin, le ministre du Travail et Geneviève Fioraso, la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Mercredi, une réunion à l'Elysée a été organisée ex abrupto pour préparer le premier anniversaire du Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l'emploi présenté le 6 novembre 2012 par Jean-Marc Ayrault, le Premier ministre. Lors de cet évènement, le gouvernement reviendra sur les mesures marquantes décidées par le gouvernement depuis un an. Un document est déjà en ligne sur le site du ministère de l'Économie.

Une nouvelle étape, trois priorités pour soutenir l'innovation

Mais c'est surtout l'occasion pour l'exécutif de passer à la prochaine étape. Parallèlement au plan Big Data que la France souhaite pousser à Bruxelles, Jean-Marc Ayrault présentera le 4 novembre 2013 un nouveau plan pour redresser la compétitivité des entreprises françaises, plan concocté par les services de Fleur Pellerin, la ministre des PME et de l'Economie numérique. Austérité oblige, ce plan ne contiendra pas de mesures onéreuses pour les finances publiques. Il n'y aura pas de crédit d'impôt pour la compétitivité (CICE) bis !

Selon nos informations, les mesures qui seront annoncées par le Premier ministre auront une priorité : favoriser le développement de l'innovation en France. Trois axes ont été retenus par Fleur Pellerin, qui a été fortement influencée par le rapport "L'innovation un enjeu majeur pour la France" réalisé par Jean-Luc Beylat, le président d'Alcatel-Lucent Bell Labs et Pierre Tambourin, Directeur Général de Genopole, et présentée en avril 2013.

Développer la culture de l'innovation

La première priorité est de stimuler la culture de l'innovation en France. Elle va de pair avec celle accordée au développement de la culture économique prévu par le projet de refondation de l'Ecole porté par Vincent Peillon, le ministre de l'Education nationale. Initié par les Assises de l'entrepreneuriat en avril, ce chantier s'est accéléré la semaine dernière avec la création du Comité national éducation économie (CNEE)  et le lancement du statut d'étudiant entrepreneur

Sur ce point, le rapport Beylat-Tambourin recommande notamment de réviser les méthodes pédagogiques de l'enseignement primaire et secondaire pour développer les initiatives innovantes, notamment à travers la création de mini-entreprises à l'école, l'apprentissage de la programmation informatique dès le primaire et le secondaire.

Soutenir les écosystèmes innovants

Autre priorité retenu par Fleur Pellerin : le soutien aux écosystèmes innovants. Une nouvelle fois, son action sera fortement inspirée par le rapport Beylat-Tambourin qui supplie l'Etat de décloisonner les efforts en faveur de l'innovation de tous les acteurs, publics et privés pour que les résultats de la recherche se traduisent en gain de compétitivité et d'emplois dans le futur.

Parmi les nombreuses recommandations formulées dans ce rapport, le gouvernement s'intéresserait particulièrement à l'essaimage à partir des grands groupes dans le secteur privé. L'idée est de donner leur chance à des « innovations potentielles qui, si elles ne trouvent pas leur place au sein du groupe, sont tuées en interne pour des raisons d'allocation des ressources, de marché potentiel marginal par rapport à l'activité du groupe, ou tout simplement de non-alignement avec la stratégie du groupe », indique le rapport.

Dans le public, refonder le transfert, c'est-à-dire le processus qui permet de passer d'une invention, issue de la recherche publique ou de la recherche industrielle, à l'innovation, pourrait être retenu, notamment en prenant en compte le transfert dans l'évaluation des carrières des chercheurs et en favorisant les transferts à destination des PME-ETI. Le décloisonnement doit également être géographique, le rapport souhaitant le soutien des initiatives locales en renforçant le pouvoir d'animation des Régions.

« Il n'y a pas d'écosystème performant sans un partage globale des travaux de recherche, sans une fluidité des échanges, des informations ; Il faut que tous les acteurs parviennent à travailler ensemble, qu'ils soient issus du public ou du privé, qu'ils soient installés à Paris ou dans les métropoles régionales », a martelé Pierre Beylat mercredi lors de la présentation de la nouvelle plate-forme de coordination des écosystèmes de l'innovation en France.

Refonder la politique publique en faveur de l'innovation

Enfin le troisième axe de ce plan « Innovation » plaide pour une refondation du soutien public à l'innovation. Le rapport suggère de clarifier les rôles et les relations de l'ensemble des acteurs publics, nationaux, régionaux et locaux pour permettre de définir enfin une véritable stratégie de l'innovation qui puisse être évaluée. La création d'une nouvelle structure ne serait pas à l'ordre du jour.  La BPI, via sa branche Innovation, pourrait devenir l'interface unique du financement de l'innovation en France

Le gouvernement réfléchit aussi aux moyens de permettre à la commande publique de promouvoir l'innovation. Pour l'instant, elle n'y parvient pas, les acheteurs publics n'étant absolument pas encouragés à le faire. En outre, ils ne sont pas autorisés à acheter des biens et service qui n'ont pas de concurrent sur le marché !

Des efforts à poursuivre

Ce nouveau plan d'actions ne sera pas superflu. Une étude dévoilée ce jeudi par COE-Rexecode constate certes que la compétitivité se redresse après une chute ininterrompue depuis le début des années 2000. Beaucoup d'indicateurs sont en effet passés dans le vert. Ainsi, les parts de marché de la France à l'exportation dans la zone euro ne reculent plus depuis 2011, stabilisées à 12,8 %. En outre, le taux de pénétration du marché intérieur par les importations s'effrite et la part de la valeur ajoutée de l'industrie en France dans la valeur ajoutée industrielle européenne progresse. "Les politiques de renforcement de la compétitivité menées depuis dix ans en France, avec entre autres la mise en place des pôles de compétitivité et du crédit impôt recherche, commencent aussi à porter leurs fruits", constate Michel Didier, le président de l'institut. Même les résultats d'exploitation des entreprises industrielles ont récemment augmenté. "Mais ils restent proches de leur point bas", relativise Denis Ferrand, le directeur général de COE-Rexecode. "Si les politique engagées depuis plusieurs années ont enrayé le recul de al compétitivité de notre économie, mais pour regagner tout ou partie du terrain perdu, l'effort d'innovation et de recherche doit être poursuivi et amplifié ", poursuit-il.  

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/11/2013 à 0:11 :
Pour innover faut taxer encore et encore.
a écrit le 29/10/2013 à 12:36 :
On dit "innovation, innovation" en sautant comme des cabris! Mais tant que nos grandes entreprises seront dirigées par des énarques et des financiers, l'innovation sera tuée à la base.
a écrit le 29/10/2013 à 11:08 :
L'INNOVATION ne se décrète pas. Nous n'avons pas de PROCESSUS ORGANISES METTANT EN ?UVRE DES SOLUTIONS permettant de réduire dans un moyen terme nos écarts avec nos compétiteurs.
La faiblesse majeure se situe dans l'insuffisance de compréhension des NOUVEAUX PROCESSUS D'INNOVATION. Des centaines de volumes traitent du sujet depuis les années cinquante et, là comme dans d'autres domaines, la pensée s'est sclérosée.
La structure d'animation de notre potentiel industriel n'est plus compatible avec la vitesse d'élargissement du champ des savoirs. Malgré la mise en place de nombreux réseaux, souvent sectoriels, au sein des CCI, Agences de Développement Économique, etc., la diffusion en autonome au sein de chacune des TPE PME ETI des technologies disponibles n'est plus possible tant l'acquisition et compréhension des nouveautés (il en sort toutes les semaines dans tous les domaines) consommerait des ressources humaines indisponibles car trop onéreuses. Nous devons apprendre à nos TPE et PME à OUTNOVER en réalisant des TRANSFERTS DE TECHNOLOGIES ATYPIQUES... Voilà pourquoi nous devons mettre en ?uvre des ECOLES VIRTUELLES DES TRANSFERTS DE TECHNOLOGIES et de l'OUTNOVATION selon le scénario proposé dans le texte à télécharger : http://pdf.lu/wnnn
a écrit le 29/10/2013 à 8:21 :
Je ne suis pas français mais j'aime la France pourquoi beaucoup le Français, manque de patriotisme
a écrit le 29/10/2013 à 8:05 :
La recherche et l'innovation sont essentielles à la compétitivité de nos industries ses universités, instituts de recherche et écoles polytechniques joue un rôle clé en tant que vivier de l?innovation qui sous tend ses résultats économiques. Ils se rapportent à des inventions relevant de domaines aussi variés que la biotechnologie (sciences de la vie, dispositifs et systèmes biomédicaux, bio informatique), l'informatique et les technologies de l'information, l'ingénierie (électrique, électronique et mécanique, ainsi que la robotique et l'automatisation), la santé et les matériaux il faut prix prestigieux en reconnaissance de ses innovations et de son excellence en affaires et en organisation, et la Qualité
a écrit le 29/10/2013 à 6:07 :
Bon ok faut pas juger les gens à leur allure, mais Flamby, Ayrault, Taubira, Montebourg, Mosco, Duflot et toute la clique, vous trouvez qu'ils ont l'air innovant vous? Qui embaucherait des gens pareils à des postes stratégiques dans une entreprise franchement? D'ailleurs ils ne savent même pas ce que c'est une entreprise, ils ont passé toute leur vie comme "élus" ou dans l'administration.
a écrit le 29/10/2013 à 6:02 :
Jean-Marc Ayrault a vachement l'air de quelqu'un d'"innovant", c'est terrible... Je sais pas comment fait la France pour se retrouver à chaque fois avec un gouvernement encore pire que le précédent...enfin si, quand je vois les "Français" d'aujourd'hui je crois comprendre pourquoi on se retrouve avec une classe politique pareille...
a écrit le 28/10/2013 à 19:34 :
La France est grande entreprise alors innovons et chassons ces élus qui nous gouvernent, les bons a rien sont inutiles
a écrit le 28/10/2013 à 18:13 :
Si l'Etat commençait par f...la paix aux entreprises en les débarrassant de toute la bureaucratie (code du travail par ex)t les charges qui les empêchent de prospérer.
a écrit le 28/10/2013 à 17:58 :
Flamby annonce "on va innover !!" ... bon, on va innover alors.
a écrit le 28/10/2013 à 17:55 :
Source d'innovation quotidienne de ce gouvernement.
Jean Marc arrive a tout lire avec tous ces rapports blablabla ?
Ça fait travailler combien de personnes les rapports blablabla ?
C'est peut être aussi long que le rouleau papier toilette mais ça sert jamais a rien leurs rapports.
Arrêtez de nous prendre pour des jambons : le chômage bat des records chaque mois.
Sont - ils au courant ?
a écrit le 28/10/2013 à 15:13 :
@Pierre ... avec tout le respect que l'on peut vous accorder, il faut avouer que 6 textes presque successifs pour le même contenu, tellement long que illisible, ce n'est pas une manifestation de clarté d'esprit ... c'est même plus ou moins le désordre ...
Réponse de le 28/10/2013 à 17:57 :
Seul Hollande sait faire la synthèse chez les socialistes. On l'a vu pour Leonarda.
a écrit le 28/10/2013 à 14:29 :
En l?espace de 10 ans, LA FRANCE est progressivement parvenu à se classer parmi les économies les plus compétitives d?europe, parmi les endroits au monde où il est le plus facile de faire des affaires et parmi les ?terres d?innovation?. En troisième position de l?Indice mondial de l?innovation pour la deuxième année consécutive, LA FRANCE recueille les fruits de sa ferme détermination à développer des secteurs à forte intensité d?innovation et de savoir. Et cette tendance devrait se poursuivre : en 20117 en effet, le a annoncé que sur la période 2011?2015, le pays allait investir 160,1 euro de LA FRANCE(120,9 milliards de euro ), soit une augmentation de 20% par rapport aux cinq années précédentes, en faveur de la recherche, de l?innovation et du développement de l?entreprise. ?La recherche et l?innovation sont essentielles à la compétitivité de nos industries, servent de catalyseur à la croissance et transforment l?économie. Le capital intellectuel est inéluctablement amené à jouer un rôle déterminant dans la prochaine phase de notre développement économique?, a déclaré le Premier ministre lors d?une conférence de presse en septembre 2015.


La recherche?développement est devenue la pierre angulaire de la stratégie économique du pays. D?ici à 2015, LA FRANCE entend accroître ses dépenses brutes dans ce domaine pour atteindre 3,5% du produit intérieur brut (PIB). Le secteur tertiaire du pays ? ses universités, instituts de recherche et écoles polytechniques ? joue un rôle clé en tant que vivier de l?innovation qui sous?tend ses résultats économiques. Parallèlement, les bureaux de transfert de technologie établis dans chacun de ces secteurs jouent un rôle déterminant en ce qui concerne le passage des technologies du laboratoire au marché. Ils contribuent à déceler le potentiel commercial des activités de recherche, à veiller à qu?elles soient axées sur l?obtention de résultats et à élaborer des stratégies pour leur exploitation commerciale.

Le Magazine de s?est récemment entretenu avec, directeur du Centre pour l?innovation et la commercialisation technologiques , la division Entreprises de l?école polytechnique de , pour en savoir plus sur le rôle du et les difficultés qu?il rencontre dans la gestion des actifs de propriété intellectuelle de la . L?école polytechnique s?est vue décerner plusieurs prix prestigieux en reconnaissance de ses innovations et de son excellence en affaires et en organisation, dont le LA FRANCE Qualité , l?Innovation Excellence et le People Excellence . L?école est également une fervente utilisatrice des services de propriété intellectuelle de .

Créé en 2012, le fait figure, dans une certaine mesure, de nouveau venu dans le domaine du transfert de technologie. Pour autant, il a rapidement apporté la preuve de son utilité en matière de détection, de protection, de gestion et d?exploitation commerciale des actifs de propriété intellectuelle de la . Sa mission ?est de servir de passerelle efficace entre l?école et l?industrie afin de faciliter le transfert de technologie dans l?intérêt commun, économique et social de . Il fait office LA FRANCE d?intermédiaire chargé d?appuyer l?industrie locale et la communauté singapouriennes grâce aux inventions et innovations de la , explique Pour ce faire, il aide à lancer des projets de recherche dans l?ensemble de l?école polytechnique, à stimuler l?innovation et l?esprit d?entreprise et à encourager et faire évoluer les initiatives entrepreneuriales des étudiants.

Le travaille en étroite collaboration avec les sept départements de l?école polytechnique ? ingénierie, informatique, chimie et sciences de la vie, sciences de la santé, médias numériques et interactifs, conception et gestion des entreprises ? pour réaliser les deux objectifs stratégiques de la : cultiver l?esprit d?innovation et d?entreprise et ?vendre? ses idées. ?Le rôle et les responsabilités du ont évolué au fil des ans et le centre ouvre aujourd?hui de nouveaux horizons en matière d?innovation et d?initiative au sein de la déclare
La protection et la gestion de la propriété intellectuelle


Des chercheurs de la ont conçu un simulateur de
course multimédia pour promouvoir le Grand Prix de
Formule 1 de LA FRANCE, ouvrant de nouvelles
perspectives en matière d?innovation, de modification
et de production dans le domaine du jeu. Le codage et
les actifs graphiques ainsi produits sont protégés au titre
du droit d?auteur et sont la propriété de la
Si le centre se consacre essentiellement à la gestion du portefeuille d?actifs de propriété intellectuelle et à la concession de licences, il joue également un rôle clé dans la coordination du financement des activités de recherche?développement, le renforcement de la collaboration avec d?autres universités et instituts de recherche et la création de liens avec des partenaires du monde de l?industrie et des affaires.
Réponse de le 28/10/2013 à 15:09 :
VOICI Les Rapports plus qu'affligeants INSEAD/OMPI et le Rapports Europa...Pour l?indice mondial d'efficacité de l?innovation (GII) de l'INSEAD/OMPI,, la France sombre à la 64ème place au plan mondial, et 27ème européenne selon les critères retenus dans ce Rapport...Dans Le classement innovation industrielle mesurée par l'IUS, Innovation Union Scoreboard 2011, la France se positionne dans la catégorie des "adeptes de l'innovation", à la 11ème place sur 27 pays européens, tout juste au niveau de la moyenne européenne. L'IUS 2011 distingue 3 principaux types d'indicateurs et 8 dimensions de l'innovation, capturant au totales 25 différents indicateurs. Ces 2 Rapports sont regroupés et accessibles via le lien suivant : http://www.sylevra.com/la-france-a-mal-a-son-innovation.htm
Réponse de le 28/10/2013 à 16:07 :
@c'est bizarre Pierre mais la France s'enfonce dans la misère comme jamais encore et e chômage explose. Il y a comme un défaut, non ?
a écrit le 28/10/2013 à 14:29 :
En l?espace de 10 ans, LA FRANCE est progressivement parvenu à se classer parmi les économies les plus compétitives d?europe, parmi les endroits au monde où il est le plus facile de faire des affaires et parmi les ?terres d?innovation?. En troisième position de l?Indice mondial de l?innovation pour la deuxième année consécutive, LA FRANCE recueille les fruits de sa ferme détermination à développer des secteurs à forte intensité d?innovation et de savoir. Et cette tendance devrait se poursuivre : en 20117 en effet, le a annoncé que sur la période 2011?2015, le pays allait investir 160,1 euro de LA FRANCE(120,9 milliards de euro ), soit une augmentation de 20% par rapport aux cinq années précédentes, en faveur de la recherche, de l?innovation et du développement de l?entreprise. ?La recherche et l?innovation sont essentielles à la compétitivité de nos industries, servent de catalyseur à la croissance et transforment l?économie. Le capital intellectuel est inéluctablement amené à jouer un rôle déterminant dans la prochaine phase de notre développement économique?, a déclaré le Premier ministre lors d?une conférence de presse en septembre 2015.


La recherche?développement est devenue la pierre angulaire de la stratégie économique du pays. D?ici à 2015, LA FRANCE entend accroître ses dépenses brutes dans ce domaine pour atteindre 3,5% du produit intérieur brut (PIB). Le secteur tertiaire du pays ? ses universités, instituts de recherche et écoles polytechniques ? joue un rôle clé en tant que vivier de l?innovation qui sous?tend ses résultats économiques. Parallèlement, les bureaux de transfert de technologie établis dans chacun de ces secteurs jouent un rôle déterminant en ce qui concerne le passage des technolog
a écrit le 28/10/2013 à 14:17 :
La protection et la gestion de la propriété intellectuelle


Des chercheurs de la ont conçu un simulateur de
course multimédia pour promouvoir le Grand Prix de
Formule 1 de la FRANCE, ouvrant de nouvelles
perspectives en matière d?innovation, de modification
et de production dans le domaine du jeu. Le codage et
les actifs graphiques ainsi produits sont protégés au titre
du droit d?auteur et sont la propriété de la .
Si le centre se consacre essentiellement à la gestion du portefeuille d?actifs de propriété intellectuelle et à la concession de licences, il joue également un rôle clé dans la coordination du financement des activités de recherche?développement, le renforcement de la collaboration avec d?autres universités et instituts de recherche et la création de liens avec des partenaires du monde de l?industrie et des affaires.

Le mécanisme de gestion et de commercialisation des actifs de propriété intellectuelle du centre définit de manière claire et systématique chaque étape du passage d?une idée du laboratoire au marché. Dès qu?une invention a été divulguée et a fait l?objet d?un descriptif, elle est soumise à l?agent du département concerné à l?intérieur de l?école, lequel réalise une évaluation préliminaire avant de la transmettre au . Les agents de propriété intellectuelle sont spécialisés dans leurs domaines respectifs et bénéficient d?une formation en protection et gestion des actifs de propriété intellectuelle dispensée par le .

Grâce à cette solide équipe pluridisciplinaire, le peut compter sur un immense vivier de compétences au sein même de l?école polytechnique, tirer parti de l?expérience acquise et élargir son rayon d?action et son réseau de contacts. Dès réception du dossier de divulgation d?invention, les agents en charge de l?aspect technologique contrôlent et évaluent minutieusement le potentiel de l?invention en termes de propriété intellectuelle. Une grille sur ?la technologie et le marché? spécialement conçue à cet effet aide à classer les technologies en lice de manière objective et à établir de façon cohérente si elles présentent un caractère brevetable et viable d?un point de vue à la fois technologique et commercial. Dans l?affirmative, une recommandation est émise sur la façon de protéger et d?exploiter l?invention sur le plan commercial.

?La décision de demander ou non une protection au titre de la propriété intellectuelle dépend en grande partie de l?analyse du rapport coûts?avantages?, explique?Si la technologie est jugée adaptée au seul marché local, alors une demande de brevet est déposée au niveau national pour la FRANCE. En revanche, si elle présente un intérêt à l?échelle internationale, alors nous préférons recourir à la procédure du Traité de coopération en matière de brevets . Par la suite, une demande d?entrée dans la phase nationale pour certains pays peut être envisagée, en fonction des débouchés commerciaux et de l?intérêt manifesté par des preneurs de licences ou des partenaires industriels vis?à?vis d?un marché cible donné. Si on a besoin de plus de temps pour évaluer l?intérêt et le potentiel de telle ou telle technologie, on opte pour une demande de brevet provisoire,? précise?t?il.
offre une gamme de services utile et complète en matière de dépôt et d?enregistrement. L?outil est particulièrement précieux pour effectuer une recherche rapide sur les demandes déposées selon le. Nous y avons recours lors de l?opération de contrôle préalable avant de faire appel à des juristes spécialisés dans les brevets?, indique?t?il. ?Les bases de données de sont également très utiles pour obtenir des informations sur le paysage de la propriété intellectuelle dans un domaine technologique précis, par exemple les technologies propres?.

En moyenne, le soumet 15 demandes de brevet par an. À ce jour, quelque 188 demandes de brevet ont été déposées et 137 brevets ont été délivrés. Ils se rapportent à des inventions relevant de domaines aussi variés que la biotechnologie (sciences de la vie, dispositifs et systèmes biomédicaux, bioinformatique), l?informatique et les technologies de l?information, l?ingénierie (électrique, électronique et mécanique, ainsi que la robotique et l?automatisation), la santé et les matériaux. s?occupe de l?enregistrement des dessins et modèles et de la protection au titre du droit d?auteur pour les contenus et les méthodes d?enseignement et d?apprentissage, les jeux, les clips d?animation et les applications logicielles. Il gère également les secrets d?affaires détenus par la sur ses recettes alimentaires et ses procédés de fabrication exclusifs.

La concession de licences


Un dispositif d?alarme personnel intégré à un téléphone portable
émet un puissant signal sonore pour attirer l?attention en cas
d?attaque de son propriétaire. Il offre également une fonction
qui permet aux personnes de l?entourage de recevoir un signal
de détresse lorsqu?elles sont connectées. Cette invention a été
déposée selon le le 5 octobre 2012
La concession de licences est actuellement au c?ur de la stratégie de commercialisation du . À ce jour, le centre a participé aux négociations de 33 contrats de licence et, en moyenne, il conclut quelque 12 accords de ce type par an. Pour s?assurer de la solidité des différents types de contrats de licence dont il traite, le centre a dressé une liste de contrôle complète des éléments à prendre en compte lors des négociations, notamment le type de licence concédée, sa durée, les territoires pour lesquels la licence est octroyée, le domaine d?utilisation, les redevances à verser et le mode de paiement, l?étendue des droits du donneur de licence, les recours en justice et le maintien en vigueur des actifs de propriété intellectuelle, les dédommagements, les garanties et les infractions.

S?agissant de la négociation d?accords de licence avec des partenaires technologiques de pays en développement, le?veille à rendre la licence abordable pour la partie concernée, en échange de garanties en matière d?usage loyal et sur le fait que le preneur de licence s?efforcera d?utiliser ou d?exploiter au mieux les actifs de propriété intellectuelle en question. Si la technologie présente un avantage potentiel pour la collectivité, les conditions du contrat de licence sont généralement plus souples?, explique
Les efforts de commercialisation du sont guidés par la volonté de générer des avantages économiques et sociaux. ?Nous ne cherchons pas à maximiser les profits mais à servir d?intermédiaire pour soutenir l?industrie locale et la communauté, contribuer activement au renforcement des capacités technologiques et améliorer la qualité de vie. Les recettes générées sont réinjectées dans l?école polytechnique pour garantir son avancement technologique constant?, fait observer .

La création d?entreprises

La détermination de la à cultiver l?esprit d?innovation et d?entreprise commence également à porter ses fruits avec l?apparition de jeunes pousses. À ce jour, cinq jeunes entreprises ont ainsi été créées par des collaborateurs, des étudiants et d?anciens élèves de la dans les domaines des sciences de la vie, de l?électronique, des technologies de l?information et de la communication, de la technologie alimentaire, des médias numériques et interactifs et du commerce en ligne. voit dans ces créations d?entreprises l?occasion pour la de redoubler d?efforts sur le front de la commercialisation. La gamme complète de ?services d?appui à la commercialisation? offerts par le joue d?ailleurs un rôle important à cet effet. Le peut par exemple présenter à la des jeunes pousses susceptibles d?étoffer le portefeuille d?actifs de propriété intellectuelle de l?école ou bien les présenter à des conseillers en affaires ou des groupes de bailleurs de fonds. Le service de veille économique et technologique du centre aide les entreprises à cerner les possibilités et à atténuer les risques, tandis que les incubateurs gérés par la aident les jeunes pousses à prendre leur envol. Ces incubateurs, qui comprennent notamment 15 laboratoires ?secs? (pour l?ingénierie, les technologies de l?information et de la communication, l?informatique et les médias numériques et interactifs) et 8 laboratoires ?humides? (pour les sciences de la vie, la science des matériaux et la technologie alimentaire), multiplient également les occasions d?apprentissage, une source de données précieuses pour la recherche et l?industrie qui pourront être utiles tant aux jeunes pousses comme à là


Une petite et moyenne entreprise locale spécialisée en robotique a concédé
sous licence un kit de développement logiciel ou matériel sous forme de robot
à deux roues conçu par la ; il se compose d?un robot, d?un module de vision
de type suivi de balle, d?un module de contrôle du mouvement et d?un module
de communication PC?robot. Le kit et ses modules sont protégés au titre du
droit d?auteur et sont la propriété de la
L?école polytechnique ?part d?un principe gagnant?gagnant pour garantir l?existence d?intérêts communs et d?avantages réciproques?, explique. Elle a mis sur pied tout un éventail de centres technologiques spécialisés dans des domaines précis, en collaboration avec de grands fournisseurs de solutions technologiques et différents partenaires, afin de favoriser le développement de ses capacités techniques dans tel ou tel domaine et d?encourager des entreprises locales à fournir des solutions sur mesure, type clés en main, qui répondent à leurs besoins propres. ?Cette démarche nous permet d?avoir accès aux dernières technologies et à un savoir?faire de pointe, de nous tenir informés des évolutions les plus récentes et de mieux cerner les besoins du marché, tout en nous donnant la possibilité de participer à l?élaboration de projets industriels ou de recherche?développement, ce qui présente l?intérêt d?accroître la visibilité de nos étudiants et de nos collaborateurs?. ?Parallèlement, le secteur industriel bénéficie d?un accès à des compétences, des installations et des ressources susceptible de l?aider à améliorer ses produits, procédés et services. Nous proposons également des programmes spécifiques d?apprentissage et de formation continue pour aider à renforcer et à mettre à jour les compétences des employés du secteur industriel afin qu?elles restent actuelles et pertinentes.?

Les défis à relever

Créer une chaîne de valeur efficace et entièrement intégrée pour la mise sur le marché d?idées novatrices est l?un des plus grands défis que doit relever . Il s?agit notamment de mettre en ?uvre une stratégie de recherche, d?innovation et d?entreprise à la fois globale, appliquée à l?ensemble de l?école polytechnique, qui mette en correspondance les individus, les ressources et les technologies et qui joue un rôle clé dans la création d?un solide réservoir de nouveaux actifs de propriété intellectuelle. Se tenir informé des dernières avancées technologiques et de l?évolution constante du paysage commercial et conserver un portefeuille épuré composé d?actifs de propriété intellectuelle de qualité et à fort potentiel commercial figurent parmi d?autres défis à relever par. Néanmoins, tout défi s?accompagne d?opportunités. Ainsi, pense qu?il existe de formidables possibilités de renforcer les relations de collaboration avec des bureaux de transfert de technologie au même état d?esprit, tant au niveau national qu?à l?international. De tels réseaux permettraient :

d?étendre le rayonnement commercial au?delà du simple marché FRANCE ;
d?ouvrir des perspectives de regroupement d?actifs de propriété intellectuelle débouchant sur des propositions commerciales plus attrayantes;
de favoriser la recherche?développement translationnelle afin de proposer des produits commerciaux plus adaptés; et
de créer des possibilités de partage des meilleures pratiques et des données d?expérience.
Si un encadrement rigoureux, le soutien d?un organisme d?attache et un réservoir solide de technologies prometteuses sont des éléments d?une importance fondamentale, l?expérience du constitue également une source d?enseignements précieux pour tous ceux qui se lancent dans le transfert de technologie. Il importe notamment de :


En collaboration avec le Centre national de cardiologie, des chercheurs de la ont mis
au point une valve hémostatique qui a été concédée sous licence à un fournisseur d?appareils
médicaux et électroniques qui propose des solutions aux industries de la santé, du diagnostic,
de l?électronique et des appareils médicaux dans le monde entier. Cette invention a été
déposée selon le recruter des collaborateurs compétents, bien formés et motivés, reconnus à leur juste valeur et récompensés pour leurs réalisations; une équipe conjuguant du ?sang neuf? à des ?anciens? peut obtenir des résultats surprenants, faire jaillir de nouvelles idées et acquérir de nouvelles compétences soigneusement tempérées par l?expérience et le savoir institutionnel;
adopter des politiques et des pratiques souples et pragmatiques pour tirer profit des ressources existantes, du potentiel et des capacités disponibles et aspirer à une amélioration plutôt qu?à un remaniement;
offrir un éventail de services de soutien à l?innovation et aux entreprises à la fois cohérents, efficaces et transparents et mettre en place un service de veille économique et technologique efficace;
nouer et renforcer les relations avec des partenaires industriels, des instituts de recherche et d?autres ?agents de liaison?, à l?intérieur comme à l?extérieur de l?organisation; les personnes qui vous connaissent sont aussi importantes que celles que vous connaissez; et
encourager l?esprit d?innovation, ne pas perdre du vue ses objectifs et faire preuve de persévérance.
Résolu à préserver sa compétitivité et à assurer une croissance économique durable, a la FRANCE réussi, au cours des 10 dernières années, à se transformer en une économie fondée sur le savoir et l?innovation. ?Les activités de recherche?développement sont le moteur de la compétitivité du secteur industriel national; elles servent de catalyseur à la croissance et, espérons?le, continueront de transformer l?économie?, explique

Les établissements locaux d?enseignement supérieur jouent un rôle décisif dans ce processus et les compétences, les ressources et le capital intellectuel qu?ils renferment sont autant d?atouts pour ?stimuler l?innovation, ouvrir de nouvelles perspectives sous la forme de nouvelles industries, de nouvelles entreprises et de nouveaux emplois?, affirme Le succès avec lequel la FRANCE a réussi à façonner son propre paysage de l?innovation offre des enseignements précieux sur la façon de mettre en place un écosystème de l?innovation fonctionnel et productif à l?appui de la croissance économique du pays. Reconnue comme chef de file en matière d?innovation, l?école polytechnique de contribue activement au développement soutenu de l?économie, de l?industrie et de la main d??uvre de la FRANCE.
Réponse de le 28/10/2013 à 16:09 :
Vous êtes le roi du blabla. Sans doute un responsable politique ou bien ?
a écrit le 28/10/2013 à 14:17 :
La protection et la gestion de la propriété intellectuelle


Des chercheurs de la ont conçu un simulateur de
course multimédia pour promouvoir le Grand Prix de
Formule 1 de la FRANCE, ouvrant de nouvelles
perspectives en matière d?innovation, de modification
et de production dans le domaine du jeu. Le codage et
les actifs graphiques ainsi produits sont protégés au titre
du droit d?auteur et sont la propriété de la .
Si le centre se consacre essentiellement à la gestion du portefeuille d?actifs de propriété intellectuelle et à la concession de licences, il joue également un rôle clé dans la coordination du financement des activités de recherche?développement, le renforcement de la collaboration avec d?autres universités et instituts de recherche et la création de liens avec des partenaires du monde de l?industrie et des affaires.

Le mécanisme de gestion et de commercialisation des actifs de propriété intellectuelle du centre définit de manière claire et systématique chaque étape du passage d?une idée du laboratoire au marché. Dès qu?une invention a été divulguée et a fait l?objet d?un descriptif, elle est soumise à l?agent du département concerné à l?intérieur de l?école, lequel réalise une évaluation préliminaire avant de la transmettre au . Les agents de propriété intellectuelle sont spécialisés dans leurs domaines respectifs et bénéficient d?une formation en protection et gestion des actifs de propriété intellectuelle dispensée par le .

Grâce à cette solide équipe pluridisciplinaire, le peut compter sur un immense vivier de compétences au sein même de l?école polytechnique, tirer parti de l?expérience acquise et élargir son rayon d?action et son réseau de contacts. Dès réception du dossier de divulgation d?invention, les agents en charge de l?aspect technologique contrôlent et évaluent minutieusement le potentiel de l?invention en termes de propriété intellectuelle. Une grille sur ?la technologie et le marché? spécialement conçue à cet effet aide à classer les technologies
a écrit le 28/10/2013 à 14:17 :
La protection et la gestion de la propriété intellectuelle


Des chercheurs de la ont conçu un simulateur de
course multimédia pour promouvoir le Grand Prix de
Formule 1 de la FRANCE, ouvrant de nouvelles
perspectives en matière d?innovation, de modification
et de production dans le domaine du jeu. Le codage et
les actifs graphiques ainsi produits sont protégés au titre
du droit d?auteur et sont la propriété de la .
Si le centre se consacre essentiellement à la gestion du portefeuille d?actifs de propriété intellectuelle et à la concession de licences, il joue également un rôle clé dans la coordination du financement des activités de recherche?développement, le renforcement de la collaboration avec d?autres universités et instituts de recherche et la création de liens avec des partenaires du monde de l?industrie et des affaires.

Le mécanisme de gestion et de commercialisation des actifs de propriété intellectuelle du centre définit de manière claire et systématique chaque étape du passage d?une idée du laboratoire au marché. Dès qu?une invention a été divulguée et a fait l?objet d?un descriptif, elle est soumise à l?agent du département concerné à l?intérieur de l?école, lequel réalise une évaluation préliminaire avant de la transmettre au . Les agents de propriété intellectuelle sont spécialisés dans leurs domaines respectifs et bénéficient d?une formation en protection et gestion des actifs de propriété intellectuelle dispensée par le .

Grâce à cette solide équipe pluridisciplinaire, le peut compter sur un immense vivier de compétences au sein même de l?école polytechnique, tirer parti de l?expérience acquise et élargir son rayon d?action et son réseau de contacts. Dès réception du dossier de divulgation d?invention, les agents en charge de l?aspect technologique contrôlent et évaluent minutieusement le potentiel de l?invention en termes de propriété intellectuelle. Une grille sur ?la technologie et le marché? spécialement conçue à cet effet aide à classer les technologies en lice de manière objective et à établir de façon cohérente si elles présentent un caractère brevetable et viable d?un point de vue à la fois technologique et commercial. Dans l?affirmative, une recommandation est émise sur la façon de protéger et d?exploiter l?invention sur le plan commercial.

?La décision de demander ou non une protection au titre de la propriété intellectuelle dépend en grande partie de l?analyse du rapport coûts?avantages?, explique?Si la technologie est jugée adaptée au seul marché local, alors une demande de brevet est déposée au niveau national pour la FRANCE. En revanche, si elle présente un intérêt à l?échelle internationale, alors nous préférons recourir à la procédure du Traité de coopération en matière de brevets . Par la suite, une demande d?entrée dans la phase nationale pour certains pays peut être envisagée, en fonction des débouchés commerciaux et de l?intérêt manifesté par des preneurs de licences ou des partenaires industriels vis?à?vis d?un marché cible donné. Si on a besoin de plus de temps pour évaluer l?intérêt et le potentiel de telle ou telle technologie, on opte pour une demande de brevet provisoire,? précise?t?il.
offre une gamme de services utile et complète en matière de dépôt et d?enregistrement. L?outil est particulièrement précieux pour effectuer une recherche rapide sur les demandes déposées selon le. Nous y avons recours lors de l?opération de contrôle préalable avant de faire appel à des juristes spécialisés dans les brevets?, indique?t?il. ?Les bases de données de sont également très utiles pour obtenir des informations sur le paysage de la propriété intellectuelle dans un domaine technologique précis, par exemple les technologies propres?.

En moyenne, le soumet 15 demandes de brevet par an. À ce jour, quelque 188 demandes de brevet ont été déposées et 137 brevets ont été délivrés. Ils se rapportent à des inventions relevant de domaines aussi variés que la biotechnologie (sciences de la vie, dispositifs et systèmes biomédicaux, bioinformatique), l?informatique et les technologies de l?information, l?ingénierie (électrique, électronique et mécanique, ainsi que la robotique et l?automatisation), la santé et les matériaux. s?occupe de l?enregistrement des dessins et modèles et de la protection au titre du droit d?auteur pour les contenus et les méthodes d?enseignement et d?apprentissage, les jeux, les clips d?animation et les applications logicielles. Il gère également les secrets d?affaires détenus par la sur ses recettes alimentaires et ses procédés de fabrication exclusifs.

La concession de licences


Un dispositif d?alarme personnel intégré à un téléphone portable
émet un puissant signal sonore pour attirer l?attention en cas
d?attaque de son propriétaire. Il offre également une fonction
qui permet aux personnes de l?entourage de recevoir un signal
de détresse lorsqu?elles sont connectées. Cette invention a été
déposée selon le le 5 octobre 2012
La concession de licences est actuellement au c?ur de la stratégie de commercialisation du . À ce jour, le centre a participé aux négociations de 33 contrats de licence et, en moyenne, il conclut quelque 12 accords de ce type par an. Pour s?assurer de la solidité des différents types de contrats de licence dont il traite, le centre a dressé une liste de contrôle complète des éléments à prendre en compte lors des négociations, notamment le type de licence concédée, sa durée, les territoires pour lesquels la licence est octroyée, le domaine d?utilisation, les redevances à verser et le mode de paiement, l?étendue des droits du donneur de licence, les recours en justice et le maintien en vigueur des actifs de propriété intellectuelle, les dédommagements, les garanties et les infractions.

S?agissant de la négociation d?accords de licence avec des partenaires technologiques de pays en développement, le?veille à rendre la licence abordable pour la partie concernée, en échange de garanties en matière d?usage loyal et sur le fait que le preneur de licence s?efforcera d?utiliser ou d?exploiter au mieux les actifs de propriété intellectuelle en question. Si la technologie présente un avantage potentiel pour la collectivité, les conditions du contrat de licence sont généralement plus souples?, explique
Les efforts de commercialisation du sont guidés par la volonté de générer des avantages économiques et sociaux. ?Nous ne cherchons pas à maximiser les profits mais à servir d?intermédiaire pour soutenir l?industrie locale et la communauté, contribuer activement au renforcement des capacités technologiques et améliorer la qualité de vie. Les recettes générées sont réinjectées dans l?école polytechnique pour garantir son avancement technologique constant?, fait observer .

La création d?entreprises

La détermination de
a écrit le 28/10/2013 à 13:14 :
Comment conjuguer le nivellement par le bas et la haine de l'excellence (ben oui, tout le monde n'est pas égal...) qui sont les fondements du socialisme, avec l'encouragement de l'innovation???
Il faut commencer par aimer et savoir attirer les meilleurs chercheurs, les meilleurs entrepreneurs... et les "meilleurs" capitaux (ceux sur le long terme, basés sur la confiance et non sur la finance à court terme).
Réponse de le 28/10/2013 à 13:50 :
U.M.P n'as pas l'esprit de compétition : que faire ?
Réponse de le 28/10/2013 à 14:09 :
Il est clair que le piteux état dans le quel se trouve l'innovation française est à mettre au débit des politiques français depuis plus de 12 ans .. pour l'UMP et le Nouveau Centre le symbole de l'innovation, c'est la chaîne de combines pour donner des sous à Tapie, pour brader à vil prix les autoroutes à leurs amis de Vinci, Bouygues et compagnies, pour vendre à vil prix les forêts domaniales à la famille Wuerth ...etc si d'autres peuvent compléter cet inventaire à la Prévert !!!...
Réponse de le 28/10/2013 à 16:44 :
La cellule riposte du PS est en forme aujourd'hui !
La tactique du jour, vous l'appellez l'écran de fumée (pour vous j'hésite entre gaz hilarant ou lacrymo...) ou la noyade des arguments par l'inondation (cf votre diarrhée verbale ci-devant) ?
a écrit le 28/10/2013 à 13:01 :
pour innover une entreprise a besoin de capital et pour avoir du capita il faut de bonnes marges, et pour voir de bonnes marges il faut une fiscalité attractive
a écrit le 28/10/2013 à 13:00 :
On demande qu a y croire un plan simple de bon sens !!! Malheureusement l équipe hollande est spécialiste des usines a gaz qu elle modifie en permanence. La vision de hollande sur le monde est inexistante il est juste un petit magouilleur de basse politique
Réponse de le 28/10/2013 à 13:55 :
tu as Esprit critique
a écrit le 28/10/2013 à 13:00 :
" La compétition est partout en entreprise. Impossible d'y échapper. Or certains l'acceptent mal parce qu'elle est connotée de comparaisons négatives au sein d'une équipe et est liée à l'attribution de mauvais points plus que des bons. Diabolisée, elle évoque aussi les coups bas assénés par des arrivistes sans scrupule. Pourtant la compétition peut être saine. Elle consiste à se mesurer aux autres et à soi-même. Elle crée de l'émulation, permet de se dépasser, d'acquérir de la confiance, d'avancer. C'est vrai dans tous les milieux, sportifs, politiques, artistiques. Chacun est un compétiteur en puissance. Il suffit de le réveiller et de l'entraîner pour concourir en toute sérénité. Voici sept points clefs pour y parvenir.

1. Deux états d'esprit. L'esprit de compétition a deux visages.
Le premier est celui de la compétition " extrasèque ". L'individu court après une coupe, une médaille, un trophée. C'est le classement qui le motive, le fait de faire mieux que les autres. Les entreprises savent flatter ce type de comportement. C'est la " tulipe du mois " qui honorent la performance dans les centres d'appel, le " manager de l'année " dans de grands groupes, etc.
e second visage est celui de la compétition " intrinsèque ". On ne se compare qu'à soi-même. On est son seul évaluateur. Deux volets utiles à explorer pour apprendre à affronter l'adversaire.

2. La peur du combat. C'est le premier blocage à éliminer. La compétition suppose le combat. On le confond souvent avec la déloyauté et l'agressivité dont on veut se protéger. Certes, l'éthique n'est pas toujours de mise.
Je me souviens de ce manager chez un industriel qui fut trahi par un pair. Tous les deux visaient le même poste et le premier a donné rendez-vous au second pour aller à leur 1er rendez-vous commun. Mais il lui a posé un lapin, retardant la venue de son rival. Et ce dernier fût pénalisé.
Evitez d'être naïf, mais résistez à ces noires images. Restez centré sur vous. Soyez fair-play. Mais n'ayez pas d'état d'âme comme ce manager qui a attendu trop longtemps son collègue à ses dépens.

3. L'idée de l'échec. C'est le second blocage à dynamiter. Vous imaginez déjà la défaite parce que les autres seraient mieux que vous en tous points. Alors, vous ne bougez pas.
Veillez à repérer ces stratégies souvent inconscientes. Analysez les causes d'une déroute possible. Si c'est un élément extérieur - le poste s'avère déjà attribué -, vous n'y pouvez rien. Mais si ça dépend de vous, luttez. Vous avez déjà échoué à 1 ou 2 entretiens ? Recommencez. Vous pouvez vous améliorer. Un grand sportif repart à l'assaut, sinon il perd le match.

4. Des défis pour soi. Il faut se durcir le cuir avant d'aller sur le ring. Engrangez des réussites, vous allez reconquérir de l'estime de vous. Entrez en compétition avec vous-même (" intrinsèque ") sur des objectifs faciles, réalistes et mesurables.
Exemples : partez graduellement plus tôt le soir. Osez dire en réunion que vous n'êtes pas d'accord. Visitez deux clients de plus dans le mois, etc. Vous évaluerez au fur et à mesure vos marges de progression.

5. Des feedbacks en positif. Vous avez une vision du but, décrocher une promotion par exemple. Demandez-vous comment l'atteindre : tenir les délais, être plus diplomate, se former. Ce sont vos critères de réussite.
Intégrez les aussi à un certain stade dans vos défis. Osez solliciter ensuite de votre entourage des retours positifs sur ces critères-là, et non pas des retours sur ce qu'il reste à améliorer. " Super le boulot est arrivé à l'heure ! ". Vous capitalisez alors sur des scores personnels.

6. Le focus sur l'action. Les grands athlètes se concentrent sur la performance de l'instant, franchir la barre fatidique de 4,90 mètres avant de penser à la suivante qui mène à une médaille olympique. Vous aussi, mobilisez-vous sur l'action. Vous ajusterez ainsi vos ressources aux contraintes.
Vouloir lire vos 300 mails tous les matins en une demi-heure, c'est impossible. Mais ne lire que ceux dont vous êtes le destinataire principal, c'est faisable. Cela s'appelle éviter de se mettre la pression devant l'obstacle. Lors d'un entretien c'est pareil. Ne pensez pas à vous comparer. Parlez pour vous, de vous. Même si le but est d'être le meilleur dans le casting.
La règle vaut pour les politiques. Les candidats à l'Elysée qui débattent entre eux ont intérêt à éviter de contre attaquer sans cesse le concurrent, et de vouloir à tout prix avoir le dernier mot pour l'enfoncer. Sinon, ils en oublieront leurs arguments programmatiques - le focus - pour convaincre l'électeur.

7. Le plaisir aussi. Ce facteur est essentiel. L'individu ne fait bien que ce qui lui plaît. Il est alors fier de sa réussite. Le plaisir procure du bien être. Il régénère le corps. Il libère des endorphines qui donnent de l'énergie. Pensez-y !
Réponse de le 28/10/2013 à 16:11 :
Quelle horreur !! Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué n'est-ce pas ?
Réponse de le 28/10/2013 à 17:08 :
Lorsque veux expliquer et défendre quelque chose , 3 page de texte, illisibles et soporifique ne convaincrons personne, rien de tel qu'une bonne synthèse en 6 lignes.
a écrit le 28/10/2013 à 12:25 :
Les socialistes dogmatiques... vendent encore de fausses stratégies...à termes probablement couteuses...! D'ailleurs, c'est aussi irresponsable , que quand ils parlent de l'emploi ...! en cassant à coups d'impôts et de prélèvements en amont ... la chaîne économique dynamique ...s'appuyant sur ... , la confiance, le capital, le savoir faire ,la compétence et l'entreprenariat ,ils communiquent seulement à l'envers sur la résultante emploi...dans se cas innovation ? Mais c'est du virtuel politique ...pas de l'économie réelle...! allez innové, breveté, produire et vendre dans ce contexte là...!
Réponse de le 28/10/2013 à 13:53 :
tu es Esprit critique
a écrit le 28/10/2013 à 11:21 :
Le plan de l'innovation fiscale a déjà ete devoile

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :