Michel Sapin veut que les entreprises "prennent le relais de la création d'emplois"

 |   |  314  mots
Michel Sapin estime que les entreprises doivent à présent créer des emplois
Michel Sapin estime que les entreprises doivent à présent créer des emplois (Crédits : reuters.com)
Le ministre de l'emploi estime que la situation se stabilise et espère beaucoup du "pacte de responsabilité".

Les chiffres du chômage pour décembre 2013 doivent être publiés ce lundi. Ils devraient indiquer si le pari de François Hollande d'une « inversion de la courbe du chômage » avant la fin de l'année dernière, a été réussi. En attendant, le ministre de l'emploi Michel Sapin a évoqué dimanche une "situation de stabilisation."

Rejet de la future polémique

Invité ce dimanche du Grand Rendez-Vous sur Europe 1 et i-Télé, le ministre de l'emploi a d'ores et déjà rejeté les prévisibles critiques qui feront suite à la publication de lundi. « Chacun va ensuite gloser: « oui, vous n'êtes pas passés dans le moins quelque chose » », a-t-il prévu. Mais, selon lui,  « l'année 2013 aura été une année de bataille menée avec efficacité contre la montée du chômage. »

Une politique de l'emploi efficace pour Michel Sapin

Michel Sapin a ainsi défendu sa politique de l'emploi qui « a donné tous les résultats qu'il pouvait donner. » « Nous avons colmaté les brèches en 2012 et 2013 et le bateau s'est remis en marche au deuxième semestre de 2013. Aujourd'hui l'enjeu, c'est que ce bateau, qui avance trop lentement, avance plus vite », a résumé Michel Sapin qui estime que l'enjeu est désormais que « l'économie prenne le relais » de la création d'emplois. Et de mettre en avant le « pacte de responsabilité » du président de la république.

Hausse ou baisse en novembre ?

En novembre, le nombre de demandeurs d'emplois avait progressé de 17.800 personnes, soit 0,5 %, pour la catégorie A, autrement dit pour les chômeurs qui n'ont absolument pas travaillé. Mais pour les catégories ABC, le nombre de chômeurs avait reculé de 0,1 %. Le gouvernement avait donc vu dans ces chiffres la preuve de l'inversion de la courbe du chômage promise par le gouvernement.

(article créé le 26/01/2014 13:01 mis à jour le 27/01/2014 à 08:15) 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2014 à 9:57 :
Extraordinaire le jeu de la "patate chaude" !!
Nous, gouvernement faisons tous les efforts (en ne donnant soigneusement aucun chiffre sur les fameuses économies de fonctionnement de l'état !!) en vous faisant un "cadeau" qui donnant-donnant doit vous faire embaucher par tous les moyens !!Seule la fonction publique peut embaucher sans calcul du coût puisque les contribuables sont là pour payer.Une majorité de patrons (et cessons de penser que le "patrons" est celui qui s'en met plus les poches) voudraient certainement avoir des carnets de commandes qui peuvent payer les embauches Difficile à comprendre pour un ministre !!
a écrit le 28/01/2014 à 8:13 :
Oui, stabilité dans la déchéance...
a écrit le 27/01/2014 à 21:46 :
Le pb c'est qu'on n'apprend pas l'économie à l'ENA , ni à Sciences Po. On y apprend seulement à vous entuber surtout à l'ENA. C'est le pb de formation des pseudo "élites" en France.
Réponse de le 28/01/2014 à 2:56 :
Encore un jaloux, j'aimerais connaitre votre niveau d'études et votre métier. On rigolerais bien ici. La plupart de ceux qui crachent sur l'ena ou les grandes écoles n'ont meme pas le bac, on les connait ...
Réponse de le 28/01/2014 à 14:23 :
Je suis économiste, un vrai, formé à l'université. Quant à l'ENA, je maintiens qu'il faut dissoudre cette "grande" école et recruter les hauts fonctionnaires au mérite au sein des IRA après 15 ans de service public. L'ENA n'a qu'un seul but , former des politicars qui rêvent de se partager les "fromages" de la République sous couvert de rendre service à la République. Sciences po, passe encore....
a écrit le 27/01/2014 à 18:45 :
De la poule ou l'oeuf, qui commence...
a écrit le 27/01/2014 à 15:48 :
Il veulent appliquer les méthodes utilisées au niveau de l'Etat aux entreprises, mais le problème c'est que celles-ci ne perçoivent pas l'impôt... il faut qu'elles vendent pour avoir des sous. Donc rien à espérer avant quelques années: baisse des charges, baisse des prix ou augmentation des marges et investissements, plus de ventes et enfin embauches. Et comme tout est basé sur une hypothétique baisse des dépenses...
a écrit le 27/01/2014 à 15:41 :
apres le 'moi je' bonhomme, vient le je veux triste"sire"
a écrit le 27/01/2014 à 15:23 :
Ils ont peut-être compris que la valeur ajoutée(salaires+profits) crée l'emploi.
Faut pas désespérer!
a écrit le 27/01/2014 à 14:56 :
Sapin qui n'a jamais travaillé ne sait même pas qu'une entreprise embauche que si elle a un carnet de commande rempli. Mais il devrait ouvrir un dictionnaire pour comprendre ce que veut dire travail car c'est un planqué de la république comme tous les politiques mais lui c'est un expert.
a écrit le 27/01/2014 à 14:14 :
en osant dire que l'égalité des régimes de retraite ne doit pas être un dogme, sapin préfère l'injustice des régimes multiples aux économies de 20 milliards possible si on supprime les régimes spéciaux, ce qui permettrait de faire du social et d'augmenter les petites retraites, il préfère l'antisocial à augmenter les impôts et baisser le pouvoir d'achat.. bas les masques, sapin est un imposteur dogmatique et sectaire, incapable d'avoir le courage de la saine gestion... carton rouge
a écrit le 27/01/2014 à 14:08 :
après avoir asphyxie les entreprises et les ménages par les hausses d'impôts, niveau record d'europe, sapin a profondément détruit l'emploi de façon mécanique et attend que ça reparte !!! si on le met dans une pme, il la coule en 3 mois, ces politiciens sont de piètres gestionnaires, des nuls en gestion. pour que ça reparte, il faut chasser la mauvaise dépense publique, les régimes spéciaux, le mille feuille.. pour baisser les impôts et charges -> + de pouvoir d'achat, - de charges, la bonne gestion qui relance la croissance et l'emploi.... plus nul tu meurs
a écrit le 27/01/2014 à 14:01 :
après avoir asphyxie les entreprises et les ménages par les hausses d'impôts, niveau record d'europe, sapin a profondément détruit l'emploi de façon mécanique et attend que ça reparte !!! si on le met dans une pme, il la coule en 3 mois, ces politiciens sont de piètres gestionnaires, des nuls en gestion. pour que ça reparte, il faut chasser la mauvaise dépense publique, les régimes spéciaux, le mille feuille.. pour baisser les impôts et charges -> + de pouvoir d'achat, - de charges, la bonne gestion qui relance la croissance et l'emploi.... plus nul tu meurs
a écrit le 27/01/2014 à 13:46 :
On n 'pas été bon , faisons maintenant porter le chapeau aux entreprises , pitoyable mais politiquement bien joué!
a écrit le 27/01/2014 à 13:22 :
les hommes politiques disent n'importe quoi et se donnent souvent plus d'importance qu'il n'en ont. L'objectif d'une entreprise n'est pas la création d'emploi n'en déplaise à ces derniers, mais le corolaire d'une croissance retrouvée avec des cahiers de commande remplis. En tout cas une chose est certaine : si l'emploi s’améliore en 2014 ce ne sera pas grâce à l'action présidentielle .
a écrit le 27/01/2014 à 12:31 :
J'espère qu'ils mentiront mieux qu'en décembre dernier. Parce que mentir pendant les fêtes de Noël, vous vous consolez avec les cadeaux sous le sapin mais mentir fin janvier, ce n'est pas la galette des rois qui nous fera tout gober. Alors un minimum d'effort ce soir quand même !
a écrit le 27/01/2014 à 11:59 :
Michel Sapin veut que les entreprises "prennent le relais de la création d'emplois".... donc avant ce n'était que des fonctionnaires !?
a écrit le 27/01/2014 à 11:59 :
Il y a deux types de dirigeants : les hommes d'etat qui s'attaquent aux causes des problemes, ce qui requiert du courage, et les politiciens qui ne considèrent que les symptomes, et ne s'attaquent qu'au vent comme don Quichote !
a écrit le 27/01/2014 à 11:40 :
Il n'y a jamais eu que les entreprises pour embaucher des collaborateurs ! A leurs propres frais et risques...
L'etat se contente d'embaucher des fonctionnaires aux frais et risques.....des contribuables !
Réponse de le 27/01/2014 à 14:04 :
la création de richesse ne vient que des travailleurs du privé, ceux qui les regardent de façon méprisantes en demandant soumission quand ils daignent donner une aide aux entreprises n'ont toujours pas compris qu'ils leur redonnent une part de ce que le public leur a pris et qu'ils gardent le restent pour se financer, gaspiller.....
a écrit le 27/01/2014 à 11:39 :
Il peut toujours réver !!!
a écrit le 27/01/2014 à 11:27 :
encore rien compris ...tant q une remise a plat totale et immédiate des INJUSTICES entre exposes et protèges ne sera pas faites aucune reprise de confiance sera possible
a écrit le 27/01/2014 à 11:13 :
le relais de qui ??
sapin vit toujours dans ses cours de 1970 du petit économiste du PS
au secours
a écrit le 27/01/2014 à 11:01 :
C'est bien un raisonnement socialiste, comme nous disait notre instituteur autrefois, "bougre d'âne", pour favoriser l'emploi, il faut au préalable que toute les conditions soient réunies.
Car ce sont bien les responsables politiques qui ont signé l'arrêt de mort de la prospérité de la France en imposant des charges sociales exorbitantes aux entreprises, rien que 85% pour la part employeur, des contraintes absurdes de délégations syndicales, alors que ces mêmes syndicats de représentent à peine 1% des salariés, contraintes CHSCT, contraintes environnementales, impôts sur les entreprises qui sont plus du double par rapport aux entreprises Allemandes, ect....
Aujourd'hui, il ne sert à rien de jouer les vierges effarouchées face à la France en déliquescence, cette situation n'est que l'aboutissement logique de politique conduite par des irresponsables depuis 40 ans!.
Nous sommes devenu la risée du monde sur la politique économique !. Le modèle Français est un échec patent!, avec son effectif pléthorique de fonctionnaires (2.5 fois plus qu'en Allemagne, 4 fois plus qu'au Japon), Si les "dirigeants" politiques des 4 dernières décennies n'avaient pas liquidé les entreprises industrielles Française, nous n'en serions pas au point où notre pays se trouve aujourd'hui!.
Dans cette sombre perspective, seuls, dans les temps que nous allons vivre, les fonctionnaires, les élus de tout poils et comme on dit d'une manière générale les cloportes qui vivent sur le dos de la bête se feront du "gras" encore quelque temps avant que n'éclate le raz le bol du peuple, l'exaspération de la France profonde face à cette "nomenklatura".
Réponse de le 27/01/2014 à 14:08 :
c'est tellement pertinent qu'il n'y a que les qualificatifs dénigrants de propos libéraux, réactionnaires... car il n'y a rien à répondre, on est dans la dictature politico-administrative qui impose ses lois et détruit la société par les charges exorbitantes...
a écrit le 27/01/2014 à 10:58 :
C'est bien un raisonnement socialiste, comme nous disait notre instituteur autrefois, "bougre d'âne", pour favoriser l'emploi, il faut au préalable que toute les conditions soient réunies.
Car ce sont bien les responsables politiques qui ont signé l'arrêt de mort de la prospérité de la France en imposant des charges sociales exorbitantes aux entreprises, rien que 85% pour la part employeur, des contraintes absurdes de délégations syndicales, alors que ces mêmes syndicats de représentent à peine 1% des salariés, contraintes CHSCT, contraintes environnementales, impôts sur les entreprises qui sont plus du double par rapport aux entreprises Allemandes, ect....
Aujourd'hui, il ne sert à rien de jouer les vierges effarouchées face à la France en déliquescence, cette situation n'est que l'aboutissement logique de politique conduite par des irresponsables depuis 40 ans!.
Nous sommes devenu la risée du monde sur la politique économique !. Le modèle Français est un échec patent!, avec son effectif pléthorique de fonctionnaires (2.5 fois plus qu'en Allemagne, 4 fois plus qu'au Japon), Si les "dirigeants" politiques des 4 dernières décennies n'avaient pas liquidé les entreprises industrielles Française, nous n'en serions pas au point où notre pays se trouve aujourd'hui!.
Dans cette sombre perspective, seuls, dans les temps que nous allons vivre, les fonctionnaires, les élus de tout poils et comme on dit d'une manière générale les cloportes qui vivent sur le dos de la bête se feront du "gras" encore quelque temps avant que n'éclate le raz le bol du peuple, l'exaspération de la France profonde face à cette "nomenklatura".
a écrit le 27/01/2014 à 8:54 :
M. Jourdain découvre que les entreprises créent des emplois et peuvent embaucher quand ça va bien (c.à.d. quand on ne les écrase pas de charges et qu'il y a des commandes). Il ne lui reste plus qu'à découvrir qu'un état bien géré ne paie pas ses agents publics avec 10% d'argent emprunté et que le nombre d'élus et de fonctionnaires doit être raisonnable…Mais je doute qu'on aille si loin car il est tellement confortable de lancer des mots en l'air tandis qu'on vit dans un palais doré tout en se payant grassement sur la bête !
a écrit le 27/01/2014 à 8:54 :
De toute façon sans reprise pas d'emploi.
Les entreprises vont sans doute embaucher ... pour se fabriquer
DES STOCKS INUTILES
ENCORE UNE UTOPIE DE LA GAUCHE
a écrit le 27/01/2014 à 8:19 :
C est les entreprises qui embauchent !!! lol !!!
a écrit le 27/01/2014 à 8:13 :
en d'autres termes : ya qu'à ,faut qu'on !
a écrit le 27/01/2014 à 7:37 :
l'etat n'ayant plus d'argent, supprimant des postes de fonctionnaires pour rééquilibrer difficilement son budget participe à la montée du chômage aussi. Faute d'avoir la volonté de réformer les avantages fiscaux et sociaux des particuliers et des entreprises (près de 150 milliards d'euros par an) au point de les raboter de 70 milliards pour équilibrer le budget annuel, SAPIN n'a pas d'autres choix que de faire appel aux entreprises.
Pour faciliter les embauches et la mobilité professionnelle, l'état doit mettre en place de véritable mesure d'aide à l'installation et à la mobilité pour les salariés. Pour les entreprises il faut les inciter à investir et pour celà modifier l'impôt sur les sociétés en taxant les bénéfices réinvestis (désendettement, immobilisation corporelle et immatérielles..) à un taux réduit à 5 % et en surtaxant les bénéfices distribués à 50 %. Mais pour celà il faut avoir le courage de remettre à plat notre fiscalité et de supprimer au vu des rapports de la cours des comptes et de l'IGF les crédits d'impôts totalement inefficaces
a écrit le 27/01/2014 à 7:14 :
touts ces fontionnaires qui nous gouvernes ! qui n'aimes pas les patrons .pourquoi ne créé t'il pas leurs petites entreprises ?
a écrit le 27/01/2014 à 4:03 :
Comment faire confiance en des patrons qui n'ont pas hésité à délocaliser leurs ouvriers en chine et traiter les chinois comme des esclaves ? Pour fabriquer des gadgets inutiles comme des iphones et détruire l'environnement comme la foret d'indonésie et polluer l'air de la chine avec le charbon.
Réponse de le 27/01/2014 à 4:06 :
Oh les vilains patrons!!
Réponse de le 27/01/2014 à 11:01 :
@capitalisme
Oui, ça devrait pas exister!.
Pfffffffffffff, avec des commentaires comme celui-ci, la gÖCHE a encore de beaux jours devant elle!.
Réponse de le 28/01/2014 à 2:58 :
La gauche ou la droite ou le fn, c'est pareil, c'est l'argent qui décide. On voit la famille le pen millionnaires et accumuler les mandats députés etc. Faut pas prendre les français pour des ...
a écrit le 27/01/2014 à 3:10 :
Il veut sans doute dire qu'il souhaite, on pourrait sinon croire que nous sommes en économie administrée...
a écrit le 26/01/2014 à 23:43 :
Les entreprises comme les particuliers n'en peuvent plus de l'inquisition fiscale mise en place dans ce pays. Ne plus investir et ne plus embaucher sont devenues la règle. Fuir est le véritable crédo.
a écrit le 26/01/2014 à 22:20 :
Le socialisme est aux abois en ce début de 21ème siècle ! surtout dans le seul pays aux mains des socialistes en UE ..! Hélas en France ,avec leur médias et le peuple de gauche ..ils ont réussi a nous bluffer pendant presque 19 mois ...! Mais... l'heure des comptes a sonné...!
a écrit le 26/01/2014 à 21:34 :
Étrange la phrase "que les entreprises "prennent le relais de la création d'emplois"" C'est qui qui crée des emplois, habituellement ? Les entreprises. Peut-être veut-il dire "on ne va plus créer de postes de fonctionnaires, il faut donc que le nombre d'emplois privés (s'il y en a besoin) croissent".
Ça fait enfoncer une porte ouverte, voire une lapalissade.
On va bientôt dire aux consommateurs de consommer (plus).
a écrit le 26/01/2014 à 21:31 :
Message du gouvernement collectiviste utopiste: entreprises, creez des emplois pour notre benefice politichien et pour mieux vous tondre. Pendant ce temps la nous passons du bon temps prive en chambre/garconniere. Mais ca ne vous regarde pas...
a écrit le 26/01/2014 à 21:30 :
L'emploi administre ne cree pas de richesse. A bon entendeur. ...
a écrit le 26/01/2014 à 21:04 :
Dès la " sortie" du pacte de responsabilité, j' avais , tel cassandre, aux dires de certains , bien pensé que c 'était se foutre des patrons.. il y a au moins 97 %des patrons , qui sont responsables et n' ont pas attendus , quelques politicards, qui n' ont jamais exercé un travail à responsabilité avec obligation de résultat, donc dans le privé...
Le piège est un peu gros et déjà si les résultats de début 2014 ne sont pas bons en termes d 'emplois , les non responsables, non coupables pourront trouver les boucs hémisphères , qui les ont cru !!!!
a écrit le 26/01/2014 à 20:36 :
Les entreprises sont les dictatures à l'intérieur d'une démocratie. Comment presser les gens comme des citrons et ensuite les jetter. Pourquoi devrions-nous apprécier des entreprises qui traitent des humains pires que des animaux ? Je vous le demande ? Et de plus, les patrons veulent forcer l'état à leur donner de l'argent en faisant du chantage à l'emploi. Pourquoi les entreprises ont un tel pouvoir et poids en France, alors qu'ils sont 0.1% de la population ? L'argent ?
Réponse de le 26/01/2014 à 20:50 :
Monsieur,
Allons-y!
Supprimons les entreprises.
C'est bien parti, c'est ce qu'on fait dans ce pays avec entrain depuis vingt ans
Et vive une société ou tous travailleront pour une association sans but lucratif.
Ou comme fonctionnaire.
Ah non au fait, ça a déjà été essayé et j'ai lu quelque part que ça ne marchait pas très bien!
Réponse de le 27/01/2014 à 14:09 :
@entreprises : à vous lire, il est grand temps d'interdire les entreprises en France : tous fonctionnaires... çà marche bien comme çà, en Corée du nord, non ??
Réponse de le 27/01/2014 à 16:15 :
Vous qui avez une entreprise, selon vous, avec 9employés vous passez beaucoup de temps à écrire des commentaires pendant les heures actives, votre carnet de commande doit être vide mais avec vous où est la vérité.
a écrit le 26/01/2014 à 20:28 :
si c est l economie qui doit creer des emplois maintenant, qui l a fait avant? rigolo cette expression d un ministre (embaucher des fonctionnaires ne fait que renforcer la distribution de la masse des impots et au dessus d une certaine limite va donner une societe ineficace et creer des deficits). En fait, personne ne fait du social, encore moins les entreprises de plein gre: l apat du gain fait que les entreprises ont besoins de plus de mains d oeuvre (pas le social). la psychologie moyenne du patronat francais est de type anno 1800, début de l ere industrielle. dommage. comment ameliorer cette psychologie? il va falloir que je lise mes livres d histoire.
Réponse de le 26/01/2014 à 23:21 :
Ce n'est pas tant de lire des livres mais plutot de les comprendre. Par exemple, les anarcho-communistes lisent Karl Marx. Les employeurs et createurs d'emplois comprennent Marx! N'attendez rien de vos livres et autres Doctus Cum Libro; ce qu'il faut vous faire c'est commencer votre propre entreprise vous meme. A mon avis vous allez vite comprendre beaucoup de choses dans votre vie! Je vous le souhaite de tout coeur.
a écrit le 26/01/2014 à 20:14 :
Il aurait pu faire la flexisecurite faire la baisse des charges au lieu du CICE usine a gaz qu on va supprimer avant d avoir touché 1 euro .pour moi le 1 euros en juillet je crois !! Les contres partie a 5 % de baisse des charges ça me fait rigoler on embauche pas comme ça mdr !!
a écrit le 26/01/2014 à 20:00 :
Ou comment transférer la responsabilité politique aux entreprises sans contrarié le dogme de Bruxelles!
a écrit le 26/01/2014 à 19:51 :
Ou comment transférer la responsabilité politique aux entreprises sans contrarié le dogme de Bruxelles!
a écrit le 26/01/2014 à 19:35 :
Je ne sais plus quoi faire car je ne comprend rien a mon job et tout ce que j'ai essayé de faire jusqu'à maintenant ne marche pas . Doc si quelqu'un peut m'aider, mais dans tous les cas si ça marche ce sera grâce a moi, sinon ce sera la faute des autres. Ben quoi je suis un politicien et c'est comme un gamin
a écrit le 26/01/2014 à 18:28 :
@ Britannicus, @ M@a et les autres : je suis d'accord avec vous à 200% !
Depuis quand l'Etat se considère comme le premier responsable des créations d'emplois ???
Les entités les plus à même de créer des emplois sont, sans aucune contestation possible, les entreprises. Encore faut-il qu'elles n'aient pas les mains liées par des charges étatiques disproportionnées et qu'elles puissent développer leurs activités. L'Etat veut faire quelque chose pour nos entreprises ? Qu'il en reste le plus éloigné possible !
Mais ça, Sapin, Moscovici, Montebourg et leurs collègues en sont apparemment incapable, malheureusement.
a écrit le 26/01/2014 à 18:03 :
La réduction des charges sociales pour les entreprises est encore la fausse bonne idée pour encourager les entreprises à créer des postes. Ces économies pourront servir à augmenter les salaires évidemment des plus lotis déjà ou dépenser en investissements ce qui n'est pas un mal , mais qui ne répondra pas à l'urgence. Il fallait plutôt exonérer les charges des emplois crées à moins de 1500 euros mensuels !
a écrit le 26/01/2014 à 17:56 :
Les entreprises n'ont pas à "prendre le relais de la création d'emplois" : ce sont elles qui les créent, pas l'Etat et les collectivités locales !
a écrit le 26/01/2014 à 17:45 :
Ben voyons... En fait, ce que cet enfumeur de première veut nous dire, c'est que si jamais la courbe du chômage ne s'inverse pas, ce sera de la faute des méchants patrons qui n'ont pas joué le jeu, et qui n'ont donc pas embauché... Son pacte, c'est du flan: ce n'est pas en réinvestissant intégralement les économies de charges promises dans des embauches que les entreprises vont restaurer leurs marges et/ou leur compétitivité. Cela étant dit, il y aura toujours de grands théoriciens qui dirons que produire la même chose avec plus de monde signifie que les salariés seront moins sous pression, donc plus heureux, donc plus productifs, moins absents, etc... C'est vraiment mesurable? Et si oui, c'est significatif? Du flan, encore une fois!
a écrit le 26/01/2014 à 17:39 :
Ah bon ? Parce que jusqu'à présent, il n'y avait que l'état qui créait des emplois ? Ah ben zut, si j'avais su ça...
a écrit le 26/01/2014 à 17:29 :
Hollande Ayrault Moscovici Sapin au Pouvoir a conservé et conforté toutes les structures parapubliques stupides, ruineuses et inutiles inventées par Chirac Sarkozy et mises en oeuvre dans l'allégresse par les socialistes eux mêmes dans les régions département et agglomérations qu'ils co-gèrent ENSEMBLE tous ENSEMBLES.

Même outils, même résultats désastreux industriellement,

même punitions pour les français de droite et de gauche.
a écrit le 26/01/2014 à 17:27 :
Je suis dacord
a écrit le 26/01/2014 à 16:55 :
O;K; mais que l'Etat ne mette plus les pieds dans ce guêpier et qu'il cesse de financer, à plus de 90 % les syndicats. financement qui na fait que accroitre les régimes spéciaux, hontes d'inégalités entre les salariés
a écrit le 26/01/2014 à 16:35 :
euh, c'est que dans une entreprise, on embauche quand on a du travail, pas par décret gouvernemental :-)
Réponse de le 26/01/2014 à 17:36 :
Eh bien mettez vous au travail,comme cela il y aura des embauches!Les entrepreneurs doivent etre plus dynamiques sans attendre a tout moment des impulsions venant de l'état.
Réponse de le 26/01/2014 à 18:01 :
@may lang..: d'abord, j'ai mon entreprise en Amérique du Nord et ensuite, je n'ai jamais attendu les subventions de l'état et je suis totalement contre l'assistanat, qu'il soit d'entreprise ou individuel. Les suvnetions, c'est l'argent du contribuable et quand on se prétend capitaliste, on roule avec son propre argent :-)
a écrit le 26/01/2014 à 16:16 :
Donner du travail était la mission traditionnelle de l'entreprise. Sa mission aujourd'hui est de faire du profit, pas de créer des emplois. Un salarié n'est plus considéré comme une ressource, mais comme un coût. Ou alors il faudrait taxer le capital à la place de travail pour revenir à la création d'emploi, chose qui est rédhibitoire dans cette société capitaliste.
Réponse de le 26/01/2014 à 17:00 :
si le salarié est considéré comme un coût ,c'est en rapport avec les charges exorbitantes , et à juste titre .Pour embaucher il faut au préalable un carnet de commande bien rempli ce qui à l'heure actuelle relève de l'exploit.Maintenant il est normal qu'une entreprise fasse du profit
a écrit le 26/01/2014 à 15:47 :
MS VEUT que les entreprises embauchent... Maintenant que nous sommes après le virage libéral cela reste un vœux et non pas une obligation. C'est confondant de clairvoyance.
a écrit le 26/01/2014 à 15:45 :
notre pays s' enfonce dans la misere calais bien dans le fond du goufre voir la zone ou sont stockes dehors les emmigrants dans de vulgaire toiles de tente ,sous pression permanente policiere , la france fait la guerre partout dans le monde et fait fuir les peuples , le gouvernement enfume le peuple concernant le chomage,
a écrit le 26/01/2014 à 15:10 :
Les entreprises sont là pour faire du profit
Arrêter de les prendre pour des vaches à lait.
Arrêter d'insulter les entrepreneurs, arrêter de les étrangler d'impôts et tout redémarrera.
C'est simple et évident, mais pour comprendre il faut avoir déjà travailler, ce qui n'est pas le cas des fonctionnaires au pouvoir
Réponse de le 26/01/2014 à 17:38 :
Vous etes bien naif.Toute baisse des charges servira a alimenter les dividendes et non les salaires.
Réponse de le 26/01/2014 à 19:01 :
Pas d'actionnaire = pas d'entreprise
Pas d'entreprise = ^pas besoin d'ouvrier ,etc, etc ...
Les actions de la plus grosse entreprise du CAC 40 valent 45!50 euros et le dividende 2 euros 35 . CQFD
a écrit le 26/01/2014 à 15:07 :
Hé Michel, moi je veux une pi.pe au miel !
a écrit le 26/01/2014 à 15:04 :
Et tant qu'à faire on pourra virer les 45000 "travailleurs" de pôle emploi, qui gèrent 3 million 300 mille chômeurs (cela fait environ 73 dossiers par salarié de pôle emploi... y sont Débordés!)
En admettant qu'ils "bossent" 200 jours par an, c'est même pas un demi dossier à traiter par jour. Misère....
Réponse de le 26/01/2014 à 15:21 :
Avec quel employeur allez vous résorber le chômage que nous trainons depuis plus de 15 ans???
ce n'est pas avec le comportement des syndicats que l'activité va redémarrer
ce n'est pas avec les Firmes en place qui luttent pour leurs survies que les acheteurs vont favoriser le made in France
alors brocarder Pole emploi,est une méconnaissance du monde du travail.
a écrit le 26/01/2014 à 14:16 :
Prendre le relais pour la création d'emplois bidons ?
Réponse de le 26/01/2014 à 15:02 :
Les emplois d'avenir du secteur marchand ne sont pas bidons. Ils sont subventionnés strictement à hauteur de ce qu'on donne en France à une personne qui n'a rien.
a écrit le 26/01/2014 à 14:16 :
Sapin ou l'art de parler sans rien dire! je le verrai bien au comptoir du bar des sports...
Réponse de le 26/01/2014 à 14:46 :
au comptoir du bar tout court ... "sport" est de trop inapproprié
a écrit le 26/01/2014 à 14:11 :
Le pauvre Sapin énarque option service publique comme Hollande, a une telle méconnaissance des rouages du privé qu'il s'imagine que l'on peut à l'instar du public décréter des créations de postes. Ce n'est pas avec ce pacte qui est juste de la com, pour gagner du temps et rassurer les marchés. Cette baisse de charge de 30 Mds va se substituer au CICE de 20Mds, mais du point de vue comptable, 20Mds de CICE et 30Mds de baisse de charges sont a peu près équivalents, ce que la plupart des médias n'ont pas encore compris. Si ils faisaient leur travail d'analyse, ils expliqueraient cela aux Français, qui comprendraient cet énième enfumage.
Réponse de le 26/01/2014 à 15:07 :
Non 30 ce n'est pas la même chose que 20 : c'est 10 de plus. Après bien évidemment que les emplois ne se décrètent pas et ne peuvent résulter que d'un accroissement des commandes. Mais pour faire en sorte que les commandes croissent il faut prendre les bonnes décisions (par exemple baisser les prix plutôt que de distribuer des dividendes ou des primes au COMEX). C'est sans doute une évidence pour les patrons de PME qui sont tous dans cet état d'esprit mais c'est par contre bon d'être rappelé aux patrons et actionnaires des grandes entreprises...
Réponse de le 27/01/2014 à 14:49 :
Il a pas tout compris à l'économie Théophile, 20 Mds de CICE est à peu près équivalent à 30Mds de baisse de charges. Si l'employeur a moins de charge son résultat d'exploitation sera meilleur donc il paiera plus d'impôts!
10Mds de baisse de charge, c'est autour de 8Mds de plus dans les caisses de l'état en terme d'impôt sur les sociétés!!!!
a écrit le 26/01/2014 à 14:02 :
Mrs les donneurs de leçons, Mosco, Sapin, Cazeneuve, Ayrault, sortez vos portefeuilles personnels et investissez dans les entreprises, venez prendre vos responsabilités dans le monde réel, en créant des emplois !!!!
a écrit le 26/01/2014 à 13:34 :
Pour créer des emplois PRODUCTIFS, il y a un préalable essentiel, déterminent :

il faut supprimer tous les improductifs dans le mille feuille infernal de l'Etat qui ont contribuer à massacrer les projets industriels créateurs d'emplois sur fond d'innovation et avec un fort potentiel à l'exportation ;

En premier rang de ces fonctionnaires et assimilés CONTREproductifs, se distinguent les incompétents d'Oseo ex Anvar nouveau BPIFrance innovation ;

En premier rang bis il ya toutes les agences blas blas banquets Nationales, Régionales, Départementales, Agglomérationales ...

En premier rang tertio, il y a tous les faux centres de faux experts autoproclamés

Après ces suppression de tous ces inutiles véritables casseurs de l'industrie,

les créations d'industries nouvelles seront possibles.
a écrit le 26/01/2014 à 13:28 :
Les entreprises ont licencié leur personnel le mieux payé, mais aussi le plus compétent. La chute de productivité était donc inéluctable, comme je l'ai entendu partout autour de moi. Ce n'est donc pas surprenant que le redémarrage de l'économie soit lent. D'autant que la démotivation des salariés est forte : les jeunes se rendent compte qu'ils devront ramer toute leur vie pour rien gagner, et les seniors ne trouvent plus de places pour se réinsérer, même au tarif des juniors.
Réponse de le 26/01/2014 à 14:02 :
Ces entreprises ont aussi embauché des stagiaires pour exécuter les yeux fermés, et aussi des cadres Killer de tous poils pour justifier les pertes de compétitivité.
a écrit le 26/01/2014 à 13:19 :
ils viennent de se rendre compte que c'étaient les entreprises qui embauchaient.
on progresse.
a écrit le 26/01/2014 à 13:17 :
Il faut que les entreprises créent des centaines de milliers d'emplois bidons comme l'a fait l'Etat sans doute.
Réponse de le 26/01/2014 à 15:14 :
Hélas, les emplois actuels "sont bidons" comme vous dites en majorité (une personne sur deux dans une entreprise de plus de 50 salariés peut partir sans être remplacée et sans changer en quoi que ce soit le niveau et la qualité de la production). Nul besoin de faire travailler toute la population pour la faire vivre. C'est le problème majeur du XIXème siècle auquel les politiques n'ont encore rien compris...
Réponse de le 26/01/2014 à 21:49 :
@Théophile

La faute au CDI qui protège 50 % d'inutiles dans les entreprises françaises tout en bloquant l'accès au travail de ceux qui souhaitent véritablement travailler. Néanmoins il ne protégera bientôt plus grand monde une fois que l'Europe aura fini son oeuvre d'intoxication de l'économie française par la mise en concurrence des français face aux travailleurs de l'ex-bloc soviétique. Les ukrainiens pro-UE n'attendent que cela pour quitter la misère locale entretenue par la corruption à tous les étages de la société. Les technocrates européens aux ordres du grand capital espèrent secrètement capter de nouveaux pauvres grâce au soulèvement "populaire" ukrainien et ainsi tirer le coût de la main d'oeuvre française par le bas.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :