Génération sacrifiée : Le chômage des jeunes en France au plus haut

 |   |  370  mots
(Crédits : Forex)

Dans l'ensemble de la zone euro, le taux de chômage, selon les dernières données d'Eurostat, confirme une stabilisation avec un chiffre pour novembre de 12.1%. Conforme au consensus. Certains économistes n'hésitent pas à déjà parler d'amélioration mais il serait présomptueux de voir dans une stabilisation de fin d'année un tel phénomène.

En effet, dans le détail, de nombreux pays connaissent une détérioration continue de leur marché du travail, en particulier en ce qui concerne les personnes considérées comme les plus fragiles, autrement dit les jeunes, les chômeurs de longue durée et les plus âgés.

Ainsi, le taux de chômage officiel de 10.8% en novembre pour la France cache en réalité une grande disparité selon les situations. Le chômage des jeunes est reparti à la hausse, avec un taux désormais à 25.6%. C'est un niveau nettement supérieur à celui qui a été publié par Pôle Emploi. Ce différentiel s'explique simplement par le fait que de plus en plus de jeunes ne prennent plus la peine de s'inscrire auprès de l'organisme en raison des nombreuses contraintes administratives et des faibles perspectives d'aides octroyées par la suite. Le critère de l'inscription n'est donc guère pertinent pour prendre réellement le pouls du marché de l'emploi en France.

L'inversion de la courbe du chômage qui a été annoncée par les autorités reste au stade d'outil de communication politique.

La situation des jeunes en France est toutefois, par rapport à certains de nos voisins, moins mauvaise. On notera notamment que le chômage des jeunes en Espagne vient d'atteindre 57.7%, ce qui est même au-dessus du chiffre pour la Grèce.

L'inquiétude à avoir pour la France a trait surtout au fait que la courbe du chômage des jeunes ne semble pas être en approche d'une phase de stabilisation. Avec des perspectives de croissance pour les deux prochaines années mauvaises, et en raison de la rigidité du marché du travail national, le chômage des jeunes va certainement difficilement refluer.
 
 

Retrouvez toute l'actualité du Forex sur Forex.fr

Pour aller plus loin, retrouvez toutes les données sur les devises

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/01/2014 à 5:21 :
Eh oui, c'est la triste réalité de notre jeunessse. Notre fille à pourtant fait disait t-on, le meilleur choix pour son avenir, un BTS en alternance, mais l'entreprise n'était pas la bonne, car en restructuration, donc pas d'embauche, malgré la volonté de son tuteur pour la garder.
Des centaines de CV, dont 9 sur 10 sans réponse, quelques entretiens, certains à des centaines de Kms, mais pas le bon profil : trop jeune, pas d'expérience ... Donc elle va retenter un autre BTS , toujours en alternance, pour des raisons de revenus. Voilà l'avenir de notre jeunesse, qui pourtant se bat.
Réponse de le 27/06/2014 à 11:42 :
Mon avenir me fait peur aussi !
J'ai compris que j'étais trop jeune, j'ai compris que je n'étais pas assez jeune.
J'ai compris que j'étais trop qualifiée, j'ai compris que je n'étais pas assez qualifiée.
J'ai compris que j'étais trop typée, j'ai compris que je n'étais pas assez typée.
Est ce que je dois comprendre qu'on est toute une génération à être trop?

Après avoir galéré des mois pour trouver une alternance j'ai finalement fini par trouver une entreprise grâce à un autre demandeur d'emploi ! Je suis tombée par hasard sur (www.)futurisgood je me suis inscrite pour voir et un mois plus tard je trouvais mon alternance ! Un coup de chance qui n'arrive pas à tout le monde mais si on peut s'entraider en se filant des tuyaux !
a écrit le 09/01/2014 à 15:15 :
une génération sacrifiée pour la premiere guerre mondiale
une génération sacrifiée pour la deuxieme guerre mondiale
une génération sacrifiée pour l'euro
trois génération gachées en europe
Réponse de le 09/01/2014 à 17:19 :
Mettre sur un pied d'égalité la mise en place de l'euro et les 2 guerres mondiales est aussi réactionnaire que ridicule.
Réponse de le 10/01/2014 à 7:37 :
Oui, malheureusement, l'Europe n'en fini pas avec ses déboires idéologiques.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :