Hausse de l'emploi salarié au 4e trimestre, grâce à l'intérim

 |   |  424  mots
Hors intérim, l'emploi a encore reculé au quatrième trimestre, avec 9.000 postes de moins, après un chute de 12.700 au troisième.
Hors intérim, l'emploi a encore reculé au quatrième trimestre, avec 9.000 postes de moins, après un chute de 12.700 au troisième. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'emploi salarié dans les secteurs marchands non agricoles en France a augmenté de 0,1% au 4e trimestre 2013, avec 15.100 postes créés, selon l'Insee, mais hors intérim, il a encore reculé. Pour le début 2014, une étude Manpower prévoit une situation contrastée.

L'emploi salarié repart (légèrement) à la hausse dans les secteurs marchands. L'emploi salarié dans les secteurs marchands non agricoles en France a augmenté de 0,1% au quatrième trimestre 2013, avec 15.100 postes créés, selon les statistiques de l'Insee publiées ce mercredi.

62.200 emplois détruits en 2013

Certes il s'agit du premier trimestre de création nette d'emplois depuis le premier trimestre 2012 (+3.500), indique l'Insee. Mais sur l'ensemble de 2013, 62.200 emplois ont été détruits dans le privé en France, soit un recul de 0,4%.

A la base, l'institut de la statistique avait annoncé en première estimation une hausse de 0,1%, avec 14.700 postes supplémentaires sur le trimestre, et une baisse de 65.500 postes sur l'ensemble de 2013. Au troisième trimestre, 9.600 postes avaient été détruits dans ces secteurs, précise l'Insee, 15.600 destructions ayant été annoncées dans un premier temps.

Une hausse, grâce à l'interim

La progression du quatrième trimestre provient du secteur tertiaire (+0,3%), porté par l'intérim (+4,6%). Dans l'industrie et la construction, l'emploi continue de reculer (respectivement de -0,3% et de -0,5%).

Hors intérim, l'emploi a encore reculé au quatrième trimestre, avec 9.000 postes de moins, après un chute de 12.700 au troisième.

Selon les chiffres au sens du Bureau international du travail (BIT) publiés la semaine dernière, le chômage a baissé en France au quatrième trimestre 2013 pour la première fois depuis 2011. Le taux de chômage a ainsi baissé de 0,1 point au quatrième trimestre, à 9,8% en France métropolitaine et 10,2% avec les départements d'Outre-mer.

La situation de l'emploi reste très contrastée selon une étude de Manpower

Mais à quoi faut-il s'attendre sur le front de l'emploi dans les mois à venir? Manifestement, pour les entreprises, le temps de la prudence n'est pas totalement révolu. Ainsi, selon le baromêtre trimestriel réalisé par la société Manpower sur un panel de 1002 entreprises françaises, au deuxième trimestre, on assisterait à une "légère détérioration des perspectives d'emploi". Le solde net d'emploi s'établirait à -1%. Et pour cette période comprise entre avril et juin 2014, 5% des employeurs interrogés anticipent une augmentation de leurs effectifs, 6% prévoient à l'inverse une diminution... et 86% n'envisagent aucune évolution de leurs effectifs.

Les entreprises les plus optimistes sont celles du secteur du transport et de la logistique avec une prévision nette d'emploi en progression de 15%. A l'inverse, les employeurs du secteur du Commerce prévoient de réduire leurs effectifs, la prévision nette d'emploi étant négative à - 4%.

La situation reste donc encore très contrastée.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/03/2014 à 16:34 :
5,7 millions de chômeurs... pourquoi ne pas faire des pré-retraités sans retraite et des fonx en triple? Ou bien du 25h sans industrie et 70 pour les commerçants? Il n'y a jamais eu de politique de croissance... c'est qu'on fait dans le boomer égoïste qui ne pense qu'à sa retraite non financée... Le traitement social est une élimination! C'est parce qu'on considère l'être humain comme un polluant anti écologique... alors la maximisation du chômage, on se débarrasse des gens!
a écrit le 12/03/2014 à 16:17 :
Pour la politique de chômage qui est un échec, on attend de savoir quel ministre dégage ou bien si l'Assemblée sera dissoute...
a écrit le 12/03/2014 à 15:32 :
On nous annonce 280 000 radiations et une croissance nulle... qui peut croire qu'on fait de l'emploi! C'est un système dans toute l'europe sud fasciste anti jeune!
a écrit le 12/03/2014 à 13:46 :
Ce n'est qu'un ajustement conjoncturel ordinaire ...! Même si les magiciens statisticiens de l'Insee ...bidouillent la réalité factuelle ! avec des chiffres à forte connotation politique ....
a écrit le 12/03/2014 à 12:23 :
Contrat d'interim, donc ou sont les création d'emploi ?
Chiffre trompeur qui ne donne pas la durée moyenne de ces contrat, comment considéré des contrat d'une journée ou d'une semaine comme des création d'emploi ?
C'est l'interim qu'il faudrait supprimer, il est responsable de la précarisation sous prétexte que les employeurs veulent plus de flexibilité.
Les belles promesses de ceci qui on tout obtenus pour précariser et flexibiliser avec comme promesse un nouveau dynamisme pour notre économie et qui sont responsable en grande partie de la catastrophe actuel.
A force de sous payer et de sous employer plus personne ne peut acheter leur production.'(hormis cette fameuse classe moyenne qui pleurent leurs avantages fiscaux perdus, ceux qui ne créent rien mais qui engrangent le plus, ce ne sont ni des salariés de l'industrie ni ceux du secteur marchand, du bâtiment ou de l’agriculture,, mais alors qui sont ils ? ou est leur création de valeur ajouté dans le PIB ?)
cqfd.
Quel beau pays qui accepte de financer les périodes de non activité pour que ces employeurs puissent à leur aise utiliser les emplois comme variable d'ajustement.
Parce qu'on on en est arrivé la, les cdd et l'interim c'est pas grave il y a les assedic pour compenser, ont vous appellera si on a quelque chose pour vous.
Ou est donc passé la règle qui dit que l'interim est temporaire et en vue de remplacer un salarié déficient ou pour palier a une augmentation de l'activité ?
Pourquoi avoir accepter que ces contrats puissent être supérieure à une année ? ( avec ou non un renouvellement de contrat d'une semaine ).
Quand on vois certaines entreprises qui comptent plus de 50% d'interim sans aucune réactions on ce demande qui prend qui pour des idiot.
Allez on va continuer, et quand on arrivera à un salaire median équivalent au smic il sera temps de s'interroger sur qui veut quoi.
( ce n'est pas étonnant de voir ce que dacia vend comme voiture en France, le low cost c'est finalement ce vers quoi nous arrivons)
Réponse de le 12/03/2014 à 14:35 :
Si les CDD et l'interim ne sont plus comptés comme des emplois comme vous semblez le préconiser, la France a un taux de chômage parmi les plus faibles du monde. Alors réjouissez vous au lieu de bouder.
a écrit le 12/03/2014 à 10:59 :
"grâce à l'intérim"... DONC PRÉCAIRES !!!!!!!!! bon ... c'est mieux que rien !
Réponse de le 12/03/2014 à 11:07 :
Il n'y a pas que des défauts au statut d'intérimaires. J'en connais qui vivent très bien avec. Mais si pour vous il ne faut plus compter que les CDI, au moins on pourra dire que la France a un des taux de chômage les plus faibles du monde civilisé. Cf USA, Royaume-Uni, Allemagne...
a écrit le 12/03/2014 à 9:35 :
de gauche comme de droite peu importe, qui ne retiennent que les chiffres positifs qui les arrangent. Et de l'autre on a la presse qui ne retient que les chiffres négatifs qui l'arrangent (car plus "vendeurs"). Aujourd'hui, la mode dans la presse est donc de soustraire les employés intérimaires pour bien montrer que le chômage augmente. Marrant.
Réponse de le 12/03/2014 à 10:40 :
N'empêche depuis 40 ans la France s'appauvrit, et c'est bien de la faute de nos dirigeants. Ceux qui votent un peu aussi.
Réponse de le 12/03/2014 à 11:04 :
Mouais, je me suis baladé dans Paris le week-end dernier, je n'ai pas vu où était ce fameux appauvrissement dont tout le monde parle. Les terrasses des cafés pleines à craquer, des iPhones et des 4x4 partout. Je ne sais si vous étiez né il y a 40 ans mais je vous garantis que les gens ne roulaient pas dans de telles voitures et n'avaient pas 600 euros de matériel électronique dans la poche. Ma mémoire peut me tromper, ceci dit.
Réponse de le 12/03/2014 à 14:22 :
Les pauvres ne sont plus à Paris mon cher monsieur. Pour en voir suffit de sauter le périph.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :