Les cadres aiment les nouvelles responsabilités : ils changent de poste tous les 4 ans

 |   |  261  mots
(Crédits : reuters.com)
Un cadre dirigeant sur cinq a changé de poste ou d'entreprise en 2013, une proportion qui ne fléchit pas depuis plusieurs années, malgré la conjoncture économique, selon un baromètre Deloitte-Nomination publié jeudi.

C'est confirmé: les cadres ne restent pas longtemps en place. Du moins évoluent-ils (volontiers) régulièrement vers de nouvelles fonctions, s'ils ne changent pas d'entreprise. C'est en tout cas ce que montre le baromètre Deloitte-Nomination publié jeudi, selon lequel les cadres dirigeants restent en moyenne 4,1 ans (2,9 ans pour les moins de 35 ans) à leur poste.

Plus d'un dirigeant sur cinq

D'après cette enquête "MobiCadres", menée pour la huitième fois, 22% des "décideurs" (cadres de haut niveau jusqu'à un échelon N-2 dans les entreprises de moins de 2.000 personnes, N-5 dans les plus grandes), ont ainsi changé de poste ou d'entreprise en 2013. Un chiffre qui est globalement stable depuis 2009 (21%).

Toujours d'après cette enquête, la mobilité externe est de 49% et la mobilité interne de 51%. Le taux de mobilité "interprofessionnelle", celui des cadres qui changent de secteur d'activité, se situe autour de 35%.

Les nouvelles responsabilités font pencher la balance

Le premier motif des cadres pour changer est la possibilité d'acquérir de nouvelles responsabilités (57%), devant la perspective d'une évolution de carrière plus importante (40%), le besoin de changer d'environnement professionnel (30%) ou une rémunération plus attractive (24%).

L'étude confirme par ailleurs l'écart persistant des rémunérations entre les hommes et les femmes, qui atteint 19,5% (mais cet écart est ramené à un niveau entre 7 et 9% à niveau égal de responsabilité).

----------------------

Pour aller plus loin:

>> L'écart salarial entre hommes et femmes en Europe représente... deux mois de travail !

>> Ces pays d'Europe où les femmes dirigeantes gagnent plus que les hommes

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/06/2014 à 20:05 :
Ils n'ont d'autre choix vu les méthodes de management et après s'être fait détestés par l'ensemble de ses subordonnées. D'ailleurs la tendance se réduit et se rapproche des 3 ans.
a écrit le 13/06/2014 à 10:33 :
C'est pour cela que notre économie va si bien ! Le cadre arrive et lance des réformes, puis quitte la société avant que les dégâts soient évidents. Et il recommence ailleurs avec toujours des idées fumeuses à la mode pour le même résultat...
Réponse de le 13/06/2014 à 11:13 :
qu'il n'a aucune chance d'acquérir une vraie connaissance approfondie de quoi que ce soit, ne parlons même pas de faire de la recherche fondamentale appliquée ou de mettre au point des nouvelles méthodes.
Il suffit de s'informer des modalités de statut applicables aux "cadre dirigeant" pour comprendre que tout est fait pour en faire un mercenaire en permanence en recherche d'un meilleur emploi et donc qui n'a pas de loyauté particulière envers aucune entreprise.
Réponse de le 13/06/2014 à 11:32 :
Oui cela fait plus de 15 ans que ces situations de Réalityshow perdurent, que de dégâts : Pechiney, Arcelor, PSA, Renault qui perd de l'argent, etc etc
le règne des comédiens comédiennes branleurs et pouffs qui cassent un plus à chacun de leur passage.
Réponse de le 14/06/2014 à 11:49 :
Là on parlent que des grands groupes où la politique actuelle est de délocaliser à tous prix pour dégager des bénéfices sur les salaires et garder le prix des actions en hausses et les salaires des dirigeants (hauts dirigeants) en hausses aussi...
a écrit le 13/06/2014 à 9:46 :
Ils zaimen sur tout le argen... ha ha ha ...
Réponse de le 14/06/2014 à 9:16 :
Merci à vous de nous faire partager votre savoir de la langue des cités.
a écrit le 13/06/2014 à 8:36 :
Une étude avait montré que pour avoir une augmentation de salaire importante au cours de sa carrière il fallait bouger et même changer d'entreprise.
N'est-ce pas une des raisons principales à la différence homme-femme ?
Réponse de le 14/06/2014 à 11:51 :
Je ne crois pas que les salariés virés bénéficie d'augmentations de salaires. De plus un haut cadre bénéficie souvent de primes de départ qui avoisine souvent des sommes que jamais on ne gagnera dans toutes notre vie accumulé...
a écrit le 13/06/2014 à 8:31 :
C'est surtout que c'est le seul moyen d'avoir des évolutions de carrières ou de salaire. En interne c'est plus compliqué!
a écrit le 13/06/2014 à 7:41 :
il manque l'écart type pour mieux commenter.

Un cadre dirigeant qui reste 3-4 ans cela ressemble plus à du tourisme professionnel qu'autre chose : comment prendre le temps de préparer et de lancer une impulsion... puis en assurer le sav en ce laps de temps...? comment impliquer les équipes qui feront le dos rond en attendant le prochain manager ?
Un cadre dirigeant qui reste plus de 6-7 ans cela n'est l'inverse... impacts de l'habitude.. des connivences...
Réponse de le 13/06/2014 à 10:38 :
Je connais des cadres qui ont fait pratiquement toute leur carrière dans la même société parce qu'ils travaillaient dans un domaine qui les passionnaient : Aéronautique, spatial, électronique... Et je peux te dire que ce sont eux que je préfère, des passionnés pour qui le salaire n'est pas la seule motivation, contrairement aux nomades. Concernant les connivences, ce n'est pas un point négatif car il est important de tisser de bon liens de confiance pour atteindre de hautes performances. En spatial, les bonnes "habitudes" permettent d'éviter des erreurs grossières...
Réponse de le 13/06/2014 à 13:20 :
Vous confondez cadre et cadre dirigeant là. Cela n'a rien à voir, ni en terme de responsabilités, ni en terme de rémunérations.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :