Conférence sociale : Valls reporte en partie la mise en place du compte pénibilité

 |   |  237  mots
Pour Manuel Valls, boycotter la conférence sociale serait un acte incompréhensible.
Pour Manuel Valls, boycotter la conférence sociale serait un "acte incompréhensible". (Crédits : reuters.com)
Cette mesure très critiquée par le Medef ne devrait être pleinement effective qu'en 2016, annonce le Premier ministre dans les Echos.

Le Premier ministre fait des concessions au Medef. Quelques jours avant la conférence sociale des 7 et 8 juillet, Manuel Valls annonce le report de la mise en place du "compte pénibilité" dans une interview publiée par le site internet des Echos le 1er juillet au soir. 

 Le patronat menaçait de boycotter la conférence sociale, un acte jugé "incompréhensible" par le chef du gouvernement. Il précise à propos du compte pénibilité:

Il y a en effet une focalisation sur ce sujet et je ne veux pas qu'il cristallise les tensions.

François Rebsamen, le ministre du Travail, de l'Emploi et du Dialogue social ainsi que Marisol Touraine, ministre de la Santé seront chargés de "reprendre les projets de décret pour aller plus loin dans la simplification et la sécurisation du dispositif."

Dans un premier temps, en 2015, "moins d'un million de salariés" devraient être concernés par le dispositif qui sera ensuite étendu à tout le monde.  

Temps partiel: aménagement

En outre, la législation sur le temps partiel, devrait elle aussi être aménagée. Le but:

"écarter tout risque juridique quand des contrats de moins de 24 heures par semaine sont établis avec l'accord individuel du salarié."

Mardi, après le discours  du Premier ministre appelant les députés à la "responsabilité", le Budget rectificatif a été voté in extremis par la majorité - députés frondeurs inclus. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/07/2014 à 9:34 :
En 2016 il ne sera plus là, que l'importe puisque tout est dans la com!
a écrit le 02/07/2014 à 17:35 :
Nous avons plus que accumulé des points en situation de pénibilité
Travail de nuit : les biberons, les couches à changées, les nuits passées aux urgences.
Travail répétitif : nettoyer, balayer, repasser, les courses au supermarché.
Travail posté : des heures passées devant les portails des maternelles, des colléges à attendre notre progéniture, les queues aux caisses, dans la cuisine 365 jours par an, enfin presque.
Enfin pour la fin, le travail en milieu hyperbare, c'est à dire ....le mondial, là où la prèssion est supérieure à la prèssion atmosphérique !
C'est décidé, vendredi pour les quarts je fous le feu à ma cuisine, je m'avachis sur mon canapé et me saoule à la bière ! Les bleus ont intérêt à se déchirés....... parce que nous ont n'est pas monotâche !!!!!
a écrit le 02/07/2014 à 14:32 :
Manolo ne pense qu'à une chose : ne pas obérer ses chances pour la présidentielle ! Un vrai petit Flamby bis qui se fait passer pour un cador ...
a écrit le 02/07/2014 à 13:52 :
S'il pense qu'il aura un retour pour baisser son chômage qui est en train de faire partir tous les compte sociaux en vrille ...
a écrit le 02/07/2014 à 12:48 :
En gros avec le retard cela donnerai 2017. Du coup, c'est enterré et c'est plutot une bonne chose. Ils sont quand meme fort pour inventer des usines à gaz!
a écrit le 02/07/2014 à 12:36 :
L^^acheté, est la première qualité de ce gouvernement !! c'est comme le cumul des mandats, pas avant 2017, et des prunes ....LAMENTABLE!!!!!
Réponse de le 02/07/2014 à 13:20 :
@ TI TI: La lâcheté est le premier défaut de TOUS nos dirigeants depuis 35 ans, qu'ils soient de droite ou de gauche. Donc changeons notre "caste" politique, au lieu de les conspuer, parce de les conspuer ne les fait pas changer...
Réponse de le 02/07/2014 à 22:47 :
vous comptez changer de quelle manière notre "caste politique, dont nous avons PLUS QUE MARRE ?? ! en procédons comment? en votant? et pour qui ?
a écrit le 02/07/2014 à 12:15 :
La fonction publique, les collectivités locales c'est déjà pas triste comme bureaucratie.
Encore des usines à gaz en perspective pour mettre en place les comptes de pénibilité en place dans le secteur public et protégé.
Déjà que le rapport efficacité/coût n'est pas satisfaisant dans la fonction hospitalière, la police, l'enseignement professionnel voila encore une nouvelle source de charges (donc d'impôts).
Les gagnants des comptes de pénibilité ne seront pas les gens de terrain mais une fois encore les bureaucrates bien au chaud dans les bureaux!!!
a écrit le 02/07/2014 à 11:43 :
Les robots remplaceront l'homme dans tous les travaux pénibles. Pas besoin d'une loi de plus.
a écrit le 02/07/2014 à 11:40 :
avec la mondialisation et les carrières multiples cela ne va pas être simple.
Plutôt que de faire des machines à gaz à la française ne faudrait-il pas commencer une harmonisation européenne ?
On pourrait par exemple débuter des fonds de pensions et ne garder la répartition que pour assurer un minimum vieillesse.
a écrit le 02/07/2014 à 11:22 :
Il est vraiment pénible d'avoir toujours des "originalités" françaises "créatrices potentiellement de nouveaux problèmes". Cela devient une spécialité de la politique française : créer des problèmes potentiels en relation avec les syndicats et sans s'occuper des "travailleurs"
a écrit le 02/07/2014 à 10:04 :
La France passe son temps à vouloir l'harmonisation européenne (fiscalité, environnement, droit du travail.;), mais"innove" en permanence..dans le sens de la perte de compétitivité bien sûr,..
a écrit le 02/07/2014 à 8:45 :
avec tous ces allers retours la france n'avance .qu'il fasse du walls ou qu'il demissionne.
Réponse de le 02/07/2014 à 10:09 :
Il fait du Valls en permanence, c'est à dire du vent et de la col, il ne sait faire que ça.
Réponse de le 02/07/2014 à 12:37 :
il aboie, mais lui aussi est d'une lâcheté crasse !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :