Affaire Bygmalion : l'ex-dirigeant de la société a été mis en garde à vue

 |   |  229  mots
Mathieu Fay, ex-comptable de Bygmalion, aurait expliqué aux enquêteurs, le 10 juin, que les facturations demandées par l'UMP  ne correspondent pas à des prestations effectuées par la société Event et Cie. Ce sont effectivement des fausses factures.
Mathieu Fay, ex-comptable de Bygmalion, aurait expliqué aux enquêteurs, le 10 juin, que les facturations demandées par l'UMP " ne correspondent pas à des prestations effectuées par la société Event et Cie. Ce sont effectivement des fausses factures". (Crédits : reuters.com)
Trois autres personnes ont subi le même sort, dont Franck Attal, le patron d'une des filiales de l'agence de communication, Event and Co. L'UMP aurait expressément demandé à Bygmalion de facturer des dépenses qui auraient dû entrer dans le compte de campagne de Nicolas Sarkozy pour l'élection présidentielle de 2012.

L'enquête sur l'affaire des "fausses factures" s'accélère. Quatre personnes, dont l'ex-dirigeant de Bygmalion, Bastien Millot, et Franck Attal, le patron d'une de ses filiales Event and Co ont été placées en garde à vue lundi 29 septembre dans le cadre de l'enquête sur l'affaire Bygmalion, a appris l'AFP de sources proches de l'enquête.

Elles ont été interpellées à leur domicile, selon les mêmes sources, et placées en garde à vue à l'office anticorruption de la direction centrale de la police judiciaire (DCDP) à Nanterre (Hauts-de-Seine). Trois juges financiers parisiens sont ainsi chargés d'instruire une information judiciaire ouverte pour faux et usage de faux, abus de confiance et tentative d'escroquerie.

Des dépenses facturées indûment

Les magistrats et les policiers enquêtent sur un système présumé consistant pour la filiale événementielle de Bygmalion, Event and Co, à facturer indûment à l'UMP des dépenses qui auraient dû entrer dans les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy pour l'élection présidentielle de 2012, à hauteur de 10 à 11 millions d'euros.

Mathieu Fay, ex-comptable de l'agence de communication Bygmalion, dont il s'est fait licencier le 26 mai, assurait aux enquêteurs qui l'interrogeaient le 10 juin avoir truqué les comptes de sa société à la demande expresse de l'UMP, rapportait Le Monde, le 24 septembre.

    Lire aussi >> L'ex-comptable de Bygmalion évoque les "fausses factures" commandées par l'UMP

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/09/2014 à 13:54 :
Il faut que la justice frappe très fort ! Marre de ces délinquants en col blanc ! Il faut aussi interdire d'élections les politiques magouilleurs, le peuple réclame du propre !
Réponse de le 29/09/2014 à 19:26 :
Ça se commande pas.
a écrit le 29/09/2014 à 11:28 :
Il est génant de ne pas avoir d'armes juridiques pour qualifier plus précisemment "les fausses factures".; ce n'est pas une fraude à la TVA, ou à l'impôt dont il est simplement question, mais une fraude à l'esprit de nos institutions, au droit électoral. Sévérité exemplaire pour crime contre le peuple français!
a écrit le 29/09/2014 à 10:58 :
Bygmalion : 4 mise en examen . La "firme" tremble .
Réponse de le 29/09/2014 à 11:12 :
Ils se fichent de nous!!! il n'y a aucune condamnation et continuent donc de nous extorquer de l'argent publique... C'est pas sur les salaires et retraites des fonctionnaires qu'il faut faire des économie mais sur ces magouilles qui nous coûtent largement plus sans que personne ne disent quoi que se soit!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :