Loi santé : les médecins généralistes appelés à terminer l'année en grève

 |   |  365  mots
Les médecins généralistes sont appelés à se mobiliser contre la réforme de la santé de Marisol Touraine.
Les médecins généralistes sont appelés à se mobiliser contre la réforme de la santé de Marisol Touraine. (Crédits : Reuters)
Les médecins généralistes sont appelés à la grève par plusieurs syndicats. Ils mettent en cause la loi santé présentée par Marisol Touraine la semaine dernière.

Un appel à la grève pour les fêtes de fin d'année. C'est l'appel lancé par l'UNOF-CSMF, la branche des médecins généralistes de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) pour dénoncer le projet de loi santé présenté la semaine dernière en conseil des ministres par Marisol Touraine.

"Trop c'est trop ! La coupe est pleine pour les généralistes", explique le communiqué du syndicat.

"Depuis des mois, se succèdent différentes mesures ignorant la réalité de la prise en charge globale et de qualité du patient par son médecin traitant", estime l'UNOF-CSMF.

Les points de crispation

Parmi ces mesures, l'UNOF-CSMF dénonce entre autres "la mise en place d'un service territorial de santé au public dirigé par les ARS, la réalisation des vaccinations confiées aux pharmaciens" ou encore "le blocage du tarif de la consultation à 23 euros depuis 2011".

Autre point de discorde : la "multiplication des contraintes administratives imposées au médecin généraliste" que devrait aggraver, selon le syndicat, la généralisation du tiers payant. Enfin, l'UNOF-CSMF reproche aux pouvoirs publics d'avoir réduit le financement de la formation continue des médecins.

Lire aussi : Que retenir de la loi de santé présentée par Marisol Touraine

Dénonçant le tarif des consultations des généralistes, "indigne des compétences requises et insuffisant", le syndicat réclame la mise en place d'une "véritable concertation" et "l'ouverture immédiate de négociations conventionnelles".

"L'exaspération des médecins généralistes devient comparable à celle de 2002", estime l'UNOF-CSMF, à l'origine à l'époque de "journées sans toubib".

"Mais contrairement à 2002, la situation est beaucoup plus grave, car c'est le coeur du métier de médecin généraliste qui est remis en cause", prévient-il.

MG France sur un autre timing

De son côté, MG-France, le premier syndicat de la profession, a appelé à une action similaire le 6 janvier.

"Satisfait" de voir que l'UNOF-CSMF "se mobilise également", le président de MG-France, Claude Leicher, a indiqué à l'AFP qu'il appelait "l'ensemble des syndicats à se mobiliser autour du problème de la médecine générale".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/10/2014 à 11:39 :
Au lieu de quasi supprimer les conditions d'installation des dentisteries il aurait certainement été plus sensé de les renforcer et d' exercer des contrôles sur les méthodes de beaucoup de ces professionnels de la " santé " vous avez dit ... ?
La quantité ne fera pas la qualité ! Haro sur les escroqueries à la SANTÉ !
a écrit le 21/10/2014 à 21:00 :
En règle générale les médecins généralistes ne sont pas des " escrocs " contrairement à d' autres ... dentistes par exemple !
a écrit le 21/10/2014 à 16:50 :
L'intervention de la Ministre de la Santé Touraine ce jour à l'Assemblée Nationale a été déplorable, violente et menteuse.
a écrit le 21/10/2014 à 13:17 :
C'est aux dentistes qu'il faut s'attaquer. La dentisterie est un paradis fiscal.
a écrit le 21/10/2014 à 11:57 :
Vu de l’extérieur, Il est très difficile de porter un jugement sur les conditions d’exercice et de revenu des médecins généralistes.
J’ai plutôt l’impression que les généralistes ne sont pas les plus nantis de la sphère médicale. Et comme toujours, il y a des situations extrêmes qui ne se ressemblent pas
Dans les différentes interventions, il y a des jugements que je trouve inappropriés et choquants.
Qui a payé leurs études ? L’état certes mais surtout leurs parents. 10 ans d’études c’est pour beaucoup une charge financière importante.
Combien gagnent-ils ? Tous ne voient pas 42 patients dans la journée, ce que suggère « Les médecins » Après déductions des différentes charges (cotisations sociales, assurances, frais liés au cabinet, secrétariat) c’est plus proche de la moitié. Soyons optimistes disons de 20 à 30 patients. Prenons 30, cela fait 690€ de chiffre d’affaire. Le bénéfice doit se situer à la moitié, soit 345€. Avec 20 jours de travail mensuel on arrive à 6900€. C’est plutôt bien, mais tous ne font pas 30 patients/jour. Avec ce revenu on est plutôt dans la partie haute.
Et n’oublions pas qu’il s’agit d’une profession libérale. Lorsque vous êtes en vacances, vous n’avez pas de revenu. Et votre revenu moyen ne correspond plus au calcul simpliste de 23€ multiplié par le nombre de patient.
De plus, la journée est souvent à rallonge. Après le temps consacré aux visites médicales, il faut ajouter toute la partie administrative : étudier les analyses médicales de ses patients, coordination avec les autre médecins en particulier avec les spécialistes, gérer sa comptabilité. Une journée de travail d’un généraliste doit être plus proche de 10h que de 7h.
Quant à la performance des généralistes, il est injuste de les rendre responsable des différents scandales médicaux. Cette responsabilité revient à l’ensemble du corps médical et paramédical.
Et croire que l’automédication, grâce à internet, suffit à traiter un patient est une hérésie. Si internet avait ce pouvoir, on pourrait l’appliquer à toutes les professions et fermer l’éducation national
Ceci dit, je ne trouve pas que faire la grève soit une bonne idée
a écrit le 21/10/2014 à 8:21 :
Tout d'abord merci à la médecine dite de ville ou de proximité , merci à tous ces médecins qui dans leur grande majorité fond honneur à leur engagement. La France politique a toujours besoin de désigner le PETIT diable celui qui est le mouton noir d’un système mais comme nous sommes en politique on tape sur le plus petit électoralement parlant celui qui ne mettra pas en péril le poste politique celui qui ne fera descendre le monde beuglant, CGT Sud ,dans la rue. Car les dérives budgétaires passent par une grande réforme de l’hôpital et on voit bien que pour se faire aimer des syndicats, le gouvernement a supprimé le jour de carence. Il faut également noter que le mariage des politiques avec les syndicats destructeurs, d’emplois et de valorisation des salaires se fait détriment du personnel de santé et d’un bon équilibre financier des établissements même si on peut considérer que l’hôpital n’est pas une entreprise au sens lucratif . Le refus syndical et la couardise politique se marient dans le refus de revoir le fonctionnement des établissements en commençant par les urgences dont une partie est encombrée par des malades relevant de la médecine générale et non de l’urgence mais également de faire payer par le non remboursement de ceux qui prennent l‘hôpital pour une salle de consultation de médecine générale. Il faut également noter le refus politique devant certains mandarins de revoir l’apport des établissements privés dans la fonction d’urgence mais aussi de laisser au public les opérations dites non rentables Que le politique revoit sa maladie du papier inutile en « pondant » des notes tous les jours largement accompagné dans cette course au papier par les différentes agences dont certaines existent que par ses notes inutiles et parfois insipides cela permettrait de cesser la course au gonflement de la partie administrative des établissements. Le politique doit cesser de faire de l’hôpital une urne à bulletin de vote pour son propre bien électoraliste au détriment de la santé et des finances. Les médecins généralistes ne sont pas comme dans toutes les professions que des anges mais les fraudeurs quantité toujours à la marge comme dans toute fonction ne sont les maux de la Sécu et leur revendication de revaloriser la consultation me semble légitime. Autant le politique par ses résultats 2000 milliards de dette et 5millions de chômeurs n’a aucune leçon à donner aux différents corps de ce pays. Le politique se refuse de toucher à son pactole à revoir le fonctionnement maffieux de son système. Les ministres sont nommés, les élus sont dans la grande majorité à un poste dont il n’ont pas un mandat national ou régional car élu avec moins de 50 pour cent des inscrits leur légitimité est dans la magouille de la reconnaissance politique pas dans celle des citoyens y compris le Président et cela ne concerne pas que la gauche car la droite n’a pas plus de légitimité et encore je fais abstraction de toutes les magouilles la dernière en date Big… millions et corruption de nombreux élus. Alors pour quand une vraie réforme prenant en compte la totalité de la « filière » santé JAMAIS car le politique refuse de mettre son pactole maffieux avec l’argent du contribuable en cause à défaut de faire de la France sa grande cause lors d’un mandat de vrai responsable politique.
a écrit le 20/10/2014 à 20:26 :
Plus de cash plus de black, eh oui les espèces ne laisse pas de traces dans la comptabilité, un ancien président l'a très bien compris !
Réponse de le 20/10/2014 à 23:27 :
Vous prenez le fisc pour des cons? La sécu transmet tous les ans le montants des remboursements effectués aux impots. Sauf à ne soigner que des étrangers riches qui payent en liquide et ne demandent aucun remboursement, il est IMPOSSIBLE de faire du black en medecine (je parle de medecinegenerale en secteur 1, integralement remboursé; pas du secteur 4 des gros mandarins des hopitaux qui vont soigner les dictateurs nord-coréens)
Réponse de le 21/10/2014 à 20:31 :
@Jarc : Impossible n'est pas français.
a écrit le 20/10/2014 à 17:43 :
Les médecins, oublient vite que la société à payé leurs études..........
Qui peut prétendre à 23 euros x 42 fois 10 minutes avec chaque patient, ça fait une bonne journée..........On ne va pas les plaindre.........900 euros par jour environ ..........
Réponse de le 20/10/2014 à 22:02 :
Et vous, c'est qui donc qui a payé les études? Le père Noël? Remarquez, quand on confond recettes et bénéfices, ça n'a pas du être polytechnique!
Réponse de le 21/10/2014 à 1:48 :
très bien répondu phil ;) et vu ce que paye les médecins comme impôts ils remboursent largement le prix de leur étude et même celle des autres !!!! après tant de préjugés il est assez drôle que les français n'arrivent pas à comprendre que les jeunes médecins ne veulent plus se sacrifier pour les soigner !!!!
Réponse de le 21/10/2014 à 3:10 :
@logan

Vu la piètre performance des généralistes (affaire des hormones de croissance, du Mediator, euthanasies/meurtres, ...) et la réalité de leur métier (distribution d'ordonnances pour alimenter l'industrie pharmaceutique), je pense que le remède est souvent pire que le mal... Le généraliste c'est le parent "pauvre" de la médecine car spécialiste en rien. De plus, le développement de la connaissance sur internet rend plus accessible l'automédication ce qui n'arrange pas le business model des généralistes.
Réponse de le 21/10/2014 à 21:10 :
Tout est relatif mais de là à parler de " sacrifice " ... Non !
ps : Moi aussi j' aurais bien aimé faire ce " type " d' études ...
Réponse de le 27/10/2014 à 8:54 :
À "@ Logan" : l'inscription en médecine est ouverte à tous, vous auriez aimé faire médecine allez-y. Oui je parle de sacrifice, quand moins d'un interne sur 10 décidé de faire du libéral c'est qu'il y a un problème ..... Sacrifice? Oui je vous rappelle que cette profession présente un taux de suicide 2,48 fois supérieur à celui de la population générale ...l il va falloir que les français commencent à écouter leur soignants au lieu de les juger sans comprendre
Réponse de le 28/10/2014 à 21:36 :
Votre réponse ne tient pas compte des réalités socio -( économiques de la société française ... Et puis si vous avez la " vocation " comment dans le même temps parler de sacrifice ? Pour ce qui est des suicides il est vrai que sur certaines psychologies à risque ce type d ' études n' est pas un choix judicieux ( ... ).
a écrit le 20/10/2014 à 17:30 :
Pour collaboration depuis des années avec Big-Pharma, c'est le retour de bâton !!
Le fait de travailler contre les clients et pour les bénéfices à deux chiffres des grands laboratoires (avec petite vacance au soleil, ou colloques à l’étranger pour remerciements).
entraine la destruction de la poule au œufs d'or !! ou comment scier la branche où l'on est assis !!
a écrit le 20/10/2014 à 16:53 :
ils feraient mieux de faire une greve dure de15 jours quand commence l'epidemie de grippe, hstoire de prndre les gens en otage comme la cgt... y a que ca qui marche!
a écrit le 20/10/2014 à 16:53 :
Intox des médecins... Il n'est pas question que les pharmaciens fassent de diagnostics puisque pour avoir le vaccin, il faut toujours avoir au préalable l'ordonnance du médecin et donc l'avoir consulté. Il s'agit juste de la piqûre. Ce sont les médecins qui ont tort dans cette affaire car pourquoi payer 2 fois pour un vaccin, une fois pour l'ordonnance et une autre pour la piqûre ? Et puis ce sont les mêmes médecins qui hurlent qu'ils sont débordés, faudrait savoir !
Réponse de le 24/10/2014 à 15:50 :
pour votre gouverne, les médecins font la prescription du vaccin soit lors de la consultation précédente, soit en acte gratuit, ils ne comptabilisent pas deux consultations, et quand le pharmacien avance le vaccin sans l'ordonnance, souvent le vaccin délivré n'est pas conforme au calendrier vaccinal en vigueur
a écrit le 20/10/2014 à 15:56 :
A la période prévue pour ce mouvement de grève, plus de la moitié des cabinets médicaux sont fermés pour cause de congés....!! Ce syndicat est sûr d'avoir des résultats de son appel à la grève....pas très courageux ce syndicat ...!!!
Réponse de le 24/10/2014 à 11:47 :
Comme quoi le problème n' est pas très urgent ...
Réponse de le 28/10/2014 à 21:56 :
Un vrai médecin ne fait pas grève ... Et s' agissant de professions libérales ce terme parait un peu contradictoire ...
Réponse de le 29/10/2014 à 9:03 :
Les vrais médecins ne font pas grève ... et pour une profession qui se veut libérale ce terme me parait un peu contradictoire ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :