La Cour des comptes dénonce une "maîtrise des dépenses de santé" en trompe-l'oeil

 |   |  272  mots
La Cour relève que les dépenses d'assurance maladie ont augmenté deux fois plus vite en 2013 que le PIB en valeur.
La Cour relève que les dépenses d'assurance maladie ont augmenté deux fois plus vite en 2013 que le PIB en valeur. (Crédits : reuters.com)
Les annonces du gouvernement concernant une meilleure maîtrise des dépenses de santé seraient surtout dues au mode de calcul, alors que celles-ci poursuivent leur hausse.

Les dépenses de santé sont "mieux maîtrisées mais seulement en apparence", estime la Cour des comptes, dans son rapport annuel sur la Sécurité sociale.

En avril, le gouvernement s'est en effet félicité d'avoir mieux maîtrisé ces dépenses pour l'année 2013. L'Assurance maladie avait ainsi dépensé 1,4 milliard d'euros de moins que les prévisions, qui tablaient sur 175,4 milliards d'euros de dépenses.

Un objectif qui croit naturellement

Pourtant, selon les sages, ces dépenses inférieures aux prévisions s'expliquent "non pas par des économies supplémentaires" mais par la construction même de l'objectif national des dépenses d'assurance maladie (Ondam)

Chaque année, le gouvernement fixe en effet dans le budget de la Sécurité sociale cet objectif, visant à limiter la progression de ces dépenses, qui augmentent naturellement en raison du vieillissement de la population et des nouvelles pathologies.

"Coup d'arrêt dans le ralentissement des dépenses"

D'autant plus que, selon la Cour des comptes, l'ampleur de cette "'sous-exécution' masque la poursuite de la hausse de la dépense d'assurance maladie sans doute autant, voire un peu plus rapide en 2013 qu'en 2012".

Ainsi, le taux de progression de l'Ondam s'établit provisoirement à 2,4% en 2013, comme celui annoncé en 2012, ce qui "traduit un coup d'arrêt dans le ralentissement des dépenses constatées ces dernières années".

La Cour relève d'ailleurs que les dépenses d'assurance maladie ont augmenté deux fois plus vite en 2013 que le PIB en valeur et liste plusieurs recommandations pour modifier cet outil dont le mode de calcul contribue à surévaluer les estimations de dépenses.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/09/2014 à 21:52 :
Le changement, c'est maintenant. Depuis 2012, nous sommes rentrés dans l'ère du mensonge...de gauche !
a écrit le 16/09/2014 à 17:24 :
60 heures, pour certaines spécialités, c est une toute petite semaine
Réponse de le 16/09/2014 à 19:06 :
60 heures avec 4 consultations par heure à 40 euros ça fait quand même (60X4)X40 = 9600 euros
ça fait déjà une bonne récompense pour un semaine.
Réponse de le 16/09/2014 à 20:21 :
La consultation n'est pas à 40€00 mais à 23€00 ou 28€00 (tarif sécurité sociale)...
N'oubliez pas que peu (pas !) de professions travaillent à ce prix là avec la responsabilité de la vie des gens entre leur mains...
Enfin, sachez que les médecins français sont les moins rémunérés d'Europe.
a écrit le 16/09/2014 à 16:46 :
Et les revenus de nos médecins, ils suivent la même tendance non, dans un pays ou certains sont prescripteurs de leurs propres intérêts.....une ineptie de plus à la française !!!
Réponse de le 16/09/2014 à 17:07 :
Savez-vous par exemple que les tarifs d'examens comme les endoscopies digestives (coloscopies...) sont les mêmes depuis ... 1983 ?!!!
Alors, favorisés les médecins qui travaillent en moyenne 60h00 par semaine, sont sollicités nuits et WE ?...
Que faites-vous dans la vie pour porter de tels jugements ?
a écrit le 16/09/2014 à 16:45 :
Tout n'est qu'un équilibre entre le nombre de cotisants, participant financièrement à notre système social et le nombre de bénéficiaires ne participant pas au financement de ce système social.
a écrit le 16/09/2014 à 15:16 :
il est clair que s'il y avait pour des gens qui viennent se faire soigner chez nous,( alors que beaucoup ne le peuvent plus! ), s'il y avait moins d'AME, de CMU, et autres, octroyées à ces gens là, la sécu s'en porterait beaucoup mieux.
Réponse de le 16/09/2014 à 15:33 :
La CMU concerne les gens de chez nous inutile donc de ressortir ce discours réactionnaire et surtout très bébète étant donné ce que nous coûteraient les dévastations sanitaires et sociales dans l'hypothèse où nous laissons des gens malades sans soin
Réponse de le 16/09/2014 à 15:47 :
Mais qui sont ces gens la?
Réponse de le 16/09/2014 à 16:18 :
l'argument de Michel est encore plus bebête, parce qu'appris par coeur, rue de Solferino
Réponse de le 16/09/2014 à 17:10 :
michel, c'est du copié-collé !
Réponse de le 16/09/2014 à 17:13 :
L'AME est offerte aux étrangers en situation ... irrégulière. Quel cerveau d'énarque a pu fabriquer une telle mesure schizophrène ? D'un côté, on maintient des gens en situation irrégulière, d'un autre on leur donne une couverture sociale que nombre de français ne peuvent s'offrir !
Quant à la CMU, à quand les contrôles sur les ressources exactes de nombre de bénéficiaires qui trichent, profitent du système et volent ceux qui auraient le plus besoin d'une aide nécessaire ?
Réponse de le 16/09/2014 à 22:55 :
entièrement ok avec vous !!
Réponse de le 16/09/2014 à 23:23 :
excellent.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :