Banques américaines : l'aide de l'Etat sous formes d'actions préférentielles

 |   |  186  mots
Le Trésor américain a dévoilé les modalités de son aide aux banques. En cas de défaut de prêteurs privés, il recapitalisera les groupes, mais se donnera également la possibilité d'intervenir dans leur gestion.

Pour la deuxième fois en quelques mois, l'Etat américain a mis en place un plan de soutien au secteur financier. Mais pas question de signer un chèque en blanc aux colosses de Wall Street. Le Trésor entend bien se laisser l'opportunité de contrôler l'utilisation de ses fonds.

Dans un premier temps, le plan va consister à "évaluer les besoins en capitaux des grands établissements bancaires américains", explique le Trésor. La priorité sera ensuite donnée aux sources de financement privées, mais si celles-ci n'existent pas, les finances publiques entreront en jeu.

Et dans cette optique, le Trésor ne laisse pas le choix aux banques: "tout capital de l'Etat sera sous forme d'actions préférentielles obligatoirement convertible", prévoit l'institution. Et cette conversion se ferait sous forme d'actions communes avec droit de vote. Une manière pour le gouvernement américain de contrôler la restructuration de Wall Street.

L'un de ses principaux dossiers sera le soutien à l'ex géant mondial bancaire Citigroup dont l'Etat pourrait prendre de 25% à 40% selon le Wall Street Journal (voir notre article en lien).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
« Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières prêtes au combat. Si le peuple américain permet un jour que des banques privées contrôlent leur monnaie, les banques et toutes les institutions qui fleuriront autour des banques priveront les gens de toute possession, d?abord par l?inflation, ensuite par la récession, jusqu?au jour où leurs enfants se réveilleront, sans maison et sans toit, sur la terre que leurs parents ont conquis ».
Extrait d?un discours de Thomas Jefferson de 1802

a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
C'est une très bonne idée de contrôler les Banques par ce système. L'Etat ne peut pas laisser "tout faire" à ces gens là. Les recapitalier oui mais à certaines conditions et non comme on le fait en France.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :